Êtes-vous un habitué du Bang Bang Bar ? Dans ce cas vous savez que sa programmation musicale est de qualité.

Qui aurait cru 26 ans après la fin de la deuxième saison de Twin Peaks à un tel retour flamboyant ? Ceux qui se souviennent de feu La Cinq de Berlusconi qui ne savait sûrement pas ce qu’il faisait ont à l’époque assisté un cataclysme télévisuel les marquant à jamais. Lynch n’a pas crée le monde des séries, il a modifié la façon de les regarder, jouant sans cesse avec son spectateur, le secouant, le baladant, l’hypnotisant.

Avec cette troisième saison de Twin Peaks, Lynch signe bien plus que la suite d’une série qui a influencé bon nombre des suivantes à très gros succès fuitant inopinément sur la toile. Mais au final, est-ce une série télé ? n’est-ce pas plutôt une oeuvre d’art moderne et conceptuelle, non, une oeuvre programmatique, une oeuvre totale, une cathédrale qui va bien au delà de ses références et ses clins d’œil. On connait la passion pour l’art sous toutes ses formes, la peinture aux influences Baconiennes, la photographie, le design et bien sûr son goût pour la musique (trois albums, Ghost of Love en 2006, Crazy Clown Time en 2011, The Big Dream en 2013 – Ghost Crazy Dream ne pourrait-il pas être le sous titre de Twin Peaks ?).

Et comme Twin Peaks est une oeuvre-somme où l’on retrouve tout le petit musée lynchien, chaque épisode fait la part belle à la musique sur la scène du Bang Bang Bar avec des artistes soigneusement choisis par le maître, confirmant son penchant pour les voix féminines éthérées avec entre autres Chromatics, Au Revoir Simone, Sharon Van Etten, Lissie ou bien sûr Nine Inch Nails. Les chansons sont en fin d’épisode, formant le générique et parfois au delà. Là encore, même si ce n’est pas grand chose, le roi David ne fait rien comme les autres comme vous pouvez le constater ci-dessous dans le Blow Up d’Arte qui lui est consacré, le documentaire Cinéastes de notre temps de Guy Girard en 1989 où Lynch dans les néons d’un diner ressemble étrangement à Dale Cooper ou en regardant le récent David Lynch : The Art Life Documentary qui évoque davantage sa peinture.

Cinéastes de notre temps – David Lynch

https://www.youtube.com/watch?v=BVgQ8yAdLbI

Lyonnais qui revendique sa mauvaise foi car comme le dit Baudelaire, "Pour être juste, la critique doit être partiale, passionnée, politique...", Davantage Grincheux que Prof si j'étais un des sept nains, j'aime avant tout la sincérité dans n''importe quel genre musical...
Partager cet article

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Cela pourrait vous intéresser

Primal Scream © Fabrice Buffart

Primal Pitchfork !

C’est la fin du mois d’octobre, le début du mois de novembre… L’hiver n’est pas loin et le moral au plus bas. Une seule solution : le Pitchfork Music Festival Paris et sa programmation de folie.

The Blind Suns : retour d’expérience texan

Les The Blind Suns sont de retour en France après avoir foulé le sol américain et joué au festival SXSW. Avant que ces boulimiques de travail repartent sur la route, on a attrapé au vol Romain Lejeune pour évoquer avec lui son séjour au Texas.
Fufanu

La folle furie froide de Fufanu

Dirigé par Kaktus Einarsson et Gulli Einarsson, ce quintet islandais ne perd pas son temps. Repéré par Damon Albarn en 2014, ce groupe a publié en novembre 2015 son premier album et va se lancer à l’assaut de l’Europe en 2016.
The National - Sunshine on My Back » (feat Sharon van Etten)

The National à la fête

The National – Sunshine on My Back » (feat Sharon van Etten) Ne faisons pas le dos rond et la fine bouche avec Sunshine On My Back de The National, un inédit enregistré durant les sessions du dernier album Trouble will find me paru en 2013.

Plus dans News

Dominique A

Les contes d’automne de Dominique A

Dominique A sort le 6 novembre Vie étrange chez Cinq7 pour rendre la notre un peu plus supportable. Quatre morceaux figuraient sur l’EP sorti cet été, six autres qui nous font entrevoir peut être la lumière.

[Exclu] Virginia Wing – I’m Holding Out For Something

Alice Merida Richards, Sam Pillay et Christopher Duffin sont donc de retour. Ces Mancuniens, hébergés par Fire Records (The Lemonheads, The Chills), ont décidé que 2020 serait aussi un tournant pour eux. Un peu comme tout le monde. Mais eux, ce sera en musique. SK* vous propose en exclusivité, I’m Holding Out For Something, le…
cross2020

Again on the Crossroads

La cinquième édition du Crossroads Festival, le Festival européen de découvertes musicales a eu lieu en ligne du 8 au 11 septembre, chaque soir, en direct et les 26 sessions individuelles sont à revivre ci-dessous.
LAETITIA SHERIFF

Se lever avec Laetitia Shériff

Power to the trio. Laetitia Shériff revient enfin avec les essentiels Thomas Poli (Dominique A) et Nicolas Courret (Eiffel). Stillness est une claque magistrale comme on en fait peu en France rance. Un brûlot qui ravive la flamme et rassure (un peu) sur l’avenir qui fait culbuter The Mamas and the Papas et PJ Harvey.…

The Besnard Lakes est le meilleur groupe du monde

Enfin une bonne nouvelle en 2020 ! Après l’impeccable A Coliseum Complex Museum et surtout après quatre années de silence, les Besnard Lakes sont de retour. On peut ranger ses compilations de My Bloody Valentine et prévenir les voisins… Le gros son est de retour.
Jî Drû

La douce musique de Jî Drû

Filmé par Jean-Baptiste d’Enquin, le flûtiste Jî Drû revient avec ses acolytes dans un western halluciné.
Denize

Passons la nuit avec Denize

Pas facile les nuits depuis vendredi. Alors on écoute la voix caressante de Denize avec Que passe la nuit et son clip fantasmagorique.