Catégories
Chroniques d'albums

Purple Mountains – Purple Mountains

Il y a des disques auxquels on ne croyait plus. Celui des Purple Mountains est de cette trempe. David Berman, qui avait tiré le rideau des Silver Jews en 2008 revient avec un nouveau nom, des nouveaux musiciens et toujours les mêmes états d’âme. Et c’est foutrement jouissif.

La dégaine est toujours la même. La voix est toujours la même. David Berman n’a de cesse de le répéter : il n’a pas changé.
Ce rejeton d’un lobbyiste qui ferait passer Nicolas Dupont-Aignan pour un gentil communiste a trouvé le salut dans l’écriture.
Dès 1994, Berman s’est acoquiné avec Stephen Malkmus et Bob Nastanovich pour écrire des merveilles dont on ne s’est à vrai dire jamais remis. Comment ne pas chialer en écoutant Black And Brown Blues ? Comment ne pas être obnubilé par There is a place ?
En 2008, Berman a brusquement sifflé la fin de la partie. Le revoilà donc, entouré de Woods pour son nouveau projet. Onze ans d’absence pour onze morceaux touchés par la grâce divine, par la grâce de Lou Reed. Se livrant à un autoportrait au vitriol, David Berman dégaine encore des chansons qui éclairent toute la concurrence par leur simplicité apparente et leur beauté implacable.

Silver Jews – Darkness & Cold

La preuve encore avec Margaritas at the Mall, une chanson existentialiste qui évoque le Purgatoire. Berman, qui s’est assuré une place au paradis avec ses disques, disserte sur le monde et sa vie tel un John Fante qui aurait rencontré John Cale dans un bar.

Purple Mountains – Margaritas At The Mall

Berman n’a pas changé. Il y a de fortes chances qu’il ne vienne pas chanter ses nouvelles chansons en France. On va donc écoute religieusement ce disque dans notre salon et l’écoute raconter sa vie.

Purple Mountains de Purple Mountains sera disponible le 12 juillet 2019 chez Drag City.

Silver Jews - Purple Mountains

Tracklist : Silver Jews - Purple Mountains
  1. That’s Just the Way I Feel
  2. All My Happiness Is Gone
  3. Darkness and Cold
  4. Snow Is Falling in Manhattan
  5. Margaritas at the Mall
  6. She’s Making Friends
  7. I’m Turning Stranger
  8. I Loved Being My Mother’s Son
  9. Nights That Won’t Happen
  10. Storyline Fever
  11. Maybe I’m the Only One for Me

Purple Mountains – Purple Mountains5.0
10/10
Pouet? Tsoin. Évidemment.
Partager cet article

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Cela pourrait vous intéresser

Woods can’t get outta my head

Jeremy Earl et ses Woods sont de retour avec Strange Explain, leur onzième album. Et bonne nouvelle, ce disque est meilleur que le dixième. Dixième album qui était meilleur que le neuvième. Neuvième album qui était meilleur que le huitième…

Purple Mountains au sommet

Onze ans après Lookout Mountain, Lookout Sea, David Berman revient avec le projet Purple Mountains, un disque enregistré avec les membres de Woods et ou apparaissent Anna St Louis et Haley Fohr (Circuit des Yeux).

Purple Jews !

Les deux prochains mois de l’année 2019 seront des mois bénis grâce à Drag City. En juin, c’est Bill Callahan qui fera son grand retour. Et en juillet David Berman et ses Silver Jews…. Drag City, que ton nom soit sanctifié.
Silver Jews

[1998 – 2018] L’or en barre des Silver Jews

“In 1984, I was hospitalized for approaching perfection.” murmure David Berman sur Random Rules, le morceau qui ouvre American Water. En 2018, on est toujours en soins intensifs avec l’écoute de la réédition du troisième disque des Silver Jews.
Dungen - Woods - Myths 003

Dungen & Woods – Myths 003

Après avoir réuni Weyes Blood et Ariel Pink le temps d’un EP (Myths 002), le festival californien Marfa Myths a enfermé les Suédois de Dungen et les Américains de Woods dans un studio. Le résultat de cette résidence s’appelle logiquement Myths 003 et sera le disque parfait pour célébrer le retour du printemps.
Woods @ Lune des Pirates 23/03/2017

Les cinq grands Woods et le joli Loup

Avant de ressembler au Laurel Canyon grâce au set des Woods, La Lune des Pirates a été le théâtre d’un moment de communion entre House of Wolves et le public.
Woods

Ces chers Woods en tournée !

Jeremy Earl, le patron des Woods est un acharné. Il a attendu la publication de son quatrième disque pour attirer l’attention des médias et a décroché ce qu’il est convenu d’appeler du succès avec City Sun Eater in the River of Light, son neuvième album.

Plus dans Chroniques d'albums

The Smashing Pumpkins - Cyr

The Smashing Pumpkins – CYR

Revenus à un son décent avec Shiny and Oh So Bright, Vol. 1 / LP: No Past. No Future. No Sun en 2018 grâce à Rick Rubin, les Smashing Pumpkins prennent tout le monde à contre-pied en laissant Billy Corgan voguer vers son groupe préféré, New Order et donc changer d’identité sonore.
The Bats - Foothills

The Bats – Foothills

Les Bats viennent de publier Foothills, leur dixième album. Comme pour les neuf premiers, le verdict sera le même : les Bats sont le meilleur groupe du monde.
J.E. Sunde - Love

J.E. Sunde – Love

Désormais hébergé chez Vietnam (Chevalrex, H-Burns), J.E. Sunde poursuit la quête qu’il a débutée une décennie plus tôt ; à savoir écrire la chanson folk parfaite. Avec ce nouvel album, Love, Sunde démontre qu’il va falloir compter sur lui en 2020. Et pour le reste de votre vie.
The Moons - Pocket Melodies

The Moons – Pocket Melodies

Très actifs au début des années 2010, The Moons s’était assagi en devenant silencieux depuis quelques années. Andy Crofts, l’homme qui se cache derrière ce groupe, avait été accaparé par son travail avec Paul Weller. 2020 nous réserve son lot de surprises tous les jours. The Moons est de retour avec un disque et s’est…
Bachar Mar-Khalifé - On​Off

Bachar Mar-Khalifé – On​/​Off

Vous cherchez un seul disque pour votre reconfinement ? On​/​Off de Bachar Mar-Khalifé pourrait être celui qu’il vous faut pour les longues après-midi sous la couette, un verre d’Aloxe-Corton et un Houellebecq à portée de main.
Juanita Stein - Snapshot

Juanita Stein – Snapshot

Troisième disque solo de Juanita Stein, Snapshot nous renvoie au début des années 2000, une époque où le Royaume-Uni avait le chic pour exporter une kyrielle de bons groupes.
Jeff Tweedy - Love Is The King

Jeff Tweedy – Love is the King

Intimement lié au livre How to Write One Song, Love is the King prouve une fois de plus que Jeff Tweedy fait partie des très grands. Et si certains ont perdu le fil avec la discographie de Wilco, ce nouveau disque solo est un excellent prétexte pour se rabibocher avec son patron.