Chanteuse du groupe K’s Choice, Sarah Bettens s’est lancée en solo en 2004. Après un EP intitulé Go, qui donnera le jour en 2005 à son premier album Scream, son deuxième album Shine paru en 2007. Elle finit actuellement la tournée de son album acoustique Never Say Goodbye avant de rentrer en studio aux Etats-Unis avec K’s Choice, pour un premier album studio depuis Almost Happy en 2000.

Sarah Bettens en concert à l'Alhambra : compte rendu
Sarah Bettens

Sarah Bettens

Je me souviens d’un soir pluvieux de mars 2000 à l’Elysée Montmartre, j’avais atterri à ce concert de K’s Choice un peu par hasard – je ne connaissais probablement que « Not An Addict« … j’en étais sortie chamboulée : Sarah Bettens, la chanteuse m’avait profondément touchée par sa voix, son charisme, sa sincérité.

Elle arrive sans cérémonie sur scène, s’assoit sur une chaise pliante, une guitare acoustique, un piano droit pour l’accompagner, et elle démarre avec « Win me over« . Elle a la même voix grave, rassurante ; ce même sourire, comme un bien-être latent. Sur des chansons comme « Pave the way« , on ressent ses qualités de parolière. Elle parle de tourments personnels, son enfance, le fait de se sentir isolé, différent des autres… et même si ce n’est pas pour les mêmes raisons qu’elle, on se sent connectés. On a parfois l’impression qu’elle nous regarde personnellement et pas dans le vide, qu’elle nous parle.

Sur « Scream », elle lâche la guitare, elle est seule face au public avec son micro – c’est comme si elle mettait ses sentiments à nu, elle s’offre, vulnérable, à nos yeux. Elle ferme les yeux quand elle chante, elle s’imprègne de l’atmosphère, de la mélodie, elle ressent les paroles… puis elle ouvre les yeux et sourit de manière bienveillante en direction des flashs.

La salle acclame une toute nouvelle chanson qui paraîtra sur le prochain album de K’s Choice : « If this isn’t right« . Puis, après une reprise de « Cry me a River« , alors qu’elle n’avait murmuré que des mercis à la fin de chaque chanson, elle s’excuse : elle va devoir parler en anglais si elle veut communiquer avec nous. Elle nous remercie d’être aussi respectueux – je qualifierais pour ma part le public de passif plus qu’attentif. Elle nous raconte alors ses déboires d’audiences ivres de tournée. Je vous passe les détails, mais à cette occasion, elle nous a fait une démonstration de la danse de lesbienne bourrée, ce qui a fait rire le public de bon cœur.

Elle enchaîne avec une chanson de Woodface, le groupe de son frère Gert, « I will carry you tonight » puis rend hommage à Michael Jackson avec « She’s out of my life« . Elle essaie ensuite de faire décoller le concert avec « Come over here« , mais on est tous bien installés : il ne nous manque qu’un feu de cheminée et une tasse de thé bien chaude… Le public applaudit en rythme pour « Slow You Down » mais que sur le refrain.

Elle dédicace « Rescue Me » à sa petite amie, puis elle nous remercie pour cette journée parfaite, pour le soleil cet après-midi à paris. Les applaudissements sont fournis, elle est adulée par le public. Elle revient sur scène armée d’un appareil pour nous prendre en photo. Le rappel fut bref, tout comme le concert d’ailleurs mais elle a eu droit à une standing ovation – ce qui, pour un concert assis, est un minimum.

Après le concert, elle est restée vingt minutes au merchandising, ce qui a provoqué un embouteillage dans le hall de l’Alhambra. Tout le monde est reparti avec un bout de Sarah : une photo, un autographe, un sourire ; certains lui ont offert un cadeau, d’autres des démos… Néanmoins c’est son naturel et sa fraicheur qui font qu’ont ressort de ses concerts avec cette impression de la connaître, comme si on était amies. Un seul regret, elle aurait pu jouer une ou deux vieilles chansons de K’s Choice : en un sens on était tous là pour ça.

Set List : Win me Over / I can do better than You / Pave the way / Scream / If this isn’t right / Daddy’s Gun / Cry me a River / I will Carry You Tonight [Gert] / Shine / She’s out of my life [Michael Jackson] / Come over here / Slow You Down / Rescue Me / I can’t make you love me – Rappel: It’s Alright / Soldier’s song

Date : 19 octobre 2009
Partager cet article
8 réponses sur « Sarah Bettens @ l’Alhambra »

J’y étais aussi.
Superbe soirée, je suis très très fan!! J4étais allée la voir, avec K’s choice en aout, à Dranouter. Et j’y serais bien retournée le 25 à Amsterdam.
Ton reportage est très sympa.

Oui, en fait, c’est que des bonnes nouvelles ce concert! Sarah arrive toujours à nous émouvoir et K’s Choice repart en studio!!! Wouhou!!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Cela pourrait vous intéresser

christophe © JOEL SAGET

Ultime Christophe !

Nous étions confinés et Christophe nous a quitté. Et même si beaucoup savent quel immense bonhomme c’était, il faut réécouter les 60 ans de carrière de ce touche à tout, de cet esthète de la chanson pop.
Pomme - Grandiose

Vidéo : Pomme – Grandiose

Avec ce titre, Pomme tend un miroir à des milliers de jeunes filles. Grandiose ose. Et on espère le droit pour toutes d’avoir « un enfant dans le ventre ».
Ondara - Isolation Blues (Blame It On The Pathogen)

Vidéo : Ondara – Isolation Blues (Blame It On The Pathogen)

Bientôt la rentrée et Ondara a toujours le blues. Mais point de visages émaciés ou de danses de Saint Guy pur cette avant dernière vidéo parisienne mais des chats qui ont peut être soufferts de la présence continuelle et envahissante de leurs maîtres.
edvard_munch_-_separation_-_google_art_project

Vertige du visage pâle

Benjamin Biolay avec Ton âme est bleue, mon visage est pâle fait peut être écho au Pale blue eyes du Velvet Underground, « Sometimes I feel so happy, sometimes I feel so sad ». Ces mêmes moments banals où l’on s’attarde sur des signes ou surtout l’absence de signes quand tout se finit un 14 août.
Ondara - Isolation Boredom Syndrome (IBS)

Vidéo : J.S. Ondara – Isolation Boredom Syndrome (IBS)

Ondara à Bali. Notre reporter folk de l’intime cloîtré poursuit la déclinaison de son Tales of isolement avec la douceur d’un noir et blanc et les gestes délicats et gracieux du jeune chorégraphe Lalu Indra Jaya Pratama.
J.S. Ondara - Shower Song

Vidéo : J.S. Ondara – Shower Song

On poursuit notre voyage en visages avec J.S. Ondara avec un nouvel extrait de son album Tales Of Isolation qui passe cette fois-ci par Tokyo avec l’a cappella Shower Song, miroir de nos âmes tourmentées.

Plus dans Concerts (live reports)

[35] Les Pale Fountains ou l’Eldorado Pop

Après avoir joué en février 1985 à Londres et avant de s’envoler pour le Japon, les Pale Fountains étaient de retour à Paris en cette veille de printemps 1985. L’Eldorado de 1985 fut la séance de rattrapage pour ceux qui avaient séché la piscine Deligny.
Shack - La Locomotive, 1990

[1990 – 2020] Sur les rails avec Shack

8, 9 et 10 novembre 1990. Paris. Les La’s, les Boo Radleys, Dr Phibes et les House Of Wax Equations débarquent à Paris le temps d’un week-end pour initier les Français aux plaisirs plus ou moins méconnus (mais surtout exquis) de Liverpool. Les frères Head, ex Pale Fountains sont évidemment de la partie. On connaissait…

Liam Gallagher à son Zénith

Liam Gallagher a donné hier soir au Zénith de Paris le dernier concert d’une tournée européenne qui a affiché complet tous les soirs. Et il a fait plus que le travail.

Motivant Morby

L’ex-Woods est venu jouer son répertoire à La Lune des Pirates, salle qui avait accueilli et vu triompher les flamboyants Woods en 2017. Jeu, set et match pour…
Vincent Delerm @ Théâtre des Pénitents, Montbrison, 04-02-2020

Vincent Delerm : La vie passe et il en fait partie

Hier soir Vincent Delerm chantait à Montbrison devant le public du festival Poly’Sons. Après le spectacle, je lui ai parlé des photos que j’avais faites, de cet article que j’allais écrire sur son spectacle. Quelle idée insensée ais-je eue là… Comment écrire sur la musique, comment mettre des mots sur des sons, sur d’autres mots ?…
Damien Saez @ Halle Tony Garnier, Lyon, 09-12-2019

Damien Saez, « Que l’éphémère devienne éternité »

Damien Saez venait hier au soir présenter à Lyon, Ni Dieu ni Maître, l’album qui clôture Le Manifeste, fresque sociale de quatre années de 2016 à 2019 présentée dans une « oeuvre numérique » sur son site internet « Culture contre culture ». 39 chansons, politiques et poétiques dans lesquelles se lit la France des attentats aux gilets jaunes,…