Catégories
Concerts (live reports)

White Lies + Darker My Love @ l’Elysée Montmartre

Concert : White Lies + Darker My Love @ l'Elysée Montmartre

White Lies, qui a gagné plusieurs prix de découvertes décernés par les magazines britanniques tels que Q ou NME, est venu, après la sortie de leur premier album To Lose My Life…, vérifier en dehors de leurs frontières si leur popularité était due à leur talent de songwriting – très accès sur la mort – ou si leur musique pouvait s’exporter. Darker My Love assurait la première partie de ce concert à l’Elysée Montmartre.

Darker My Love est un groupe de rock un poil psychédélique américain. Les cinq garçons, au début très calme, avec un léger goût country, partent assez rapidement en rock plus poussé, alternatif à la limite du métal. Le groupe est en tous cas plus que rythmé : le synthé joue aussi des percus, et le guitariste n’hésite pas à s’emparer des maracas si besoin se fait ressentir – ce doit être pour compenser la batterie dépouillée, sans toms. Le batteur s’en donne pourtant à cœur joie sur sa grosse caisse ; le chanteur / bassiste (fait suffisamment rare pour le remarquer) semble d’ailleurs avoir pour rôle de tempérer la ferveur de ce dernier. A noter : leur chanson Blue Day apparaît dans le jeu Guitar Hero 5.

Les White Lies démarrent en trombe avec “Farewell to the Fairground”. Ce qui frappe c’est la batterie surélevée, transparente et la guitare de Harry McVeigh en argent impeccable. Après “E.S.T.”, White Lies annonce “You still love Him”, ce qui provoque des cris stridents de la part de quelques jeunes filles. Ils enchaînent avec le single “To Lose My Life” qui est repris par le public, le concert commence à décoller. “A place to Hide” confirme les doutes quant aux rapprochements avec Joy Division.

Pour “Fifty On Our Foreheads”, un rideau de spotlights descend pour les illuminer. Sur cette chanson, la batterie a un rythme des plus étonnants. Le batteur, Jack Lawrence-Brown, est exceptionnel et il ne tient qu’à lui de faire bouger l’audience. Le final de la chanson est brutal mais impressionnant. La scène est par la suite plongée dans le noir, l’intro de “Nothing To Give” est particulièrement longue, mais elle donne lieu à un solo de batterie, avec la charley scintillante en bleu phosphorescent pour toute lumière scénique.

Le public chante les paroles de “Unfinished Business” sur laquelle certains se mettent à danser. Le refrain sera repris par un groupe aviné (abiéré ?) pour rappeler le groupe à la fin du set. White Lies reprendront tout d’abord “Heaven” des Talking Heads, suivi de “From the Stars”, très apprécié du public, pour exploser sur “Death”. La salle part alors en délire, des jeunes gens hurlent… Pour ma part, je regrette que ce titre soit arrivé si tard, il m’aurait sûrement aidé à me mettre dans l’ambiance. Le final se fera aux lumières et à la fumée, pour un rendu éblouissant.

Set List : Farewell To The Fairground / Taxidermy / E.S.T. / The Price Of Love / You Still Love Him / To Lose My Life / A Place To Hide / Fifty On Our Foreheads / Nothing To Give / Unfinished Business /
Rappel: Heaven [Talking Heads] / From The Stars / Death

Date: 28 octobre 2009

Partager cet article

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Cela pourrait vous intéresser

Les jolis mensonges des White Lies

Quelques mois après la sorties de Friends, leur dernier album, SK* a pu rencontrer les White Lies, et leur a posé quelques questions pour mieux les connaitre !
White Lies @ Le Trabendo - 15/10/16

Les White Lies ne font pas semblant

Les White Lies ont sorti leur nouvel album, Friends, il y a seulement une semaine, et c’est sur la scène d’un Trabendo bondé qu’ils se trouvaient ce week-end pour une unique date parisienne.
White Lies - Friends

White Lies – Friends

En 2009, les White Lies avaient fait le braquage du siècle avec leur disque To Lose My Life… Tous les fans de Ian Curtis et de Joy Division n’y avaient vu que du feu et étaient attirés comme des zombies par la pochette monochrome et les singles de ce premier album. Sept ans plus tard,…
White Lies

Les White Lies au Trabendo

Retour aux fondamentaux pour les White Lies avec leur nouveau single. Le trio qui fait de la cold wave pour les fans de cold wave ont produit eux-mêmes leur nouvel album et annonce une date de concert en France.
White Lies

Les White Lies dans la pénombre

White Lies 2013 sera l’année d’Ed Buller ou ne sera pas. L’Angleterre a peur !! Après avoir remis en selle Suede de la plus belle des manières avec l’album Bloodsports, voilà qu’il remet le navire White Lies à flot. Car dans la course à l’échalote que représente la cold wave version XXIième siècle, les Londoniens…
White Lies - Big Tv

Troisième disque pour les White Lies

White Lies – Big Tv Alors que les Editors semblent prendre un virage plus que douteux, alors que les Interpol sont dans un coma artificiel artistique, voilà que les White Lies se retrouvent seuls aux manettes et sur le terrain de la cold wave. Après le petit faux pas du deuxième disque (Ritual), les types…

Plus dans Concerts (live reports)

[35] Les Pale Fountains ou l’Eldorado Pop

Après avoir joué en février 1985 à Londres et avant de s’envoler pour le Japon, les Pale Fountains étaient de retour à Paris en cette veille de printemps 1985. L’Eldorado de 1985 fut la séance de rattrapage pour ceux qui avaient séché la piscine Deligny.
Shack - La Locomotive, 1990

[1990 – 2020] Sur les rails avec Shack

8, 9 et 10 novembre 1990. Paris. Les La’s, les Boo Radleys, Dr Phibes et les House Of Wax Equations débarquent à Paris le temps d’un week-end pour initier les Français aux plaisirs plus ou moins méconnus (mais surtout exquis) de Liverpool. Les frères Head, ex Pale Fountains sont évidemment de la partie. On connaissait…

Liam Gallagher à son Zénith

Liam Gallagher a donné hier soir au Zénith de Paris le dernier concert d’une tournée européenne qui a affiché complet tous les soirs. Et il a fait plus que le travail.

Motivant Morby

L’ex-Woods est venu jouer son répertoire à La Lune des Pirates, salle qui avait accueilli et vu triompher les flamboyants Woods en 2017. Jeu, set et match pour…
Vincent Delerm @ Théâtre des Pénitents, Montbrison, 04-02-2020

Vincent Delerm : La vie passe et il en fait partie

Hier soir Vincent Delerm chantait à Montbrison devant le public du festival Poly’Sons. Après le spectacle, je lui ai parlé des photos que j’avais faites, de cet article que j’allais écrire sur son spectacle. Quelle idée insensée ais-je eue là… Comment écrire sur la musique, comment mettre des mots sur des sons, sur d’autres mots ?…
Damien Saez @ Halle Tony Garnier, Lyon, 09-12-2019

Damien Saez, « Que l’éphémère devienne éternité »

Damien Saez venait hier au soir présenter à Lyon, Ni Dieu ni Maître, l’album qui clôture Le Manifeste, fresque sociale de quatre années de 2016 à 2019 présentée dans une « oeuvre numérique » sur son site internet « Culture contre culture ». 39 chansons, politiques et poétiques dans lesquelles se lit la France des attentats aux gilets jaunes,…