Catégories
Chroniques d'albums

Purple Mountains – Purple Mountains

Il y a des disques auxquels on ne croyait plus. Celui des Purple Mountains est de cette trempe. David Berman, qui avait tiré le rideau des Silver Jews en 2008 revient avec un nouveau nom, des nouveaux musiciens et toujours les mêmes états d’âme. Et c’est foutrement jouissif.

La dégaine est toujours la même. La voix est toujours la même. David Berman n’a de cesse de le répéter : il n’a pas changé.
Ce rejeton d’un lobbyiste qui ferait passer Nicolas Dupont-Aignan pour un gentil communiste a trouvé le salut dans l’écriture.
Dès 1994, Berman s’est acoquiné avec Stephen Malkmus et Bob Nastanovich pour écrire des merveilles dont on ne s’est à vrai dire jamais remis. Comment ne pas chialer en écoutant Black And Brown Blues ? Comment ne pas être obnubilé par There is a place ?
En 2008, Berman a brusquement sifflé la fin de la partie. Le revoilà donc, entouré de Woods pour son nouveau projet. Onze ans d’absence pour onze morceaux touchés par la grâce divine, par la grâce de Lou Reed. Se livrant à un autoportrait au vitriol, David Berman dégaine encore des chansons qui éclairent toute la concurrence par leur simplicité apparente et leur beauté implacable.

Silver Jews – Darkness & Cold

La preuve encore avec Margaritas at the Mall, une chanson existentialiste qui évoque le Purgatoire. Berman, qui s’est assuré une place au paradis avec ses disques, disserte sur le monde et sa vie tel un John Fante qui aurait rencontré John Cale dans un bar.

Purple Mountains – Margaritas At The Mall

Berman n’a pas changé. Il y a de fortes chances qu’il ne vienne pas chanter ses nouvelles chansons en France. On va donc écoute religieusement ce disque dans notre salon et l’écoute raconter sa vie.

Purple Mountains de Purple Mountains sera disponible le 12 juillet 2019 chez Drag City.

Silver Jews - Purple Mountains

Tracklist : Silver Jews - Purple Mountains
  1. That’s Just the Way I Feel
  2. All My Happiness Is Gone
  3. Darkness and Cold
  4. Snow Is Falling in Manhattan
  5. Margaritas at the Mall
  6. She’s Making Friends
  7. I’m Turning Stranger
  8. I Loved Being My Mother’s Son
  9. Nights That Won’t Happen
  10. Storyline Fever
  11. Maybe I’m the Only One for Me

Purple Mountains – Purple Mountains
10/10
Pouet? Tsoin. Évidemment.
Partager cet article

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Cela pourrait vous intéresser

Woods can’t get outta my head

Jeremy Earl et ses Woods sont de retour avec Strange Explain, leur onzième album. Et bonne nouvelle, ce disque est meilleur que le dixième. Dixième album qui était meilleur que le neuvième. Neuvième album qui était meilleur que le huitième…

Purple Mountains au sommet

Onze ans après Lookout Mountain, Lookout Sea, David Berman revient avec le projet Purple Mountains, un disque enregistré avec les membres de Woods et ou apparaissent Anna St Louis et Haley Fohr (Circuit des Yeux).

Purple Jews !

Les deux prochains mois de l’année 2019 seront des mois bénis grâce à Drag City. En juin, c’est Bill Callahan qui fera son grand retour. Et en juillet David Berman et ses Silver Jews…. Drag City, que ton nom soit sanctifié.
Silver Jews

[1998 – 2018] L’or en barre des Silver Jews

“In 1984, I was hospitalized for approaching perfection.” murmure David Berman sur Random Rules, le morceau qui ouvre American Water. En 2018, on est toujours en soins intensifs avec l’écoute de la réédition du troisième disque des Silver Jews.
Dungen - Woods - Myths 003

Dungen & Woods – Myths 003

Après avoir réuni Weyes Blood et Ariel Pink le temps d’un EP (Myths 002), le festival californien Marfa Myths a enfermé les Suédois de Dungen et les Américains de Woods dans un studio. Le résultat de cette résidence s’appelle logiquement Myths 003 et sera le disque parfait pour célébrer le retour du printemps.
Woods @ Lune des Pirates 23/03/2017

Les cinq grands Woods et le joli Loup

Avant de ressembler au Laurel Canyon grâce au set des Woods, La Lune des Pirates a été le théâtre d’un moment de communion entre House of Wolves et le public.
Woods

Ces chers Woods en tournée !

Jeremy Earl, le patron des Woods est un acharné. Il a attendu la publication de son quatrième disque pour attirer l’attention des médias et a décroché ce qu’il est convenu d’appeler du succès avec City Sun Eater in the River of Light, son neuvième album.

Plus dans Chroniques d'albums

Olivier Rocabois - Goes Too Far

Olivier Rocabois – Goes Too Far

Olivier Rocabois fait feu de tout bois pour dépasser par la droite Neil Hannon sans le prévenir et laisser tout penauds les frères Brewis de Field Music.
Renée Reed - Renée Reed

Renée Reed – Renée Reed

Alternant la langue américaine et la langue française, Renée Reed arrive de sa Louisiane natale avec un premier disque qui plonge ses racines dans les limbes de la culture cajun tout en regardant le fantôme d’Elliott Smith.
PJ Harvey - Stories From The City, Stories From The Sea - Demos

PJ Harvey – Stories From The City, Stories From The Sea – Demos

En 2000, PJ Harvey sortait Stories From The City, Stories From The Sea et cassait la baraque en remportant le Mercury Prize et en mettant un nouvel uppercut à ceux qui ne s’étaient pas encore remis de Dry. Avec ce cinquième album, PJ Harvey jouait avec Thom Yorke et débarquait dans la cour des très…

Mansfield.TYA – Monument Ordinaire

Sans vraiment savoir pourquoi, dans Monument Ordinaire, on s’attendrait à voir des trucs. Et rien ne nous surprendrait. En écoutant, vaguement, comme ça, quelques minutes au hasard. Peut-être déjà parce que Mansfield. TYA ça ne respire pas toujours follement la joie, ça a même quelques fois une tête de sonnerie aux morts. Ou bien celle…
Mogwai - As The Love Continues

Mogwai – As The Love Continues

Sorte de bizarrerie électrique à ses débuts, Mogwai s’impose aujourd’hui comme un grand fournisseur de chansons et endosse le statut de meilleur groupe écossais.