live report : Jamie Cullum au Point Ephémère, 20-10-2009

Jamie Cullum, le pianiste éclectique qui a réussi à remettre le jazz au goût du jour, a donné un concert exceptionnel au Point Ephémère pour nous présenter en avant-première des chansons de son nouvel album The Pursuit.

La salle de concert du Point Ephémère me rappelle la première fois que j’ai vu Jamie Cullum en concert : c’était en mai 2004 à Cologne, dans un petit club sombre comme il les aime. Au début j’étais au fond près du bar, et au fur et à mesure du concert, je me suis sentie attirée par son énergie pour me retrouver rapidement au premier rang. Je me souviens qu’il ne voulait plus lâcher son piano tellement il était content de jouer.

Il démarre le concert par une reprise de RihannaPlease Don’t stop the music”. Il a l’air de planer complètement quand il se lance dans une impro au piano ; et rapidement, il part en live – peut-être trop tôt pour un public pas encore échauffé. A la fin de la première chanson, il se présente, fait de l’humour, et en quelque phrases où il se moque notamment de l’accent français, il se met le public dans la poche : son charisme est indéniable. Il enchaîne avec son nouveau single : “I’m all over it”, sur laquelle il joue du piano debout et part en headbang : c’est un passionné !

Discographie

Jamie Cullum – I’m All Over It

Après une autre chanson extraite du prochain album, le public reconnaît “Get your way” de l’album Catching Tales. Il se ballade sur scène : au piano quart de queue pour l’intro, debout sur les couplets, à danser sur le rythme groovy, puis se pose au clavier pour un duo avec la batterie, pendant que les cuivres se frayent un chemin. Quand je l’ai vu au Royal Albert Hall, il n’était accompagné que de deux musiciens, cette fois-ci nous avons le droit à un bassiste/contrebassiste, un guitariste/trompettiste, un clavier/saxophoniste et un batteur.

Il nous joue “If I ruled the world” : une chanson de Tony Bennett qu’il s’est appropriée à la sauce Portishead, ou comme il le dit si bien « une chanson joyeuse adaptée pour des funérailles ». Il passe souvent la main dans ses cheveux, comme s’il était gêné. Sur “What a difference a day made”, celle qu’il appelle « son meilleur hit qu’il ’a pas écrit », la salle se permet de chanter. Cependant, il doit avoir l’oreille absolue car cette marque d’affection du public n’a pas l’air de lui plaire. De mon côté, j’ai eu des frissons de réécouter cette chanson de l’album Twenty-Something.

Les lumières tournent en mode ensoleillé pour “Photograph”, une chanson sur un premier baiser, un souvenir qu’on partagerait presque en écoutant la mélodie – re-frissons. Sur le refrain, il monte sur le piano pour un essai d’a cappella, avant que tout ne parte en live : Jamie distribue des baguettes aux musiciens, et tous tapent où ils peuvent sur la batterie. De son côté, il s’installe au piano et part en impro, qui sonne bien proche de “I Get a Kick out of you”, pour revenir sur “Photograph”.

On revient à une ambiance plus calme, les musiciens quittent la scène, et seul au piano, il interprète la chanson composée pour le film Gran Torino de Clint Eastwood. Sur celle-ci, il semblerait qu’il ait perdu le public… Il revient alors sur le devant de la scène et organise une session jam digne des bars enfumés de la banlieue est de Londres : les musiciens sont rassemblés autour de lui, et, ayant délaissé le micro, il se lance dans “These Are the Days”. La salle reprend le ‘Papadidum’ de bon chœur, avant qu’il n’embraye sur “Caravan” dans les règles de l’art : chaque instrument a droit à son solo.

Le rappel fut bref même si son nom est scandé par la foule. Jamie fait souvent des reprises : je lui en connais des exceptionnelles comme “All the things she said” de tAtu,Light my Fire” des Doors ou encore “High & Dry” – meilleure que l’originale de Radiohead. Pour clore le concert ce soir, il choisit “Wind Cries Mary” de Jimi Hendrix qu’il interprète à merveille. Il monte alors sur le piano, nous envoie des baisers et effectue un énorme jump sur la scène en guise de salut.

Date : 20 octobre 2009

Vous avez aimé ? Partagez !
3 réponses sur « live report : Jamie Cullum au Point Ephémère, 20-10-2009 »

Merde, encore un concert dont je n’étais pas au courant ! J’y aurais bien fait des photos, y’avait l’air d’avoir moyen de faire de chouettes trucs au piano qui plus est. Puis j’adorais l’album  » Catching Tales  » même si je n’ai pas trop suivi ce qu’il a fait depuis…

Salut!! Fan absolue de Jamie Cullum, je n’ai eu vent de ce concert qu’une semaine après qu’il ait eu lieu… :( Comment as-tu eu l’info (si ça ne te déranga pas de dévoiler ton secret bien sûr ;D) En tout cas l’article est génial, on s’y croirait presque! Super compte rendu et très belles photos! Bravo!

Je crois bien que c’était une sorte de concert privé. Il l’ont annoncé sur le site de Jamie Cullum mais seulement une semaine à l’avance. J’ai annulé plusieurs engagements pour le voir!
Je suis une véritable fan ultime et pourtant j’ai résisté à la tentation d’aller lui parler après… oui sans vouloir te dégoûter, il est resté discuter avec le public après le concert! De très belles photos pour un très beau concert!

Les commentaires sont fermés.

Cela pourrait vous intéresser

Sophie Maurin & Jamie Cullum - Far Away

Vidéo : Sophie Maurin & Jamie Cullum – Far Away

Il a le piano excentrique, elle a la voix capricieuse, ils étaient faits pour se rencontrer. Sophie Maurin et Jamie Cullum nous transportent Far away. Les mains dansent sur le ruban noir et blanc, les voix s’entrelacent dans des vocalises virtuoses et printanières, un remède sautillant au spleen hivernal.
Photos concert : The Hives @ Musilac 2013, Aix-les-Bains | 14 juillet 2013

photos : Musilac 2013, Aix-les-Bains | 14.07.2013

Jamie Cullum, le pianiste éclectique qui a réussi à remettre le jazz au goût du jour, a donné un concert exceptionnel au Point Ephémère pour nous présenter en avant-première des chansons de son nouvel album The Pursuit. La salle de concert du Point Ephémère me rappelle la première fois que j’ai vu Jamie Cullum en concert : c’était en mai…
Jil is Lucky en concert

Concerts à Lyon – 29 novembre au 5 décembre 2010

Jamie Cullum, le pianiste éclectique qui a réussi à remettre le jazz au goût du jour, a donné un concert exceptionnel au Point Ephémère pour nous présenter en avant-première des chansons de son nouvel album The Pursuit. La salle de concert du Point Ephémère me rappelle la première fois que j’ai vu Jamie Cullum en concert : c’était en mai…

Plus dans Concerts (live reports)

Star Feminine Band à l'Opéra Underground

Star Feminine Band au firmament

Dans le cadre de leur carte blanche à l’Opéra Underground à Lyon, La Féline et Bertrand Belin invitaient le Star Feminine Band pour leur deuxième concert en France avant leur passage à Bobigny (Canal 93) le 30 novembre et au Transmusicales de Rennes les 3 et 4 décembre prochains.
molsemrahal-06sk

Quelle nuit à l’Opéra (de Lyon) !

De la couleur avant toute chose. C’est amusant pour une carte blanche. Bertrand Belin et La Féline ont invité The Colorist Orchestra avec Howe Gelb puis la joueuse de oud syrienne Waed Bouhassoun, en duo avec le virtuose du ney Moslem Rahal.
The Pale Fountains

[35] Les Pale Fountains ou l’Eldorado Pop

Après avoir joué en février 1985 à Londres et avant de s’envoler pour le Japon, les Pale Fountains étaient de retour à Paris en cette veille de printemps 1985. L’Eldorado de 1985 fut la séance de rattrapage pour ceux qui avaient séché la piscine Deligny.
Shack - La Locomotive, 1990

[1990 – 2020] Sur les rails avec Shack

8, 9 et 10 novembre 1990. Paris. Les La’s, les Boo Radleys, Dr Phibes et les House Of Wax Equations débarquent à Paris le temps d’un week-end pour initier les Français aux plaisirs plus ou moins méconnus (mais surtout exquis) de Liverpool. Les frères Head, ex Pale Fountains sont évidemment de la partie. On connaissait […]