Vidéo : Starcrawler – I Love LA

Starcrawler, the next big thing ? Bienvenue à L.A entre sunset et donuts.

On ne sait pas si on aime L.A, mais il se pourrait bien que l’on adore Starcrawler et sa nonchalance adolescente. Ces sauvageons bousculent la monotonie d’un fastfood et la métamorphose en scène glam. En route dans le combi WW ?

Le clip est réalisé par Autumn de Wilde (Beck, Shakes, White Stripes, Jenny Lewis, Ryan Adams, Sonic Youth, Decemberists, n’en jetez plus !), la môman de la chanteuse de Starcrawler. Le premier album, enregistré par Ryan Adams dans son studio Pax-Am, sort le 18 janvier chez Rough Trade, et il est légèrement enthousiaste : « This Starcrawler record is gonna peel the paint off your brain ! » ou encore « Starcrawler are so fucking insanely good. Soon they will rule this galaxy. » Assurément mieux que la bande à Basile ?

Starcrawler - Starcrawler

Tracklist : Starcrawler - Starcrawler
  1. Train
  2. Love’s Gone Again
  3. I Love LA
  4. Different Angles
  5. Chicken Woman
  6. Pussy Tower
  7. Full of Pride
  8. Let Her Be
  9. Tears
  10. What I Want

Lyonnais qui revendique sa mauvaise foi car comme le dit Baudelaire, "Pour être juste, la critique doit être partiale, passionnée, politique...", Davantage Grincheux que Prof si j'étais un des sept nains, j'aime avant tout la sincérité dans n''importe quel genre musical...
Vous avez aimé ? Partagez !

Cela pourrait vous intéresser

thewavepicturaces-flightfromdestruction3

Vidéo : The Wave Pictures – Flight From Destruction

Bain de jouvence. Même si The Wave Pictures a sorti régulièrement des albums dont deux en 2018, les retrouver c’est revenir en 2008 avec leur formidable Instant Coffee Baby, un temps où l’on croisait David Ivar, Stanley Brinks ou Coming Soon.

Plus dans Son du jour

thewavepicturaces-flightfromdestruction3

Vidéo : The Wave Pictures – Flight From Destruction

Bain de jouvence. Même si The Wave Pictures a sorti régulièrement des albums dont deux en 2018, les retrouver c’est revenir en 2008 avec leur formidable Instant Coffee Baby, un temps où l’on croisait David Ivar, Stanley Brinks ou Coming Soon.