Purple Mountains – Purple Mountains

Il y a des disques auxquels on ne croyait plus. Celui des Purple Mountains est de cette trempe. David Berman, qui avait tiré le rideau des Silver Jews en 2008 revient avec un nouveau nom, des nouveaux musiciens et toujours les mêmes états d'âme. Et c'est foutrement jouissif.


La dégaine est toujours la même. La voix est toujours la même. David Berman n’a de cesse de le répéter : il n’a pas changé.
Ce rejeton d’un lobbyiste qui ferait passer Nicolas Dupont-Aignan pour un gentil communiste a trouvé le salut dans l’écriture.
Dès 1994, Berman s’est acoquiné avec Stephen Malkmus et Bob Nastanovich pour écrire des merveilles dont on ne s’est à vrai dire jamais remis. Comment ne pas chialer en écoutant Black And Brown Blues ? Comment ne pas être obnubilé par There is a place ?
En 2008, Berman a brusquement sifflé la fin de la partie. Le revoilà donc, entouré de Woods pour son nouveau projet. Onze ans d’absence pour onze morceaux touchés par la grâce divine, par la grâce de Lou Reed. Se livrant à un autoportrait au vitriol, David Berman dégaine encore des chansons qui éclairent toute la concurrence par leur simplicité apparente et leur beauté implacable.

Silver Jews – Darkness & Cold

La preuve encore avec Margaritas at the Mall, une chanson existentialiste qui évoque le Purgatoire. Berman, qui s’est assuré une place au paradis avec ses disques, disserte sur le monde et sa vie tel un John Fante qui aurait rencontré John Cale dans un bar.

Discographies

Purple Mountains – Margaritas At The Mall

Berman n’a pas changé. Il y a de fortes chances qu’il ne vienne pas chanter ses nouvelles chansons en France. On va donc écoute religieusement ce disque dans notre salon et l’écoute raconter sa vie.

Purple Mountains de Purple Mountains sera disponible le 12 juillet 2019 chez Drag City.

Silver Jews - Purple Mountains

Tracklist : Silver Jews - Purple Mountains
  1. That’s Just the Way I Feel
  2. All My Happiness Is Gone
  3. Darkness and Cold
  4. Snow Is Falling in Manhattan
  5. Margaritas at the Mall
  6. She’s Making Friends
  7. I’m Turning Stranger
  8. I Loved Being My Mother’s Son
  9. Nights That Won’t Happen
  10. Storyline Fever
  11. Maybe I’m the Only One for Me

Purple Mountains – Purple Mountains
10/10
Pouet? Tsoin. Évidemment.

Cela pourrait vous intéresser

Woods can’t get outta my head

Jeremy Earl et ses Woods sont de retour avec Strange Explain, leur onzième album. Et bonne nouvelle, ce disque est meilleur que le dixième. Dixième album qui était meilleur que le neuvième. Neuvième album qui était meilleur que le huitième…

Purple Mountains au sommet

Onze ans après Lookout Mountain, Lookout Sea, David Berman revient avec le projet Purple Mountains, un disque enregistré avec les membres de Woods et ou apparaissent Anna St Louis et Haley Fohr (Circuit des Yeux).

Purple Jews !

Les deux prochains mois de l’année 2019 seront des mois bénis grâce à Drag City. En juin, c’est Bill Callahan qui fera son grand retour. Et en juillet David Berman et ses Silver Jews…. Drag City, que ton nom soit sanctifié.
Silver Jews

[1998 – 2018] L’or en barre des Silver Jews

“In 1984, I was hospitalized for approaching perfection.” murmure David Berman sur Random Rules, le morceau qui ouvre American Water. En 2018, on est toujours en soins intensifs avec l’écoute de la réédition du troisième disque des Silver Jews.

Plus dans Chroniques d'albums

Guilhemvalay-aubrac

Guilhem Valayé – Aubrac

Le français est une belle langue. C’est une évidence. Mais il faut l’écrire, la manier, la chanter avec honnêteté, simplicité et pureté. Guilhem Valayé livre à l’ancienne le plus bel EP de cette année avec son voyage en Aubrac et ses terres rêches comme nos cœurs.
Nickwheeldon-gift

Nick Wheeldon – Gift

Nick Wheeldon nous a fait cette année un beau cadeau avec Gift, un classique instantané dès la première écoute pour les Fragile Minds dont on fait partie.
Apparitionduvisagedebelalugosisurunetranchedesalami

Comelade : ô lâches, soyez fous !

Et si le disque de 2022 était un disque instrumental et barré dont Pascal Comelade a le secret, ironiquement intitulé Le non-sens du rythme ?