Cette treizième édition du fameux festival Rock en Seine se sera déroulée sous une chaleur caniculaire, loin des glissades dans la boue et des bottes de pluie qu’on a pu connaître certaines années.

Comme d’habitude la programmation très éclectique a permis de drainer un public qui l’était tout autant.

Si il fallait résumer ces trois journées par tendances globales, je dirais que le vendredi était plutôt indie/rock, avec en tête de file le concert des très bons Two Door Cinema Club, mais également de Bastille, Caravan Palace ou encore les Last Shadow Puppets. Le samedi surfait sur des accents plus pop’, avec La Femme, Papooz, Grand Blanc et les Naive New Beaters, alors que le dimanche pogotait toutes guitares dehors entre Sum 41, Ghinzu, Iggy et Foals.

20160827_rockenseine_bestof
20160827_rockenseine_bestof
20160827_rockenseine_bestof
20160827_rockenseine_bestof
20160827_rockenseine_bestof
20160827_rockenseine_bestof
20160827_rockenseine_bestof
20160827_rockenseine_bestof
20160827_rockenseine_bestof
20160827_rockenseine_bestof
20160827_rockenseine_bestof
20160827_rockenseine_bestof
20160827_rockenseine_bestof
20160827_rockenseine_bestof
20160827_rockenseine_bestof
20160827_rockenseine_bestof
20160827_rockenseine_bestof
20160827_rockenseine_bestof
20160827_rockenseine_bestof
20160827_rockenseine_bestof
20160827_rockenseine_bestof
20160827_rockenseine_bestof
20160827_rockenseine_bestof
20160827_rockenseine_bestof
20160827_rockenseine_bestof
20160827_rockenseine_bestof
20160827_rockenseine_bestof
20160827_rockenseine_bestof
20160827_rockenseine_bestof
20160827_rockenseine_bestof
20160827_rockenseine_bestof
20160827_rockenseine_bestof
20160827_rockenseine_bestof
20160827_rockenseine_bestof

Vendredi

Live très dynamique sur la Grande scène pour les Two Door, qui avaient enclenché le mode « machine à tubes », en balançant tour à tour tous leurs succès, entrecoupés de quelques nouveaux sons pour nous mettre l’eau à la bouche avant la sortie de leur nouvel album, prévue le 14 octobre. Vraiment très efficace, et prenant bien comme il fallait.

Les Last Shadow Puppets, qui ont suivi, ont fait un concert toute en puissance avec un Alex Turner bien en forme, mais plutôt attendu, peu de surprises. Bon après ça reste toujours bien plaisant à regarder !

Du coté de la scène de l’Industrie, le tout jeune Theo Lawrence (and the Hearts) a reçu de très bon échos pour sa prestation, et a su conquérir son public de début d’après-midi avec brio. SK* a eu l’occasion de le rencontrer pour une très chouette interview (Article à venir !), et il n’y a pas de doute, c’est un homme à suivre.

https://www.youtube.com/watch?v=TP-7w5YQrzI

Ennuyeux à mourir en revanche pour les Brian Jonestown Massacre [ndlr: nous ne sommes pas d’accord :)], pourtant très bons en studio, mais dont le live était littéralement à dormir debout. Palme décernée au mec planté en plein milieu de la scène qui tirait la gueule avec son tambourin. Une performance des plus décevantes. C’était peut-être un mauvais jour, en tout cas pour ma part, je vais plutôt continuer à écouter Anemone dans mon casque, histoire de ne pas briser la légende.

Samedi

Samedi après midi, c’est au tour de Wolfmother, puis surtout de Bring Me the Horizon de faire trembler la Scène Principale. manège de pogos, crachats du chanteur entre deux hurlements, pas de doute, ils sont fidèles à leur définition du rock ! En tout cas ils ont ravis leur fans, et ca valait le détour d’aller y trainer un peu !

Live groovy à souhaits du côté d’Edward Shape and The Magnetics, dansant et très agréable à regarder, mais mon coup de coeur de l’après-midi revient sans hésiter à La Femme, qui fait un concert de fou, avec plein de nouveaux extraits du futur album en prime ! Ils se jettent dans la foule à plusieurs reprises, et partagent en continu des vagues d’énergie qu’on reçoit avec plaisir ! « Vive le rock » fut d’ailleurs la phrase finale de Marlon, juste après « Vous m’avez pris ma boucle d’oreille, mais pas mon godmichet ! » Voilà qui en dit long sur le live qu’ils nous ont balancé !
Tiens d’ailleurs, ils nous ont balancé ce sont bien cool dont ils viennent de sortir le clip :

https://www.youtube.com/watch?v=XBuP2EvEPeo

Grosse grosse déception en revanche pour Massive Attack, dont le live aura sûrement plu aux aficionados incontestables du groupe, mais qui pour le reste du public était d’une lenteur absolue et d’un ennui profond. Je n’ai tenu que 4 ou 5 chansons avant d’aller voir les Naive New Beaters, qui ont redynamisé ma soirée avec leur fun et leur folie. En plus avec une intervention d’Izia en grande forme pour Heal Tommorrow, on était comblés !

CHVRCHES
CHVRCHES

Dimanche

https://www.youtube.com/watch?v=ZwSsvM0RcdU

En ce troisième et dernier jour un peu moins étouffant que les précédents, l’après-midi démarre bien avec les concerts de Kevin Morby, The Editors et Gregory Porter dont les échos furent très bons, de jolies découvertes pour les festivaliers du dimanche.
La chaleur monte ensuite d’un cran avec Sum 41 à 17h45, à grand coups de hurlements et de pogos, leurs fans étaient particulièrement déchaînés !
Iggy a également fait des siennes, comme à son habitude et au grand bonheur du public, et c’est en parallèle que se défendent les CHVRCHES, avec un live très agréablement surprenant.

Les rois de la soirée sont tout de même, selon moi, les Foals qui nous balancent 1h30 de montée crescendo, avec un Philippakis toutes griffes dehors. Ils finissent sur un Two Step Twice bien enervé qui nous laisse tous en transe. Grisant !

Photographe
Clic. Clac. Merci Kodak ! Photographe dans les fosses et même un peu au dessus. Sur Lyon et sa région

Batteuse et passionnée de musique depuis toujours, constamment à la recherche de nouvelles pépites. Un penchant particulier pour les sonorités rocks /indies /psychés et autre dreampop électronique et bizarroïde.
Vous avez aimé ? Partagez !
1 réponse sur « Sous le soleil de Saint-Cloud : Rock en Seine 2016, le récap’ »

Les commentaires sont fermés.

Cela pourrait vous intéresser

We Hate You Please Die

Live Forever We Hate You Please Die !

C’est incontestablement la révélation de l’édition 2019 de Rock En Seine. A Saint-Cloud, il y avait la barbe d’Eels, la basse de Simon Gallup (The Cure) et les chaussettes rouges de Raphaël Balzary, étonnant chanteur de We Hate You Please Die. Vindicatif comme Lux Interior et tranchant comme un Stooges, ce Rouennais emmène son groupe […]
Johnny Marr @ Rock En Seine, 23-08-2019

Fais moi Marr Johnny !

Pendant que Morrissey continue de nous faire du mal avec ses déclarations, Johnny Marr trace sa voie et poursuit une carrière solo aussi efficace que « discrète ».
Boy Azooga @ Rock En Seine 2019

[RES 2019] Boy Azooga, pop bazooka

Héritier de la folie douce des Gorky’s Zygotic Mynci et de l’éclectisme des Super Furry Animals, le Gallois Dave Newington alias Boy Azooga a eu tout bon sur son premier disque publié l’an passé chez le très chic label Heavenly Recordings (Mark Lanegan, UNLOVED, Amber Arcades). Il sera présent à Rock En Seine cette année […]
Clairo - Immunity

Clairo – Immunity

Âgée de 20 ans, Clairo s’apprête à sortir son premier album, Immunity. Et comme dans Koh-Lanta, elle devrait être intouchable avec ce totem de l’immunité.
Silly Boy Blue

[RES 2019] Royale Silly Boy Blue

La première écoute de Cecilia avait été un choc. Bonne nouvelle : quelques mois après, la force de ce morceau est toujours intacte. Entretien avec Silly Boy Blue qui va bientôt jouer, pour la première fois à R.E.S. !
Biche

[Rock En Seine 2019] To Biche or not to Biche ?

To Biche voyons ! A Rock En Seine, il y aura du très lourd avec The Cure. Mais il y aura aussi des jeunes pousses qui ne demandent qu’à fleurir. C’est le cas de Biche et son psychédélisme finement ciselé qui s’apprête à jouer le 23 août 2019. Enquête sur ces gens bien sous tous […]

Plus dans Photos de concert

Structures @ MaMA Festival, la Machine du Moulin Rouge, Paris, 14/10/2021

Photos : MaMa Festival, Paris | 13-14.10.2021

Avec Ko Shin Moon, Terrier, PPJ, Lulu Van Trapp, James BKS, Annaël et Structures pour le MaMa Festival 2021 à : La Cigale, La Machine du Moulin Rouge, Le Backstage By The Mill et Les Trois Baudets.
victorsolf_sk02

Photos : Cavale & Victor Solf @ L’Épicerie Moderne, Feyzin – 01.10.2021

Il y a des concerts réparateurs avec des artistes qui font du bien rien qu’en les regardant. Bon, les écouter c’est bien aussi ! Cavale et Victor Solf font partie de cette catégorie, miraculeuse, quasi spirituelle. Ils jouaient à l’Epicerie Moderne et Fabrice Buffart a capturé leurs manas magnifiques.