Catégories
Chroniques d'albums

The Coral – The Curse of Love

The Coral - The Curse Of Love
The Coral - The Curse Of Love
The Coral – The Curse Of Love

Libérés du contrat qui les liait à une major qui avait refusé à l’époque de sortir ce disque, les Coral sortent de la cryogénisation The Curse of Love, album enregistré à la va-vite sur un 8 pistes après The Invisible Invasion.

Petit rappel historique. A l’époque, les membres du groupe ont 19 ou 20 ans, trois poils au menton et viennent de placer quatre disques dans le top 5 anglais en quatre ans. Même le très psychédélique Nightfreak and the Sons of Becker, suite bordélique et hallucinée de l’album Magic and Medicine, a atteint la cinquième place des classements britanniques. Une autre époque décidément.
Désormais hébergés sur leur propre label, les Liverpuldiens ont la liberté de publier ces chansons. Pas sûr qu’ils retrouvent le top 5 d’antan mais qu’importe…

The Coral

On ne le répétera jamais assez mais chroniquer un disque de ce groupe est un exercice relativement difficile. En effet, un disque des Coral se révèle au bout de quelques écoutes, de quelques mois et de quelques verres de vin rouge. Ce groupe a le don pour produire des disques qui naviguent en dehors du temps et qui offrent une nouvelle facette à chaque passage. Une constante chez les musiciens de Liverpool : tentez l’expérience avec un disque de Shack ou avec une chanson de Lee Mavers et vous verrez.

The Coral – The Curse of Love

Discographie

Une partie des chansons de The Curse of Love n’est pourtant pas totalement inconnue. Nous retrouvons des faces B (Willow Song, petite sœur de Put the Sun Back ou encore Gently, cousine de Two Faces) et des chansons occupant une place de choix sur la plantureuse compilation appelée sobrement Singles Collection.

Nous trouvons aussi de vraies nouvelles chansons qui montrent toute l’étendue du talent de son groupe hors pair. Avec trois guitaristes dans l’affaire dont Lee Southall (qui prendra son envol avec la future défection de Bill Ryder-Jones), difficile d’être mauvais et de pondre que des étrons. Quoique certains groupes en sont capables…

La première qualité de The Curse of Love est de nous faire basculer dans l’atmosphère de 2005. Le chef d’œuvre des Bees (Free The Bees) n’est pas loin, les Coral passent comme jamais à la radio (avec In The Morning) et l’Espagne fête les 400 ans du Don Quichotte de Cervantès. Des Don Quichotte, les Coral en sont. Têtes baissées, envoyant Noel Gallagher dans les cordes avant d’accepter son aide, les Coral balancent à la tête du public une multitude de chansons à tout berzingue. Le public suit, enfin tente de suivre, et sera au final essoufflé avant le groupe. Un comble! Les membres des Coral sont les Don Quichotte de la pop anglaise: ils se battent contre des moulins à vent et défendent une certaine idée de la pop. Et ça, tout le monde s’en fiche!

The Curse of Love est donc le chaînon manquant entre les débuts foutraques du groupe et le calme salvateur des années qui suivent.
The Second Self, comptine psychédélique, et sa grande sœur Nine Times The Colour Red rappellent le coté très Captain Beefheart de l’affaire.
On distingue aussi, la coupe au bol du Père James Skelly. Celui-ci quitte l’adolescence vocale de Dreaming Of You et se transforme peu à peu en prêtre de la nostalgie voguant sur la Mersey (Willow Song & The Watcher In The Distance). Et ce type arrive encore à nous faire pleurer avec les mots de You Closed The Door. Ce n’est qu’un début: en 2005, nous n’avons pas encore entendu Cobwebs.

C’est cela, fermons la porte, buvons un verre de vin et écoutons une nouvelle fois ce disque.

The Coral – The Curse of Love
9/10
Pouet? Tsoin. Évidemment.
Vous avez aimé ? Partagez :

Cela pourrait vous intéresser

The Coral

Récit Coralien

Sorti en juillet 2002 chez Deltasonic Records, le premier album des Coral fit grand bruit, porté par un single fantastique, Dreaming of you. Pour fêter ses vingt ans, le groupe le réédite et annonce une tournée (anglaise).
The Coral

Les The Coral s’aèrent l’esprit

Coral Island continue son petit bonhomme de chemin et s’écoute toujours avec autant d’intérêt. Le morceau Change Your Mind bénéficie d’un clip, en ligne depuis quelques heures.
The Coral - Coral Island

The Coral – Coral Island

Nés dans le sillage des effluves de la Brit pop, les Coral ont cassé la baraque en 2002 avec le premier disque et Dreaming Of You, leur unique tube. Depuis ? Une dizaine d’albums, confinés à un succès anglo-saxon, tous excellents. Maintes fois dépassés dans les classements par la jeune garde, les Coral n’ont jamais…
The Coral

The Coral, l’efficacité anglaise

Et de dix pour les Coral ! Le groupe de Liverpool sera de retour à la fin du mois d’avril avec un double album et vient de publier Vacancy, un nouveau single diablement efficace.

Plus dans Chroniques d'albums

Limiñanas / Garnier - De Pelicula

The Limiñanas / Laurent Garnier – De Película

Qu’est-ce qui ressemble à un disque des Jesus and Mary Chain ? Un disque des Jesus and Mary Chain. Qu’est-ce qui ressemble à un disque des The Limiñanas ? Un disque des The Limiñanas Avec De Película, les The Limiñanas signent un pacte avec Laurent Garnier et quitte les rivières pourpres de Shadow People pour…
H- Burns -Burns The Wire

H-Burns – Burns on the Wire

H-Burns décide de prendre tous les risques et quitte l’Amérique de Jason Molina et de Rob Schnapf pour le Canada du Perdant Magnifique.
Tar - Tar Box

Tar – Tar Box

En 1991, Nirvana décrochait le jackpot avec Nevermind, leur deuxième album. En 1991, Tar ne décrochait pas le jackpot avec Jackson, leur deuxième album. Passée à l’époque sous les radars de la presse européenne, la musique de Tar revient sur le devant de la scène avec un élégant coffret.
The Killers - Pressure Machine

The Killers – Pressure Machine

Entouré par Springsteen et par John Steinbeck, Brandon Flowers poursuit sa quête de la chanson parfaite et nous emmène dans les terres de son enfance.
Vikken

Vikken – Joie

Vikken et sa Joie ont tous deux le sens de la débâcle. Un côté Charlie Chaplin de la folle déprime, face à une grosse machinerie bête et informe, qui fixe, qui normalise, qui nécessairement finit par s’emballer, et qui ne s’arrête plus, et qui envoie valser en l’air à grands coups de beats électro tout…
Francis Lung - Miracle

Francis Lung – Miracle

L’ex-membre de WU LYF a bien fait de nommer son nouveau disque Miracle. Les 13 (tiens tiens, ce nombre..) chansons font de nouveau croire en lui.