Catégories
Interviews

Las Kellies, la qualité venue d’Argentine

L’été indien européen sera argentin cette année. Le trio Las Kellies, formé en 2005 à Buenos Aires passe à la vitesse supérieure avec son nouveau disque Friends and Lovers. Pas de chichi avec cet album. On fait dans le rapide, l’efficace et le refrain qui flingue.
Entretien avec ces trois tueuses nées.

Las Kellies

Comment allez-vous ?

Las Kellies : Très bien ! Nous sommes très heureuses du retour concernant Friends and Lovers.
Et puis Buenos Aires se réchauffe en ce moment. C’est la fin de l’hiver et nous bénéficions d’un air nouveau.

Pourquoi avoir nommé votre album Friends and Lovers ?

Las Kellies : Il y a plein de gens qui gravitent autour du groupe et que personne ne voit jamais. C’est très important pour nous. Sans eux, nous ne pourrions pas avancer. Ce disque parle des gens qui nous entourent et de tout l’amour qui nous entoure.

Las Kellies – I don’t care

Comment avez vous rencontré Iván Diaz Mathé qui a produit votre disque ?

Las Kellies : Nous l’avons rencontré lors de notre première tournée européenne. Il tournait avec les Nairobi Dub, son groupe. Nous sommes tous originaires de Buenos Aires mais nos destins se sont croisés à Berlin lors de l’été 2009.

L’enregistrement de Friends and Lovers fut un enregistrement facile ?

Las Kellies : Enregistrer un disque n’est jamais facile. Et plus on vieillit, plus c’est difficile. C’est comme ça dans tous les domaines de la vie. L’enregistrement n’a pas été la partie la plus difficile au final. Ce fut la partie la plus drôle même si chaque moment était un challenge.

Quel est votre meilleur souvenir lié à l’enregistrement de Friends and Lovers ? Le pire ?

Las Kellies : Les meilleurs souvenirs sont les moments où nous écoutions ce que nous venions d’enregistrer. On se disait alors que nous enregistrions le meileur album de notre carrière.
Les pires… Je ne m’en rappelle pas.

Comment avez vous écrit ces chansons ?

Las Kellies : En faisant des jams dans le studio. On développe nos idées après mais nos jams deviennent rapidement des chansons. Nous écrivons les paroles après. Nous écrivons à propos de ce que nous voyons et de notre expérience de la ville chaotique Buenos Aires.

Quelle est l’histoire de Summer Breeze ?

Las Kellies : C’est une chanson qui évoque la bénédiction et le fait d’être conscient et d’être reconnaissant. Elle évoque aussi le désir et le rêve…

Las Kellies – Summer Breezer

Comment avez-vous rencontré le label Fire Records ?

Las Kellies : Nous les avons rencontrés grâce à notre premier et adorable premier booker, Marie Tippex of Julie Tippex. Je ne me rappelle pas notre premier rendez-vous. C’était peut-être à la Fire House et on a dû boire pas mal de bière et nous avons dû jouer au football.

Vous allez jouer au Royaume-Uni et en Hollande. Et la France ?

Las Kellies : Oui ! A Paris, nous avons joué à L’Espace B. C’était une chouette salle et il y a plein de monde. On travaille sur notre tournée. Consultez notre site Internet.

TOP 10

1) Le meilleur album de 2015 ?

Las Kellies : Trickfinger de Trickfinger.

2) Votre plaisir coupable en musique ?

Las Kellies : Leonard Cohen. La tristesse et la culpabilité sont des sentiments voisins.

3) Votre artiste français préféré ?

Las Kellies : Marguerite Duras.

4) Londres ou Paris ?

Las Kellies : Cela dépend des moments. Parfois Paris, parfois Londres.

5) Ride ou My Bloody Valentine ?

Las Kellies : My bloody valentine.

6) Le refrain ultime ?

Las Kellies : Yama-Ha du groupe allemand Humpe Humpe.

7) Le meilleur endroit pour voir un concert ?

Las Kellies : Illa San Simon à Vigo. Il y a un magnifique festival qui s’appelle Sin Sal. C’est dans le nord de l’Espagne. Les groupes sont bons et le paysage magnifique.

8) The best place to play a gig ?

Las Kellies : Rockerill en Belgique. Ce lieu se trouve dans la ville de Charleroi. Une ville assez pauvre. C’est une ancienne usine. C’est un endroit magnifique.

9) Blur ou Oasis ?

Las Kellies : Oasis.

10) Votre festival préféré ?

Las Kellies : We aime bien le Pohoda en Slovaquie. Nous n’avons jamais mis les pieds à Glastonbury. On va tout faire pour y aller.

Friends and Lovers des Las Kellies sera publié le 14 octobre 2016 via Fire Records.

Las Kellies - Friends and Lovers

Tracklist : Las Kellies - Friends and Lovers
  1. Sugar Beat
  2. Tied To A Chain
  3. Make It Real
  4. I'm On Fire
  5. Summer Breeze
  6. I Don't Care
  7. Love Me As I Do
  8. Sun Goes Down
  9. Breathe Of Light
  10. Hear It Loud
  11. Sundays
  12. Celebrate Life
Pouet? Tsoin. Évidemment.
Partager cet article

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Cela pourrait vous intéresser

Las Kellies

L’été glacial des Las Kellies

Le trio argentin, malin et féminin sera de retour au mois d’octobre avec un disque qui se boit comme du petit lait. En guise d’apéritif, les Las Kellies nous offre un chouette single.

Lyon en Mai

En Mai, fais ce qu’il te plait alors va écouter de la musique live en Rhône Alpes, il y en a pour tous les goûts et toutes les bourses, petit florilège totalement subjectif et donc non exhaustif :

Plus dans Interviews

Karine Daviet

Karine Daviet en toute indépendance

Karine Daviet est lyonnaise et vient de sortir un premier EP, L’indépendance, recueil de six titres en français à la fois doux et âpres avec des arrangements soignés mêlant guitare acoustique, théorbe, clavecin, viole de gambe, flûtes à bec et sons électroniques. Assez logique quand on écoute sa playlist commentée ci-dessous après un questionnaire façon…
Moli © Celeste Call

5 questions à … Moli

SK* a demandé à une centaine (et plus) d’artistes appréciés par les membres de l’équipe de répondre à cinq questions très simples avec leurs morceaux du moment, nouveaux ou anciens. Voilà le tour de Moli , jeune belge de 21 ans qui pourrait suivre la trace de Mademoiselle Van Laeken. Installée à Berlin où elle…
Klon

L’ascension de Klon

Klon. Ce n’est ni con, ni Klug ou le nom d’une nouvelle planète. Quoique. Ces Magnificent Seven déboulent dans notre galaxie musicale avec un premier titre Noise, qui va faire du bruit. Il est accompagné d’une somptueuse animation réalisée par le gang lui même qui met en scène une ville-automate monstrueuse qui produit les clones…
Maë Defays

5 questions à … Maë Defays

SK* a demandé à une centaine (et plus) d’artistes appréciés par les membres de l’équipe de répondre à cinq questions très simples avec leurs morceaux du moment, nouveaux ou anciens. Voilà le tour de Maë Defays, autrice d’une caresse musicale avec son EP Whispering dont est extrait notre exclu d’hier, La vie entière. On découvre…
Bananagun

5 questions à … Bananagun

SK* a demandé à une centaine (et plus) d’artistes appréciés par les membres de l’équipe de répondre à cinq questions très simples avec leurs morceaux du moment, nouveaux ou anciens. Voilà le tour des foutraques australiens de Bananagun. Oubliez The Go-Betweens, The Saints, Nick Cave ou Silverchair, ce quintette psyché et percussif adepte de l’afrobeat…

Passionnant Johan Asherton

Et un nouveau beau disque de Johan Asherton ! L’ex-The Froggies, qui a eu le chic de ne jamais enregistrer un mauvais disque depuis ses débuts solo en 1988 avec God’s Clown, revient avec Passiontide, une collection de dix chansons sombres et élégantes.
Codeine

[1990-2020] Dix cachets de Codeine

On écrit toujours, à tort, que les Afghan Whigs étaient le seul groupe de chez Sub Pop à ne pas être originaire de Seattle. Greg Dulli, le chaud lapin de Cincinnati (Ohio) avait signé sur le célèbre label de Seattle pour sortir Up In It en 1990 après avoir sorti Big Top Halloween en 1988…