[1997-2017] Françoiz Breut par Françoiz Breut

Françoiz Breut© Jérôme Sevrette
Louis - 07/10/2017

1997 est l’une des grandes années du label Lithium. En quelques mois le label de Vincent Chauvier publie les premiers albums de Mendelson, La Soupe à la grimace de Bertrand Betsch, 365 jours ouvrables de Diabologum.
Et le premier album de Françoiz Breut !

En 1997, Vincent Chauvier ne connaît pas le mot repos. Après avoir lancé Dominique A et Diabologum, il lance la fabrication du premier album de Françoiz Breut. Originaire de Cherbourg, cette illustratrice de profession franchit le Rubicon avec Dominique A.

Françoiz Breut

J’ai envie de te poser la même question qu’à Pascal Bouaziz… Comment as-tu rencontré le label Lithium ? Par l’intermédiaire de Dominique ? Tu te rappelles de ta première rencontre avec Vincent Chauvier ?

Françoiz Breut : Oui j’ai rencontré Vincent Chauvier par l’intermédiaire de Dominique, non je ne me rappelle pas du tout de cette première rencontre .

Comment est née l’idée de faire ce premier album ? L’idée est venue naturellement ?

Nous avions un groupe de reprises avec Sarah Froning, Eric Deleporte (ex Pério) et Pierre Bondu qui s’appelait Squad Femelle, Dominique A m’avait, à l’époque de son deuxième disque, proposé de l’accompagner sur scène pour quelques morceaux, tout ça a pris de plus en plus d’importance et il a eu envie, de m’écrire des chansons, ce n’était pas dans mes plans, et on y a pris goût, le disque est sorti très vite après son disque La mémoire neuve où sur scène je chantais de plus en plus.

Squad Femelle – I’m not like everybody else

Sur la pochette on peut lire que les co-producteurs sont Dominique A., Dominique Brusson, Gilles Martin, Olivier Grumf et Sacha Toorop. Pourquoi autant de personnes se sont occupées de la production ? Cela ne t’a pas donné le tournis ?

Les histoires de production, c’est toujours un peu compliqué car tout le monde a son mot à dire, j’aurai aussi pu bien dire que j’avais participé à la production. Il y a eu 3 périodes d’enregistrement une à Bruxelles produit par Gilles Martin, une à Liège produit par Grumf, et la dernière à Rennes par Dominique Brusson, les 3 lieux expliquent les 3 producteurs.

Quel est ton meilleur souvenir de cet enregistrement ?

Le meilleure période fut Liège, Nous étions dans les sous sols d’une ancienne gare, la Soundstation, qui était aussi une salle de concert avec un bar très cosy, nous avons rencontré pleins de chouettes personnes.
Liège était, est toujours une ville très chaleureuse au point de vue rencontres et bonnes énergies, les gens sont généreux, tellement contents de rendre service, Sacha Toorop (qui venait de Liège) nous a fait rencontrer pas mal de musiciens notamment un violoniste, un trompettiste qui ont participé au disque. Quand je pense à cette période, je pense à une très belle chanson de Brel qui s’appelle Il neige sur Liège.

Jacques Brel – Il neige sur Liège

Comment as-tu appris à chanter ?

Sur mon vélo et dans ma douche.

Dominique t’apportait des textes et vous les « sélectionniez ». Si cela fonctionnait, vous les gardiez… Si cela ne fonctionnait pas, les textes (et les mélodies) allaient à la poubelle. Tu n’as aucun regret sur la sélection qui a été faite ? Tu n’as pas le souvenir d’une chanson jetée trop vite ?

La sélection ne fut pas très grande, je ne me souviens pas, avoir refusé des chansons, étant une fan de première heure de Dominique, je crois que j’étais surtout impressionnée par la qualité de ses chansons et sur sa productivité. Comme nous étions en couple à l’époque, c’était donc très facile de travailler et de répéter ensemble, les choses vont beaucoup plus vite de cette manière, je me rappelle avoir pleurer à l’écoute de Aprés la nuit jouée sur un orgue Hammond et sa cabine Leslie qui prenait presque toute la place dans notre chambre.

Quelle est ta chanson préférée de ce premier album ?

La Femme sans histoire, c’est la chanson la plus gaie, la moins classique au niveau des arrangements, j’étais très heureuse de découvrir le travail du sampling à cette époque. Et le thème m’allait très bien puisque je n’écrivais pas encore et que j’avais simplement envie de raconter / chanter des histoires et raconter celles des autres ne posait aucun problème.

Quelle est l’histoire de la chanson Ma Colère ?

Pour être honnête ,je ne m’en souviens pas… il faudrait demander à l’auteur. Pour moi c’est l’histoire de quelqu’un qui baisse les bras, qui a perdu beaucoup de ses illusions, quelqu’un de désabusé qui a perdu espoir face au monde qui l’entoure. J’ai un peu du mal à la chanter aujourd’hui, ça ne me correspond plus du tout.

Françoiz Breut – Ma colère

Pourquoi avoir choisi de mettre un portrait de toi fait avec un Polaroid en guise de pochette ?

Je n’ai pas décidé, c’est Lithium qui a décidé ça. Une jeune ( plus si jeune) chanteuse naïve n’avait pas beaucoup de poids au sein d’un petit label de mecs engagés. Je me laissais porter par les évènements, sinon j’aurai certainement proposé autre chose comme pochette.

Quels groupes écoutais-tu à l’époque ? Tarnation ? Tu les écoutes toujours ?

J’écoutais beaucoup d’américana, et j’ai découvert Tarnation, la voix divine de Paula Frazer , Calexico, leur premier album m’a beaucoup marqué, et lorsque nous nous sommes rencontrés lors d’un concert de OP8, je découvrais à cette époque toute la filiation avec Giant Sand et tous les disques que déjà Joey Burns commençait à produire. J’écoute toujours de temps en temps ces groupes, mais en 20 ans j’ai découvert pleins d’autres musiques, heureusement et notamment des groupes plus influencés par l’électronique comme Whitest boy alive, The Knife, Austra… et j’en oublie.

Te sentais-tu proche des groupes présents sur Lithium ?

Oui, très proche, au niveau musical et nous formions presque une petite famille à l’époque de Diabologum, Perio, Holden, et les tournées communes ont crée des liens, puisque nous nous voyons encore parfois malgré les distances.

Sacha Toorop

Sacha Toorop a publié l’album Les Tourments du Ciel (Igloo Records) cette année et est actuellement en tournée en Belgique.

Comment as-tu rencontré Françoiz ?

Sacha Toorop : J’ai commencé par jouer avec Dominique A, je suis arrivé un peu avant la sortie de son album La mémoire neuve sur lequel Françoiz chantait aussi quelques titres. Nous sommes partis en tournée ensemble, la vie sur la route nous a fait nous rencontrer.

Quel âge avais-tu ? Comment es-tu venu à la guitare ? C’était ton premier vrai enregistrements ?

C’était en 1995, j’avais 25 ans. J’ai grandi dans un environnement musical, mon papa étant musicien, il y avait des guitares à la maison. Elles faisaient parties des meubles. Vers 11 ou 12 ans, je jouais sur une acoustique avec la quelle il ne jouait pas souvent. J’ai continué à ma façon, je suis un autodidacte. J’avais déjà pas mal bidouillé sur 4 pistes et quelques fois en studio avec des amis.

Il y a eu des difficultés ? Tu es resté longtemps ? D’après Mocke, tu as fait la majorité des parties de guitare.

Je ne me souviens pas de difficultés particulières, sinon, de notre matériel qui n’était pas vraiment, disons, toujours très conventionnel. Je ne me souviens plus du temps que cela nous à pris pour l’enregistrement, mais je me souviens que nous ne tergiversions pas, les décisions se prenaient assez rapidement, comme une évidence, avec ce que nous avions emmené sur place.
Dominique a écrit les chansons, il a joué beaucoup des guitares. Nous cherchions des parties d’arrangements, chacun avec nos capacités, nos connaissances et nos références, nous gardions ce qui collait bien. L’un proposait une ligne de basse, un clavier, l’autre une guitare, un son, un effet sonore, c’était assez naturel. Nous aimons toucher un peu à tout.

Quels sont tes meilleurs souvenirs de cet enregistrement ?

Les moments d’improvisations, quand nous cherchions des voies d’arrangements pour tel ou tel titre. Les moments timides avec Gilles Martin que je rencontrais pour la première fois et que j’adorais parce qu’il avait travaillé sur le premier album de dEUS (groupe belge que j’aimais bien) et qui était sorti quelques mois auparavant, j’étais impressionné par son travail.

Quelle est ta chanson préférée de cet album ?

J’aime vraiment l’album dans son entièreté.J’aime beaucoup le titre d’ouverture, Tarifa et La femme sans histoire.

Mocke

Mocke a poursuivi ses aventures musicales avec le groupe Holden. Il a aussi publié deux disques solos chez Objet Disque. Toujours chez Objet Disque, Mocke publiera le troisième album de Midget! intitulé Ferme Tes Jolis Cieux le 3 novembre).

Comment t’es tu retrouvé en studio avec Françoiz Breut en 1997 ? Tu rentrais tout juste de Dublin si je ne me trompe pas. Comment vous-êtes vous rencontrés?

Je jouais déjà avec Silvain Vanot depuis quelques mois, on partageait souvent l’affiche avec Dominique A et je croisais donc assez régulièrement Françoise. J’aimais bien causer avec elle avant qu’elle ne monte sur scène avec Dominique. Elle était tout à fait chaleureuse et charmante et elle n’a guère changé.
J’étais rentré de Dublin depuis quelques temps déjà.

Quel souvenir gardes-tu de cet enregistrement ?

Celle d’une atmosphère exaltante de travail, de création musicale, d’une sorte de labo galvanisant en compagnie de gens aussi inspirés que Sacha, Gilles et bien entendu Dominique qui dirigeait l’ensemble d’une main de maître.

Selon Discogs, c’est l’une de tes premières participations à un album. Quel âge avais-tu ? Te retrouver en studio avec Dominique A, Gilles Martin… Tout cela ne t’a pas impressionné ?

Je crois que la même année j’ai été enregistrer Égérie de Silvain à Nashville et on était déjà sur le premier disque d’Holden. Et puis il y a eu aussi le Zeppelin always crashing de Dogbowl à la même époque. J’avais 25 ans et je connaissais déjà Dominique. J’étais fan bien sûr mais ce n’était pas la première fois que j’avais affaire à lui. Quelques mois auparavant il m’avait invité à improviser sur ses morceaux lors d’un concert unique à La fondation Cartier. Gilles Martin je n’en avais presque pas entendu parler à l’époque.
Oui sans doute un peu impressionnant dans la mesure où j’admirais Dominique et que la voix de Françoise me semblait la perfection même. Et que je ne me sentais pas encore très abouti moi-même.

Quelle est ta chanson préférée de cet album ?

Je crois bien que c’est Ma colère.

Cette participation à cet album te fait sûrement rencontrer Vincent Chauvier. Est-ce que ta participation permet à Holden de se retrouver sur Lithium ? Ce premier album de Françoiz Breut est important pour toi ?

Non non Vincent je l’avais rencontré avant, avec Silvain, et il nous avait déjà signé sur son label.

Holden – La colère des imbéciles

Voilà un autre type que j’admirais. Il avait une vision, une force de conviction qui paraissait inébranlable. Je me rappelle qu’on avait déjà notre titre la colère des imbéciles et qu’il y avait là comme un écho à ma colère de Françoise. Oui je suis très fier d’avoir participé à ce disque. Quelques mois plus tard Françoise m’a proposé une tournée avec elle et j’ai été dégoûté de ne pouvoir la faire (pour cause de planning déjà rempli). Ce fut là, en tout cas, le début d’une amitié qui ne s’est jamais démentie.

Françoiz Breut - Françoiz Breut

Françoiz Breut de Françoiz Breut est disponible chez Lithium.
La photographie en Une est signée Jérôme Sevrette.

Françoiz breut - Françoiz breut

Tracklist : Françoiz Breut - Françoiz Breut
  1. Tarifa
  2. Ma Colère
  3. La Rue Ne Te Reprendra Pas
  4. Everyone Kisses A Stranger
  5. La Femme Sans Histoire
  6. Le Nord
  7. Motus
  8. Le Don D'Ubiquité
  9. Après La Nuit
  10. My Wedding Man

Pouet? Tsoin. Évidemment.

Un avis, un commentaire ?

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


A lire dans “Interviews

Les photographies sonores de Delphine Ghosarossian

Delphine Ghosarossian réunit ses beaux clichés dans un livre élégant et conséquent. Faces of Sound réunit les bouilles de Thurston Moore (Sonic Youth) ou d’Irak Kaplan (Yo La Tengo) de Brett Anderson (Suede). Et en plus de photographier Sir Brett, Ghosarossian fait parler Bernard Butler (et d’autres) sur leur relation à leur image et au…

© Clara Ozem

[EXCLU] 5 questions à … Johnnie Carwash

SK* a demandé à une centaine (et plus) d’artistes appréciés par les membres de l’équipe de répondre à cinq questions très simples avec leurs morceaux du moment, nouveaux ou anciens. Voilà le tour de Johnnie Carwash dont le nom réveille nos sens et nos tuyaux d’arrosage. Normal, leur mère est punk et vivante ! Le…

Jim Jones

Jim Jones toujours au top !

Jim Jones avait fait exploser la maison avec son premier groupe, The Jim Jones Revue. Et alors qu’on ne s’était pas tout à fait remis de Burning Your House Down, Jim Jones a mis au placard sa Revue et est revenu encore plus fort avec Jim Jones And The Righteous Mind. Jim Jones, Gavin Jay,…

The Fat Badgers © Bartosch Salmanski

5 questions à … The Fat Badgers

SK* a demandé à une centaine (et plus) d’artistes appréciés par les membres de l’équipe de répondre à cinq questions très simples avec leurs morceaux du moment, nouveaux ou anciens. Voilà le tour de The Fat Badgers, le groupe qui fait danser l’Alsace et bientôt le monde avec leur premier album Soul Train le 29…

Paul Et Mickey - Mortel

5 questions à … Paul Et Mickey

SK* a demandé à une centaine (et plus) d’artistes appréciés par les membres de l’équipe de répondre à cinq questions très simples avec leurs morceaux du moment, nouveaux ou anciens. On connaissait Paul & Nany, Paul une Tourtel, faire pleurer paupaul, ou Gainsbourg qui avait un « mickey maousse, un gourdin dans sa housse et quand…

Crime & The City Solution

[1989 – 2019] Crime And The City Solution à bride abattue

Formés en 1977 par l’Australien Simon Bonney, Crime & The City Solution fut un groupe qui inventa des nouveaux mondes sonores grâce au soutien indéfectible par Mute Records. En 1989, le groupe poursuivit sa période berlinoise entamée un an plus tôt avec Shine et publia The Bride Ship. Adulés par Wim Wenders (qui les avait…

Stan Mathis

5 questions à … Stan Mathis

SK* a demandé à une centaine (et plus) d’artistes appréciés par les membres de l’équipe de répondre à cinq questions très simples avec leurs morceaux du moment, nouveaux ou anciens. Voilà le tour de Stan Mathis à découvrir de l’intérieur avec une playlist punchy et un nouvel album, Plexus solaire. Il sera en concert avec…

Robi

C’est dire le bonheur de revoir Robi

On ne meurt plus d’amour dit la chanson de Robi… Nous, on pourrait bien mourir d’amour pour ses chansons. On est même volontaire. Après cinq ans d’absence (qui ne sont pas synonymes d’inactivité), Robi fait son retour avec un disque pénétrant qui vous transperce et vous sublime. Comme les dernières chansons de Vincent Delerm, les…

La tornade Oiseaux-Tempête

A peine un an après la sortie du splendide طرب TARAB, Oiseaux-Tempête revient avec From Somewhere Invisible, un disque auquel participe Radwan Ghazi Moumneh (Jerusalem In My Heart), Jessica Moss de (Thee Silver Mt. Zion), Mondkopf, Jean-Michel Pirès ou encore G.W. Sok. Un disque hors-normes pour un groupe qui est hors-normes.

CMK © Fabrice Buffart

5 questions à … Claire Days

SK* a demandé à une centaine (et plus) d’artistes appréciés par les membres de l’équipe de répondre à cinq questions très simples avec leurs morceaux du moment, nouveaux ou anciens. Voilà le tour de Claire Days, jeune chanteuse lyonnaise qui vient de sortir un clip DIY, Call it a day extrait de son EP, Lava…

Let’s Go Theo Lawrence !

Après l’excellent Homemade Lemonade, Theo Lawrence ne boit pas du petit lait et pousse la porte de notre salon avec Sauce Piquante (une référence à Jimmy Newman). Plus resserré, ce disque impressionne par le savoir-faire de ce garçon et donne une furieuse envie de danser et d’oublier le reste.

Pierre Daven-Keller

Pierre Daven-Keller : Pour une poignée de chansons

« On n’est jamais mieux servi que par soi-même » dit le dicton. Pierre Daven-Keller a travaillé avec les plus grands (Dominique A, Miossec) et a signé les bandes originales de La Répétition (Catherine Corsini), Le Voyage aux Pyrénées (les frères Larrieu) ou encore Je suis un No Man’s Land de Thierry Jousse. Avec son nouvel album,…

Julien Belliard © Alexis Barbera

5 questions à … Julien Belliard

SK* a demandé à une centaine (et plus) d’artistes appréciés par les membres de l’équipe de répondre à cinq questions très simples avec leurs morceaux du moment, nouveaux ou anciens. Voilà le tour de Julien Belliard, ex ZO dont le mirage à écouter ci-dessous augure d’un troisième album bien réel, le mirage de Zo en…

Kid Loco par Camille Verrier (3)

5 questions à … Kid Loco

SK* a demandé à une centaine (et plus) d’artistes appréciés par les membres de l’équipe de répondre à cinq questions très simples avec leurs morceaux du moment, nouveaux ou anciens. Voilà le tour de Kid Loco qui est venu nous dire qu’il va bien avec son nouvel album, The Rare Birds paru le mois dernier.…

Lou Doillon © Fabrice Buffart

Dans les pas de Lou

Quelle soit défragmentée au réveil comme dans son dernier clip, All these nights ou cachée derrière des fleurs au dernier TINALS à Nîmes, Lou Doillon séduit par sa présence, son charisme et les chemins de traverse qu’elle emprunte avec son dernier album, Soliloquy.

Petosaure

[BBmix 2019] Petosaure vaut de l’or

Deux ans après Le Fantôme de L’Enfant‎, Petosaure est de retour avec Le Musc, un EP qui parle (et chante) d’amour comme personne. Entretien à l’occasion de la sortie du clip de Vampyre, premier extrait de cet EP.

Slowdive- Amiens 23-06- 2018

Slowdive par Thierry Jourdain

En 1995, tout le monde (c’est à dire la presse et le public) est passé à côté de la musique de Neil Halstead. Pris en étau entre Nowhere de Ride et Definitely Maybe d’Oasis, les disques de Slowdive ont été balayés par la critique et ignorés par le grand public. Normalement, Neil Halstead aurait dû…

It It Anita

[MaMA 2019] 5 questions à … It It Anita

SK* a demandé à une centaine (et plus) d’artistes appréciés par les membres de l’équipe de répondre à cinq questions très simples avec leurs morceaux du moment, nouveaux ou anciens. Voilà le tour de It It Anita, le groupe belge qui fait que vous avez raté votre vie si vous ne les avez pas vu…

[MaMA 2019] 5 questions à … DI#SE

SK* a demandé à une centaine (et plus) d’artistes appréciés par les membres de l’équipe de répondre à cinq questions très simples avec leurs morceaux du moment, nouveaux ou anciens. Voilà le tour de DI#SE qui vient de nous mettre au parfum et nous avertir talent et jeunesse font bon ménage. Des iNOUïS du printemps…

Silly Boy Blue

[MaMA 2019] 5 questions à … Silly Boy Blue

SK* a demandé à une centaine (et plus) d’artistes appréciés par les membres de l’équipe de répondre à cinq questions très simples avec leurs morceaux du moment, nouveaux ou anciens. Voilà le tour de la battante Silly Boy Blue dont l’EP, But you will continue de nous fasciner par sa force frêle. Elle sera en…

A ne pas rater dans Interviews !