Alela jacta est !

Alela Diane au festival des 7 collines
Alela Diane au festival des 7 collines
Alela Diane au festival des 7 collines

Alela Diane est de passage en France où le succès est né pour faire découvrir son nouvel album, About Farewell après un divorce et bientôt une pause maternité. Nous étions au festival des 7 Collines pour l’écouter.

Alela Diane

Alela Diane aime la France qui le lui rend bien, elle a choisi cet été des lieux hors norme pour poser ses valises et sa voix envoûtante. Avec ce nouveau disque, elle a repris le contrôle de la situation au moment où elle faisait le point sur sa vie. About Farewell est très proche de The pirate’s gospel, la voix et la guitare prédominent sans les fioritures de la production de Scott Litt pour le précédent album. Cela donne un disque lumineux et sombre (« Some things are best if kept in darkness » , mélancolique mais pas désespéré, où le spleen est transcendé par cette voix familière et généreuse. Elle se met à nu en jouant sur scène ces chansons si intimes avec cette écriture sèche à la Hemingway et l’on entre immédiatement en empathie tant la souffrance affleure. Mais ce disque cathartique n’est qu’une étape, un tremplin vers un avenir radieux, vers une nouvelle vie. Chaque titre semble être une libération « I heard somebody say / That the brightest lights /  Cast the biggest shadows / So honey, I’ve got to let you go » (About Farewell) ou quand elle scande ce « Honey, there is nothing I can do… to save you from yourself. »

Discographie

Alela Diane au festival des 7 collines
Alela Diane au festival des 7 collines

Mais il n’y a rien de plombant là dedans et elle nous l’a confirmé dans le hall du musée d’art moderne de St-Etienne où elle jouait deux soirs consécutifs. Elle fut resplendissante s’amusant de l’averse soudaine après un soleil éclatant ou des menus problèmes de son. Elle était accompagnée d’Heather Broderick au clavier, à la flûte traversière, à la Gibson SG et aux choeurs. Le set fut essentiellement constitué des nouveaux titres précieux d’About Farewell, 9 en tout dont les somptueux The Way we fall ou Nothing I Can Do, mais encadrés par son panthéon personnel, Tired Feet, Dry Grass And Shadows, White as diamonds, Lady Divine, The Rifle et bien sûr son ode à la maternité heureuse, Oh mama.

A tout juste trente ans, elle semble ragaillardie et métamorphosée.

Alela Diane sera en concert le 12 juillet au théâtre Antique d’Arles et le 13 juillet au Palais Idéal du Facteur Cheval à Hauterives.

Alela Diane – Oh Mama

Set list :
1. Tired Feet
2. Dry Grass And Shadows
3. White as diamonds
4. Colorado Blue
5. Lost Land
6. The Way we fall
7. Hazel street
8. I thought I knew
9. Rose & Thorn
10. Nothing I Can Do
11. Before the Leaving
12. About farewell

Encore :
13.Lady Divine
14. The Rifle
15. Oh mama

Date : 10 juillet 2013

Lyonnais qui revendique sa mauvaise foi car comme le dit Baudelaire, "Pour être juste, la critique doit être partiale, passionnée, politique...", Davantage Grincheux que Prof si j'étais un des sept nains, j'aime avant tout la sincérité dans n''importe quel genre musical...
Vous avez aimé ? Partagez !

Cela pourrait vous intéresser

Alela Diane

Oulala Alela !

Alela Diane était en tournée en 2018 avec Heather Woods Broderick et Mirabai Peart, Live At The Map Room en est le polaroid en saisissant ces instants fugaces « en live, comme en concert, canalisant l’énergie de tous les endroits où nous étions allées. »
Alela Diane © Fabrice Buffart

Oh la la Alela !

Alors qu’Alela Diane parcourt la France pour jouer son dernier somptueux album, Cusp, avec en autres un concert sous la magnifique verrière des Subsistances à Lyon le samedi 28 avril avec la non moins divine Lior Shoov dans le cadre du deuxième festival du Petit Bulletin, elle évoque pour SK* sa nouvelle vie entre famille […]
Alela Diane - Moves Us Blind

Vidéo : Alela Diane – Moves Us Blind

ah la la, Alela… Quel disque, quelle voix, quelle sensibilité ! Après le sublime Émigré extrait du non moins sublime Cusp, notre Diane enchanteresse semble avoir atteint une forme de plénitude, sa voix n’a jamais été aussi lumineuse et pénétrante notamment sur ce Move us blinds qui en met plein la vue.

Plus dans Concerts (live reports)

Star Feminine Band à l'Opéra Underground

Star Feminine Band au firmament

Dans le cadre de leur carte blanche à l’Opéra Underground à Lyon, La Féline et Bertrand Belin invitaient le Star Feminine Band pour leur deuxième concert en France avant leur passage à Bobigny (Canal 93) le 30 novembre et au Transmusicales de Rennes les 3 et 4 décembre prochains.
molsemrahal-06sk

Quelle nuit à l’Opéra (de Lyon) !

De la couleur avant toute chose. C’est amusant pour une carte blanche. Bertrand Belin et La Féline ont invité The Colorist Orchestra avec Howe Gelb puis la joueuse de oud syrienne Waed Bouhassoun, en duo avec le virtuose du ney Moslem Rahal.
The Pale Fountains

[35] Les Pale Fountains ou l’Eldorado Pop

Après avoir joué en février 1985 à Londres et avant de s’envoler pour le Japon, les Pale Fountains étaient de retour à Paris en cette veille de printemps 1985. L’Eldorado de 1985 fut la séance de rattrapage pour ceux qui avaient séché la piscine Deligny.
Shack - La Locomotive, 1990

[1990 – 2020] Sur les rails avec Shack

8, 9 et 10 novembre 1990. Paris. Les La’s, les Boo Radleys, Dr Phibes et les House Of Wax Equations débarquent à Paris le temps d’un week-end pour initier les Français aux plaisirs plus ou moins méconnus (mais surtout exquis) de Liverpool. Les frères Head, ex Pale Fountains sont évidemment de la partie. On connaissait […]