Mirel Wagner – When the Cellar Children See the Light of Day

Avec son deuxième album When the Cellar Children See the Light of Day, Mirel Wagner a décroché la timbale outre-Manche et a attrapé le pompon outre-Atlantique. Album of the week pour le journal anglais Mojo, 7,2 (...) pour les amerloques de Pitchfork. N'en jetez plus, la France veut aussi participer à la fête. Nous avons donc trouvé le lien entre les bas-fonds de Londres et le soleil du Kentucky grâce à cette Éthiopienne vivant en Finlande : les dix titres de ce disque devraient impressionner les amateurs de belles choses. Les fans de Cash en premier.


Mirel Wagner - When the Cellar Children See the Light of Day

Quel disque !
Mirel Wagner, c’est un peu l’anti Jake Bugg. Ils piochent tous les deux dans les poches d’un blues américain qui ne dit pas son nom mais un seul arrive à en tirer des chansons. Et c’est Mirel Wagner qui gagne à ce petit jeu là.
Elle n’a pas été cherché Rick Rubin pour la production de son When the Cellar Children See the Light of Day : un certain Vladislav Delay a fait l’affaire et fait office du patron d’American Recordings sur la plupart des chansons. Le label Sub Pop Records aurait-il trouvé son nouveau sorcier du son ? A l’écoute de Dirt, nous pouvons répondre par l’affirmative.

Mirel Wagner – Oak Tree

Discographie

Et les chansons dans tout ça ? On y va avec le minimum syndical. Une guitare, quelques accords, un arrangement et la voix de Wagner. C’est pourtant si simple quand on y pense. Les choses débutent avec une mise au point d’envergure : l’impressionnant 1234 rhabille Nick Cave pour l’hiver. Et la suite.. Toujours bâti sur le même modèle, les chansons de When the Cellar Children See the Light of Day font avec une économie de moyens le maximum d’effets (Taller Than Tall Trees). Le parfait disque anti-crise.

La voix de Mirel Wagner se fait moins impériale sur la deuxième partie du disque. La relative candeur qui habite des morceaux comme Dreamt of a Wave ou The Devil’s tongue pourra surprendre l’auditeur qui a presque pleuré sur le fantomatique Oak Tree.

Le pire dans cette affaire ? La future tyrannie critique autour du supposé chef d’œuvre de Julian Casablancas et ses rigolos de The Voidz qui va oublier d’écouter ce disque.

Mirel Wagner - When the Cellar Children See the Light of Day

Mirel Wagner – When the Cellar Children See the Light of Day
9/10
Pouet? Tsoin. Évidemment.

Cela pourrait vous intéresser

Photos concert : Jay Mascis @ Soirée Sub Pop – Winter Camp Festival @ la Maroquinerie, Paris | 12.12.2014

Photos : Soirée Sub Pop – Winter Camp Festival @ la Maroquinerie, Paris | 12.12.2014

Avec son deuxième album When the Cellar Children See the Light of Day, Mirel Wagner a décroché la timbale outre-Manche et a attrapé le pompon outre-Atlantique. Album of the week pour le journal anglais Mojo, 7,2 (…) pour les amerloques de Pitchfork. N’en jetez plus, la France veut aussi participer à la fête. Nous avons donc trouvé le lien entre…
Europavox 2012

L’Auvergne c’est l’Europe

Pendant que l’Europe économique tangue sérieusement, l’Europe musicale débarque à Clermont-Ferrand au 7ème festival Europavox les 25, 26 et 27 mai 2012.
Mirel Wagner - Joe

clip : Mirel Wagner – Joe

Tendresse, fraternité, douceur chez ce Joe par la lumineuse Mirel Wagner, remède à la xénophobie rampante. Elle sera en concert le 13 mai à Laval au Festival Les 3 Elephants, le 24 mai à Allonnes sur La Péniche Excelsior, le 25 mai à Rouen au 106 , le 26 mai à Strasbourg à La Laiterie […]

Plus dans Chroniques d'albums

Apparitionduvisagedebelalugosisurunetranchedesalami

Comelade : ô lâches, soyez fous !

Et si le disque de 2022 était un disque instrumental et barré dont Pascal Comelade a le secret, ironiquement intitulé Le non-sens du rythme ?
Stephaneicher-odeartworkbysylviefleuryphotobyannikwetter

Stephan Eicher – Ode

Il n’y a pas d’ami comme Stephan Eicher. A chaque disque il nous offre une balade dans son dédale sentimental, ses étranges paysages, ses constructions impossibles.
Bastien Devilles - Remonter le courant

Bastien Devilles – Remonter le courant

On connaissait Daredevil, voilà Bastien Devilles que l’on peut écouter les yeux fermés d’autant plus que les mots sont de Brigitte Giraud, futur prix Goncourt avec Vivre vite.