Dusty Kid : A Raver’s Diary

Dusty Kid - A Raver's Diary
Est il possible à notre époque faite de transversalités musicales de composer un album 100 % techno comme à la grande époque ?

Dusty Kid

Oui, trois fois oui, semble proclamer Paolo Alberto Lodde alias Dusty Kid et son album, le justement nommé « A Raver’s Diary », sorti chez Boxer. Riche d’une carrière musicale déjà bien remplie à 27 ans, à 10 ans il gradua en 1 an l’équivalent de 6 ans de leçons de piano et de violon, son intérêt pour la musique électronique germe très jeune pour lui puisque il sort son premier maxi à 19 ans. Le transalpin fonde ensuite avec son compatriote Andrea Ferlin le groupe Duoteque (une référence lointaine au titre de Radiohead « Idioteque » peut-être ?) mais son avatar Dusty Kid existe déjà et il s’échappe parfois du carcan du duo pour composer en solo.

Vous souvenez vous de la première fois où vous vous êtes rendus dans une rave dans quelque entrepôt au fin fond de la banlieue par une nuit de brouillard ? Vous souvenez vous des basses que vous pouviez
entendre bien avant d’être sur place ? Dusty Kid lui s’en souvient bien et nous offre un album tout entier dédié à cette culture. « A Raver’s Diary » brasse 30 ans de musique électronique, de Kraftwerk à Jeff Mills, de Robert Hood à Aphex Twin, de UR à Hardfloor, et le plus étonnant c’est que loin de ressembler à un grand mix sans réel cohésion, les tracks s’enchaînent de la façon la plus fluide qui soit pour se terminer par une belle ballade « Nemur (Wall Of Guitars) ».

Dusty Kid a sorti la bande son idéale de ce début de millénaire, ne reste plus qu’à espérer qu’il continue sur sa lancée et nous enchante à nouveau. Et une nouvelle belle sortie pour Boxer Recordings, déjà responsable de l’excellent album du français Matzak « Life Beginnings ».

En prime le teaser de son album :

Dusty Kid – A Raver’s Diary preview

Tracklist : Dusty Kid - A Raver's Diary
  1. Here comes the techno
  2. The underground persistence
  3. Lynchesque
  4. Klin
  5. Cowboys
  6. Moto perputuo
  7. The fugue
  8. Pluk
  9. America
  10. Agaphes
  11. Nemur

Cela pourrait vous intéresser

Magenta – Un Peu d’Amour

Vidéo : Magenta – Un Peu d’Amour (avec Yoa)

Après les discours riants du duo comique Vincent Lindon et Volodymyr Zelensky sous le regard complice et ému de Thierry Frémaux en ouverture du 75ème festival de Cannes, on avait envie d’un peu d’amour, petit lâcher prise offert par Magenta avant leur nouvel EP disponible le 17 juin et en précommande ici.
Brisa Roché & IX

I want my BRMD !

Attention. Alerte OMNI. Brisa Roché & IX (prononcer ixe nous précise t-on) bousculent le dress code musical avec leur « Heavy Dreaming pop » qui ne rentre pas dans les cases.

Plus dans Chroniques d'albums

Jana Horn

Jana Horn – Optimism

On avait découvert cette voix sublime avec une invitation, Go on / Move your body. On avait évoqué Duras en écoutant la première fois son formidable Optimism. On revient sur ce disque qui depuis ne quitte plus nos oreilles et notre cœur de midinette.
Blondino

Blondino – Un paradis pour moi

Blondino fait partie de ces artistes pour lesquels la définition serait à chaque fois imparfaite, trop vague, une suggestion. Ou alors une tentative. Avec juste quelques balises, posées, lancées plutôt, vers de vagues extrémités, histoire d’en conserver l’ampleur.
Limiñanas / Garnier - De Pelicula

The Limiñanas / Laurent Garnier – De Película

Qu’est-ce qui ressemble à un disque des Jesus and Mary Chain ? Un disque des Jesus and Mary Chain. Qu’est-ce qui ressemble à un disque des The Limiñanas ? Un disque des The Limiñanas Avec De Película, les The Limiñanas signent un pacte avec Laurent Garnier et quitte les rivières pourpres de Shadow People pour […]
H- Burns -Burns The Wire

H-Burns – Burns on the Wire

H-Burns décide de prendre tous les risques et quitte l’Amérique de Jason Molina et de Rob Schnapf pour le Canada du Perdant Magnifique.