Êtes-vous un habitué du Bang Bang Bar ? Dans ce cas vous savez que sa programmation musicale est de qualité.

Qui aurait cru 26 ans après la fin de la deuxième saison de Twin Peaks à un tel retour flamboyant ? Ceux qui se souviennent de feu La Cinq de Berlusconi qui ne savait sûrement pas ce qu’il faisait ont à l’époque assisté un cataclysme télévisuel les marquant à jamais. Lynch n’a pas crée le monde des séries, il a modifié la façon de les regarder, jouant sans cesse avec son spectateur, le secouant, le baladant, l’hypnotisant.

Avec cette troisième saison de Twin Peaks, Lynch signe bien plus que la suite d’une série qui a influencé bon nombre des suivantes à très gros succès fuitant inopinément sur la toile. Mais au final, est-ce une série télé ? n’est-ce pas plutôt une oeuvre d’art moderne et conceptuelle, non, une oeuvre programmatique, une oeuvre totale, une cathédrale qui va bien au delà de ses références et ses clins d’œil. On connait la passion pour l’art sous toutes ses formes, la peinture aux influences Baconiennes, la photographie, le design et bien sûr son goût pour la musique (trois albums, Ghost of Love en 2006, Crazy Clown Time en 2011, The Big Dream en 2013 – Ghost Crazy Dream ne pourrait-il pas être le sous titre de Twin Peaks ?).

Et comme Twin Peaks est une oeuvre-somme où l’on retrouve tout le petit musée lynchien, chaque épisode fait la part belle à la musique sur la scène du Bang Bang Bar avec des artistes soigneusement choisis par le maître, confirmant son penchant pour les voix féminines éthérées avec entre autres Chromatics, Au Revoir Simone, Sharon Van Etten, Lissie ou bien sûr Nine Inch Nails. Les chansons sont en fin d’épisode, formant le générique et parfois au delà. Là encore, même si ce n’est pas grand chose, le roi David ne fait rien comme les autres comme vous pouvez le constater ci-dessous dans le Blow Up d’Arte qui lui est consacré, le documentaire Cinéastes de notre temps de Guy Girard en 1989 où Lynch dans les néons d’un diner ressemble étrangement à Dale Cooper ou en regardant le récent David Lynch : The Art Life Documentary qui évoque davantage sa peinture.

Cinéastes de notre temps – David Lynch

Lyonnais qui revendique sa mauvaise foi car comme le dit Baudelaire, "Pour être juste, la critique doit être partiale, passionnée, politique...", Davantage Grincheux que Prof si j'étais un des sept nains, j'aime avant tout la sincérité dans n''importe quel genre musical...

Cela pourrait vous intéresser

Sharon Van Etten

En paix avec Sharon Van Etten

Pour fêter la réédition de son deuxième album, Epic (2010), Sharon Van Etten a invité sept artistes à reprendre les sept titres du disque.
Primal Scream © Fabrice Buffart

Primal Pitchfork !

C’est la fin du mois d’octobre, le début du mois de novembre… L’hiver n’est pas loin et le moral au plus bas. Une seule solution : le Pitchfork Music Festival Paris et sa programmation de folie.

Plus dans News

Jeanfelzine-fanfiction

Jean qui rit

De la dérision. Jean Felzine serait-il le fabuliste de son temps à l’instar d’un autre Jean du 17ème ? Avec Fanfiction, sa causticité peint l’absurdité glacée de notre société du paraître et de la futilité.
Crmefrench1-tombird

Sabayon musical

Le duo magique Lucas Roullet-Marchand et Matthias Bouffay se reforme non pas pour un never ending tour autour de Jean Jacques G, mais pour présenter un dimanche sur deux à 10h un podcast revigorant centré sur la crème de la crème french de la scène musicale lyonnaise.
Richarddawson

Dawson freak

Le morne mois de novembre touche à sa fin après le débilitant vendredi noir, bientôt Noël et sa frénésie de bénévolence. Alors pourquoi ne pas se cloîtrer dans une bulle en écoutant The Hermit, la première plage de 41 minutes du nouvel album de Richard Dawson, The Ruby Cord.
Themagiclantern-noonesfault

Non coupable

De l’étreinte musicale. Avec une économie de mots et une douceur infinie, The Magic Lantern éclaire notre nuit sentimentale.