Nouveau projet pour Pierre-Louis François (Headcases, Luis Fransesco Arena, Le Prince Miiaou) avec RubiCan. Un premier EP, Brise-Lame est sorti en mai avant un deuxième à l’automne. L’occasion d’en savoir un peu plus sur ce virage pop solitaire et solaire.

On te connait avec ton précédent projet Luis Francesco Arena calme, acoustique, envoûtant, lyrique parfois, qu’est ce qui t’a poussé à changer de direction avec RubiCan ?

Les choses se sont faites par hasard, à la suite de Stars and Stones, dernier album de LFA (Luis Francesco Arena), j’ai voulu bouleverser mes habitudes de composition pour essayer de me renouveler et ne pas refaire le même disque. Au lieu de composer à la guitare acoustique comme j’en avais l’habitude, je suis parti de petits gimmicks de guitare ou de chant, pour ensuite tout réarranger devant mon ordinateur en triturant les sons, les structures et les harmonies. J’avais envie de quelque chose de plus électrique et de moins feutré pour ces nouvelles chansons, c’est pourquoi j’ai utilisé beaucoup de boite à rythmes et de claviers.
Je pensais aussi inclure le français comme un nouvel outil de composition. Au final, je me suis rendu compte que le résultat était très loin de l’univers de LFA, il m’a paru évident qu’un nouveau projet venait de voir le jour et qu’il était peut être temps pour LFA de prendre une petite pause…

Au début je croyais que le mot RubiCan était anglo-saxon, or il vient de l’italien rabicano, (de rabo, queue, et cano, blanc), donc un terme lié aux chevaux et à leur robe tachetée, pourquoi ce choix souvent difficile pour un nom de groupe ?

Le nom du projet a été le point le plus compliqué à définir contrairement aux chansons qui sont nées assez instinctivement. Je voulais un nom qui ne soit pas forcement identifiable au niveau de la langue, et qui sonne bien à mes oreilles… Après maintes et maintes recherches, je suis tombé sur ce mot qui m’a tout de suite plu. La petite trentaine m’a apporté pas mal de cheveux blancs… J’ai trouvé le clin d’œil amusant. Pour être honnête ça ne va pas plus loin que ça !

RubiCan – Par delà la pudeur

Tu es seul sur ce projet ou il y a d’autres musiciens ?

Je suis seul à composer, Benjamin Mandeau mixe les morceaux et m’aide à affiner les sonorités, notamment les claviers. Je suis content de tout gérer pour ce projet mais je trouve indispensable de passer par le filtre de Benjamin pour redonner un peu de fraîcheur à mes idées.

Les sonorités sont beaucoup plus synthétiques, pourquoi ce choix ? quelles influences t-ont poussé dans cette direction ?

J’avais déjà amorcé ce virage électronique dans le dernier album de LFA avec le morceau de clôture Containers.
J’adore programmer les boites à rythmes et triturer les sons… Je dois avouer que l’ordinateur m’a offert les voies d’exploration dont j’avais besoin pour réinventer ma musique. Après une dizaine d’années sous le nom de LFA j’avais besoin de reprendre les choses à zéro pour retrouver une certaine liberté et un champ d’exploration de nouveau vierge. Je dirais que des groupes comme Son Lux, St Vincent, et plus largement le travail de production de John Congleton m’ont pas mal inspiré dans cette direction.

Pourquoi ce titre Brise-Lame ? L’âme ?

J’avoue avoir pensé à ce jeu de mot…
J’ai un petit faible pour les noms composés, j’aime le fait que deux noms prennent un sens différent lorsqu’ils sont réunis. Le brise-lames, c’est une protection qui empêche les vagues de submerger le pont d’un navire, ça peut être aussi une digue de protection. J’aime l’idée de fragilité qui en découle, un dernier rempart de protection empêchant un désordre éventuel, en même temps c’est un outil censé garantir un état de calme et de sérénité même si les choses peuvent basculer à tout moment.

« La pudeur s’est égarée quand la laideur s’en est mêlée », qu’est-ce qui est laid aujourd’hui ? trouves-tu que l’on manque de pudeur ?

Oui complètement, je suis assez souvent embarrassé par le manque de pudeur qui prédomine dans notre société qui cherche à communiquer à tout prix et à tout va… Ce systématisme de la mise en avant de l’individu même s’il n’a rien à raconter, je trouve ça assez troublant… Malheureusement pour pouvoir exister un minimum en tant que musicien aujourd’hui, tu es obligé de te mettre en avant d’une manière ou d’une autre, notamment via les réseaux sociaux… Tu dois souvent recourir à une sorte d’auto-promotion pas forcément facile à assumer en ce qui me concerne… Je rêve du temps ou le simple fait de jouer de la musique suffisait à sortir un disque et aller le jouer en concert. Maintenant quand tu es musicien tu dois pratiquement tout gérer, j’y trouve du bon et du mauvais…

« La pudeur est une question d’éclairage. » affirmait Etienne Rey dans l’Amour de Stendhal. Tu en penses quoi ?

La pudeur est une question d’éclairage et c’est souvent dans l’obscurité, lorsque l’on prend le temps d’observer, qu’on peut déceler des trésors pas immédiatement visibles au premier regard. Mais la pudeur cache parfois des sentiments inavoués qui s’échappent et sèment le désordre lorsque les garde-fous de la colère se rompent.

RubiCan

Tu as des artistes qui chantent en français qui t’inspirent ou que tu aimes particulièrement ?

Pas vraiment pour être honnête, je n’ai pas une bonne culture « chanson française », je n’en écoute pratiquement pas…

Brise-Lame est un EP 5 titres, la suite est déjà dans les tuyaux ? tu es dans une démarche de recherche de label pour ce projet ?

Mon second EP est déjà enregistré, j’espère le mixer prochainement pour pouvoir le sortir à l’automne. Pour le label je travaille déjà avec « A tant Rêver du Roi » qui a sorti Brise-Lame, ainsi que l’album de Francky Goes to Pointe-à-Pitre groupe auquel je participe. C’est un label de Pau qui sort énormément de bons groupes comme Tom Bodlin par exemple… Je vous invite à visiter leur site, il est fort probable que mon second EP sorte chez eux également.

Tu joues pour Le Prince Miiaou et Francky Goes to Pointe-à-Pitre, quelle(s) collaboration(s) te ferait rêver ?

D’un point de vue créatif j’adorerais collaborer avec John Congleton. J’ai déjà travaillé avec lui pour la production de deux de mes disques, je n’irais pas jusqu’à dire qu’il est un ami mais le courant est bien passé entre nous. Je suis assez admiratif de son travail au sein de ses groupes The Paper Chase et plus récemment Nighty Nite.

Tu vas tourner avec RubiCan ? des dates à mettre en avant ?

Oui j’espère beaucoup ! Quelques dates devraient apparaître pour le Printemps, je vais essayer de m’y atteler le plus possible.

Peux-tu nous faire ta playlist du moment ?

Son Lux - Bones


Refused - Freedom


Tame Impala - Currents


Scott Walker - Bish Bosch

Un artiste méconnu à faire découvrir ?

Allez donc jeter une oreille sur l’album de mon ami Parad, ça s’appelle Le Bonheur Inquiet, il est sorti il y a quelque temps déjà, j’ai pas mal participé aux guitares et aux chœurs sur ce disque.

Parad - Le Bonheur Inquiet

Un livre, un film, une boisson, un lieu particulier pour l’été ?

Éclade de moules avec un verre de vin blanc à la Tremblade en Charente-Maritime…Ressourçant !!!
Je n’ai pas le temps de lire en ce moment, c’est une catastrophe !

RubiCan - Brise - Lame

Lyonnais qui revendique sa mauvaise foi car comme le dit Baudelaire, "Pour être juste, la critique doit être partiale, passionnée, politique...", Davantage Grincheux que Prof si j'étais un des sept nains, j'aime avant tout la sincérité dans n''importe quel genre musical...
Partager cet article

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Cela pourrait vous intéresser

Prince Miiaou © Boris Barthes

Vidéo : Le Prince Miiaou – Poisson

Ce poisson nage en eau trouble mais comme l’affirme Francis Blanche : “que celui qui n’a jamais péché jette au poisson la première pierre !”. Le Prince Miiaou partage sa détresse, l’amour contient bien des arêtes et ce poison lent et inexorable nous fait souvent échouer hors de l’eau, hors de nous-même.
Cabourg Mon Amour 2016

Cabourg Mon Amour mérite le détour !

Une affiche réalisée par Jean Jullien, la présence du trop rare C Duncan et la Normandie. Le festival Cabourg Mon Amour vient de réaliser le tiercé gagnant de l’été 2016. Voici une rapide sélection des gens à ne pas louper à la fin du mois de juillet dans cette belle ville de Cabourg.
Declan McKenna

Declan McKenna a la baraka

Declan McKenna et ses 16 ans vont envoyer Jake Bugg et ses morceaux à la maison de retraite. L’anglais McKenna a gagné le concours du meilleur jeune talent lors du festival de Glastonbury 2015 et s’apprête à publier un EP gorgé de chansons typiquement… anglaises. De festival, il en est encore question en 2016 puisque…

Plus dans Interviews

Karine Daviet

Karine Daviet en toute indépendance

Karine Daviet est lyonnaise et vient de sortir un premier EP, L’indépendance, recueil de six titres en français à la fois doux et âpres avec des arrangements soignés mêlant guitare acoustique, théorbe, clavecin, viole de gambe, flûtes à bec et sons électroniques. Assez logique quand on écoute sa playlist commentée ci-dessous après un questionnaire façon…
Moli © Celeste Call

5 questions à … Moli

SK* a demandé à une centaine (et plus) d’artistes appréciés par les membres de l’équipe de répondre à cinq questions très simples avec leurs morceaux du moment, nouveaux ou anciens. Voilà le tour de Moli , jeune belge de 21 ans qui pourrait suivre la trace de Mademoiselle Van Laeken. Installée à Berlin où elle…
Klon

L’ascension de Klon

Klon. Ce n’est ni con, ni Klug ou le nom d’une nouvelle planète. Quoique. Ces Magnificent Seven déboulent dans notre galaxie musicale avec un premier titre Noise, qui va faire du bruit. Il est accompagné d’une somptueuse animation réalisée par le gang lui même qui met en scène une ville-automate monstrueuse qui produit les clones…
Maë Defays

5 questions à … Maë Defays

SK* a demandé à une centaine (et plus) d’artistes appréciés par les membres de l’équipe de répondre à cinq questions très simples avec leurs morceaux du moment, nouveaux ou anciens. Voilà le tour de Maë Defays, autrice d’une caresse musicale avec son EP Whispering dont est extrait notre exclu d’hier, La vie entière. On découvre…
Bananagun

5 questions à … Bananagun

SK* a demandé à une centaine (et plus) d’artistes appréciés par les membres de l’équipe de répondre à cinq questions très simples avec leurs morceaux du moment, nouveaux ou anciens. Voilà le tour des foutraques australiens de Bananagun. Oubliez The Go-Betweens, The Saints, Nick Cave ou Silverchair, ce quintette psyché et percussif adepte de l’afrobeat…

Passionnant Johan Asherton

Et un nouveau beau disque de Johan Asherton ! L’ex-The Froggies, qui a eu le chic de ne jamais enregistrer un mauvais disque depuis ses débuts solo en 1988 avec God’s Clown, revient avec Passiontide, une collection de dix chansons sombres et élégantes.
Codeine

[1990-2020] Dix cachets de Codeine

On écrit toujours, à tort, que les Afghan Whigs étaient le seul groupe de chez Sub Pop à ne pas être originaire de Seattle. Greg Dulli, le chaud lapin de Cincinnati (Ohio) avait signé sur le célèbre label de Seattle pour sortir Up In It en 1990 après avoir sorti Big Top Halloween en 1988…