Chronique : Snuff Crew - Snuff Crew

Non, Daft Punk n’est pas le premier groupe à se défier des médias et à apparaître masqué afin de préserver sa tranquillité et son anonymat (quoique c’est relatif car j’ai échangé quelques mots il y a plusieurs années avec Guy-Manuel de Homem-Christo à visage découvert dans un after à Dijon et à l’époque ils ne pensaient pas à se cacher mais attendaient plutôt la reconnaissance du public …). Il y a donc eu des prédécesseurs à Daft Punk et leurs masques de robots, on peut en vrac citer The Residents, Slipknot, Underground Resistance, Kode 9 et même Burial avant qu’il ne dévoile son visage. Le fait de se masquer aux yeux du public est sans doute une façon de dire « Hé, écoutez ma musique et ne vous occupez pas du reste ».

Voici donc, en provenance d’Allemagne et de Chicago ( ?) la dernière sensation masquée, j’ai nommé Snuff Crew. Duo ou pas ? Allemands ou américains ?

Connus ou inconnus ? Il ne semble pas d’actualité que Snuff  Crew en révèle plus sur eux, il faut donc se contenter de leur musique et après tout c’est ce qui nous intéresse ici. Le groupe voue un véritable culte à la TR 707 et au Jack. Mais si, vous savez « In the beginning there was Jack … ». Pour ceux qui ne connaissent pas ou auraient oublié, petit rappel :

C’est donc toute la cosmogonie de la house qui est conviée sur l’album sobrement intitulé « Snuff Crew ». Cette propension de la musique électronique à se recycler sans cesse et à convoquer le passé est la tendance lourde du moment et il y a fort à parier qu’elle perdurera. L’album est un florilège de 20 ans de House et Acid –House, y sont convoqué pêle-mêle les parrains du genre : Jesse Saunders, Chip E,  Steve Silk Hurley, Frankie Knuckles, Farley Jackmaster Funk, Marshall Jefferson ou bien encore Mr. Fingers. Si pour vous la House vous évoque Martin Solveig ou autres franchouilleries, écoutez bien ce disque, il vous fera changer d’avis.
En bonus, un podcast disponible sur le site de Tsugi.