Avant de ressembler au Laurel Canyon grâce au set des Woods, La Lune des Pirates a été le théâtre d’un moment de communion entre House of Wolves et le public.

House Of Wolves

Rey Villalobos, aka House of Wolves, frappe toujours juste. Hébergé chez Discolexique (un label français, cocorico), ce californien a des chansons mélancoliques plein sa besace. Discret et entier, il vous fait pleurer dans votre pinte de bière avec ses chansons et vous fait oublier le temps de quelques notes vos soucis du quotidien. Seul sur scène, Rey fut le rayon de mélancolie de la soirée.

Discographies

House of Wolves – Oh You Little One | A Take Away Show

House Of Wolves @ Lune des Pirates 23/03/2017

Woods

Attention stakhanoviste barbu en approche ! Mais où s’arrêtera Jeremy Earl ? Moins d’un an après la sortie de City Sun Eater in the River of Light, leur neuvième album, les Woods sont repartis en tournée avec un nouvel album sous le bras. Après des années de vaches maigres, les Woods sont enfin reconnus et ont un minimum de succès. En vieux routard, Earl sait qu’il faut battre le fer quand il est chaud.

Woods

Woods @ Lune des Pirates 23/03/2017

https://www.youtube.com/watch?v=pgmdgMm9h6k

Le petit nouveau s’appelle donc Love is Loveet a été inspiré par l’élection de Trump. Sur scène, les Woods proposent un show réglé au millimètre. A force de tourner, on devient excellent. Les Woods ont donc emmener leur monde dans les solos pour hippies californiens désabusés.

Woods - City Sun Eater in the River of Light

Love is Love des Woods sera disponible le 21 mai 2017 via Woodsit / Differ-ant.

love-is-love-album-woods

Tracklist : Woods - Love is Love
  1. Love Is Love
  2. Bleeding Blue
  3. Lost In A Crowd
  4. Spring Is In The Air
  5. Hit That Drum
  6. Love Is Love (Sun On Time)

Pouet? Tsoin. Évidemment.
Vous avez aimé ? Partagez !

Cela pourrait vous intéresser

Woods can’t get outta my head

Jeremy Earl et ses Woods sont de retour avec Strange Explain, leur onzième album. Et bonne nouvelle, ce disque est meilleur que le dixième. Dixième album qui était meilleur que le neuvième. Neuvième album qui était meilleur que le huitième…
Silver Jews - Purple Mountains

Purple Mountains – Purple Mountains

Il y a des disques auxquels on ne croyait plus. Celui des Purple Mountains est de cette trempe. David Berman, qui avait tiré le rideau des Silver Jews en 2008 revient avec un nouveau nom, des nouveaux musiciens et toujours les mêmes états d’âme. Et c’est foutrement jouissif.
Dungen - Woods - Myths 003

Dungen & Woods – Myths 003

Après avoir réuni Weyes Blood et Ariel Pink le temps d’un EP (Myths 002), le festival californien Marfa Myths a enfermé les Suédois de Dungen et les Américains de Woods dans un studio. Le résultat de cette résidence s’appelle logiquement Myths 003 et sera le disque parfait pour célébrer le retour du printemps.

Plus dans Concerts (live reports)

Star Feminine Band à l'Opéra Underground

Star Feminine Band au firmament

Dans le cadre de leur carte blanche à l’Opéra Underground à Lyon, La Féline et Bertrand Belin invitaient le Star Feminine Band pour leur deuxième concert en France avant leur passage à Bobigny (Canal 93) le 30 novembre et au Transmusicales de Rennes les 3 et 4 décembre prochains.
molsemrahal-06sk

Quelle nuit à l’Opéra (de Lyon) !

De la couleur avant toute chose. C’est amusant pour une carte blanche. Bertrand Belin et La Féline ont invité The Colorist Orchestra avec Howe Gelb puis la joueuse de oud syrienne Waed Bouhassoun, en duo avec le virtuose du ney Moslem Rahal.
The Pale Fountains

[35] Les Pale Fountains ou l’Eldorado Pop

Après avoir joué en février 1985 à Londres et avant de s’envoler pour le Japon, les Pale Fountains étaient de retour à Paris en cette veille de printemps 1985. L’Eldorado de 1985 fut la séance de rattrapage pour ceux qui avaient séché la piscine Deligny.
Shack - La Locomotive, 1990

[1990 – 2020] Sur les rails avec Shack

8, 9 et 10 novembre 1990. Paris. Les La’s, les Boo Radleys, Dr Phibes et les House Of Wax Equations débarquent à Paris le temps d’un week-end pour initier les Français aux plaisirs plus ou moins méconnus (mais surtout exquis) de Liverpool. Les frères Head, ex Pale Fountains sont évidemment de la partie. On connaissait […]