Vidéo : Bill Callahan & Bonnie Prince Billy – I’ve Been The One (Avec Meg Baird)

Il y a des chansons qui sont des temples sacrés, des miroirs qu'on promène le long d'un chemin que beaucoup ont parcouru, des mots simples qui vous broient après y avoir cru, vous égrugent après s'être fait gruger, vous mettent en morceaux après avoir glané des bribes de bonheur. On a tous un jour ou l'autre été celui-là.

You know a fool is just a fool, and I’ve tried everything that whiskey cures, but the pain endures, and now I’m feeling that pain, I put my pride in my pocket, that’s how I’ll spend my loneliest days. Tu sais qu’un imbécile est juste un imbécile, et j’ai essayé tout ce que le whisky peut apaiser, mais la douleur persiste, et maintenant je ressens cette douleur, je mets ma fierté dans ma poche, c’est comme ça que je passerai mes jours les plus solitaires.

Bill, Will et Meg rejouent une éternelle antienne, ils reprennent Little Feat et ce titre écrit par Lowell George en 1970. La crise de la cinquantaine raillerait certain(e)s. Et de mettre en scène l’innocent paradis plein de plaisirs furtifs d’enfants jouant innocemment, les courses, les chansons, les baisers, les bouquets. L’amour comme une marche vers un avenir meilleur. A condition de ne pas s’essuyer les pieds dessus, de ne pas servir de gradin pour mieux prendre un gadin.

[…]Dis-moi ton cœur parfois s’envole-t-il, Agathe,
Loin du noir océan de l’immonde cité
Vers un autre océan où la splendeur éclate,
Bleu, clair, profond, ainsi que la virginité ?
Dis-moi, ton cœur parfois s’envole-t-il, Agathe ?[…]

Moesta et errabunda, Les Fleurs du mal – Spleen et Idéal – Charles Baudelaire

Bill Callahan & Bonnie Prince Billy – I’ve Been The One (feat. Meg Baird)

I’ve been the one who has been frightened
And almost borne away
By the very thoughts that I feared yesterday
And it must be dust or smoke that’s in my eyes
How can I cry about something from someone that I won’t see

Oh my friends all say she had her chance
Let’s go shoot some pool
You know a fool is just a fool
And I’ve tried everything that whiskey cures
But the pain endures
And now I’m feeling that pain
I put my pride in my pocket
That’s how I’ll spend my loneliest days
And it must be dust or smoke that’s in my eyes

Don’t know what to do
Hold the lamp above the rafters
These smoke-filled rooms will not replace her

I’ve been the one who has been frightened
And almost borne away
By the very thoughts that I feared yesterday
And it must be dust or smoke that’s in my eyes

Little Feat – I’ve Been the One

Lyonnais qui revendique sa mauvaise foi car comme le dit Baudelaire, "Pour être juste, la critique doit être partiale, passionnée, politique...", Davantage Grincheux que Prof si j'étais un des sept nains, j'aime avant tout la sincérité dans n''importe quel genre musical...

Cela pourrait vous intéresser

Bill callahan parsonfils

Coyote Bill !

Bon, on ne comprend pas tout ce que dit le bon Bill Callahan à propos de Coyotes mais ces 6 minutes 27 sont un chant a écouté dans un rêve éveillé.

Love Love Love

Sortir du lit gâche ma journée entière. Bill Callahan, Bonnie « Prince » Billy et David Pajo reprennent le I love you de l’icône country Jerry Jeff Walker (Ridin’ High, 1975) décédé en octobre dernier.

Plus dans Son du jour

Stphanieacquette-chacunpoursoi

[EXCLU] Vidéo : Stéphanie Acquette – Chacun pour soi

LA ville du Havre comme vous ne l’avez jamais vue. Stéphanie Acquette la métamorphose en ville de science fiction où deux héroïnes extra terrestres s’affrontent à coups de pistolets laser dans une quête quasi spirituelle.
Orvalcarlossibelius-leshumainsdabord

Vidéo : Orval Carlos Sibelius – Les humains d’abord

Évidemment, si vous avez vu Phase IV de Saul Bass, vous ne regardez plus les fourmis de la même façon. Avec la musique d’Orval Carlos Sibelius, c’est encore plus déroutant avec la fin inédite du film pour cette ode à l’inévitable apocalypse.
Someone-iguessimchanging

[EXCLU] Vidéo : Someone – I Guess I’m Changing

Attention, belle découverte. Vous serez irrémédiablement changés à l’écoute de Someone et de son deuxième album Owls qui « oscille entre le doux, le sombre et l’inquiétant, avec une production qui passe du mélancolique et du brut à l’électronique et au menaçant. »
Pierredemaere-enfantde

Vidéo : Pierre De Maere – Enfant de

Pierre De Maere sera assurément notre révélation des 38ème Victoires de la musique. Sa pop pétillante sans prétention pourrait faire de la concurrence rapidement à Angèle, on le lui souhaite tellement ce garçon irradie sur scène et touche déjà un public transi.