Les White Lies ne font pas semblant

White Lies @ Le Trabendo - 15/10/16Photos © Laurent Besson
Noémie - 17/10/2016

Les White Lies ont sorti leur nouvel album, Friends, il y a seulement une semaine, et c’est sur la scène d’un Trabendo bondé qu’ils se trouvaient ce week-end pour une unique date parisienne.

Ils sont programmés à 21h, mais dès 18h30, avant même l’ouverture de la terrasse de la salle, une ribambelle de fidèles attend devant les grilles. Je ne savais pas le trio d’anglais si prisé, mais ils ont visiblement une fanbase bien solide dans la capitale.
Ça se confirme dès l’instant où ils entrent sur scène : grands cris et euphorie, le public est ravi. Comme à son habitude, le trio s’accompagne de musiciens supplémentaires, au clavier et à la guitare.

White Lies – Morning in L.A

Une foule en folie

La setlist des White Lies se compose majoritairement d’extrait de Friends, mais pioche aussi dans leur premier opus, ainsi que dans le plus récent Big TV, au plus grand bonheur des fans, visiblement. Leur second album, Ritual, est quant-à-lui un peu délaissé, mais il est vrai qu’avec maintenant autant d’albums et de titres phares à leur actif, on ne leur en voudra pas de devoir faire des choix.
Ils démarrent fort, balançant dès le début deux de leurs principaux singles, à savoir To Lose My Life et There Goes Our Love Again, nous propulsant à vitesse grand V dans leur univers mêlant puissance rock et sonorités new wave à la perfection.

White Lies @ Le Trabendo - 15/10/16
White Lies @ Le Trabendo – 15/10/16 © Laurent Besson

Petite séquence émotion également lorsqu’ils nous disent à quel point ils sont heureux d’être à Paris, et qu’ils nous font l’honneur d’embrayer sur The Price of Love, une chanson qui leur tient apparemment beaucoup à coeur et qu’ils n’ont pas joué en live depuis 8 ans.

White Lies – The Price of Love

Il faut dire que le groupe a cette capacité à faire une musique assez froide, aux accents cold wave des cavernes, tout en jouant sur scène un rock entraînant presque solaire, à la manière d’un boy’s band californien. Le paradoxe est assez agréable, et se ressent notamment sur les chansons du nouvel album, comme Hold Back Your Love ou Morning in L.A (en parlant de Californie !) d’ailleurs toutes très bien reçues par le public.

Le concert se déroule d’une traite, pas le temps de digérer les informations qu’ils nous envoient : on prend le son et la lumière en pleine face, et on suit sans réfléchir la détermination imparable du groupe, et le chant toujours impeccable d’Harry McVeigh.

On m’avait dit que les White Lies étaient des bêtes de scène, et bien on ne m’avait pas menti. Ils mitraillent façon machine à tubes, sauf qu’ils ne font pas de la musique en plastique, et qu’on sent que ça vient de leurs tripes.

White Lies - Friends

Photos © Laurent Besson – Caribou-Photo – Reproduction interdite sans l’autorisation de l’auteur

Date : 15 octobre 2016
Batteuse et passionnée de musique depuis toujours, constamment à la recherche de nouvelles pépites. Un penchant particulier pour les sonorités rocks /indies /psychés et autre dreampop électronique et bizarroïde.

Un avis, un commentaire ?

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


A lire dans “Concerts (live reports)

Motivant Morby

L’ex-Woods est venu jouer son répertoire à La Lune des Pirates, salle qui avait accueilli et vu triompher les flamboyants Woods en 2017. Jeu, set et match pour…

Vincent Delerm @ Théâtre des Pénitents, Montbrison, 04-02-2020

Vincent Delerm : La vie passe et il en fait partie

Hier soir Vincent Delerm chantait à Montbrison devant le public du festival Poly’Sons. Après le spectacle, je lui ai parlé des photos que j’avais faites, de cet article que j’allais écrire sur son spectacle. Quelle idée insensée ais-je eue là… Comment écrire sur la musique, comment mettre des mots sur des sons, sur d’autres mots ?…

Damien Saez @ Halle Tony Garnier, Lyon, 09-12-2019

Damien Saez, « Que l’éphémère devienne éternité »

Damien Saez venait hier au soir présenter à Lyon, Ni Dieu ni Maître, l’album qui clôture Le Manifeste, fresque sociale de quatre années de 2016 à 2019 présentée dans une « oeuvre numérique » sur son site internet « Culture contre culture ». 39 chansons, politiques et poétiques dans lesquelles se lit la France des attentats aux gilets jaunes,…

Curtis Harding - 17 novembre 2019 - Lune des Pirates

Amiens-Atlanta avec Curtis Harding

Tout va bien à Atlanta. Les Black Crowes se reforment, les Black Lips sortent un nouveau disque et Curtis Harding est de passage à Amiens.

Bertrand Belin, Persona Bellissima

Bertrand Belin est venu défendre son dernier disque sur la scène de la Maison de La Culture d’Amiens. Carton plein !

Mark Lanegan @ 106 Rouen 05-11-2019

Night Flight to Rouen

Après ses escapades avec Duke Garwood, Mark Lanegan a eu la bonne idée de remettre en selle la formule Mark Lanegan Band pour publier le très bon Somebody’s Knocking il y a quelques semaines. Très bon n’est pas synonyme d’excellent. Mais quand on sait que le Lanegan Band a permis à Mark de sortir ses…

Primal Scream @ Pitchfork 2019, 01.11.2019 , Paris

[Pitchfork 2019] Le sacre du Scream

XTRMNTR fêtera ses vingt ans l’année prochaine. Primal Scream, l’album qui annonçait Screamadelica sans le savoir, fête ses trente ans cette année. Et hier soir, Bobby Gillepsie et son groupe ont fait la fête au Pitchfork Music Festival.

Studio Electrophonique

Stupéfiant Studio Electrophonique

Auteur du premier ELP chez Violette Records, James Leesley (Studio Electrophonique) était de passage à Paris le temps de deux concerts. Compte-rendu à chaud.

Sleaford Mods @ l'Épicerie Moderne, 04-10-2019

Sleaford Mods in a good mood !

Du Punk et rien que ça avec Sleaford Mods et DSM IV. L’Angleterre était à l’honneur hier soir, à l’Épicerie Moderne.

Eels © Fabrice Buffart

Photos : Eels @ Radiant-Bellevue, Caluire | 10.09.2019

La dernière fois que l’on avait vu Eels à Lyon, Mark Oliver Everett et sa bande de bardes barbus en survêt’ Adidas n’avaient pu jouer que 5 titres avant un orage cataclysmique au festival Woodstower en août 2013. Les plus anciens se souviennent de ce concert au Transbordeur d’avril 1997 avec son Beautiful Freak augural.…

Fais moi Marr Johnny !

Pendant que Morrissey continue de nous faire du mal avec ses déclarations, Johnny Marr trace sa voie et poursuit une carrière solo aussi efficace que « discrète ».

Lizzo @ Main Square Festival 2019

Jolie Lizzo

Quelque chose a donc changé. Soutenue désormais par une major (Atlantic) et portée par Missy Elliott le temps d’un single, Lizzo a fait une entrée fracassante dans les charts avec Cuz I Love You et sur scène. Produite par Ricky Reed (faiseur de tubes professionnel depuis 10 ans), la musique de Lizzo est un tourbillon…