Excepter
Il n’y a pas de justice en ce bas monde. S’il y en avait une, Excepter serait reconnu comme un grand groupe et non comme un groupe mineur.

Excepter

Animal Collective, MGMT, la bande DFA Records cartonnent partout, pourquoi pas eux ? Leur fusion de kraut-dub-house totalement déstructurée devrait pourtant plaire mais non rien n’y fait ils restent à la traîne des autres groupes pratiquant la même mixture. La faute sans doute à une distribution confidentielle de leurs premiers singles et albums, sur Fusetron tout d’abord, l’excellent « Alternation » étant sorti chez 5RC. Le dernier édité chez Paw Tracks, label de Animal Collective, on aurait pu s’attendre à ce que « Debt Dept » bénéficie de toute la hype faite autour du groupe de Panda Bear. L’époque n’est toujours pas prête à leur dance music déglinguée et bancale et parfois hystérique. Laissez tomber MGMT et leurs gentilles chansons pour néo-hippies tribaux bourgeois et écoutez donc Excepter, ces fous dangereux là le sont réellement et secouent leur public d’une façon peu commune. Les rejetons de Suicide et des B52’s en quelque sorte ?

Sur ce lien, vous trouverez les 10 disques que John Fell Ryan, le fondateur du groupe emporterait avec lui sur une île déserte.