Les cinq havrais d’Aloha Orchestra avaient visiblement déjà pas mal fait parler d’eux l’année dernière, puisqu’ils figuraient parmi les lauréats des Inrocks Labs 2015. Je n’en savais pourtant rien lorsque je les ai découverts il y a quelques mois par hasard, dans une playlist indie, et que j’ai eu un coup de coeur pour leur musique. Ils m’intriguaient, et je me demandais bien qui se cachait derrière cette disco tropicale et fuzzy. Retour sur leur Release Party festive au Point Éphémère ce jeudi !

Sous les nappes tropicales des synthés

22h30, l’ambiance bat son plein dans un Point Éphémère complet. Ils ont débarqué plein gaz et ont mis le feu instantanément : une armée de synthés, des guitares aiguisées, une monstrueuse batterie au fond d’un nuage de fumée, et surtout, des musiciens surexcités. Ils n’attendent pas pour balancer la sauce, et c’est le crescendo : jouissance auditive toute en montées, entre pop indé électronique et disco clubbing atomique, la salle était comblée.

Come On le titre phare de leur EP précédent arrive dès la troisième chanson, et le public est en ébullition. Leurs tribulations sonnent un peu Hot Chip croisé avec Foals ou Tame Impala version disco exotique. Leur prestance funky me rappelle également un autre groupe que j’ai vu au même endroit il n’y a pas si longtemps, les étonnants Moi Je.

Aloha Orchestra – Come On

Le Point Eph’ est prêt à clubber

Une chose est sûre, les beats sont efficaces. Lourds et puissants, ils vont droit au cœur, je ne m’attendais pas à ce que ce soit aussi dansant en live, mais impossible de résister. La batterie est finalement très rock sur scène, et couplée aux pads et à la rythmique electro, ça fait un excellent combo qui martèle juste comme il faut. Je ne parle pas des nappes et des notes de synthé, leur argument numéro un, parfaitement maîtrisé, et ce malgré des problèmes techniques finalement très bien rattrapés.

Aloha Orchesta – Close Your Eyes

Ils alternent les titres entre leurs deux EPs, toujours dans cette même veine, et envoient également des nouveautés, dans un esprit plus disco-funk de club, et un peu moins pop psyché que ce que j’attendais, mais c’est peut-être la dimension live qui crée cet effet. Ils finissent en beauté et font un rappel sur un Top Of The Trees vibrant, à grands renforts de jumping dans l’assemblée, qui donne au Point Eph des allures de boite de nuit qui sent la transpiration. Et on en sort transis.

Aloha Orchestra - Aloha Orchestra

Date : 24 novembre 2016
Batteuse et passionnée de musique depuis toujours, constamment à la recherche de nouvelles pépites. Un penchant particulier pour les sonorités rocks /indies /psychés et autre dreampop électronique et bizarroïde.
Partager cet article

Cela pourrait vous intéresser

Le Souldier Tour de Jain fait étape à La Halle Tony Garnier

« C’est la plus grande salle que j’ai jamais faite ! » s’est exclamée Jain devant le public de la Halle Tony Garnier. L’artiste, pourtant déjà détentrice d’une double victoire de la musique, à laquelle s’est ajoutée une nomination aux prestigieux Grammy Award, tout cela dans le cadre d’une tournée mondiale n’a pourtant rien d’une débutante. Elle…
Benoit de Bonnefamille

En bonne compagnie avec Benoit de BonneFamille

Après avoir repris brillamment Idées Noires de Lavilliers avec Babet, Benoit de BonneFamille est de retour avec un EP élégant où il est question de temps et d’amour. Pas besoin de prendre son temps pour aimer son électro… C’est le coup de cœur assuré.
Mou - Sensuelle

Vidéo : Mou – Sensuelle

Mou vous fera bander avec Sensuelle, un titre parfait pour les siestes crapuleuses, les dimanches de procrastination ou pour promener son chien.
Tito Candela - Sarthou

Vidéo : [Exclu] Tito Candela – Sarthou

Le soleil a du mal à percer dans vos nuages alors SK* vous offre un peu de couleurs et de rythmes chaloupés avec le vénézuélien Tito Candela aux langoureuses influences tropicales caliente !

Plus dans Concerts (live reports)

[35] Les Pale Fountains ou l’Eldorado Pop

Après avoir joué en février 1985 à Londres et avant de s’envoler pour le Japon, les Pale Fountains étaient de retour à Paris en cette veille de printemps 1985. L’Eldorado de 1985 fut la séance de rattrapage pour ceux qui avaient séché la piscine Deligny.
Shack - La Locomotive, 1990

[1990 – 2020] Sur les rails avec Shack

8, 9 et 10 novembre 1990. Paris. Les La’s, les Boo Radleys, Dr Phibes et les House Of Wax Equations débarquent à Paris le temps d’un week-end pour initier les Français aux plaisirs plus ou moins méconnus (mais surtout exquis) de Liverpool. Les frères Head, ex Pale Fountains sont évidemment de la partie. On connaissait…

Liam Gallagher à son Zénith

Liam Gallagher a donné hier soir au Zénith de Paris le dernier concert d’une tournée européenne qui a affiché complet tous les soirs. Et il a fait plus que le travail.

Motivant Morby

L’ex-Woods est venu jouer son répertoire à La Lune des Pirates, salle qui avait accueilli et vu triompher les flamboyants Woods en 2017. Jeu, set et match pour…
Vincent Delerm @ Théâtre des Pénitents, Montbrison, 04-02-2020

Vincent Delerm : La vie passe et il en fait partie

Hier soir Vincent Delerm chantait à Montbrison devant le public du festival Poly’Sons. Après le spectacle, je lui ai parlé des photos que j’avais faites, de cet article que j’allais écrire sur son spectacle. Quelle idée insensée ais-je eue là… Comment écrire sur la musique, comment mettre des mots sur des sons, sur d’autres mots ?…
Damien Saez @ Halle Tony Garnier, Lyon, 09-12-2019

Damien Saez, « Que l’éphémère devienne éternité »

Damien Saez venait hier au soir présenter à Lyon, Ni Dieu ni Maître, l’album qui clôture Le Manifeste, fresque sociale de quatre années de 2016 à 2019 présentée dans une « oeuvre numérique » sur son site internet « Culture contre culture ». 39 chansons, politiques et poétiques dans lesquelles se lit la France des attentats aux gilets jaunes,…