Catégories
Chroniques d'albums

White Lies – Friends

En 2009, les White Lies avaient fait le braquage du siècle avec leur disque To Lose My Life… Tous les fans de Ian Curtis et de Joy Division n’y avaient vu que du feu et étaient attirés comme des zombies par la pochette monochrome et les singles de ce premier album. Sept ans plus tard, les White Lies cherchent des amis et des fans.

L’album Friends est en train de passer un sale quart d’heure outre-Manche. Les critiques jouent les grenouilles de bénitier et s’offusquent de la qualité du disque. Friends n’est pas pire que les précédents, ni mieux (enfin ça on s’y attendait). Autrefois héros de la cold-wave, les White Lies se retrouvent avec le statut peu enviable de cible pour pigiste impuissant.

White Lies – Take It Out On Me

L’affaire commence tout de même à sentir le sapin pour Harry McVeigh, Charles Cave et Jack Lawrence-Brown. Les White Lies sont une grosse machine qui commence à s’enrailler. En 2009, ces trois Londoniens ont vendu des dizaines de palettes de leur premier album. Depuis, les chiffres de vente ne cessent de s’effondrer. Le dernier disque en date (Big TV) n’a pas atteint le top 3 des charts anglo-saxons. La sanction a été immédiate : leur label (Fiction) les a mis dehors. En 2016, les White Lies se retrouvent donc chez BMG et doivent produire eux-mêmes leur disque. Et il se pourrait bien que la taille des salles qui accueillent la tournée soit inférieure à celle des précédentes.

Discographie :

White Lies – Hold Back Your Love

Friends et sa pochette calibrée pour séduire les fans de Supertramp ou de Talk Talk n’est pas si déshonorant. On reprend plus ou moins les mêmes ingrédients que pour Big TV sans son concept fumeux (Londres, Orwell, 84) et on les mixe avec ce qui avait fait le succès de To Lose My Life. Il y a des fautes de goût et des sorties de route impardonnables (Don’t Want to Feel It All) mais aussi quelques réussites qui feront plaisir aux fans. Et à eux seuls.

On souhaite donc beaucoup de courage à l’attaché de presse qui va devoir défendre ce disque. Et on félicite les White Lies qui viennent d’inventer le concept de « difficile quatrième album ».

Friends des White Lies sera publié le 07 octobre 2016 via BMG/PIAS.

Tracklist : White Lies - Friends
  1. Take It Out On Me
  2. Morning in LA
  3. Hold Back Your Love
  4. Don't Want to Feel It All
  5. Is My Love Enough ?
  6. Summer Didn't Change a Thing
  7. Swing
  8. Come On
  9. Right Place
  10. Don't Fall

White Lies – Friends
6/10
Pouet? Tsoin. Évidemment.
Vous avez aimé ? Partagez :

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

2009 - 2021 : 31 M de vues sur note chaine YouTube !

Merci aux artistes et labels qui nous ont fait confiance !

Avec : Mariama, Sayem, St Augustine, Ornette, The Dodoz, Dominique A, Lisa Hannigan, Nadeah, Hocus Pocus, BabX, Absynth Minded, Diane Birch, 3 Minutes Sur Mer, Applause, Jon And Jen, Anita Drake, Mademoiselle K, Richard Walters, Brune, Chew Lips, Emily Loizeau, Julia Stone, Sarah Blasko, Marie-Flore, MLCD (My Little Cheap Dictaphone), Hey Hey My My, AaRON, Foreign Beggars, Skip The Use, Hyphen Hyphen, Curry And Coco, Lilly Wood And The Prick, Rivkah, Kid Bombardos, You, Sharleen Spiteri , Thos Henley, Élodie Frégé, Caro Emerald, Viva And The Diva, Sly Johnson, Belleruche, Skip The Use, Ben Mazue, The Dø, Twin Twin, Marie-Pierre Arthur, Chris Garneau, Angus And Julia Stone

↪ Toutes les SK Sessions

↪ Abonnez-vous à notre chaine YouTube!

Cela pourrait vous intéresser

Les jolis mensonges des White Lies

Quelques mois après la sorties de Friends, leur dernier album, SK* a pu rencontrer les White Lies, et leur a posé quelques questions pour mieux les connaitre !
White Lies @ Le Trabendo - 15/10/16

Les White Lies ne font pas semblant

Les White Lies ont sorti leur nouvel album, Friends, il y a seulement une semaine, et c’est sur la scène d’un Trabendo bondé qu’ils se trouvaient ce week-end pour une unique date parisienne.
White Lies

Les White Lies au Trabendo

Retour aux fondamentaux pour les White Lies avec leur nouveau single. Le trio qui fait de la cold wave pour les fans de cold wave ont produit eux-mêmes leur nouvel album et annonce une date de concert en France.
White Lies

Les White Lies dans la pénombre

White Lies 2013 sera l’année d’Ed Buller ou ne sera pas. L’Angleterre a peur !! Après avoir remis en selle Suede de la plus belle des manières avec l’album Bloodsports, voilà qu’il remet le navire White Lies à flot. Car dans la course à l’échalote que représente la cold wave version XXIième siècle, les Londoniens…
White Lies - Big Tv

Troisième disque pour les White Lies

White Lies – Big Tv Alors que les Editors semblent prendre un virage plus que douteux, alors que les Interpol sont dans un coma artificiel artistique, voilà que les White Lies se retrouvent seuls aux manettes et sur le terrain de la cold wave. Après le petit faux pas du deuxième disque (Ritual), les types…
Sarah Blasko @ Musilac 2010

Un dimanche à Musilac 2010

Ultime journée pour cette cure de musique au festival Musilac d’Aix-les-Bains avec un méli mélo d’artistes en devenir, de stars indé, de chanteuse mièvre et de grosse machine de guerre franchouillarde.

Plus dans Chroniques d'albums

Vikken

Vikken – Joie

Vikken et sa Joie ont tous deux le sens de la débâcle. Un côté Charlie Chaplin de la folle déprime, face à une grosse machinerie bête et informe, qui fixe, qui normalise, qui nécessairement finit par s’emballer, et qui ne s’arrête plus, et qui envoie valser en l’air à grands coups de beats électro tout…
Francis Lung - Miracle

Francis Lung – Miracle

L’ex-membre de WU LYF a bien fait de nommer son nouveau disque Miracle. Les 13 (tiens tiens, ce nombre..) chansons font de nouveau croire en lui.
Gruff Rhys - Seeking

Gruff Rhys – Seeking New Gods

Obsédé par le mont Paektu, un volcan situé à la frontière de la Chine et de la Corée, Gruff Rhys atteint des sommets avec son septième album solo, le bien nommé Seeking New Gods.
The Chills - Scatterbrain

The Chills – Scatterbrain

Détruit par l’industrie musicale dans les années 90, Martin Phillipps (l’écrivain qui se cache derrière ce groupe) vit une seconde vie (musicale) depuis 2015 grâce à Fire Records, label anglais qui ne jure que par lui.