Catégories
Chroniques d'albums

Baby Ford

Baby Ford
Baby Ford
Baby Ford

Baby Ford, aurait pu (toutes proportions gardéees) être le Mozart de l’acid-house, avant de se faire ravir ce titre par Richard D. James aka Aphex Twin.

Il publie son premier Lp OOchy Koochy en 1988 sur Rythm King, suivi de Chikki Chikki Aah Aah et de son premier Ep Ford Trax. Même s’il a reconnu avoir été inspiré par les pères fondateurs de la house comme Marshall Jefferson, Ron Trent, Armando et Larry Heard, il a su créer son propre style d’acid house typiquement britton établissant pour longtemps la suprématie de la musique électronique en Europe au détriment des Etats-Unis. Ses disques sortis en plein boum pour cette musique, il a été comme tant d’autres à l’époque assez médiatisé (S’Express, The Beatmasters, M.A.R.R.S., Kraze, Bomb The Bass).

Malgré tout, ses clips passent tardivement sur les chaînes françaises, sans doute grâce ou à cause de la pilule d’ecstasy qu’il tient dans ses mains dans « Children of the revolution » , une reprise d’un tube des 70’s de T-Rex. Son album obtenant un relatif succès commercial, il en enchaîne assez vite un second dans la même veine « ‘Ooo’ The World Of Baby Ford » dans le courant de l’année 1989. Remarqué par une major, Sire, il sort un troisième album « BFord9 » en 1992, tentative un peu ratée de crossover électro pop assez insipide et peu inspiré. Peter Ford décide alors de se faire plus rare et de ne plus se laisser attirer dans les mailles des majors, il brouille les pistes en changeant de pseudo et multiplie les sorties. Il est à l’heure actuelle, un des meilleurs représentants de Perlon, sa techno minimale aride et sèche séduisant encore de nombreux fans.
Reste ces deux premiers albums, formidable témoignage d’une Angleterre laminée par des années de Thatchérisme ayant décidé qu’il était temps de relever la tête et de s’amuser.

Baby Ford – Ford trax


wikipedia.org | discogs

Partager cet article

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Cela pourrait vous intéresser

Melorman - Eliquis

Vidéo : Melorman – Eliquis

Pour les cloîtrés volontaires ou les amateurs de grands espaces, Melorman vous offre 5 minutes d’ailleurs, d’ambiance vaporeuse et ensoleillée.
MAGENTA - Intimité

Vidéo : Magenta – Intimité

“Les doutes, c’est ce que nous avons de plus intime.” écrit Albert Camus dans ses Carnets et Magenta l’exprime dans cette nouvelle version d’Intimité extraite de leur EP Long Feu.
Samoun - Chakchouka

C’est Samoun !

A table avec Samoun, duo mystérieux de producteurs parisiens. Leur Chakchouka ne vous fera pas prendre du poids, bien au contraire et vous fera bosser à nouveau vos plus beaux mouvements appris avec Sidney circa 1984 avec H.I.P. H.O.P..
Magenta - Long Feu

Vidéo : Magenta – Long Feu

Paul Valéry écrivait, « durer provient de dur », tautologie que l’on peut tourner dans tous les sens pour se cacher l’évidence. Magenta le rappelle en secouant la brumaille, en ambiançant le mal-être.

QUARANTINE SONIC SQUAD donne le la pour le DAL

Quarante-cinq artistes se réunissent sur la compilation solidaire et militante du QUARANTINE SONIC SQUAD pour aider le DAL, le syndicat des sans-logis, des mal logés, des locataires H.L.M. qui agit pour défendre les droits et améliorer les lois qui concernent le logement.
montoya

Vidéo : Iñigo Montoya – .E.S

En transe. A chaque écoute de ce cri chilien du collectif Las Tesis, on est remué, bouleversé, boxé, sonné. Et pour une fois, les réseaux ont servi à quelque chose avec la médiatisation et l’internationalisation de ce chant de lutte aussi puissant que Bella ciao, La Chanson de Craonne ou Le Chant des partisans. Cet…
Magenta - Chance (avec Vendredi sur Mer)

Vidéo : Magenta – Chance (avec Vendredi sur Mer)

N’en déplaise à Gainsbarre, ces enfants de la chance nous permettent de connaitre les transes et d’attraper un cœur entre ces hanches que l’on remue à l’écoute de ce nouveau titre de Magenta.

Plus dans Chroniques d'albums

Ian Skelly – Drifters Skyline

Attention. Il va être question d’un super disque que vous ne pourrez écouter que sur votre chaîne hi-fi ou si vous un compte Apple Music.
Alain Johannes - Hum

Alain Johannes – Hum

Producteur et musicien qu’on retrouve aux cotés des Queens of the Stone Age, sur scène avec Them Crooked Vultures, ou en studio avec feu Chris Cornell, PJ Harvey Mark Lanegan, Alain Johannes a un CV qui en couche plus d’un. Et un nouvel album solo, le troisième, qui va accompagner nos journées du lever au…
The Jayhawks -XOXO

The Jayhawks – XOXO

Deux ans après l’impeccable Back Roads And Abandoned Motels, les Jayhawks ne lâchent pas l’affaire et reviennent avec le très bon XOXO.

Protomartyr – Ultimate Success Today

Josey Casey, le chanteur de Protomartyr pense qu’Ultimate Success Today est le meilleur disque du groupe. A l’écoute des onze chansons qui le composent, l’obligation est faite de lui donner raison. Plus forts que les Fontaines D.C., plus violents que les Idles, les Protormartyr sont les vrais méchants du circuit.
DMA'S - The Glow

DMA’S – The Glow

En 2015, les DMA’S sortaient de nulle part et faisaient revivre la brit pop. En 2020, les DMA’S sont installés au sommet du rock (australien) et commettent l’irréparable avec The Glow.
The Mariners - The Tides of Time

The Mariners – The Tides Of Time

Appréciés par les Coral, The Mariners devraient être, si tout va bien, les nouveaux héros des fanatiques des La’s ou de Cast. Cerise sur le pudding, ces quatre gredins vouent un culte certain à John Power, l’homme qui a supporté Lee Mavers pendant des années et qui a enregistré de sacrées chansons avec Cast.
Giant Sand - Ramp

Giant Sand – Ramp

Certains ont pour loisir la pêche, d’autres la pétanque. Le patron de Fire Records préfère laisser les boules aux autres et se concentre sur les rééditions de ses disques préférés. Après avoir ressorti le catalogue de Television Personalities et celui de Bardo Pond et avant de s’attaquer aux beaux disques des Chills et des Lemonheads,…