Catégories
Chroniques d'albums

James Skelly and the Intenders – Love Undercover

Les Coral n’ont jamais fait dans la demi-mesure. En effet, au début de l’existence de ce petit groupe de Liverpool, les joyeux drilles sortaient un album tous les ans. De 2002 à 2005, les petits rigolos ont biberonné les charts anglo-saxons à coup de singles bien sentis. C’est qu’on est comme ça à Liverpool. Dans leur temps Magic & Medecine et The Invisible Invasion avaient fait une rude impression. Idem pour la suite.
Le temps est passé et la Mersey a coulé… Les Coraux se sont un petit peu épuisés et voilà que chacun joue sa partition. James Skelly, chanteur du groupe, y va de sa complainte.

Pendant que toute la presse européenne s’extasie sur le dernier disque de Miles Kane, James Skelly (le cousin du premier) sort un disque dans un quasi anonymat pénible. Le type n’a jamais été à l’aise devant les caméras et n’est pas très bavard. Il n’est donc pas bien placé dans les rubriques des différents journaux. Logique. Et pourtant…
Et quand la presse consent à en parler, c’est pour mieux lui tomber dessus. Love Undercover ne plaît pas. Il vient de manger un 6/10 par le N.M.E. et devrait se faire tirer les oreilles par la presse francophone.
Que les gens sont difficiles ou de mauvaise foi.

Pourtant ce disque est bon. James Skelly navigue tout le long de ce disque entre les deux rives que sont Bruce Springsteen et Tom Petty. Il prend de temps en temps la poudre d’escampette pour s’acoquiner avec Paul Weller (You’Got It All) ou Ennio Morricone (I’m A Man). Mais en règle générale, le type reste droit dans ses bottes. Il n’a jamais quitté son idéal seventies durant les six disques des Coral, ce n’est pas pour changer en 2013…
On peut sans doute regretter quelques compositions plus ou moins convenues (Searching For The Sun par exemple) mais en aucun cas lui faire des reproches malvenus. La voix de Skelly atteint des niveaux sensationnels sur What a day et dans un monde parfait Do It Again ferait la nique au prochain Arctic Monkeys dans les pubs anglais.
Et comme nous sommes les seuls à avoir raison, nous lui mettrons 4/5. Toc.

En cadeau, une face B réussie :

James Skelly & The Intenders – Love Will Find You

James Skelly and the Intenders – Love Undercover
8/10
Pouet? Tsoin. Évidemment.
Partager cet article

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

2009 - 2021 : 31 M de vues sur note chaine YouTube !

Merci aux artistes et labels qui nous ont fait confiance !

Avec : Mariama, Sayem, St Augustine, Ornette, The Dodoz, Dominique A, Lisa Hannigan, Nadeah, Hocus Pocus, BabX, Absynth Minded, Diane Birch, 3 Minutes Sur Mer, Applause, Jon And Jen, Anita Drake, Mademoiselle K, Richard Walters, Brune, Chew Lips, Emily Loizeau, Julia Stone, Sarah Blasko, Marie-Flore, MLCD (My Little Cheap Dictaphone), Hey Hey My My, AaRON, Foreign Beggars, Skip The Use, Hyphen Hyphen, Curry And Coco, Lilly Wood And The Prick, Rivkah, Kid Bombardos, You, Sharleen Spiteri , Thos Henley, Élodie Frégé, Caro Emerald, Viva And The Diva, Sly Johnson, Belleruche, Skip The Use, Ben Mazue, The Dø, Twin Twin, Marie-Pierre Arthur, Chris Garneau, Angus And Julia Stone

↪ Toutes les SK Sessions

↪ Abonnez-vous à notre chaine YouTube!

Cela pourrait vous intéresser

James Skelly

interview : James Skelly en solo

James Skelly C’est au tour du Blond de passer à la caisse. James Skelly, chanteur des The Coral, va bientôt sortir son premier disque solo (Love Undercover, 03/06/2013). La voix paradoxale du Blond, qui avait donné un coup de semonce à la pop britannique en 20002 avec Dreaming of You, revient pour nous raconter des…
James Skelly

Weller au chevet de James Skelly et ses The Intenders

James Skelly (Photo: Andy Willsher) Deuxième extrait du premier album solo du chanteur des Coral, You’ve Got It All envoie tout valser. Co-écrit avec le Modfather en personne, ce morceau creuse un peu plus le sillon d’un disque assez attendu. Le batteur a frappé un grand coup, le chanteur devrait suivre la même voie.
James Skelly

James Skelly & The Intenders

James Skelly Ian Skelly a dégoupillé le premier. La meute des Coraux va suivre. Lee Southall fait toujours mumuse avec Molly Jones, Paul Duffy se reconvertit dans des bandes originales et le patron, James Skelly, arrive dans les bacs le 03 juin 2013.

Plus dans Chroniques d'albums

Maxwell Farrington & Le SuperHomard - Once

Maxwell Farrington & Le SuperHomard – Once

Ceci sera une chronique basique d’un disque né grâce à une rencontre autour d’une reprise a cappella de Burt Bacharach et qui doit autant à Scott Walker qu’à Lee Hazelwood.
Belfour - Si la rivière coule

Belfour – Si la rivière coule

Belfour, duo composé des magnétiques Lucie Mena et Michael Sacchetti, prend des chemins de traverse pour atteindre des cimes des arbres centenaires du Colorado.
Dinosaur Jr - Sweep

Dinosaur Jr. – Sweep It Into Space

Né avant la chute du Mur de Berlin, Dinosaur Jr. n’est pas touché par les années qui passent. Et ce n’est pas une pandémie qui va calmer les velléités sonores de ce trio américain… Enregistré en partie en 2020, ce douzième album fait des merveilles et nous propulse dans le monde d’avant tout en espérant…
The Coral - Coral Island

The Coral – Coral Island

Nés dans le sillage des effluves de la Brit pop, les Coral ont cassé la baraque en 2002 avec le premier disque et Dreaming Of You, leur unique tube. Depuis ? Une dizaine d’albums, confinés à un succès anglo-saxon, tous excellents. Maintes fois dépassés dans les classements par la jeune garde, les Coral n’ont jamais…
Olivier Rocabois - Goes Too Far

Olivier Rocabois – Goes Too Far

Olivier Rocabois fait feu de tout bois pour dépasser par la droite Neil Hannon sans le prévenir et laisser tout penauds les frères Brewis de Field Music.