Brian was in Fourvière

Brian Wilson © Fabrice Buffart
Guimauve 18/07/2017

On n’attendait pas grand chose du concert du mythe encore vivant, Brian Wilson venant jouant Pet Sounds et quelques autres babioles au théâtre antique de Fourvière à Lyon. Et pourtant.

Aux nuits de Fourvière, on aime les antiquités. Après Leonard Cohen, Lou Reed, Burt Bacharach, Iggy Pop ou les Insus (rayez la mention inutile), c’est au tour d’un monstre sacré de la musique populaire du 20ème siècle, Brian Wilson des Beach Boys (on ne vous résumera pas sa ‘vie’, il y a des dizaines de documentaires dipsonibles et un film magnifique, Love and mercy à (re)voir). Une douzaine de musiciens sur scène dont l’historique Al Jardine et son fils Matt ou l’inénarrable et parfois envahissant Blondie Chaplin (Ex Rolling Stones, momie entre Lou Reed et Keith Richards), le band fait le job pour soutenir un émouvant Brian certes bien diminué mais dont la voix porte encore sur certains morceaux.

Quand résonnent les premières notes de California girls, Lyon se jumelle instantanément avec L.A. Dance, Dance, Dance, Surfer Girl qu’il certifie être sa première chanson, en…… 1963 ou la toujours bouleversante Don’t Worry Baby, face B du single, I Get Around, premier titre numéro 1 aux Etats-Unis plongent le public dans un bain de jouvence réjouissant. Après un ventre mou qui atteint son summum avec un solo de guitare assez laid du cabotin Blondie sur Sail On, Sailor, c’est une pause bien méritée qui permet de savourer quelques évidences. Les Beach Boys ont marqué d’une empreinte indélébile la musique populaire contemporaine.

La petite bande revient jouer Pet Sounds en intégralité, tous cœurs et chœurs dehors, à commencer par un pêchu Wouldn’t It Be Nice, un Don’t Talk (Put Your Head on My Shoulder) déchirant, un Sloop John B implacablement chantée par le capitaine Jardine. Une certitude, God Only Knows restera à jamais un des sommets de la musique tout court tandis que le disque se clôt sur la sublimissime Caroline, No et son train final qui sans aucun doute a fait passer un sacré passage à niveau dans l’histoire de la musique.

On aurait pu s’arrêter là, rassasié mais c’était sans compter la machine à tubes du rappel, un tunnel en or massif qui enchaînera Good Vibrations, Help Me Rhonda, Barbara Ann, Surfin’ U.S.A., Fun, Fun, Fun, cinq gold qui feront secouer les bijoux de la fosse assise et débouler le public des gradins en bord de scène pour danser devant un Brian médusé. Il terminera ce tour de chant par un Love and Mercy poignant. Et quand il chante : « I was standin’ in a bar and watchin’ all the people there, Oh the loneliness in this world well it’s just not fair », le public le porte et Brian à cet instant n’est plus seul.

2017_07_17_brian_wilson_ndf2017
2017_07_17_brian_wilson_ndf2017
2017_07_17_brian_wilson_ndf2017
2017_07_17_brian_wilson_ndf2017
2017_07_17_brian_wilson_ndf2017
2017_07_17_brian_wilson_ndf2017
2017_07_17_brian_wilson_ndf2017
2017_07_17_brian_wilson_ndf2017
2017_07_17_brian_wilson_ndf2017
2017_07_17_brian_wilson_ndf2017

© Fabrice Buffart

Alors bien sûr c’est un show millimétré, à l’américaine, rideau hideux compris. Paul Mertens, directeur musical, saxophoniste, flûtiste, clarinettiste, harmoniciste présente sa troupe, chaque musicien a son petit moment de mise en lumière, Brian est bien épaulé au chant par les excellents Darian Sahanaja et Matt Jardine et au final il est impossible de ne pas être conquis à l’écoute de ces morceaux qui font partis de l’ADN musical mondial, de notre patrimoine mondial. Alors pour cela, merci les Nuits de Fourvière en attendant peut être dans le futur un Daniel Johnston, un Van Dyke Parks ou … un Randy Newman.

Photographe

Brian Wilson and George Martin in studio – God only knows

BBC Music – God Only Knows

Brian Wilson – Love and Mercy

Brian Wilson – LIVE Full Concert 2017

Date : 17 juillet 2017
Photographe
Lyonnais qui revendique sa mauvaise foi car comme le dit Baudelaire, "Pour être juste, la critique doit être partiale, passionnée, politique...", Davantage Grincheux que Prof si j'étais un des sept nains, j'aime avant tout la sincérité dans n''importe quel genre musical...

Un avis, un commentaire ?

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


A lire dans “Concerts (live reports)

Eels © Fabrice Buffart

Photos : Eels @ Radiant-Bellevue, Caluire | 10.09.2019

La dernière fois que l’on avait vu Eels à Lyon, Mark Oliver Everett et sa bande de bardes barbus en survêt’ Adidas n’avaient pu jouer que 5 titres avant un orage cataclysmique au festival Woodstower en août 2013. Les plus anciens se souviennent de ce concert au Transbordeur d’avril 1997 avec son Beautiful Freak augural.…

Fais moi Marr Johnny !

Pendant que Morrissey continue de nous faire du mal avec ses déclarations, Johnny Marr trace sa voie et poursuit une carrière solo aussi efficace que « discrète ».

Lizzo @ Main Square Festival 2019

Jolie Lizzo

Quelque chose a donc changé. Soutenue désormais par une major (Atlantic) et portée par Missy Elliott le temps d’un single, Lizzo a fait une entrée fracassante dans les charts avec Cuz I Love You et sur scène. Produite par Ricky Reed (faiseur de tubes professionnel depuis 10 ans), la musique de Lizzo est un tourbillon…

Skip The Use @ Main Square Festival, 06-07-2019

Cool as Skip The Use

Samedi 6 juillet 2019 : le Tour de France débute à Bruxelles et l’Hollandais Mike Teunissen gagne la première étape et étonne tout le monde en endossant le Maillot Jaune. Samedi 6 juillet 2019 : le Main Square entame son deuxième jour. Les Skip The Use s’échappent du peloton et endossent le Maillot Jaune du…

Arnaud Rebotini @ Main Square Festival, 06-07-2019

Arras Calling ! Arnaud Rebotini can’t fail !

Avant de monter sur la scène du Main Square pour clôturer la deuxième journée de l’édition 2019, Arnaud Rebotini après un passage à l’Astropolis avec le Don Van Club pour un concert autour de la B.O. de 120 Battements par Minute et avant de jouer aux Eurockéennes de Belfort, Rebotini est passé par le Main…

[MALN 2019] La quête sacrée des Temples

Avant d’entamer une tournée américaine conséquente et une date au Trabendo en septembre, les Temples étaient à Amiens pour commencer à défendre leur troisième album, Hot Motion et poursuivre leur quête de la meilleure chanson psychédélique.

Jean-Louis Aubert

Aubert toujours vert !

Jean-Louis Aubert, solaire, seul mais pas solitaire, et surtout solidaire du monde, et de la vie. Une parenthèse enchantée d’un soir d’été, à Sète, un balcon sur la mer.

[MALN 2019] Balthazar nous a mis la fièvre !

« Il sort de nulle part, une frappe de bâtard, on a Benjamin Pavard ! » pouvait on entendre dans les rues d’Amiens en juillet 2019. Onze mois plus tard, résonnaient dans les rues d’Amiens plus ou moins les mêmes paroles : « Ils sortent de nulle part, une classe de bâtard, on a Balthazar ! »

[MALN 2019] Merveilleux Andrew Bird

Revenu avec My finest Work Yet l’un des albums de l’année, Andrew Bird a fait des merveilles pour le premier soir de Minuit Avant La Nuit.

[MALN 2019] Fondants Foxwarren !

Deux ans après sa venue à Amiens pour défendre et surtout jouer l’album The Party, Andy Shauf était de retour hier soir à La Lune des Pirates. Et avec Shauf, le changement c’est maintenant.

Cool as Wilco

Après un break de deux ans, Wilco remet la gomme avec une mini tournée française qui n’est qu’une étape vers la sortie dans les mois prochains mois d’un onzième album et d’un concert parisien au Trianon.

Angèle @ Zénith Amiens - 05 juin 2019

Balance ton concert

Avant d’être la tête d’affiche du Main Square et du Paléo Festival (pour ne citer qu’eux), Angèle posait ses enceintes dans un Zénith d’Amiens qui affichait complet (comme les autres) pour faire danser et chavirer les cœurs de plusieurs générations.

Le Souldier Tour de Jain fait étape à La Halle Tony Garnier

« C’est la plus grande salle que j’ai jamais faite ! » s’est exclamée Jain devant le public de la Halle Tony Garnier. L’artiste, pourtant déjà détentrice d’une double victoire de la musique, à laquelle s’est ajoutée une nomination aux prestigieux Grammy Award, tout cela dans le cadre d’une tournée mondiale n’a pourtant rien d’une débutante. Elle…

Add to Jeanne Added

Quasiment quatre ans après son passage à La Lune des Pirates, Jeanne Added revient à Amiens. Entre 2015 et 2019, elle est restée la même.

Balthazar © Fabrice Buffart

Fièvre à l’Epicerie avec Balthazar !

Belle fête d’anniversaire pour Michiel, batteur du groupe belge Balthazar qui avait invité plusieurs centaines d’auditeurs pour célébrer fiévreusement l’événement à l’Épicerie Moderne de Feyzin.

Bryan’s Magic Tears : It’s Kind of Magic

Les Bryan’s Magic Tears étaient de passage à Amiens pour deux missions éminemment dangereuses. Ouvrir pour Le Villejuif Underground le vendredi soir et faire un goûter-concert le lendemain après-midi. Missions impossibles pour le gang de Benjamin Dupont, le Ethan Hunt de l’affaire ? Du tout. Attention, cet article s’auto-détruira dans 20 secondes.

Shaka Ponk © Elsa SCHULHOF

Shaka’Lyon : Beautiful Freak

Il y avait quelque chose dans l’air, comme une réminiscence d’un air de Eels et du fabuleux Beautiful Freak.

P’tit Gibus & Grand Dando

Point final d’une tournée européenne (triomphale), le concert des Lemonheads au Gibus Club a tenu toutes ses promesses.

The Wombats @ le Trabendo, Paris, 05/02/2019

The Wombats au Trabendo

En ce début du mois de février le Trabendo accueillait Circa Waves et The Wombats pour un show rock des plus déjantés !