Catégories
Découvertes

Lee Southall, le Nord ou rien !

Au cours des années 2000, les Coral réussirent plusieurs exploits. Le premier fut de sortir un petit chef-d’œuvre, Roots & Echoes en 2007. Le deuxième fut d’enchaîner les succès (donc les disques) à une vitesse prodigieuse. De 2002 à 2005, le groupe de Liverpool publia quatre albums qui arrivèrent dans le top 10 anglais. Et le troisième ? Être un groupe avec trois guitaristes. La chose est assez rare pour être soulignée. Aujourd’hui, il est question du meilleur d’entre-eux : Lee Southall.



En 2002, les Coral commencèrent donc avec 3 guitares tenus par 3 petits gars sympathiques (James Skelly, Bill Ryder-Jones, Lee Southall). Le problème, c’est qu’ils en perdirent deux en route. Et pas des moindres. Après un retour salvateur pour le groupe en 2007, Bill Ryder-Jones quitta définitivement les Coral en 2008. Il fut remplacé de la plus belle des manières par Lee Southall. Lors de la tournée Butterfly House, Southall se métamorphosa en sublime soliste. La preuve avec cette vidéo :

The Coral – Rebecca You (Mercury Prize Sessions)

En 2014, Lee quitta le groupe laissant les Coral à leur destin (et à leurs projets solos respectifs). En 2017, Souhtall s’apprête enfin à publier son premier album solo. Il vient de mettre en ligne un premier extrait très Bert Jansch et nous a confié quelques mots.

Iron in the Fire

Pourquoi as-tu appelé ton album Iron in the Fire ?

Lee Southall : C’est le titre d’une des chansons de l’album. J’ai aimé joué ce titre en concert dans sa version instrumentale. Iron in the Fire évoque la transformation et comment on peut faire surgir l’autre côté de quelque chose.

Lee Southall – Shade Of Blue

Peux-tu m’en dire un peu plus sur cette pochette ?

Lee Southall : Elle a été faite par un ami, Mark Cameron. C’est un ancien graffeur. J’aime beaucoup la direction de son travail. Il a lu toutes les paroles du disque et il en a fait toutes les images.

L’enregistrement a été facile ?

Lee Southall : L’enregistrement a été facile. J’ai travaillé dans le studio d’un ami, Anthony Davey. Il joue de la guitare et du piano sur l’album. Le disque a été produit par Seadna McPhaill et il trouvé le son que je voulais sur ce disque. J’avais un budget limité pour cet enregistrement que je souhaitais en douceur et rapide. Mais je pense que nous avons fait du bon travail.

Quel est ton meilleur souvenir lié à cet enregistrement ?

Lee Southall : Entendre les chansons se métamorphoser quand les musiciens sont venus les jouer (violon, basse, percussions, pedal steel).

Quelles différences fais-tu entre les chansons des The Coral et et les tiennes ?

Lee Southall : La création en tant qu’artiste solo est vraiment différente. J’ai beaucoup plus de liberté dans ce que je fais. Mais aussi beaucoup plus de responsabilité car je prends toutes les décisions.

Pourrais-tu définir ce disque en un seul mot ?

Lee Southall : C’est difficile. Un seul mot ? Cinématique.

Iron in the fire de Lee Southall sera publié le 21 avril 2017 via Wonderful Sound.

Lee Southall - Iron in the fire

Tracklist : Lee Southall - Iron in the fire
  1. Iron In The Fire
  2. Misty Mae
  3. Shade Of Blue
  4. Sleep
  5. Under The Weather
  6. Blue Skies
  7. Nobody Wins
  8. Spread Your Wings
  9. Yesterday Morning
  10. Above The Storm
  11. In Accordance

English text

What’s the reason behind the title of your album ?

It’s the title of one of the tracks on the album. I really enjoy playing the track live as an instrumental. Iron in the Fire is about transformation, going through a process and coming out the other side as something else.

What’s the story of your cover album ?

Do you mean the art work? The cover art was done by a friend, Mark Cameron. His background is graffiti and I really like the way he works. He read all the lyrics and produced the images.

How easy was the recording process ?

The recording process was pretty easy. I worked in a friend’s studio, Anthony Davey. He plays guitar and piano on the album. The producer was Seadna McPhaill and he was really into the sound I wanted to achieve on the album. I had a limited budget so the recording had to run smoothly and quickly. But I think we did a good job.

What is your best memory about this recording process ?

Hearing the songs transform when other musicians came in (celo, percussion, pedal steel, bass).

What are the differences between The Coral songs and your solo songs ?

Creating music as a band is very different from being a solo artist. There’s much more freedom in what I do now. There’s also more responsibility because I have to make the decisions.

Could you use one word to describe this lp ?

This is difficult. One word? Cinematic.

Pouet? Tsoin. Évidemment.
Partager cet article

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Cela pourrait vous intéresser

Nev Cottee - River's Edge

Nev Cottee – River’s Edge

Révélé au « grand public » et surtout à la critique en 2017 grâce à Broken Flowers, son deuxième album, Nev Cottee revient avec River’s Edge. Les dix chansons de ce nouvel album reprennent plus ou moins la même formule magique que son prédécesseur et nous envoie dans les confins de la discographie de Scott Walker.
Nev Cottee

Hello Nev Cottee !

Le très séduisant Nev Cottee est déjà de retour. Et ça, c’est une superbe nouvelle.
Nev Cottee

Nev Cottee, le gars d’à côté

Hébergé chez Wonderful Sound, l’ex bassiste de Proud Mary revient aux affaires avec Broken Flowers, un album qui se situe à la confluence de Leonard Cohen et de Lee Hazelwood.
Lee Southall - Iron in the fire

Lee Southall – Iron In The Fire

Dernier des membres de The Coral à se lancer en solo, Lee Southall publie un disque d’excellente tenue qui doit autant à Ryan Adams qu’à Bert Jansch. Et cerise sur le gâteau : la voix de notre héros d’aujourd’hui est exceptionnelle.

Plus dans Découvertes

Ela Minus

Maximus Ela Minus

Ela Minus est maousse costaud. Pas seulement parce qu’elle vient de Bogotá et a joué dès ses 12 ans et pendant 10 ans de la batterie pour Ratón Pérez, un groupe punk hardcore décolleur de tympan. Elle signe chez Domino un premier album addictif, Acts Of Rebellion, fruit de son expérience à la Berklee College…
OBI © Frank Loriou

La force d’OBI

Obi-Wan Kenobi affirme « l’œil ne voit que la surface des choses, ne t’y fie pas ». Alors il faut écouter OBI et suivre son odyssée jusqu’au collège Maurice-Scève délabré de la Croix Rousse à Lyon, métaphore ironique de nos sociétés sans valeurs.
Slight Of © Gracie Pendleton

Slight Of par petits bouts

On a découvert Slight Of avec Winter’s Maze et son clip poético -humaniste qui va à la rencontre des autres de son quartier, Brooklyn, ces Other people qu’on ne voit pas d’habitude. Il vient de sortir un album qui sent bon les 90′, sans Trump et virus.

Vote for Kiwi Jr. !

A cheval entre les Strokes et Pavement, les Canadiens de Kiwi Jr. font coup double avec leur nouveau single. En plus de nous faire remuer la tête comme au bon vieux temps, ces natifs de Toronto viennent de signer chez Sub Pop.
Mottron @Heart and Guts

L’intrusion de Mottron

Mottron n’est pas carré, il ne rentre pas dans les cases de la pop policée à la française. Il s’apprête à sortir son premier album, Giants le 30 octobre chez Pias Le Label.
Lomelda-Hannah © Tonje-Thilesen

Her name is Hannah !

Lomelda fait des merveilles de chansons. On avait beaucoup aimé M for Empathy l’an dernier, Hannah Read revient déjà avec Hannah, une collection de chansons bouleversantes.

Solaire Solaris Great Confusion

Accompagné par Elise Humbert au violoncelle, Yves Béraud à l’accordéon, Aurel Troesch aux guitares, Jérôme Spieldenner à la batterie, Foes Von Ameisedorf à la basse et Jacques Speyser aux chœurs, Stephan Nieser aka Solaris Great Confusion signe le disque le plus élégant de cette rentrée 2020.