Sean O’Hagan est un type complètement à part dans le milieu bien pensant dit de la musique indépendante.

Avec ses The High Llamas, ce type a dû vendre 340 disques.
Avec ses participations aux albums des autres, ce types a sûrement vendu 3400 000 disques.
Arrangeur de génie chez The Charlatans (sur l’un de leur meilleur album à ce jour), chez les Super Furry Animals (sur leur meilleur album à ce jour) et chez Paul Weller (sur son pire album à ce jour, il faut bien une exception), Sean O’Hagan est toujours l’homme de la situation. Un problème de cordes ? Tonton O’Hagan vous résout le problème en moins de deux bémols. Ce type a failli rendre les Kaiser Chiefs recommandables, c’est dire le niveau du garçon.
Bref, son curriculum vitae est long comme un manche de guitare. Cette dernière d’ailleurs ne lui sert qu’à une chose chez les High Llamas : compter son amour pour Brian Wilson et son chef d’œuvre Pet Sounds.
Totalement obnubilé par une certaine idée de la côte ouest américaine, Sean O’Hagan est terriblement passionnant quand il le veut (Gideon Gaye) ou quelque peu ennuyeux sans s’en rendre compte (Talahomi Way).

« La Garde meurt mais se rend pas » disait ce bon Cambronne.

Dernier Grognard défendant le pré carré de l’Empereur Brian Wilson, Sean O’Hagan récite toujours parfaitement sa vulgate de Pet Sounds comme si nous étions en mai 1966. Mais nous sommes en 2016 et ce n’est pas avec Here Come the Rattling Trees, onzième disque de ces Irlandais pas très nets, que les ventes des The High Llamas vont décoller.

The High Llamas – Here Come the Rattling Trees

Accompagné des fidèles Ray Newe, Richard Heap et de Jennifer Scott Malden, Sean O’Hagan nous présente donc ici la bande son de sa pièce de théâtre qui met en scène la jeune Amy. Cette dernière a le désir de voyager. Elle a donc fait son balluchon et fait des rencontres au fil des kilomètres parcourus. Composé avec Tim Gane de Stereolab, les chansons de Here Come the Rattling Trees évitent les écueils de l’exercice de style (en gros elles ne sont pas complètement rasoirs) et entraînent l’auditeur dans les pas d’Amy. Parfois les rencontres ne sont pas très bonnes (Livorno), parfois elles sont excellentes (la brillante Jackie). Et puis entendre Sean O’Hagan jouer au plombier (Plumber Recalls) est un véritable plaisir.

On retrouve donc ce bon vieux Sean là où on l’avait laissé avec Talahomi Way. Et comme d’habitude il remplit le cahier des charges.

Here Come The Rattling Trees : Music From The Original Stage Production des The High Llamas sera publié le 22 janvier 2016 via le label Drag City.

The High Llamas - Here Come The Rattling Trees

Tracklist : The High Llamas - Here Come The Rattling Trees: Music From The Original Stage Production
  1. Prelude
  2. Amy Recalls
  3. Here Come the Rattling Trees
  4. Runner Recalls
  5. Bramble Underscore
  6. Bramble Black
  7. Mona
  8. Underscore
  9. Mona's Song
  10. Decorator Recalls
  11. McKain
  12. Underscore
  13. McKain James
  14. Plumber Recalls
  15. Livorno Underscore
  16. Livorno
  17. Jackie Underscore
  18. Jackie

The High Llamas – Here Come the Rattling Trees3.8
7.5/10
Pouet? Tsoin. Évidemment.
Partager cet article

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Cela pourrait vous intéresser

Le SuperHomard : qui s’y Crofts s’y pique

Confiné dans son aquarium, Le SuperHomard enregistre des morceaux. Quand il ne fait pas des reprises avec des australiens, il joue avec des anglais. Et c’est Andy Crofts (The Moons, Paul Weller) qui a décidé de jouer avec lui.

Le diable se cache dans les chansons de Tim Burgess

La règle est simple avec Tim Burgess. C’est bien simple, il ne s’arrête jamais. Quand il a terminé de jouer avec ses Charlatans, Burgess part en solo pour jouer à l’Américain. Il sera de retour en mai 2020 avec un nouvel album (très anglais pour le coup).

Paul Weller par Nicolas Sauvage

Passionnant depuis 1977, Paul Weller est toujours présent et ne compte pas prendre sa retraite comme le reste de la promo de la même année. En attendant le prochain disque de l’ex Jam, on peut lire la biographie que lui consacre Nicolas Sauvage. Ouvrage imposant et passionnant, Life From a Window, Paul Weller et L’Angleterre…
Paul Weller ‎– True Meanings

Paul Weller ‎– True Meanings

C’est bien connu, c’est dans dans les vieux Paul qu’on fait la meilleure confiture. Après un retour en fanfare de McCartney, le Modfather revient rappeler qui est le patron avec True Meanings, un album aussi riche que fin.
Tim Burgess ITW - expo

Charmants Charlatans

Quatre ans après leur splendide Modern Nature, quasiment vingt ans après leur classique Us and Us Only et quelques mois après leur revigorant Different Days, les Charlatans ont pris leurs quartiers à La Maroquinerie le temps d’un concert parfait et qui affichait complet. Entretien avec Tim Burgess avant qu’il ne monte sur scène chanter ses…
Brian Wilson © Fabrice Buffart

Brian was in Fourvière

On n’attendait pas grand chose du concert du mythe encore vivant, Brian Wilson venant jouant Pet Sounds et quelques autres babioles au théâtre antique de Fourvière à Lyon. Et pourtant.

Plus dans Chroniques d'albums

The Bats - Foothills

The Bats – Foothills

Les Bats viennent de publier Foothills, leur dixième album. Comme pour les neuf premiers, le verdict sera le même : les Bats sont le meilleur groupe du monde.
J.E. Sunde - Love

J.E. Sunde – Love

Désormais hébergé chez Vietnam (Chevalrex, H-Burns), J.E. Sunde poursuit la quête qu’il a débutée une décennie plus tôt ; à savoir écrire la chanson folk parfaite. Avec ce nouvel album, Love, Sunde démontre qu’il va falloir compter sur lui en 2020. Et pour le reste de votre vie.
The Moons - Pocket Melodies

The Moons – Pocket Melodies

Très actifs au début des années 2010, The Moons s’était assagi en devenant silencieux depuis quelques années. Andy Crofts, l’homme qui se cache derrière ce groupe, avait été accaparé par son travail avec Paul Weller. 2020 nous réserve son lot de surprises tous les jours. The Moons est de retour avec un disque et s’est…
Bachar Mar-Khalifé - On​Off

Bachar Mar-Khalifé – On​/​Off

Vous cherchez un seul disque pour votre reconfinement ? On​/​Off de Bachar Mar-Khalifé pourrait être celui qu’il vous faut pour les longues après-midi sous la couette, un verre d’Aloxe-Corton et un Houellebecq à portée de main.
Juanita Stein - Snapshot

Juanita Stein – Snapshot

Troisième disque solo de Juanita Stein, Snapshot nous renvoie au début des années 2000, une époque où le Royaume-Uni avait le chic pour exporter une kyrielle de bons groupes.
Jeff Tweedy - Love Is The King

Jeff Tweedy – Love is the King

Intimement lié au livre How to Write One Song, Love is the King prouve une fois de plus que Jeff Tweedy fait partie des très grands. Et si certains ont perdu le fil avec la discographie de Wilco, ce nouveau disque solo est un excellent prétexte pour se rabibocher avec son patron.

Laura Veirs – My Echo

Accompagnée de Jim James, Bill Frisell, Karl Blau et de Matt Ward, Laura Weirs sort un onzième impeccable album.