Catégories
Concerts (live reports)

Les White Lies ne font pas semblant

Photos © Laurent Besson

Les White Lies ont sorti leur nouvel album, Friends, il y a seulement une semaine, et c’est sur la scène d’un Trabendo bondé qu’ils se trouvaient ce week-end pour une unique date parisienne.

Ils sont programmés à 21h, mais dès 18h30, avant même l’ouverture de la terrasse de la salle, une ribambelle de fidèles attend devant les grilles. Je ne savais pas le trio d’anglais si prisé, mais ils ont visiblement une fanbase bien solide dans la capitale.
Ça se confirme dès l’instant où ils entrent sur scène : grands cris et euphorie, le public est ravi. Comme à son habitude, le trio s’accompagne de musiciens supplémentaires, au clavier et à la guitare.

White Lies – Morning in L.A

Une foule en folie

La setlist des White Lies se compose majoritairement d’extrait de Friends, mais pioche aussi dans leur premier opus, ainsi que dans le plus récent Big TV, au plus grand bonheur des fans, visiblement. Leur second album, Ritual, est quant-à-lui un peu délaissé, mais il est vrai qu’avec maintenant autant d’albums et de titres phares à leur actif, on ne leur en voudra pas de devoir faire des choix.
Ils démarrent fort, balançant dès le début deux de leurs principaux singles, à savoir To Lose My Life et There Goes Our Love Again, nous propulsant à vitesse grand V dans leur univers mêlant puissance rock et sonorités new wave à la perfection.

White Lies @ Le Trabendo - 15/10/16
White Lies @ Le Trabendo – 15/10/16 © Laurent Besson

Petite séquence émotion également lorsqu’ils nous disent à quel point ils sont heureux d’être à Paris, et qu’ils nous font l’honneur d’embrayer sur The Price of Love, une chanson qui leur tient apparemment beaucoup à coeur et qu’ils n’ont pas joué en live depuis 8 ans.

White Lies – The Price of Love

Il faut dire que le groupe a cette capacité à faire une musique assez froide, aux accents cold wave des cavernes, tout en jouant sur scène un rock entraînant presque solaire, à la manière d’un boy’s band californien. Le paradoxe est assez agréable, et se ressent notamment sur les chansons du nouvel album, comme Hold Back Your Love ou Morning in L.A (en parlant de Californie !) d’ailleurs toutes très bien reçues par le public.

Le concert se déroule d’une traite, pas le temps de digérer les informations qu’ils nous envoient : on prend le son et la lumière en pleine face, et on suit sans réfléchir la détermination imparable du groupe, et le chant toujours impeccable d’Harry McVeigh.

On m’avait dit que les White Lies étaient des bêtes de scène, et bien on ne m’avait pas menti. Ils mitraillent façon machine à tubes, sauf qu’ils ne font pas de la musique en plastique, et qu’on sent que ça vient de leurs tripes.

White Lies - Friends

Photos © Laurent Besson – Caribou-Photo – Reproduction interdite sans l’autorisation de l’auteur

Date : 15 octobre 2016
Batteuse et passionnée de musique depuis toujours, constamment à la recherche de nouvelles pépites. Un penchant particulier pour les sonorités rocks /indies /psychés et autre dreampop électronique et bizarroïde.
Partager cet article

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Cela pourrait vous intéresser

Les jolis mensonges des White Lies

Quelques mois après la sorties de Friends, leur dernier album, SK* a pu rencontrer les White Lies, et leur a posé quelques questions pour mieux les connaitre !
White Lies - Friends

White Lies – Friends

En 2009, les White Lies avaient fait le braquage du siècle avec leur disque To Lose My Life… Tous les fans de Ian Curtis et de Joy Division n’y avaient vu que du feu et étaient attirés comme des zombies par la pochette monochrome et les singles de ce premier album. Sept ans plus tard,…
White Lies

Les White Lies au Trabendo

Retour aux fondamentaux pour les White Lies avec leur nouveau single. Le trio qui fait de la cold wave pour les fans de cold wave ont produit eux-mêmes leur nouvel album et annonce une date de concert en France.
White Lies

Les White Lies dans la pénombre

White Lies 2013 sera l’année d’Ed Buller ou ne sera pas. L’Angleterre a peur !! Après avoir remis en selle Suede de la plus belle des manières avec l’album Bloodsports, voilà qu’il remet le navire White Lies à flot. Car dans la course à l’échalote que représente la cold wave version XXIième siècle, les Londoniens…
White Lies - Big Tv

Troisième disque pour les White Lies

White Lies – Big Tv Alors que les Editors semblent prendre un virage plus que douteux, alors que les Interpol sont dans un coma artificiel artistique, voilà que les White Lies se retrouvent seuls aux manettes et sur le terrain de la cold wave. Après le petit faux pas du deuxième disque (Ritual), les types…
Sarah Blasko @ Musilac 2010

Un dimanche à Musilac 2010

Ultime journée pour cette cure de musique au festival Musilac d’Aix-les-Bains avec un méli mélo d’artistes en devenir, de stars indé, de chanteuse mièvre et de grosse machine de guerre franchouillarde.

Plus dans Concerts (live reports)

[35] Les Pale Fountains ou l’Eldorado Pop

Après avoir joué en février 1985 à Londres et avant de s’envoler pour le Japon, les Pale Fountains étaient de retour à Paris en cette veille de printemps 1985. L’Eldorado de 1985 fut la séance de rattrapage pour ceux qui avaient séché la piscine Deligny.
Shack - La Locomotive, 1990

[1990 – 2020] Sur les rails avec Shack

8, 9 et 10 novembre 1990. Paris. Les La’s, les Boo Radleys, Dr Phibes et les House Of Wax Equations débarquent à Paris le temps d’un week-end pour initier les Français aux plaisirs plus ou moins méconnus (mais surtout exquis) de Liverpool. Les frères Head, ex Pale Fountains sont évidemment de la partie. On connaissait…

Liam Gallagher à son Zénith

Liam Gallagher a donné hier soir au Zénith de Paris le dernier concert d’une tournée européenne qui a affiché complet tous les soirs. Et il a fait plus que le travail.

Motivant Morby

L’ex-Woods est venu jouer son répertoire à La Lune des Pirates, salle qui avait accueilli et vu triompher les flamboyants Woods en 2017. Jeu, set et match pour…
Vincent Delerm @ Théâtre des Pénitents, Montbrison, 04-02-2020

Vincent Delerm : La vie passe et il en fait partie

Hier soir Vincent Delerm chantait à Montbrison devant le public du festival Poly’Sons. Après le spectacle, je lui ai parlé des photos que j’avais faites, de cet article que j’allais écrire sur son spectacle. Quelle idée insensée ais-je eue là… Comment écrire sur la musique, comment mettre des mots sur des sons, sur d’autres mots ?…
Damien Saez @ Halle Tony Garnier, Lyon, 09-12-2019

Damien Saez, « Que l’éphémère devienne éternité »

Damien Saez venait hier au soir présenter à Lyon, Ni Dieu ni Maître, l’album qui clôture Le Manifeste, fresque sociale de quatre années de 2016 à 2019 présentée dans une « oeuvre numérique » sur son site internet « Culture contre culture ». 39 chansons, politiques et poétiques dans lesquelles se lit la France des attentats aux gilets jaunes,…