Catégories
Concerts (live reports)

Glass Animals : Welcome to the zoo

Glass Animals @ l'Élysée-Montmartre, Paris, 02/11/2016

Ils ont sorti leur deuxième album, le très attendu How to Be a Human Being en aout dernier, et c’est dans la jolie salle nouvellement ré-ouverte de l’Élysée Montmartre que les Glass Animals se produisaient hier soir. SK* a eu l’occasion d’aller voir.

Cela faisait un moment que les Glass Animals m’intriguaient. Séduite par quelques pépites de leur dernier album, mais déçue par d’autres compositions plus mignonnettes, je n’arrivais pas à savoir comment classer ces drôles de bestioles : pop facile ou révélation rock’n’roll ? Fauves enragés ou jolies licornes ?

2016_11_02_glass_animals
2016_11_02_glass_animals
2016_11_02_glass_animals
2016_11_02_glass_animals
2016_11_02_glass_animals
2016_11_02_glass_animals
2016_11_02_glass_animals
2016_11_02_glass_animals
2016_11_02_glass_animals
2016_11_02_glass_animals
2016_11_02_glass_animals
2016_11_02_glass_animals
2016_11_02_glass_animals
2016_11_02_glass_animals
2016_11_02_glass_animals
2016_11_02_glass_animals

C’est donc entre deux eaux que je naviguais jusqu’à l’Élysée Montmartre, sans vraiment savoir dans quoi j’allais m’embarquer. Eh bien je vous le dis, ils ne nous ont pas mené en bateau, les petits, ils ont largué les amarres et tout balancé par dessus bord dès les premiers instants pour nous emmener avec eux, et nous, sans boussole on a suivi le mouvement, et pris place pour un voyage dans leur espace-temps.

Briser la glace

Ils ont commencé efficacement par leurs deux tubes du moment : Youth et Lite Itself, mettant leur public en transe dès les premiers instants. Et des fans ils en ont. Le public s’adonnait à cœur joie aux hurlements ‘groupiestiques’ et autres sauts de gazelle effrénés sur les rythmiques enjouées amplifiées par le très bon système son de l’Élysée. Mention spéciale pour mon coup de cœur, Cane Shuga, que Dave a entamé avec des allures de Justin Timberlake sur un Cry Me A River, à grands cris d’un public déjà complètement conquis.

Glass Animals – Cane Shuga

Il faut le dire, c’est vrai, les Glass Animals doivent beaucoup à la prestance généreuse et puissante de leur lead vocal, Dave Bayley, qui ne paie pourtant pas de mine au premier abord avec ses allures d’ado débraillé dans son tee-shirt loose et bariolé.

Pourtant il est bel et bien là, et il vit la musique tellement fort qu’on ne peut pas ne pas la vivre avec lui. Sautillant dans sa transe tropicale armé aussi bien de son micro que de sa guitare, son tambourin ou encore de son ananas (photo à l’appui ! Heureuse fut celle qui le récupéra lorsqu’il le jeta dans la foule en fin de concert), il avait un débit de parole effréné, et franchement, difficile de s’en détacher.

Derrière, ça suivait très bien également, à la fois très pros et très complices, le groupe de zikos formait une très belle harmonie, aussi bien sonore que visuelle. Chacun maniait son (et même ses, puisque le guitariste et bassiste jouaient également du synthé ou du drumpad) instrument(s) avec brio, concentrés mais souriants, un plaisir à regarder.

La symbiose finale fut totale lorsqu’au rappel ils envoyèrent Love Lockdown, leur reprise de Kanye West, pour accompagner le joli bain de foule du chanteur, à bout de souffle.

Glass Animals – Love Lockdown (Kanye West Cover)

Glass Animals - How to be a Huma Being

Date : 2 novembre 2016
Batteuse et passionnée de musique depuis toujours, constamment à la recherche de nouvelles pépites. Un penchant particulier pour les sonorités rocks /indies /psychés et autre dreampop électronique et bizarroïde.
Partager cet article

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Cela pourrait vous intéresser

ELYSIAN FIELDS

Vidéo : Elysian Fields – An Outsider Undeserving Of Love

Jennifer Charles sur ses Champs Elysées depuis près de 25 ans produit selon Nick Kent « un son unique et en dehors du courant principal, aussi sensuel et torride qu’un rêve d’insomniaque ». Et c’est toujours le cas avec Transience Of Life, disponible le 4 septembre 2020 chez Microcultures / Ojet Records.
Sufjan Stevens - My Rajneesh

Sufjan Stevens illuminé

My Rajneesh est la face B d’America qui ne figurera pas sur le huitième album solo de Sufjan Stevens, The Ascension le 25 Septembre chez Asthmatic Kitty.
The Mariners - The Tides of Time

The Mariners – The Tides Of Time

Appréciés par les Coral, The Mariners devraient être, si tout va bien, les nouveaux héros des fanatiques des La’s ou de Cast. Cerise sur le pudding, ces quatre gredins vouent un culte certain à John Power, l’homme qui a supporté Lee Mavers pendant des années et qui a enregistré de sacrées chansons avec Cast.
Patrick Watson - Drive

Vidéo : Patrick Watson – Drive

Patrick Watson roule sur sa Lost Highway et sa voix volute en suivant la ligne jaune. Et l’on veut se perde avec Patrick, glisser majestueusement sur cette route dans une nuit sans fin.
Klon

L’ascension de Klon

Klon. Ce n’est ni con, ni Klug ou le nom d’une nouvelle planète. Quoique. Ces Magnificent Seven déboulent dans notre galaxie musicale avec un premier titre Noise, qui va faire du bruit. Il est accompagné d’une somptueuse animation réalisée par le gang lui même qui met en scène une ville-automate monstrueuse qui produit les clones…
Les Marquises - La Battue

Vidéo : Les Marquises – La Battue

La Battue c’est le titre d’un des grands disques de cette année, c’est aussi un morceau incroyable des Marquises, mis en images comme Head As A Scree par Nick Uff.

Plus dans Concerts (live reports)

Liam Gallagher à son Zénith

Liam Gallagher a donné hier soir au Zénith de Paris le dernier concert d’une tournée européenne qui a affiché complet tous les soirs. Et il a fait plus que le travail.

Motivant Morby

L’ex-Woods est venu jouer son répertoire à La Lune des Pirates, salle qui avait accueilli et vu triompher les flamboyants Woods en 2017. Jeu, set et match pour…
Vincent Delerm @ Théâtre des Pénitents, Montbrison, 04-02-2020

Vincent Delerm : La vie passe et il en fait partie

Hier soir Vincent Delerm chantait à Montbrison devant le public du festival Poly’Sons. Après le spectacle, je lui ai parlé des photos que j’avais faites, de cet article que j’allais écrire sur son spectacle. Quelle idée insensée ais-je eue là… Comment écrire sur la musique, comment mettre des mots sur des sons, sur d’autres mots ?…
Damien Saez @ Halle Tony Garnier, Lyon, 09-12-2019

Damien Saez, « Que l’éphémère devienne éternité »

Damien Saez venait hier au soir présenter à Lyon, Ni Dieu ni Maître, l’album qui clôture Le Manifeste, fresque sociale de quatre années de 2016 à 2019 présentée dans une « oeuvre numérique » sur son site internet « Culture contre culture ». 39 chansons, politiques et poétiques dans lesquelles se lit la France des attentats aux gilets jaunes,…