Olivia Ruiz sera à l’affiche du festival les Vendanges Musicales à Charnay en Beaujolais le samedi 16 septembre avec Johnny Johnny, Pi Ja Ma, Nord, The Ginger Accident et Benjamin Biolay & Chiara Mastroianni pour leur projet Home. SK* a croisé Olivia cet été pour évoquer ce festival pas comme les autres et son dernier disque, À nos corps-aimants.

J’ai cru comprendre que tu appréciais le vin, cela fait quoi de faire un festival au cœur du Beaujolais ?

Olivia Ruiz : Alors je ne suis pas très calé sur les Beaujolais même si je sais qu’il y’en a d’excellents. Je connais surtout les vins de chez moi, des Corbières, mais cela sera une occasion de découvrir.

Il y a un cru du Beaujolais qui se nomme Saint-Amour, cela colle bien à ton dernier disque, À nos corps-aimants

Alors on le goûtera avec passion !

Olivia Ruiz © Christophe Acker
© Christophe Acker

Ce disque est très charnel et féminin, quel était ton objectif avec ces chansons ?

En fait, je n’essaye jamais de dire quelque chose, j’écris de façon hyper instinctive, je me laisse aller au fil de ma plume, c’est presque les chansons qui définissent à un moment donné quel va être le thème de l’album. Je ne me dis jamais, « tiens, j’ai envie de dire ça ou ça », je n’ai pas vraiment de messages dans mes morceaux, je cherche essentiellement à raconter des histoires et a essayer d’y mettre des humeurs ou des émotions qui sont un petit peu universels pour que tout le monde se sente concerné. Alors je pense après plusieurs moi d’écriture de ces morceaux, que quelque part avoir écrit pendant ma grossesse a changé le regard que j’avais sur les femmes. C’est comme si tout d’un coup je comprenais tout une partie qui me dépassait jusque là. Donc en fait je crois que c’est ça qui a fait que j’ai eu envie d’écrire davantage sur elles. Sur les nanas de 20 à 70 ans et leurs problématiques, le rapport au corps, la connexion et l’osmose entre le mental et le physique, ou la grande déconnexion qu’il peut y avoir parfois. Les sentiments d’échec, de culpabilité et en même temps la notion d’espoir qui irriguent toutes ces chansons. Et de bagarre pour toujours sortir de sa condition quand elle nous convient pas. Donc voilà, maintenant avec un peu de recul, je me dis que le fait de vivre la maternité à mon tour a fait que j’ai changé mon regard sur les femmes et qu’il est devenu, alors qu’il l’était déjà encore plus rempli d’admiration et de questionnement aussi.

Mais ce qui est troublant aussi c’est que tu as travaillé avec Edith Fambuena, les soeurs Ibeyi, Annika and the Forest… des femmes.

Absolument, j’avais envie de faire un disque avec des filles et cela depuis longtemps car je trouve qu’elles n’ont pas toujours leur juste place dans ce métier qui est assez misogyne et dans beaucoup de domaines on sait bien que l’on est encore très loin de la parité des salaires par exemple, ce qui est une aberration en 2017. Donc peut être que tous ces éléments additionnés les uns aux autres a fait que j’avais envie de me servir du talent des femmes que je connais et que j’aime de façon à dire, elles sont largement aussi capables !

Je me souviens des Françoises à Bourges, c’était déjà les prémices de cela…

Tout à fait et d’ailleurs sur une idée d’Edith, on avait choisi de ne pas prendre de musiciens et de s’accompagner les unes les autres tout au long du concert alors que certaines d’entre nous ne sont pas vraiment instrumentistes donc c’était un vrai challenge rigolo.

Et dans ton set, tu chantes en rappel, dans mon corps mon amour, cette citation détournée, cette « décarte du tendre », je baise donc je suis. Tu voulais dire quoi par là ?

Encore une fois je ne veux rien dire, mais raconter une histoire d’une femme victime de son amour, du non renvoi de l’amour dont elle déborde pour cet homme. Une femme peut exprimer librement aujourd’hui quelque chose d’aussi simple que son désespoir face au non désor, à la non tendresse, au non amour de l’homme avec qui elle est. On peut imaginer ce que l’on veut. Et puis on passe au refrain et cela m’emmerdait qu’elle soit juste une victime. Il fallait qu’elle se positionne, il fallait qu’elle soit crue, qu’elle soit battante pour amener de l’épaisseur au personnage. Et c’est comme ça que j’ai eu envie qu’elle s’affirme d’une façon hyper naturelle et simple. Et ces mots sont venus très simplement dans sa bouche parce que c’était une bonne façon de contrebalancer tout ce que l’on connaissait d’elle depuis le début du morceau.

Et que penses-tu de l’arrivée enfin sur le devant de la scène de beaucoup de filles ces derniers temps comme Fishbach, Cléa Vincent, Pomme, Juliette Armanet ou autre même s’il y a eu bien sûr Brigitte Fontaine et bien d’autres…

Non, je n’ai pas l’impression que cela soit plus qu’avant. Moi ma génération et un peu avant, il a Camille, La Grande Sophie, Emilie Loizeau, Jeanne Cherhal, j’ai l’impression que l’on était dix fois plus nombreuses sur le devant de la scène à cette période où tout le monde nous définissait comme une nouvelle scène alors que l’on faisait toutes des choses très différentes. On faisait des lots, Zaza Fournier, Karimouche, non j’ai l’impression qu’il y avait plus de monde sur la corde à linge que de nos jours chez les nanas !

Olivia Ruiz © Christophe Acker
© Christophe Acker

Sur scène tu fais preuve d’une énergie incroyable et cela depuis tes débuts, tu as un secret ?

Encore une fois, je suis ce que je suis dans la vie, je ne cherche pas à dégager tel ou tel truc, je cherche à vivre mes morceaux pleinement et physiquement pour que les gens ne pensent pas à leurs emmerdes pendant une heure et demi. Il faut que moi je sois pleinement dans la musique, libérée de tout, que je m’abandonne, que je me laisse aller sans trop réfléchir. C’est la seule façon des les emmener. Donc moi j’essaye juste de m’amuser pour transmettre de la joie et de la bonne humeur.

Et tes musiciens sont quasi tous lyonnais ! pourquoi cette bande à tes côtés ?

Oh ben moi je cherche des compétences, et là cela s’est trouvé comme cela. Beaucoup de producteurs de spectacles veulent des musiciens sur Paris pour des raisons pratiques, parce que cela coûte moins cher mais je ne me suis jamais posée ce genre de question. J’ai toujours voulu faire venir les meilleurs et là j’ai trois lyonnais, deux toulousains, un bordelais ! Cela vient des quatre coins de France c’est sympa pour le tour bus ! Si j’ai un coup de cœur pour notre sonorisateur que je pense être le meilleur et s’il est à Lyon et bien tant pis ! Je paie les billets d’avion et lui se tape les trajets interminables et ce qui la preuve qu’il a aussi l’envie d’être là !

Pour revenir au festival de Charnay en Beaujolais et ses Vendanges Musicales, tu vas jouer le même soir que Home, le projet de Chiara Mastroianni et Benjamin Biolay qu’ils n’ont jamais joué sur scène, connais-tu ce disque ?

Je ne connais pas trop le disque mais je suis ravie car j’aime beaucoup Benjamin, il est bien sûr très talentueux et surtout c’est un mec sympa et son équipe aussi, on passe toujours de bon moment et là en plus pas loin de chez lui dans le magnifique cadre du festival, avec cette scène devant ce château féerique, cela sera forcément fort.

Peut être pour finir une chanson qui t’a marqué de lui même si c’est difficile car il y en a beaucoup ?

Je ne pense pas que cela fera partie du set mais il y a une chanson que j’adore qui est le duo avec Jeanne Cherhal, Brandt Rhapsodie.

Retrouvez Olivia Ruiz en concert le samedi 16 septembre au festival Les Vendanges Musicales à Charnay en Beaujolais à 20 minutes au nord de Lyon avec Johnny Johnny, Pi Ja Ma, Nord, The Ginger Accident, Benjamin Biolay & Chiara Mastroianni pour leur projet Home.

Toujours des places en vente ici.

Olivia Ruiz © Christophe Acker
© Christophe Acker

Olivia Ruiz - À nos corps-aimants

Olivia Ruiz & Christian Olivier – Non-dits

Les prochains concerts de Olivia Ruiz en France
DateSalleVilleTickets
13 Jan 2021RADIANT - BELLEVUECaluire-et-cuireAcheter un Ticket
Dates de concerts fournies par Bandsintown
Lyonnais qui revendique sa mauvaise foi car comme le dit Baudelaire, "Pour être juste, la critique doit être partiale, passionnée, politique...", Davantage Grincheux que Prof si j'étais un des sept nains, j'aime avant tout la sincérité dans n''importe quel genre musical...
Partager cet article

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Cela pourrait vous intéresser

Joe Bel @ Vendanges Musicales, 22-09-2018

Challenge réussi pour la 5e édition des Vendanges Musicales

Le week-end dernier s’est tenu la 5e édition des Vendanges Musicales à Charnay en Beaujolais. Comme lors des années précédentes, la programmation éclectique avait de quoi séduire tous les publics, tout en laissant une belle place aux artistes locaux.
VM 2018

Les Vendanges Musicales 2018 !

Le festival Les Vendanges Musicales se déroulera les 21 et 22 septembre sur la majestueuse esplanade du château de Charnay en Beaujolais à 15 minutes de Lyon.
Nord © Fabrice Buffart

Grand cru pour les Vendanges Musicales

Carton plein cette année pour le festival Les Vendanges Musicales, le beau temps, la bonne humeur et une programmation sans fautes pour un vrai rendez-vous populaire.
NORD

Nord dans le Beaujolais

On attend avec impatience l’album de NORD, Grand Turn Over après un réjouissant premier EP, L’amour s’en va et un single, elle voudrait qui augure d’une belle carrière.
Home 2017 © Marcel Hartmann

Home sweet Home !

C’était comme une évidence. Jouer Home, le projet commun de Chiara Mastroianni et Benjamin Biolay à la maison, enfin presque, au festival les Vendanges Musicales sur le parvis accueillant du château aux pierres dorées de Charnay en Beaujolais, à quelques encablures de sa natale Villefranche sur Saône le 16 septembre.

Plus dans Interviews

Karine Daviet

Karine Daviet en toute indépendance

Karine Daviet est lyonnaise et vient de sortir un premier EP, L’indépendance, recueil de six titres en français à la fois doux et âpres avec des arrangements soignés mêlant guitare acoustique, théorbe, clavecin, viole de gambe, flûtes à bec et sons électroniques. Assez logique quand on écoute sa playlist commentée ci-dessous après un questionnaire façon…
Moli © Celeste Call

5 questions à … Moli

SK* a demandé à une centaine (et plus) d’artistes appréciés par les membres de l’équipe de répondre à cinq questions très simples avec leurs morceaux du moment, nouveaux ou anciens. Voilà le tour de Moli , jeune belge de 21 ans qui pourrait suivre la trace de Mademoiselle Van Laeken. Installée à Berlin où elle…
Klon

L’ascension de Klon

Klon. Ce n’est ni con, ni Klug ou le nom d’une nouvelle planète. Quoique. Ces Magnificent Seven déboulent dans notre galaxie musicale avec un premier titre Noise, qui va faire du bruit. Il est accompagné d’une somptueuse animation réalisée par le gang lui même qui met en scène une ville-automate monstrueuse qui produit les clones…
Maë Defays

5 questions à … Maë Defays

SK* a demandé à une centaine (et plus) d’artistes appréciés par les membres de l’équipe de répondre à cinq questions très simples avec leurs morceaux du moment, nouveaux ou anciens. Voilà le tour de Maë Defays, autrice d’une caresse musicale avec son EP Whispering dont est extrait notre exclu d’hier, La vie entière. On découvre…
Bananagun

5 questions à … Bananagun

SK* a demandé à une centaine (et plus) d’artistes appréciés par les membres de l’équipe de répondre à cinq questions très simples avec leurs morceaux du moment, nouveaux ou anciens. Voilà le tour des foutraques australiens de Bananagun. Oubliez The Go-Betweens, The Saints, Nick Cave ou Silverchair, ce quintette psyché et percussif adepte de l’afrobeat…

Passionnant Johan Asherton

Et un nouveau beau disque de Johan Asherton ! L’ex-The Froggies, qui a eu le chic de ne jamais enregistrer un mauvais disque depuis ses débuts solo en 1988 avec God’s Clown, revient avec Passiontide, une collection de dix chansons sombres et élégantes.
Codeine

[1990-2020] Dix cachets de Codeine

On écrit toujours, à tort, que les Afghan Whigs étaient le seul groupe de chez Sub Pop à ne pas être originaire de Seattle. Greg Dulli, le chaud lapin de Cincinnati (Ohio) avait signé sur le célèbre label de Seattle pour sortir Up In It en 1990 après avoir sorti Big Top Halloween en 1988…