Catégories
Chroniques d'albums

Mirel Wagner – When the Cellar Children See the Light of Day

Mirel Wagner - When the Cellar Children See the Light of Day
Mirel Wagner - When the Cellar Children See the Light of Day
Mirel Wagner – When the Cellar Children See the Light of Day

Avec son deuxième album When the Cellar Children See the Light of Day, Mirel Wagner a décroché la timbale outre-Manche et a attrapé le pompon outre-Atlantique. Album of the week pour le journal anglais Mojo, 7,2 (…) pour les amerloques de Pitchfork. N’en jetez plus, la France veut aussi participer à la fête.
Nous avons donc trouvé le lien entre les bas-fonds de Londres et le soleil du Kentucky grâce à cette Éthiopienne vivant en Finlande : les dix titres de ce disque devraient impressionner les amateurs de belles choses. Les fans de Cash en premier.

Mirel Wagner

Quel disque !
Mirel Wagner, c’est un peu l’anti Jake Bugg. Ils piochent tous les deux dans les poches d’un blues américain qui ne dit pas son nom mais un seul arrive à en tirer des chansons. Et c’est Mirel Wagner qui gagne à ce petit jeu là.
Elle n’a pas été cherché Rick Rubin pour la production de son When the Cellar Children See the Light of Day : un certain Vladislav Delay a fait l’affaire et fait office du patron d’American Recordings sur la plupart des chansons. Le label Sub Pop Records aurait-il trouvé son nouveau sorcier du son ? A l’écoute de Dirt, nous pouvons répondre par l’affirmative.

Mirel Wagner – Oak Tree

Et les chansons dans tout ça ? On y va avec le minimum syndical. Une guitare, quelques accords, un arrangement et la voix de Wagner. C’est pourtant si simple quand on y pense. Les choses débutent avec une mise au point d’envergure : l’impressionnant 1234 rhabille Nick Cave pour l’hiver. Et la suite.. Toujours bâti sur le même modèle, les chansons de When the Cellar Children See the Light of Day font avec une économie de moyens le maximum d’effets (Taller Than Tall Trees). Le parfait disque anti-crise.

La voix de Mirel Wagner se fait moins impériale sur la deuxième partie du disque. La relative candeur qui habite des morceaux comme Dreamt of a Wave ou The Devil’s tongue pourra surprendre l’auditeur qui a presque pleuré sur le fantomatique Oak Tree.

Le pire dans cette affaire ? La future tyrannie critique autour du supposé chef d’œuvre de Julian Casablancas et ses rigolos de The Voidz qui va oublier d’écouter ce disque.

Mirel Wagner - When the Cellar Children See the Light of Day

Mirel Wagner – When the Cellar Children See the Light of Day4.5
9/10
Pouet? Tsoin. Évidemment.
Partager cet article

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Cela pourrait vous intéresser

Europavox 2012

L’Auvergne c’est l’Europe

Europavox 2012 Pendant que l’Europe économique tangue sérieusement, l’Europe musicale débarque à Clermont-Ferrand au 7ème festival Europavox les 25, 26 et 27 mai 2012.
Mirel Wagner - Joe

clip : Mirel Wagner – Joe

Mirel Wagner – Joe Tendresse, fraternité, douceur chez ce Joe par la lumineuse Mirel Wagner, remède à la xénophobie rampante. Elle sera en concert le 13 mai à Laval au Festival Les 3 Elephants, le 24 mai à Allonnes sur La Péniche Excelsior, le 25 mai à Rouen au 106 , le 26 mai à…
Mirel Wagner

clip : Mirel Wagner – No Death

10 plans et 3’10 suffisent à Mirel Wagner pour faire frissonner. Elle est née en Éthiopie, vit en Finlande, le noir et blanc s’impose donc mais c’est la simplicité de cette vénus aux 8 notes qui vous cueille.

Plus dans Chroniques d'albums

PJ Harvey - Stories From The City, Stories From The Sea - Demos

PJ Harvey – Stories From The City, Stories From The Sea – Demos

En 2000, PJ Harvey sortait Stories From The City, Stories From The Sea et cassait la baraque en remportant le Mercury Prize et en mettant un nouvel uppercut à ceux qui ne s’étaient pas encore remis de Dry. Avec ce cinquième album, PJ Harvey jouait avec Thom Yorke et débarquait dans la cour des très…

Mansfield.TYA – Monument Ordinaire

Sans vraiment savoir pourquoi, dans Monument Ordinaire, on s’attendrait à voir des trucs. Et rien ne nous surprendrait. En écoutant, vaguement, comme ça, quelques minutes au hasard. Peut-être déjà parce que Mansfield. TYA ça ne respire pas toujours follement la joie, ça a même quelques fois une tête de sonnerie aux morts. Ou bien celle…
Mogwai - As The Love Continues

Mogwai – As The Love Continues

Sorte de bizarrerie électrique à ses débuts, Mogwai s’impose aujourd’hui comme un grand fournisseur de chansons et endosse le statut de meilleur groupe écossais.
Brisa Roché & Fred Fortuny - Freeze Where U R

Brisa Roché & Fred Fortuny – Freeze Where U R

A ma gauche, Brisa Roché, chanteuse américaine installée à Paris depuis quelques années. A ma droite, Fred Fortuny, musicien ayant travaillé avec une kyrielle d’artistes dont Da Silva. Au milieu, ce disque, Freeze Where U R, qui réchauffe les cœurs et qui a le parfum des notes de Carole King.
Kiwi Jr. - Cooler Returns

Kiwi Jr. – Cooler Returns

Pour les radins qui ont refusé de débourser une vingtaine d’euros pour Strum & Thrum : The American Jangle Underground 1983 – 1987 (Captured Tracks), les Kiwi Jr. représentent la solution de secours et l’ultime chance de se rattraper. Pour une dizaine d’euros, Cooler Returns, le nouveau disque de ces Canadiens promet beaucoup et donne……
Chevalrex - Providence

Chevalrex – Providence

Écrit en partie l’hiver dernier sur l’île de la Désirade (Guadeloupe), Providence prend élégamment la suite d’Anti Slogan et nous fait espérer des jours meilleurs avec des chansons puissantes et tenaces.
Strum & Thrum

Strum & Thrum : The American Jangle Underground 1983​-​1987

Attention. Grande compilation. Concoctée par Mike Spiner, le patron de Captured Tracks, Strum & Thrum : The American Jangle Underground 1983​-​1987 soulève le couvercle d’un passé riche mais totalement oublié. En effet, dans les années 80, le rock indépendant américain avait des têtes de pont formidables mais avec toute une tripotée de seconds couteaux tout…