Peaking Lights – Cosmic Logic

Peaking Lights - Cosmic Logic
Comment, c'est déjà le sixième album des Peaking Lights ? Ah bon. Nous n'étions pas au courant. C'est aimable de prévenir. Les Peaking Lights, c'est le contraire du groupe qui marche dès le premier disque. Et il se pourrait bien qu'il ne marche pas au bout du sixième mais ça c'est une autre affaire. Donc direction Los Angeles pour évaluer la maison Peaking Lights et ses délires électro.

Peaking Lights

Aaron Coyes et Indra Dunis sont donc les deux responsables de Peaking Lights et sont aussi responsables l’un de l’autre à la ville puisqu’ils forment un couple en dehors de la scène. On imagine le stress à la maison quand arrive une nouvelle chronique…
Et que recherche Peaking Lights? « L’identité même de Peaking Lights a toujours été basé sur l’idée d’une ‘Fucked Modern Pop’, mais nous cherchons toujours à définir exactement de quoi il s’agit. » dixit Aaron Coyes. Voilà qui va nous aider…
Disons que Madame écrit des pop songs pouvant être diablement efficaces et que Monsieur les passent à la moulinette dub-acid house. Pas simple…

Mais les Peaking Lights semblent quand même passer un cap avec ce Cosmic Logic. Le niveau est en hausse par rapport au dernier disque en date (Lucifer publié en 2012). Oui car avant, les deux n’intéressaient pas grand monde. Et à juste raison.

Peaking Lights – Breakdown

Les choses commencent très fort avec le très entêtant candide Infinite Trips. En prélude d’un concert des Stone Roses, ce morceau est parfait.
Mais les choses se compliquent rapidement. Car Aaron Coyes et Matt Thornley (DFA, LCD Soundsytem) décident de jouer les gros bras de la production: Telephone Call y perd beaucoup.
Les compositions de Dunis sont de bonne tenue mais sont complétement parasitées par le délire des deux types cités plus haut. On respire de nouveau avec des morceaux comme Bad with The Good et Tell Me Your Song.
En gros, tant que les deux ne s’en mêlent pas, c’est diablement sympathique.
On conseillera donc à la dame de calmer les deux zigotos pour le prochain disque. Et surtout on se demande comment elle a fait pour les supporter en studio avec le concours de celui qui a l’idée la plus « Fucked Modern Pop ».

Peaking Lights - Cosmic Logic

Peaking Lights – Cosmic Logic
6/10
Pouet? Tsoin. Évidemment.

Cela pourrait vous intéresser

Sombre Magenta

Sombre Magenta

Magenta donnera un peu d’amour le jeudi 22 septembre au Radiant-Bellevue à Caluire près de Lyon.
Berceau des Volontés Sauvages

On s’évade avec le BVS !

You must look up at the comet ! Le BVS n’est pas le Gepan mais le Berceau des Volontés Sauvages, duo néo-kraut & drones lyonnais.

Plus dans Chroniques d'albums

Michelcloup-backflipaudessusduchaos

Michel Cloup – Backflip au dessus du Chaos

Encore rien à écouter sur les internets et pourtant on a envie déjà de vous parler de Backflip au dessus du Chaos de Michel Cloup qui ne sort que le 18 novembre chez Ici d’ailleurs et qui est déjà essentiel.
Jana Horn

Jana Horn – Optimism

On avait découvert cette voix sublime avec une invitation, Go on / Move your body. On avait évoqué Duras en écoutant la première fois son formidable Optimism. On revient sur ce disque qui depuis ne quitte plus nos oreilles et notre cœur de midinette.
Blondino

Blondino – Un paradis pour moi

Blondino fait partie de ces artistes pour lesquels la définition serait à chaque fois imparfaite, trop vague, une suggestion. Ou alors une tentative. Avec juste quelques balises, posées, lancées plutôt, vers de vagues extrémités, histoire d’en conserver l’ampleur.
Limiñanas / Garnier - De Pelicula

The Limiñanas / Laurent Garnier – De Película

Qu’est-ce qui ressemble à un disque des Jesus and Mary Chain ? Un disque des Jesus and Mary Chain. Qu’est-ce qui ressemble à un disque des The Limiñanas ? Un disque des The Limiñanas Avec De Película, les The Limiñanas signent un pacte avec Laurent Garnier et quitte les rivières pourpres de Shadow People pour […]