Catégories
Interviews

La Femme garde le Mystère

La Femme @ Rock En Seine 2016

Demain, La Femme sort son nouvel album intitulé Mystère. Le week-end dernier ils étaient à Rock en Seine où ils ont joué quelques extraits lors d’un live foufou comme ils savent le faire.

SK* a pu les rencontrer quelques heures avant leur prestation pour qu’ils nous dévoilent un peu plus le Mystère en évoquant la tournée à venir.

La Femme

Aujourd’hui, à Rock en Seine, vous comptez surfer sur le public ?

Non, pas ce soir, on l’a fait il y a 3 ans, on voulait le refaire mais bon comme on l’a déjà fait cela sert plus à grand chose, il y a plus de surprise.

Et à quelques jours de la sortie de l’album, vous vous sentez comment ?

Ben on est content, malgré quelques détails qui nous froissent un peu : là on vient de les recevoir et il y a des fautes dans le livret, dans la mise en page, il manque des visuels qu’on voulait mettre…

Ils vont être collector alors !

Oui c’est vrai ahah, achetez-les tous vite alors, il y a même peut-être des tickets d’or dans certains !

Et cet album, on l’attendait un peu avant, qu’est-ce qui s’est passé ?

Ben en fait on s’est dit qu’il n’était pas encore bien prêt au moment où on devait le sortir, qu’il méritait de rester encore un peu dans la couveuse, et on a préféré tout décaler de 6 mois pour être bien sûr qu’il nous plaise ! C’est délicat quand tu finis et que c’est gravé tu ne peux plus revenir en arrière, et même encore aujourd’hui, on a toujours des petits trucs à redire sur l’album, mais c’est trop tard quoi. Enfin bon, là en tout cas on est déjà allés très très loin, donc c’est cool.

La Femme @ Rock En Seine 2016
La Femme @ Rock En Seine 2016

Et dans ces cas là, est-ce qu’il est possible d’éventuellement revenir sur certains mots dans un texte une fois que vous passez au live par exemple ?

Ouais, carrément ! Ben par exemple, parfois on a des chansons, on sent qu’elles sont vraiment supers, mais avec le premier jet de la démo, on peut rater des morceaux sur un CD. Pour moi, le live c’est une seconde chance, je me suis aperçu qu’il y avait des artistes pour qui certaines chansons étaient plus connues dans leur version live, comme par exemple No woman no cry de Bob Marley, ou encore La bombe humaine de Téléphone. Il y a déjà certaines structures ou arrangements qu’on a modifiés sur des chansons pour qu’elles soient vraiment comme on voulait en live, donc là on se laisse encore le choix de changer.

Et puis d’ici un an quand on les maitrisera vraiment bien on essaiera de faire un album live.

Et ré-arranger vos anciens morceaux justement, c’est une façon de ne pas se lasser, de les jouer en continue et de façon dynamique ?

Oui, exactement. Parce que sinon, refaire tout le temps les mêmes morceaux de manière mécanique, cela nous rend un peu triste, on a l’impression d’agir comme des robots et qu’il n y a plus de spontanéité. Pour nous c’est un bol d’air frais, cela nous permet de nous renouveler sur scène.

Et à l’inverse, est-ce qu’il y a des chansons que vous jouez d’abord en live pour les enregistrer ensuite en studio ?

Non, mais on aimerait faire ça plus tard pour faire des albums live comme je disais. Sur un modèle classic rock, où on enregistrerait basse-batterie en même temps, avec peu de click. Mais bon pour ça il faut beaucoup beaucoup répéter, et on n’est pas encore assez carré.

Belle perspective ! Et un deuxième album, dans une carrière, c’est un tournant important un peu non ?

Malgré la pression de la promo et toutes ces choses là, on est plutôt serein, car on est confiant au niveau de la qualité du produit qu’on livre aux auditeurs.

On s’est dit que même si il ne plaisait pas, l’important était qu’on ait tout donné et qu’on en soit fiers de cet album, et là c’est le cas.

Pour nous tout est cool, le contenu, la pochette, la tournée qui se met en place.. Après maintenant ça va être du boulot parce-qu’on a de la promo, beaucoup de répétitions pour le live, intégrer les nouveaux morceaux, c’est une période intense.

https://www.youtube.com/watch?v=n6vFYyik5yk

Vous venez de sortir le clip de Septembre, après Où va le monde il y a quelques semaines, ils sont tous les deux assez particuliers. Comment travaillez-vous vos clips en général ?

Ben déjà on écoute beaucoup les morceaux et on note un peu toutes les images qui nous viennent dans la tête, ensuite on essaie de les restranscrire le plus fidèlement possible. Sphynx par exemple c’était un délire où la vision était assez forte et on a essayé d’y coller le plus possible, mais pour ça il fallait beaucoup de moyens. Après pour Septembre ou Où va le monde, on a pu se débrouiller pour que ça ne coûte pas grand chose, comme on avait mis tous nos moyens dans Sphynx. En fait tous les prochains clips que vous allez voir ça va être des trucs low budget du coup, on est en faillite là !

Ah ouais du coup grosse tournée pour se refaire ?

Carrément, partout, même à l’étranger, toute l’Europe, l’Amérique du Nord, l’Amérique du Sud, l’Asie au printemps.

Cool ! D’après vous, qu’est-ce qui plait dans votre musique, à l’étranger ?

C’est de la musique qu’ils n’ont pas trop l’habitude d’entendre, on a ce coté Yéyé/sixties qui a toujours été très français je pense, bizarrement ils n’en ont pas tellement. Genre à la Serge Gainsbourg, Françoise Hardy, Dutronc, ou des trucs un peu plus undergrounds comme Stella, Delphine. C’est ce qu’on veut diffuser.

Et le look, ça joue ?

Ouais ça compte, on aime bien en jouer d’ailleurs, aux Etats-Unis on adore porter des bérets, des marinières et gueuler quand y a pas de baguettes, on fait dans le cliché. Après en règle générale, on adore être lookés, on a été influencés par des groupes qui étaient toujours hyper lookés, donc voilà.

Une date que vous attendez dans cette tournée ?

Le Zenith de Paris le 27 janvier 2017, venez nombreux !!

Bon et ce soir, à Rock en Seine, on doit s’attendre à quoi ?

A des mecs qui font de la musique sur scène, qui lèvent les bras et disent des trucs comme « Est-ce que vous êtes chauds ? » ou « La prochaine chanson ça va être… », peut-être même qu’on ira dans le public.

En tout cas, on sera stylés.

Eh bien ils ont dit vrai.

Leur dates de tournées sont sur lafemmemusic.com.

Et leur album, Mystère, vient de sortir. Chronique à venir sur SK*.

Batteuse et passionnée de musique depuis toujours, constamment à la recherche de nouvelles pépites. Un penchant particulier pour les sonorités rocks /indies /psychés et autre dreampop électronique et bizarroïde.
Partager cet article

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Cela pourrait vous intéresser

Two Door Cinema Club @ Rock En Seine 2016

Sous le soleil de Saint-Cloud : Rock en Seine 2016, le récap’

Cette treizième édition du fameux festival Rock en Seine se sera déroulée sous une chaleur caniculaire, loin des glissades dans la boue et des bottes de pluie qu’on a pu connaître certaines années. Comme d’habitude la programmation très éclectique a permis de drainer un public qui l’était tout autant.
programmation Rock en Seine 2016

Rock en Seine, c’est dans deux semaines !

Comme chaque année fin août, Rock en Seine investit Saint-Cloud pour notre plus grand plaisir ! Cette fois encore, la programmation est fournie et très éclectique : de Massive Attack à Two Door Cinema Club en passant par Sigur Ros, La Femme, Foals, The Last Shadow Puppets, Cassius, Bastille, Birdy Nam Nam ou encore Sum…
Lambchop & Massive Attack

Lambchop à l’attaque

Deux retours remarqués en ce mois d’août, Massive Attack en bonne compagnie et Lambchop pour une danse langoureuse.
Two Door Cinema Club

Êtes-vous prêts pour les Two Door Cinema Club ?

L’Irlande du Nord possède Neil Hannon, Ash, The Undertones et les Two Door Cinema Club. Hébergés chez le label Kitsuné de 2010 à 2012, les Two Door Cinema Club ont vendus autant d’albums que les groupes précédemment cités. Ils sont de retour en octobre prochain avec un troisième album.

Plus dans Interviews

Karine Daviet

Karine Daviet en toute indépendance

Karine Daviet est lyonnaise et vient de sortir un premier EP, L’indépendance, recueil de six titres en français à la fois doux et âpres avec des arrangements soignés mêlant guitare acoustique, théorbe, clavecin, viole de gambe, flûtes à bec et sons électroniques. Assez logique quand on écoute sa playlist commentée ci-dessous après un questionnaire façon…
Moli © Celeste Call

5 questions à … Moli

SK* a demandé à une centaine (et plus) d’artistes appréciés par les membres de l’équipe de répondre à cinq questions très simples avec leurs morceaux du moment, nouveaux ou anciens. Voilà le tour de Moli , jeune belge de 21 ans qui pourrait suivre la trace de Mademoiselle Van Laeken. Installée à Berlin où elle…
Klon

L’ascension de Klon

Klon. Ce n’est ni con, ni Klug ou le nom d’une nouvelle planète. Quoique. Ces Magnificent Seven déboulent dans notre galaxie musicale avec un premier titre Noise, qui va faire du bruit. Il est accompagné d’une somptueuse animation réalisée par le gang lui même qui met en scène une ville-automate monstrueuse qui produit les clones…
Maë Defays

5 questions à … Maë Defays

SK* a demandé à une centaine (et plus) d’artistes appréciés par les membres de l’équipe de répondre à cinq questions très simples avec leurs morceaux du moment, nouveaux ou anciens. Voilà le tour de Maë Defays, autrice d’une caresse musicale avec son EP Whispering dont est extrait notre exclu d’hier, La vie entière. On découvre…
Bananagun

5 questions à … Bananagun

SK* a demandé à une centaine (et plus) d’artistes appréciés par les membres de l’équipe de répondre à cinq questions très simples avec leurs morceaux du moment, nouveaux ou anciens. Voilà le tour des foutraques australiens de Bananagun. Oubliez The Go-Betweens, The Saints, Nick Cave ou Silverchair, ce quintette psyché et percussif adepte de l’afrobeat…

Passionnant Johan Asherton

Et un nouveau beau disque de Johan Asherton ! L’ex-The Froggies, qui a eu le chic de ne jamais enregistrer un mauvais disque depuis ses débuts solo en 1988 avec God’s Clown, revient avec Passiontide, une collection de dix chansons sombres et élégantes.
Codeine

[1990-2020] Dix cachets de Codeine

On écrit toujours, à tort, que les Afghan Whigs étaient le seul groupe de chez Sub Pop à ne pas être originaire de Seattle. Greg Dulli, le chaud lapin de Cincinnati (Ohio) avait signé sur le célèbre label de Seattle pour sortir Up In It en 1990 après avoir sorti Big Top Halloween en 1988…