Catégories
Chroniques d'albums

James Skelly and the Intenders – Love Undercover

Les Coral n’ont jamais fait dans la demi-mesure. En effet, au début de l’existence de ce petit groupe de Liverpool, les joyeux drilles sortaient un album tous les ans. De 2002 à 2005, les petits rigolos ont biberonné les charts anglo-saxons à coup de singles bien sentis. C’est qu’on est comme ça à Liverpool. Dans leur temps Magic & Medecine et The Invisible Invasion avaient fait une rude impression. Idem pour la suite.
Le temps est passé et la Mersey a coulé… Les Coraux se sont un petit peu épuisés et voilà que chacun joue sa partition. James Skelly, chanteur du groupe, y va de sa complainte.

Pendant que toute la presse européenne s’extasie sur le dernier disque de Miles Kane, James Skelly (le cousin du premier) sort un disque dans un quasi anonymat pénible. Le type n’a jamais été à l’aise devant les caméras et n’est pas très bavard. Il n’est donc pas bien placé dans les rubriques des différents journaux. Logique. Et pourtant…
Et quand la presse consent à en parler, c’est pour mieux lui tomber dessus. Love Undercover ne plaît pas. Il vient de manger un 6/10 par le N.M.E. et devrait se faire tirer les oreilles par la presse francophone.
Que les gens sont difficiles ou de mauvaise foi.

Pourtant ce disque est bon. James Skelly navigue tout le long de ce disque entre les deux rives que sont Bruce Springsteen et Tom Petty. Il prend de temps en temps la poudre d’escampette pour s’acoquiner avec Paul Weller (You’Got It All) ou Ennio Morricone (I’m A Man). Mais en règle générale, le type reste droit dans ses bottes. Il n’a jamais quitté son idéal seventies durant les six disques des Coral, ce n’est pas pour changer en 2013…
On peut sans doute regretter quelques compositions plus ou moins convenues (Searching For The Sun par exemple) mais en aucun cas lui faire des reproches malvenus. La voix de Skelly atteint des niveaux sensationnels sur What a day et dans un monde parfait Do It Again ferait la nique au prochain Arctic Monkeys dans les pubs anglais.
Et comme nous sommes les seuls à avoir raison, nous lui mettrons 4/5. Toc.

En cadeau, une face B réussie :

James Skelly & The Intenders – Love Will Find You

James Skelly and the Intenders – Love Undercover4.0
8/10
Pouet? Tsoin. Évidemment.
Partager cet article

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Cela pourrait vous intéresser

James Skelly

interview : James Skelly en solo

James Skelly C’est au tour du Blond de passer à la caisse. James Skelly, chanteur des The Coral, va bientôt sortir son premier disque solo (Love Undercover, 03/06/2013). La voix paradoxale du Blond, qui avait donné un coup de semonce à la pop britannique en 20002 avec Dreaming of You, revient pour nous raconter des…
James Skelly

Weller au chevet de James Skelly et ses The Intenders

James Skelly (Photo: Andy Willsher) Deuxième extrait du premier album solo du chanteur des Coral, You’ve Got It All envoie tout valser. Co-écrit avec le Modfather en personne, ce morceau creuse un peu plus le sillon d’un disque assez attendu. Le batteur a frappé un grand coup, le chanteur devrait suivre la même voie.
James Skelly

James Skelly & The Intenders

James Skelly Ian Skelly a dégoupillé le premier. La meute des Coraux va suivre. Lee Southall fait toujours mumuse avec Molly Jones, Paul Duffy se reconvertit dans des bandes originales et le patron, James Skelly, arrive dans les bacs le 03 juin 2013.

Plus dans Chroniques d'albums

The Smashing Pumpkins - Cyr

The Smashing Pumpkins – CYR

Revenus à un son décent avec Shiny and Oh So Bright, Vol. 1 / LP: No Past. No Future. No Sun en 2018 grâce à Rick Rubin, les Smashing Pumpkins prennent tout le monde à contre-pied en laissant Billy Corgan voguer vers son groupe préféré, New Order et donc changer d’identité sonore.
The Bats - Foothills

The Bats – Foothills

Les Bats viennent de publier Foothills, leur dixième album. Comme pour les neuf premiers, le verdict sera le même : les Bats sont le meilleur groupe du monde.
J.E. Sunde - Love

J.E. Sunde – Love

Désormais hébergé chez Vietnam (Chevalrex, H-Burns), J.E. Sunde poursuit la quête qu’il a débutée une décennie plus tôt ; à savoir écrire la chanson folk parfaite. Avec ce nouvel album, Love, Sunde démontre qu’il va falloir compter sur lui en 2020. Et pour le reste de votre vie.
The Moons - Pocket Melodies

The Moons – Pocket Melodies

Très actifs au début des années 2010, The Moons s’était assagi en devenant silencieux depuis quelques années. Andy Crofts, l’homme qui se cache derrière ce groupe, avait été accaparé par son travail avec Paul Weller. 2020 nous réserve son lot de surprises tous les jours. The Moons est de retour avec un disque et s’est…
Bachar Mar-Khalifé - On​Off

Bachar Mar-Khalifé – On​/​Off

Vous cherchez un seul disque pour votre reconfinement ? On​/​Off de Bachar Mar-Khalifé pourrait être celui qu’il vous faut pour les longues après-midi sous la couette, un verre d’Aloxe-Corton et un Houellebecq à portée de main.
Juanita Stein - Snapshot

Juanita Stein – Snapshot

Troisième disque solo de Juanita Stein, Snapshot nous renvoie au début des années 2000, une époque où le Royaume-Uni avait le chic pour exporter une kyrielle de bons groupes.
Jeff Tweedy - Love Is The King

Jeff Tweedy – Love is the King

Intimement lié au livre How to Write One Song, Love is the King prouve une fois de plus que Jeff Tweedy fait partie des très grands. Et si certains ont perdu le fil avec la discographie de Wilco, ce nouveau disque solo est un excellent prétexte pour se rabibocher avec son patron.