Brome sweet Brome

Brome sweet Brome© Rosa Merk
Louis - 27/08/2017

Sur Grand Bois, Brome mélange avec malice et brio l’héritage de Will Oldham avec les rimes de Dominique A. Comme ce garçon est totalement libre, il écrit ses chansons à Berlin et les emmène se promener sur les terres africaines. Sur Grand Bois, il est aussi question d’Amérique. Grand Bois a été confectionné dans le Kentucky avec Kevin Ratterman, le producteur de Jim James et de Ray LaMontagne. Les chansons de Brome sont donc des invitations à voyager dans des terres reculées.

Comment Berlin t’influence-t-elle dans ton écriture musicale ?

Brome : Berlin influence ma musique á plusieurs niveaux, mais ce qu’elle m’apporte le plus c’est une liberté dans la création. Quand je suis arrivé en 2010, j’ai beaucoup joué dans les bars et clubs, ce qui m’a permis de vraiment affirmer mon projet en live et ce, bien que je chante en français. Ensuite, le cadre de vie et de création est juste incroyable. Tu as vraiment les moyens de t’isoler pour travailler ta musique, faire aboutir tes idées, dans des conditions idéales et en même temps, c’est une ville où énormément de choses se passent en musique. C’est un passage obligé des tournées en Europe pour les groupes du monde entier, donc tu peux toujours voir les artistes que tu aimes en concert. C’est pour moi une grande inspiration, cette ouverture sur le monde qui vient dans ta ville. Après, peut-être évoques-tu le côté «party» et « électro » de la ville ? Quand tu découvres la techno minimale dans les clubs, c’est vrai que ça te marque. Cependant cette influence de l’électro reste plus infime et diffuse dans ma musique.


Brome – La cité

Quelle est l’histoire de la pochette de Grand bois ? Tu le prends mal si on te dit qu’elle fait penser à celle d’un disque de Mark Lanegan ?

Je ne le prends pas mal du tout quand tu parles de Mark Lanegan, je vois tout à fait – le côté squelette, tête de mort – mais je connais en fait très peu sa musique, je vais d’ailleurs aller écouter. Dès le début je voulais ce disque plus percussif et « africain » que mes précédents enregistrements. Je suis également très attiré par la photographie contemporaine, qui s’intéresse à l’Afrique. Pour la pochette, je voulais une photo dans cette ambiance. J’ai découvert le travail de Nicola Lo Calzo par hasard sur internet et je suis tout de suite tombé amoureux de ses photos. Très vite, je me suis arrêté sur celle-ci, comme une évidence. Pour moi, elle représente vraiment l’ambiance du disque et ce que je raconte dans les chansons, comme un résumé de l’album. Il y a l’Afrique, le vaudou, la nature avec la forêt, la plage, le ciel, un côté mystérieux et envoûtant des personnages, des relations humaines. Enfant, j’ai vécu en Côte d’Ivoire, et je retrouve tout à fait l’ambiance de mes souvenirs là bas. Je suis très heureux que Nicola ait accepté que j’utilise cette photo.

D’ailleurs pourquoi ce titre Grand bois ?

« Grand bois » est un lieu de culte à Haïti (mais aussi un chant de rituel ainsi qu’un esprit lié aux végétaux). L’art vaudou, son image et ses cérémonies m’inspirent beaucoup de part leur aspect magique et mystérieux, toujours en rapport avec la nature, les plantes et les animaux. Dans la chanson Ce soir particulier qui est sur le disque, « Grand bois » est aussi un animal (un personnage ?). Là encore, c’est pour moi une bonne synthèse des textes de l’album, en lien avec la nature et ses esprits protecteurs ou menaçants ; le côté parfois troublant de nos relations entre humains, mais aussi entre les hommes et la nature.

Pourquoi avoir choisi Kevin Ratterman pour le mix ? Pour le côté analogique ?

Mes amis musiciens Kyle Crabtree (Shipping News) et Ray Rizzo (King Kong, Dawn Landes) tous deux originaires de Louisville n’arrêtaient pas de me parler de lui et de son studio La La Land. Une grande partie de mes influences musicales sont américaines et même précisément de cette région, donc il est vrai que c’était un peu un rêve de toucher au « son » à l’américaine. Kyle et Ray me disaient « si tu veux aller en studio aux USA, il faut que tu ailles là-bas ». Du coup, je suis entré en contact avec Kevin, et à un moment ça m’est paru tout à fait naturel et logique d’aller mixer le disque là-bas. Kevin est une personne adorable et il est vrai que son studio est incroyable, c’est immense, avec du matériel analogique de fou, une décoration formidable ! Il a une technique qui mêle le numérique et l’analogique, et il est super rapide ! Nous avons parfois mixé jusqu’à cinq titres par jour ! En plus, il est fan de groupes européens, du son anglais, de Can, tout en ayant le gros son à l’américaine. C’était vraiment super intéressant du coup d’avoir toutes ces facettes sur m musique qui, elle même est très variée dans les influences.

On va évidemment penser à Dominique A et à une certaine idée du rock indé US. Comment définirais-tu ta musique ?

Il est vrai que mes influences originelles viennent des US, du rock indé (Smog, Low, Palace Brothers, Codeine) et aussi, justement, du post-rock de Chicago à Louisville (Tortoise, June of 44, Rachel’s, Joan of Arc, Shipping News, Slint), ainsi que des artistes comme Neil Young et Tom Waits. Mais, j’écoute énormément de choses différentes comme de la musique africaine, du hip hop, de la pop, de l’ambiant… Ma musique est une synthèse de toutes ses influences avec un chant ou spoken-word en français. Donc oui, il est normal, je pense, que l’on puisse me rapprocher de Dominique A qui est un des premiers à avoir accordé ses influences indé anglo-saxonnes avec le chant en français. Et, il est aussi une grande influence depuis que je l’ai découvert live à la sortie de son second album. Pour le français je pourrais également citer Katerine, Général Alcazar, Bertrand Belin, mais je pense que j’ai une autre manière d’écrire mes textes, justement, plus à « l’américaine ». Une écriture poétique en prose, un peu comme un Jeff Mueller ou Brian Mc Mahan.

Grand Bois de Brome sortira le 29 septembre (Arbouse recordings / Inouïe distribution).
Brome sera en showcase à Paris le 29 septembre chez Walrus (entrée libre) avant une tournée française à l’automne.

Brome - Grand bois

Tracklist : Brome - Grand Bois
  1. La Cité
  2. Endors mes peurs
  3. Le brasier des parcelles
  4. Tu veux mourir
  5. Kin la belle
  6. Pa’ Janvier
  7. Taurus makasi
  8. Ce soir particulier
  9. Bleu lagon
  10. Vers le Sud

Pouet? Tsoin. Évidemment.

Un avis, un commentaire ?

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


A lire dans “Découvertes

Héroïques Hermetic Delight

Héroïques Hermetic Delight

Conseillés par Anna Calvi et produits par Charles Rowell des Crocodiles, les Hermetic Delight ont réussi à mettre dix ans pour sortir F.A. Cult, leur premier album. Des chansons du calibre de Common Love Square ou Glassdancers devraient tourner sur notre platine pendant au moins dix ans.

Do Nothing or die

Do Nothing or die

Les morceaux des Do Nothing devraient balayer d’un revers de main les yeux de chien battu de Grian Chatten des Fontaines DC et nous faire oublier les inoffensifs (donc déjà oubliés) Murder Capital.

KennyHoopla boom !

KennyHoopla boom !

KennyHoopla écrit des brulots qui doivent autant à Aphex Twin qu’aux premiers disques des Drums. Ce jeune Américain du Wisconsin débarque sans prévenir et trône en majesté avec How will i rest in peace if i’m buried by a highway?//, son premier EP.

(Beautiful) Blue Bones

(Beautiful) Blue Bones

Se recommandant de Mac DeMarco (pourquoi pas) et des Arctic Monkeys (surtout pas), ce Londonien a tout compris au catalogue Postcard Records et distille ses chansons à l’ancienne.

Le bon son de Katy J Pearson

Le bon son de Katy J Pearson

Bristol ne se résume pas à des gens tristes qui font d’immenses albums (Portishead) ou des gens totalement fous qui flinguent leur carrière malgré le fait d’avoir enregistré d’immenses albums (Strangelove)). La preuve avec Katy J Pearson, la nouvelle signature du label Heavenly Recordings. Qui pourrait devenir immense…

Les bons conseils de Gary Olson

Les bons conseils de Gary Olson

Gary Olson laisse de côté ses chers et tendres The Ladybug Transistor pour tenter l’aventure en solo. Avec sa trompette et les deux frères Åleskjær, Olson fait la démonstration que l’on peut faire simple et beau en même temps.

Merci PATRÓN !

Merci PATRÓN !

Lo risque de donner le la avec Patrón, son nouveau projet. Son précédent projet (Loading Data) étant en sommeil, Lo a monté Patrón et est parti vivre son rêve américain.

Le train-train zinzin de The Living Brain

Le train-train zinzin de The Living Brain

Actifs de 1995 à 2001, The Living Brain revient dans les bacs des disquaires avec Two Sides of The Brain, une anthologie qui sera à ranger entre une compilation des premières démos (excellentes) de THe Coral et les deux premiers albums de Cast.

Les Bdrmm ne sont pas HS

Les Bdrmm ne sont pas HS

Hull, nouvelle capitale du rock anglais ? Après avoir accueilli le MTV Unplugged de Liam Gallagher, la placide ville anglaise accouche d’un groupe franchement excitant. Mais que se passe-t-il à Hull ?

Power to Brigid Mae Power !

Power to Brigid Mae Power !

Enregistré avec Alasdair Roberts à Glasgow, le nouvel album de Brigid Mae Power pourrait réunir au coin du feu les fans de folk irlandais et les ascètes qui ne jurent que par Bill Callahan.

Captifs avec Cavetown

Captifs avec Cavetown

Version slacker d’Harry Potter, Cavetown sort son premier album chez Sire Records ce vendredi après avoir enquillé les titres sur son Bandcamp. Rendez-vous est pris avec ce garçon !

Tout va bien avec Every Bad !

Tout va bien avec Every Bad !

Tout va bien donc avec Porridge Radio qui nous claque un uppercut avec ce nouveau disque, le tristement bien nommé Every Bad.

Jacob Bellens change d’échelle !

Jacob Bellens change d’échelle !

Bon, Jacob Bellens ne pouvait pas prédire la claustration. Le divin danois sort le 3 avril chez Hfn son cinquième disque, My Heart Is Hungry And The Days Go By So Quickly et les jours à scruter notre cœur passeront peut être plus vite.

Écouter les Planet 1999 en 2020

Écouter les Planet 1999 en 2020

Planet 1999 ne nous met pas une disquette avec son premier EP publié par PC Music. Ces trois Français expatriés à Londres avaient séduit Slowdive avec leurs premiers morceaux au point d’être invités sur leur dernière tournée. De la fête, du shoegaze : bienvenue chez Planet 1999.

Sea, Sex & Sunshade

Sea, Sex & Sunshade

Sea, sex & Sunshade. On remplacera juste la mer par La Marne. Et on a tout bon. Les Sunshade débarquent dans notre quotidien sans prévenir. Les nouvelles chansons de ce duo français sont fortement addictives et devraient faire autant plaisir aux fans de Swell qu’aux fanatiques de folk heureux. Les titres de ce duo sont…

A cheval !

A cheval !

Bonny Light Horseman est un super groupe composé d’Eric D. Johnson (Fruit Bats, The Shins), du vétéran multi-instrumentiste Josh Kaufman (Craig Finn, Josh Ritter, The National) et de la chanteuse Anaïs Mitchell qui a triomphé à Broadway avec Hadestown l’an dernier et honorée d’un Grammy. Et cela donne un disque somptueux, profondément amoureux de la…

Bienvenue Gyslain.N

Bienvenue Gyslain.N

Découvert au tremplin du Kiwi Festival 2018 (inscription ici) initié par la Maison pour tous Salle des Rancy à Lyon, Gyslain.N est en train d’aller Au bout de [ses] rêves et on s’évade avec lui.

Twisted Wheel en roue libre

Twisted Wheel en roue libre

Les Twisted Wheel ouvrent ce soir pour Liam Gallagher au Zénith de Paris. Un mois avant la sortie de Satisfying The Ritual, leur troisième album, les Twisted Wheel peuvent rouler des mécaniques devant les fans d’Oasis et tester leurs nouvelles chansons.

Le b.a.-ba d’Anna B Savage

Le b.a.-ba d’Anna B Savage

Les premiers morceaux d’Anna B Savage avaient séduit Father John Misty en 2015 à tel point que ce dernier l’avait embarquée sur sa tournée. Cette année, Anna B Savage ouvrira pour Destroyer sur sa tournée européenne et sortira un album chez City Slang. Tout va bien pour notre américaine préférée.

Douce Pershanoush

Douce Pershanoush

Avec son electro pop ensoleillée, Pershanoush est la cure de vitamine C de cet hiver qui n’en finit pas. Reprenant habilement Stupid Girl de Garbage et s’appropriant les codes de la pop, Pershanoush pourrait nous poursuivre toute l’année 2020 avec ses rêves musicaux.

A ne pas rater dans Découvertes !