ghinzu_benji

La Belgique a pris d’assaut un Transbordeur plein comme un oeuf ce mercredi à Lyon dans le cadre de l’excellent festival Just Rock ?.

Sold Out et Ghinzu ont en effet joué quasi à guichet fermé devant un public lyonnais rantanplan comme d’habitude. Le duo bruxellois Sold Out, une gorgone sensuelle au chant et un beau gosse aux manettes allument la salle que cela soit avec un light show efficace en stroboscope hypnotique ou avec des titres dansants et électroniques diablement sexy à moins que cela soit Charlotte vociférant fâcheusement I don’t want to have sex with you. C’est suffisant pour attirer le reste du public accoudé au bar, suant la bière dans une salle chauffée à blanc et des toilettes privés honteusement d’eau à des fins mercantiles.

Discographies

Ghinzu prend la relève, le couteau entre les dents pour offrir au public lyonnais une performance abrasive et jouissive tant leurs mocreaux sont de véritables symphonies de poche alternant des moments d’extrême tension et des accalmies précédent la tempête.

« La musique de Ghinzu s’adresse directement à celui qui l’écoute, ça ne va pas plaire à ceux qui veulent une musique d’ambiance pour manger une pizza ou un barbecue sur une terrasse en été.  » clame John Stargasm. Il tombait pourtant des cordes ce soir là mais on se serait peut être cru à une convention de livreurs de pizza si quelques hurluberlus venus du fond de la salle n’avaient pas lancé énergiquement le pogo, transformant la fosse en sauna où même le virus de la Grippe H1N1 ne pouvait survivre. Même si le son n’était pas toujours très bon (trop peu de guitare sur certains morceaux et trop de claviers ‘Star Wars’) et que le set commença de façon pépère avec le triptyque enchainé Mother Allegra / Mirror Mirror / The Dream Maker et des saluts convenus limites blasés, le gang des cinq, John – 21st century crooner – Stargasm au chant, Mika – Terminator – ‘Nagasaki’ Hasson à la basse vrombissante, Antoine – Tintin sans Milou – Michel  au fracassage de futs, Jean – distord sons – Waterlot aux claviers bizarroïdes et à la guitare et enfin Greg – Rahan bidouillant sa six cordes coutelas – Rémy prit rapidement une vitesse de croisière en alignant les mélodies rollercosters du dernier album (l’imparable Cold Love ou le très Strokien Take it easy) mais sans oublier les deux précédents opus avec la danse démoniaque sur Dragon, la vague vertigineuse des arpèges au piano sur Dragster Wave. Mais le concert prend toute sa dimension quand retentissent les premières notes du toujours efficace Do you read me qui déchaine le public. La reprise convenue mais énergique popularisée par les Beatles, Twist and Shout fait regretter le Purple Rain désossé que Ghinzu proposait lors de la dernière tournée. Chocolate permet à John de s’amuser avec l’auditoire avant la déferlante vertigineuse Kill the surfers. Un premier rappel permet de calmer l’orage avec un magnifique titre, This light et ses vers désabusés Would anybody close my eyes ? Would anybody shut me down, Eveything is gone for nothing... qui démontrent que Ghinzu cache sous la fureur un crooner sensible et sentimental (voir Sweet love sur le précédent album). Mais le set se termine dans l’euphorie avec Mine et surtout Blow, chanson emblématique du groupe qui témoigne que Ghinzu n’est pas Muse, groupe de stade dorénavant boursouflé, pompier et pompeux mais propose des compositions variées, des chevauchées fantastiques sans se prendre trop au sérieux.

Set List : Mother Allegra / Mirror Mirror / The Dream Maker / Cold Love/ Take it Easy / Dragon / The Dragster-Wave / 21st century crooners / Do You Read Me? / Twist and Shout / The End Of The World / Chocolate / Kill The Surfers / Rappel 1 This Light / This War Is Silent / Mine / Rappel 2 Blow

Lyonnais qui revendique sa mauvaise foi car comme le dit Baudelaire, "Pour être juste, la critique doit être partiale, passionnée, politique...", Davantage Grincheux que Prof si j'étais un des sept nains, j'aime avant tout la sincérité dans n''importe quel genre musical...
Vous avez aimé ? Partagez !

Cela pourrait vous intéresser

Gruff Rhys - Lost Tribes

Vidéo : Gruff Rhys – Lost Tribes

L’Indiana Jones de la pop, Gruff Rhys n’a toujours pas retrouvé l’arche perdue ni la tribu d’amérindiens parlant gallois recherchée par son ancêtre John Evans en 1792, par contre il maîtrise parfaitement l’art de la mélodie gracile.
Just Rock #8

Just Rock? #8, tout simplement !

Le festival Just Rock #8 à Lyon aura lieu du samedi 4 octobre au lundi 13 octobre avec comme d’habitude une programmation variée et de qualité.
Alexis & the Brainbow

Alexis & the Brainbow brillent

Alexis & the Brainbow seront en concert avec Juveniles le jeudi 7 novembre au Marché Gare, l’occasion d’en savoir un peu plus sur un jeune groupe qui a brillé aux derniers Inrockslab.
Adam Wood - Parcours Folk

Adam Wood sort du bois

Adam Wood, 23 ans est originaire du fin fond de l’Auvergne, plus précisément d’Aurillac, ville où la chaleur humaine compense le terrible froid hivernal.

Plus dans Concerts (live reports)

Star Feminine Band à l'Opéra Underground

Star Feminine Band au firmament

Dans le cadre de leur carte blanche à l’Opéra Underground à Lyon, La Féline et Bertrand Belin invitaient le Star Feminine Band pour leur deuxième concert en France avant leur passage à Bobigny (Canal 93) le 30 novembre et au Transmusicales de Rennes les 3 et 4 décembre prochains.
molsemrahal-06sk

Quelle nuit à l’Opéra (de Lyon) !

De la couleur avant toute chose. C’est amusant pour une carte blanche. Bertrand Belin et La Féline ont invité The Colorist Orchestra avec Howe Gelb puis la joueuse de oud syrienne Waed Bouhassoun, en duo avec le virtuose du ney Moslem Rahal.
The Pale Fountains

[35] Les Pale Fountains ou l’Eldorado Pop

Après avoir joué en février 1985 à Londres et avant de s’envoler pour le Japon, les Pale Fountains étaient de retour à Paris en cette veille de printemps 1985. L’Eldorado de 1985 fut la séance de rattrapage pour ceux qui avaient séché la piscine Deligny.
Shack - La Locomotive, 1990

[1990 – 2020] Sur les rails avec Shack

8, 9 et 10 novembre 1990. Paris. Les La’s, les Boo Radleys, Dr Phibes et les House Of Wax Equations débarquent à Paris le temps d’un week-end pour initier les Français aux plaisirs plus ou moins méconnus (mais surtout exquis) de Liverpool. Les frères Head, ex Pale Fountains sont évidemment de la partie. On connaissait […]