Catégories
Interviews

Le jazz secret de Mick & John

Photo © Lawrence Watson

En 2002, Noel Gallagher vient de se prendre les pieds dans le tapis avec le cinquième album d’Oasis, Heathen Chemistry. Et quand Noel Gallagher se plante, Oasis se plante vraiment…
Le manque d’inspiration du Mancunien coïncide à quelques mois près avec la résurgence de la scène de Liverpool et surtout la renaissance de Shack, le groupe des frères Head (The Pale Fountains).

Depuis 2002, la jeune liverpuldienne voit défiler des groupes qui envoient les enceintes voler au Zanzibar, un club à deux pas de Parr Street. Les Zutons, les Stands et les Coral ont réussi à attirer tous les pigistes du N.M.E. lors de leurs soirées et Noel Gallagher. Tous les fans d’Oasis se rappellent du concert du patron au Zanzibar. Ce dernier y avait joué sa « meilleure chanson » selon lui, Stop The Clocks. Évidemment, ce fut un feu de paille quand on découvrit la chanson sur le premier album de Noel Gallagher. L’arrivée du taulier d’Oasis en ville déclenchera différentes réactions. Avant qu’il ne les sauve économiquement, les Coral se fichent ouvertement de l’intérêt qu’ils suscitent auprès de celui qui a écrit Supersonic.
Quant aux Stands,ils hébergent Noel et le laisseront jouer de la guitare All Years Leaving, leur premier album.
Et par on ne sait quel miracle, Noel Gallagher se retrouva à publier l’ultime de Shack, le groupe des frères Head.

Après avoir publié … Here’s Tom With the Weather via le label North Country, les frères Head se sont évidemment retrouvés sans label. … Here’s Tom With the Weather avait atteint péniblement la cinquante-cinquième place des charts anglais. Noel Gallagher va se retrouver à publier The Corner of Miles and Gil par le plus grand des hasards sur son label qui ne compte que les tâcherons de Proud Mary. L’album comme son prédécesseur finira aussi à la cinquante-cinquième des classements. Quand ça ne veut pas, ça ne veut pas…
Pourtant The Corner of Miles and Gil aurait pu avoir un autre destin. Il a bénéficié d’une promotion de bonne facture (Shack ouvra pour Oasis lors de sa tournée des stades anglais de 2006 et le photographe Lawrence Watson fut recruté pour les photos de presse) et reçu un accueil dithyrambique par la presse française et anglaise. Le zigoto de Mick Head avait plié toute la concurrence et tous les pigistes de première bourre en sortant de son chapeau une de ses lubies : le jazz. On connaissait la dévotion de Mick Head pour Arthur Lee, on ne savait pas son adoration pour Miles Davis. Sur l’ultime disque de Shack, il prend tout le monde de court et envoie les bas-fonds de Liverpool valser dans les clubs de la Nouvelle-Orléans. Et comme d’habitude, c’est un sans-faute.
SK* a discuté avec Yorkie, le producteur de ce disque et Howie Payne, le chanteur des Stands.

Yorkie

Comment as-tu rencontré Mick Head ?

Yorkie : J’ai connu Mick grâce à Paul Simpson des The Teardrop Explodes. Ces derniers faisaient des répétitions dans ma cave et Paul m’a dit qu’il avait rencontré un type qui voulait monter un groupe. Comme il savait que je voulais en fonder un, il s’est chargé de faire les présentations. Le premier groupe que nous avons monté ensemble s’appelait The Dance Party. Le second Egypt For Now.

Comment t’es tu retrouvé à produire The Corner of Miles and Gil ?

Yorkie : Je n’avais pas vu Mick depuis des années quand je suis tombé dessus par hasard sur lui, sa femme et ses enfants un jour à Liverpool. Je lui ai demandé ce qu’il devenait et quels étaient ses projets. Depuis la dissolution de Space, j’avais produit pas mal de groupes. Il m’a demandé si je serais intéressé par faire « quelque chose de beau ». J’ai répondu par l’affirmative. Il m’a rappelé le lendemain (il se rappelait de mon numéro de téléphone alors qu’on ne s’était pas appelé depuis vingt ans). John m’a confié qu’il avait voulu que je les produise après H.M.S. Fable. Mais rien ne c’était fait à cette époque.
Après les avoir rencontré, nous avons commencé à enregistrer des démos dans mon studio. Nous avons enregistré cinq ou six démos, que nous avons transmises à Liam et Noel Gallagher. Surtout Shelley Brown.

Shack – Shelley Brown

Ce fut un enregistrement difficile ? Combien de temps a-t-il duré ?

Yorkie : L’enregistrement des démos a pris six mois. On travaillait avec des boucles et des parties de batterie programmés. J’assurais la basse. Puis, quand Noel a fait partie de l’aventure, nous sommes partis aux studios de Highfield Street avec Pete Wilkinson et Iain Templeton. Le tout a pris quatre mois. Nous n’avions aucune pression et nous avons pris le temps nécessaire pour faire quelque chose de bien. Tout cela a été rendu possible grâce à Noel Gallagher. Il était fan de notre travail et a publié le disque sur son label. Il nous a laissés totalement libres et il n’est jamais intervenu.

C’était facile de travailler avec eux ?

Yorkie : Ils sont fantastiques en studio. Comme en tournée. Je les avais managés une fois.
Les gens disent que c’était un cauchemar de travailler avec eux. Je n’ai jamais eu ce sentiment. Peut-être parce que je les connais depuis longtemps.

Quel est ton meilleur souvenir lié à cet enregistrement ? Le pire ?

Yorkie : Mes meilleurs souvenirs sont ceux d’avoir travaillé avec le groupe et d’avoir pu modeler le son. Je joue du clavier sur quasiment tous les morceaux et j’ai fait les arrangements des cuivres et des cordes. Pour les cordes, nous avons eu recours au Colliery Brass Band. Pour les cordes, nous avons recruté des membres de l’orchestre philharmonique de Liverpool.
Un de mes pires souvenirs est les doutes de John concernant Find A Place. Il trouvait qu’elle sonnait différemment des autres et qu’elle était expérimentale. Je lui ai donné raison mais nous l’avons conservée. Ce fut une des premières chansons que nous avons envoyée à Sour Mash. Ce fut la première chanson a récolter des compliments.

The Corner of Miles and Gil a été publié via Sour Mash, le label de Noel Gallagher. Il est venu vous voir lors de l’enregistrement ?

Yorkie : Oui, mais pas seulement. Shack a fait une série de 12 dates en première partie d’Oasis pour promouvoir ce disque.

Comment as-tu trouvé le son de ce disque ? The Corner of Miles and Gil se singularise dans la discographie du groupe par son son ?

Yorkie : J’en avait discuté avec Mick : cet album est plus léger et plus jazzy que les autres albums de Shack. John était d’accord. Iain et Pete aussi. Le reste est dû à mes techniques de production. Je ne veux jamais bloquer le groupe avec lequel je travaille. Il s’agit de leur album, pas du mien.
Cependant, je tiens à souligner mon rôle en tant que producteur. Je suis comme un illustrateur, je reste tapi dans l’ombre mais je colorie les morceaux et j’ajoute un peu de profondeur à l’histoire racontée. Je fais de la musique comme on tourne un film. C’était amusant de voir leur réticence à utiliser les nouvelles technologies. Ils étaient très suspicieux à l’idée de se passer des bandes et d’utiliser un ordinateur. Mais on a réussi à les convaincre, notamment grâce à l’ingénieur (le merveilleux Pat O’Shughnessey) et en leur montrer les bénéfices.

Quelle est ta chanson préférée sur ce disque ? Pourquoi ?

Yorkie : Closer.
Mick a toujours été très méticuleux dans les finitions de ses chansons. Closer en est un bon exemple.
Je venais de passer pas mal de temps avec Mick. Je lui avais expliqué comment je voyais le chanter à la fin de cette chanson. Je voulais quelque chose qui sonne comme le troisième album du Velvet Underground : quelque chose d’intime et de chaleureux mais qui te prenne à la gorge. Je lui ai envoyé mes instructions un après-midi en lui disant de ne pas revenir tant que ça ne serait pas fait. Il est revenu le lendemain. Lors de la première prise de cette chanson, il s’est soudainement arrêté avant la fin. Je suis allé le voir. Il était en larmes et il m’a demandé d’où venaient les cordes. Je lui ai répondu qu’on les avait enregistrées quand ils finissaient d’écrire les paroles au pub.

Shack – Closer

Howie Payne

Comment as-tu découvert la musique de Mick Head ? Avec les Pale Fountains ?

Howie Payne : Je ne connaissais pas les Pale Fountains. Mais la chanson I Know You Well passait souvent au MacMillans, un club où je passais pas mal de temps. Il passait de la musique. Désormais je crois que c’est une librairie.

Mick Head est un héros, un modèle pour vous ? Je me rappelle avoir vu une photographie montrant Mick Head jouait et avoir comme public les Stands et les Coral. Ils vous a inspiré ?

Howie Payne : J’analyse sa musique. Something Like You est une belle et grande chanson.
La photographie dont tu parles a été prise au V Festival en 2005. Beaucoup de groupes de Liverpool jouaient ce jour là. Oasis jouait aussi. Mais je ne me rappelle pas de leur show. Mais je les ai aperçus.
C’est moi qui ai pris cette photo. J’étais au milieu et il y avait plus de monde. On regardait Shack jouer avec un beau coucher de soleil.

Quelle est ta chanson préférée de The Corner of Miles and Gil ?

Howie Payne : Miles Apart.

Tu acheté cet album ?

Howie Payne : Non, on me l’a offert.

Tu as ouvert, avec les Stands, pour Shack, lors d’une tournée. Quel est ton meilleur souvenir ?

Howie Payne : L’édition du V Festival fut sensationnelle. Nous aurions bien voulu rester pour faire la fête mais le lendemain nous avions un concert… Nous avons dû prendre la route.
Quand nous nous apprêtions à partir, je me trouvais dehors avec Liam Gallagher. Mick Head était pas très loin, assis tout seul sur l’herbe.
« Putain de merde, c’est Mick Head ? »
Je pense qu’il ne l’avait jamais rencontré. On s’est promené tous les trois et ils ont discuté de musique comme s’ils se connaissaient depuis toujours. J’ai posé un pack de bière entre les deux. Je le portais depuis le vestiaire…
Comme je te disais, nous avons dû repartir tôt… En roulant, je me suis retourné et je les ai vus, tous les deux, assis dans l’herbe avec en fond un magnifique coucher de soleil et le public du V Festival.

Shack - The Corner of Miles and Gil
Howie Payne est en tournée dans toute l’Angleterre à la rentrée.
The Corner of Miles and Gil de Shack est disponible via le label Sour Mash.

Tracklist : Shack - The Corner of Miles and Gil
  1. Tie Me Down
  2. Butterfly
  3. Cup Of Tea
  4. Shelley Brown
  5. Black And White
  6. New Day
  7. Miles Away
  8. Finn
  9. Sophie
  10. Bobby And Lance
  11. Moonshine
  12. Funny Things
  13. Find A Place
  14. Closer

Pouet? Tsoin. Évidemment.
Partager cet article

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Cela pourrait vous intéresser

Shack - La Locomotive, 1990

[1990 – 2020] Sur les rails avec Shack

8, 9 et 10 novembre 1990. Paris. Les La’s, les Boo Radleys, Dr Phibes et les House Of Wax Equations débarquent à Paris le temps d’un week-end pour initier les Français aux plaisirs plus ou moins méconnus (mais surtout exquis) de Liverpool. Les frères Head, ex Pale Fountains sont évidemment de la partie. On connaissait…
Shack

[1999 – 2019] Sa majesté Shack

En 1999, Shack met fin à onze ans de silence et revient sur le devant de la scène anglaise. En 1999, Shack publie un des disques de l’année comme à chaque fois qu’il sort un disque. Il y a vingt ans, les frères Head prenaient enfin la place qu’ils méritaient depuis le début.

Et revoilà John Head !

Liverpool est en ébullition ! Que se passe-t-il ? Le retour des Zutons ? Un concert secret des Coral ? Non, c’est John Head, le frère de Mick Head, ex guitariste des Pale Fountains et de Shack qui annonce son retour aux affaires.
Marina Records - Goosebumps 2

Bump ! Marina Records ! Bump !

Le label allemand Marina Records a 25 ans ! Pour fêter ce chic anniversaire, Stefan Kassel et Frank Lähnemann publient une anthologie du label.
Autour de Lucie - L'Echappée Belle

L’accord parfait de Lucie et Mick

En 1993, Autour de Lucie fit une échappée belle à Liverpool. Le plus beau groupe français des années 90 rencontra Mick Head, l’une des plus belles plumes anglaises de cette fin de siècle, le temps de l’enregistrement d’un morceau. Retour sur cette alliance musicale avec trois de ses principaux protagonistes : Valérie Leulliot, Olivier Durand…
Liverpool - Harry Ainscough

Le beau bulletin météo de Shack

En 1999, Shack rencontra enfin le succès avec l’album H.M.S. Fable. En effet, pour la première fois de leur carrière les frères Head arrivèrent à caser un de leurs albums dans le top 50 anglais et la presse partagea son enthousiasme. Mais, Mick Head est le champion pour se compliquer la vie. Le label qui…

[Micro-Photos] Mark McNulty walks never alone

En novembre 1990, Paris vit débarquer trois groupes de Liverpool le temps de trois soirées à La Locomotive. Le photographe Mark McNulty revient avec nous sur la deuxième étape de ce brelan de dates parfait.

Plus dans Interviews

Karine Daviet

Karine Daviet en toute indépendance

Karine Daviet est lyonnaise et vient de sortir un premier EP, L’indépendance, recueil de six titres en français à la fois doux et âpres avec des arrangements soignés mêlant guitare acoustique, théorbe, clavecin, viole de gambe, flûtes à bec et sons électroniques. Assez logique quand on écoute sa playlist commentée ci-dessous après un questionnaire façon…
Moli © Celeste Call

5 questions à … Moli

SK* a demandé à une centaine (et plus) d’artistes appréciés par les membres de l’équipe de répondre à cinq questions très simples avec leurs morceaux du moment, nouveaux ou anciens. Voilà le tour de Moli , jeune belge de 21 ans qui pourrait suivre la trace de Mademoiselle Van Laeken. Installée à Berlin où elle…
Klon

L’ascension de Klon

Klon. Ce n’est ni con, ni Klug ou le nom d’une nouvelle planète. Quoique. Ces Magnificent Seven déboulent dans notre galaxie musicale avec un premier titre Noise, qui va faire du bruit. Il est accompagné d’une somptueuse animation réalisée par le gang lui même qui met en scène une ville-automate monstrueuse qui produit les clones…
Maë Defays

5 questions à … Maë Defays

SK* a demandé à une centaine (et plus) d’artistes appréciés par les membres de l’équipe de répondre à cinq questions très simples avec leurs morceaux du moment, nouveaux ou anciens. Voilà le tour de Maë Defays, autrice d’une caresse musicale avec son EP Whispering dont est extrait notre exclu d’hier, La vie entière. On découvre…
Bananagun

5 questions à … Bananagun

SK* a demandé à une centaine (et plus) d’artistes appréciés par les membres de l’équipe de répondre à cinq questions très simples avec leurs morceaux du moment, nouveaux ou anciens. Voilà le tour des foutraques australiens de Bananagun. Oubliez The Go-Betweens, The Saints, Nick Cave ou Silverchair, ce quintette psyché et percussif adepte de l’afrobeat…

Passionnant Johan Asherton

Et un nouveau beau disque de Johan Asherton ! L’ex-The Froggies, qui a eu le chic de ne jamais enregistrer un mauvais disque depuis ses débuts solo en 1988 avec God’s Clown, revient avec Passiontide, une collection de dix chansons sombres et élégantes.
Codeine

[1990-2020] Dix cachets de Codeine

On écrit toujours, à tort, que les Afghan Whigs étaient le seul groupe de chez Sub Pop à ne pas être originaire de Seattle. Greg Dulli, le chaud lapin de Cincinnati (Ohio) avait signé sur le célèbre label de Seattle pour sortir Up In It en 1990 après avoir sorti Big Top Halloween en 1988…