Catégories
Chroniques d'albums

The Coral – The Curse of Love

The Coral - The Curse Of Love
The Coral - The Curse Of Love
The Coral – The Curse Of Love

Libérés du contrat qui les liait à une major qui avait refusé à l’époque de sortir ce disque, les Coral sortent de la cryogénisation The Curse of Love, album enregistré à la va-vite sur un 8 pistes après The Invisible Invasion.

Petit rappel historique. A l’époque, les membres du groupe ont 19 ou 20 ans, trois poils au menton et viennent de placer quatre disques dans le top 5 anglais en quatre ans. Même le très psychédélique Nightfreak and the Sons of Becker, suite bordélique et hallucinée de l’album Magic and Medicine, a atteint la cinquième place des classements britanniques. Une autre époque décidément.
Désormais hébergés sur leur propre label, les Liverpuldiens ont la liberté de publier ces chansons. Pas sûr qu’ils retrouvent le top 5 d’antan mais qu’importe…

The Coral

On ne le répétera jamais assez mais chroniquer un disque de ce groupe est un exercice relativement difficile. En effet, un disque des Coral se révèle au bout de quelques écoutes, de quelques mois et de quelques verres de vin rouge. Ce groupe a le don pour produire des disques qui naviguent en dehors du temps et qui offrent une nouvelle facette à chaque passage. Une constante chez les musiciens de Liverpool : tentez l’expérience avec un disque de Shack ou avec une chanson de Lee Mavers et vous verrez.

The Coral – The Curse of Love

Une partie des chansons de The Curse of Love n’est pourtant pas totalement inconnue. Nous retrouvons des faces B (Willow Song, petite sœur de Put the Sun Back ou encore Gently, cousine de Two Faces) et des chansons occupant une place de choix sur la plantureuse compilation appelée sobrement Singles Collection.

Nous trouvons aussi de vraies nouvelles chansons qui montrent toute l’étendue du talent de son groupe hors pair. Avec trois guitaristes dans l’affaire dont Lee Southall (qui prendra son envol avec la future défection de Bill Ryder-Jones), difficile d’être mauvais et de pondre que des étrons. Quoique certains groupes en sont capables…

La première qualité de The Curse of Love est de nous faire basculer dans l’atmosphère de 2005. Le chef d’œuvre des Bees (Free The Bees) n’est pas loin, les Coral passent comme jamais à la radio (avec In The Morning) et l’Espagne fête les 400 ans du Don Quichotte de Cervantès. Des Don Quichotte, les Coral en sont. Têtes baissées, envoyant Noel Gallagher dans les cordes avant d’accepter son aide, les Coral balancent à la tête du public une multitude de chansons à tout berzingue. Le public suit, enfin tente de suivre, et sera au final essoufflé avant le groupe. Un comble! Les membres des Coral sont les Don Quichotte de la pop anglaise: ils se battent contre des moulins à vent et défendent une certaine idée de la pop. Et ça, tout le monde s’en fiche!

The Curse of Love est donc le chaînon manquant entre les débuts foutraques du groupe et le calme salvateur des années qui suivent.
The Second Self, comptine psychédélique, et sa grande sœur Nine Times The Colour Red rappellent le coté très Captain Beefheart de l’affaire.
On distingue aussi, la coupe au bol du Père James Skelly. Celui-ci quitte l’adolescence vocale de Dreaming Of You et se transforme peu à peu en prêtre de la nostalgie voguant sur la Mersey (Willow Song & The Watcher In The Distance). Et ce type arrive encore à nous faire pleurer avec les mots de You Closed The Door. Ce n’est qu’un début: en 2005, nous n’avons pas encore entendu Cobwebs.

C’est cela, fermons la porte, buvons un verre de vin et écoutons une nouvelle fois ce disque.

The Coral – The Curse of Love4.5
9/10
Pouet? Tsoin. Évidemment.
Partager cet article

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Cela pourrait vous intéresser

Paul Molloy is like a virgin

Liverpool continue de nous enchanter en cet été étouffant. La rasade de fraîcheur est aujourd’hui assurée par Paul Molloy, ex- The Zutons et actuel The Coral avec son clip My Madonna.

Ian Skelly – Drifters Skyline

Attention. Il va être question d’un super disque que vous ne pourrez écouter que sur votre chaîne hi-fi ou si vous un compte Apple Music.

La pop selon Paul Molloy

Il y a du mouvement à Liverpool. Michael Head ressort un disque ? Du tout. L’affaire se joue au niveau de la génération suivante. Paul Molloy, guitariste des Coral, s’apprête à publier un premier album solo.
The Coral - Live At Skeleton Key

The Coral – Live At Skeleton Coast

En attendant de reprendre les chamailleries habituelles du 1er mai, on peut écouter, confiné, l’album live des Coral qui vient de débarquer sans prévenir sur les Internet.

La bonne humeur des Lathums

Les Lathums ne s’arrêtent plus ! Les revoilà avec un nouveau single, produit par James Skelly (The Coral) et une plantureuse tournée anglaise. A quand la France ?

Ian Broudie – Tales Told

En 2004, Ian Broudie laisse The Lightning Seeds au repos et décide d’enregistrer un disque solo avec la jeune garde de Liverpool. L’idée fut évidemment géniale car Tales Told est son plus beau disque.

Plus dans Chroniques d'albums

The Bats - Foothills

The Bats – Foothills

Les Bats viennent de publier Foothills, leur dixième album. Comme pour les neuf premiers, le verdict sera le même : les Bats sont le meilleur groupe du monde.
J.E. Sunde - Love

J.E. Sunde – Love

Désormais hébergé chez Vietnam (Chevalrex, H-Burns), J.E. Sunde poursuit la quête qu’il a débutée une décennie plus tôt ; à savoir écrire la chanson folk parfaite. Avec ce nouvel album, Love, Sunde démontre qu’il va falloir compter sur lui en 2020. Et pour le reste de votre vie.
The Moons - Pocket Melodies

The Moons – Pocket Melodies

Très actifs au début des années 2010, The Moons s’était assagi en devenant silencieux depuis quelques années. Andy Crofts, l’homme qui se cache derrière ce groupe, avait été accaparé par son travail avec Paul Weller. 2020 nous réserve son lot de surprises tous les jours. The Moons est de retour avec un disque et s’est…
Bachar Mar-Khalifé - On​Off

Bachar Mar-Khalifé – On​/​Off

Vous cherchez un seul disque pour votre reconfinement ? On​/​Off de Bachar Mar-Khalifé pourrait être celui qu’il vous faut pour les longues après-midi sous la couette, un verre d’Aloxe-Corton et un Houellebecq à portée de main.
Juanita Stein - Snapshot

Juanita Stein – Snapshot

Troisième disque solo de Juanita Stein, Snapshot nous renvoie au début des années 2000, une époque où le Royaume-Uni avait le chic pour exporter une kyrielle de bons groupes.
Jeff Tweedy - Love Is The King

Jeff Tweedy – Love is the King

Intimement lié au livre How to Write One Song, Love is the King prouve une fois de plus que Jeff Tweedy fait partie des très grands. Et si certains ont perdu le fil avec la discographie de Wilco, ce nouveau disque solo est un excellent prétexte pour se rabibocher avec son patron.

Laura Veirs – My Echo

Accompagnée de Jim James, Bill Frisell, Karl Blau et de Matt Ward, Laura Weirs sort un onzième impeccable album.