Catégories
Interviews

Les faits d’hiver musicaux de Pharaon de Winter

© Philippe Lebruman

Le 9 mars 2018 est le jour de sortie des belles plumes françaises. Dominique A, Chevalrex, Thousand et Pharaon de Winter se sont tous donnés rendez-vous pour nous donner de leurs nouvelles.
Maxime Chamoux, alias Pharaon de Winter nous avait retourné avec son premier disque en 2015. Il revient, accompagné d’Angy Laperdrix avec un EP, L’habitacle. On aime voyager avec ce Pharaon… A l’abri de l’habitacle, on découvre un paysage de faits divers accompagné par Chamoux et son piano.

Trois ans se sont écoulés depuis la parution du premier album de Pharaon de Winter… Comment est né cet EP ?

Maxime Chamoux : Je suis à peu près aux deux-tiers de l’écriture du prochain album, qui ne sortira donc pas avant la mi-2019. Or, cinq ans sans rien sortir, ça me semblait très long, d’autant que j’avais ces chansons et que j’en étais assez fier. Ce mini-album constitue donc une forme de point intermédiaire entre les deux albums.

Pharaon de Winter – L’ Homme de la maison (Recette du coq au vin)

D’ailleurs pourquoi un EP ?

Parce que j’aime bien ce format. Il permet de faire des pas de côté sans épuiser un concept. En l’occurence ici, la formule piano/voix fonctionne bien sur cinq titres. Pas sûr que ce soit digeste sur dix ou douze morceaux. Et puis il y a un côté « si vous l’avez vu passer tant mieux, sinon tant pis pour vous » que j’aime bien.

Tu m’avais confessé aimer les disques de rupture, les disques qui voient les artistes tracer une autre voie. On y est avec L’habitacle. On pouvait s’attendre à tout sauf à cette forme très dépouillée. Pourquoi avoir enregistré sous cette forme de piano/voix ?

J’avais ce petit stock de morceaux que j’aimais bien. Nous sommes en train de les travailler avec le groupe mais je me disais qu’ils fonctionnaient bien aussi dans leur formule originelle, au piano. Par ailleurs, il y avait une petite dimension « défi » qui me tentait assez: enregistrer ces morceaux dans les conditions du direct, piano et voix en même temps. « À l’ancienne », si on veut. J’ai l’impression qu’aujourd’hui la production a un peu trop pris le pas sur le songwriting. Ça n’est pas un hasard d’ailleurs si on dit « du bon son ». Non pas que je sous-estime l’importance de la production (on lui a d’ailleurs accordé une grande importance ici), mais je voulais vraiment mettre l’accent sur le squelette, ce qui fait une chanson.

Ton premier album avait été écrit (ou enregistré) près de la mer… Pour L’habitacle, tout s’est passé à Villetaneuse. C’est un peu moins sexy. C’était plus pratique pour toi ?

À vrai dire, le précédent album a lui aussi été enregistré à Villetaneuse ! Nous avions simplement fait plusieurs sessions de travail sur la Côte d’Azur qui avaient donné certaines couleurs à l’album. Et puis d’accord c’est Villetaneuse, mais c’est surtout les mythiques studios Vogue dans lesquels des gens comme Miles Davis sont venus enregistrer… C’est un endroit magnifique. Il y a deux salles de prise : une petite avec un son très mat dans lequel nous avons enregistré l’album, et une autre, immense, très « roomy » dans laquelle on a enregistré cet EP en une journée. J’ai vraiment de la chance d’avoir eu de tels endroits à ma disposition.

Angy Laperdrix est à la manœuvre sur ce disque. Comment vous-êtes vous rencontrés ?

Par des amis communs : Dorian Pimpernel, The Rodeo, Halo Maud. Et puis nous avions enregistré un morceau ensemble pour la compilation des 10 ans du Motel, qui sort début avril, et ça s’était vraiment très bien passé. C’est quelqu’un d’assez obsessionnel sur certaines questions d’esthétique pop – ce qui me convient tout à fait – et en même temps de très ouvert. Il comprend très vite les choses, même avec des gens qui, comme moi, n’ont pas toujours le vocabulaire technique. Pour moi, ce sont les qualités qui font les très bons ingénieurs du son.

L’habitacle traite des faits divers. Pourquoi écrire sur ce thème ?

Parce que cela me passionne. Je regarde toutes les émissions sur le sujet, tous les documentaires, je lis tout ce que je peux. On peut même dire que certaines affaires m’obsèdent un peu ; on n’est parfois pas loin de vraies enquêtes. En tout cas il y a des voyages. Mais je ne suis pas du tout fasciné par l’aspect morbide de ces histoires : savoir comment untel a découpé untel, en combien de morceaux, etc. Ce qui m’intéresse là-dedans, c’est la manière dont l’enfermement mental qui caractérise un certain nombre de ces affaires s’incarnait de manière très concrète. Par exemple, l’enfermement de Jean-Claude Romand dans son terrible mensonge s’illustrait dans les journées entières qu’il passait cloîtré dans sa voiture, sur des parkings anonymes. C’est cette dimension d’expériences-limites chez des gens « ordinaires », « banals » qui m’intéresse. Et à l’inverse, j’ai essayé de trouver dans certaines de ces affaires extraordinaires (au sens premier) ce qui, justement, relevait d’une certaine banalité : une journée passée dans une voiture, la figure des voisins qu’on interroge au JT après un drame dans le quartier, etc. Non pas pour les banaliser, mais au contraire, pour déterrer ce que ces situations grises et banales ont de potentiellement mystérieux, violent, dangereux.

Thousand arrive à caser Robert Ménard dans un de ses refrains, Pharaon de Winter fait une chanson sur Jean Claude Romand.. Enfin sur ce qui peut se passer dans sa tête quand il est en voiture… Vous vous êtes donnés le mot ?

Le mot pour… ? Je ne suis pas sûr qu’on utilise ces deux figures de la même manière. J’ai l’impression que dans sa chanson, Thousand utilise le nom de Ménard un peu comme une vanne, ou tout de moins comme un repoussoir. Ça n’est donc pas vraiment la même démarche – mais peut-être que je me trompe complètement. À part ça, que dire ? L’époque est sombre…

Tu vas les défendre sur scène ?

Il va y avoir quelques concerts piano voix au printemps oui. Nous sommes par ailleurs sans tourneur actuellement – avis aux amateurs.

L’habitacle de Pharaon de Winter sera publié le 9 mars 2018 chez Vietnam / Because.

Pharaon de Winter - L'Habitacle

Tracklist : Pharaon de Winter - L'habitacle
  1. L'homme de la maison
  2. L'habitacle
  3. On parle de toi
  4. Le mois d’août
  5. Les enfants; retravaillés

Pouet? Tsoin. Évidemment.
Partager cet article

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Cela pourrait vous intéresser

Pharaon de Winter - Ton Coeur

Pharaon de Winter, L’Attrape-cœurs estival

Cette année nous partirons en vacances avec la traditionnelle serviette de plage, le tube de crème solaire ET un EP gorgé de tubes. En effet, le nouvel Ep de Pharaon de Winter en est gorgé et sera l’accessoire ultime pour passer de bonnes vacances (et une bonne rentrée des classes). SK* vous propose en avant-première…
Franck Annese © Louis Teyssedou

Good Morning Vietnam !

En 2012, Franck Annese a lancé le label Vietnam pour publier un disque de H-Burns. En 2016, alors que l’industrie musicale peine à se remettre de son entrée dans l’ère numérique, le label Vietnam tient toujours debout et se porte bien. Il est passé d’une signature à huit et compte bien ne pas s’arrêter là.…
Field Music - Commontime

Field Music – Commontime

Notre histoire d’amour avec Peter et David Brewis a commencé dès leurs débuts en 2005. Le premier disque des Field Music fut une belle surprise pop, le suivant (Tones of Town en 2007) fit encore plus fort et fut une véritable idylle. En plus d’être des surdoués de la pop, les frères Brewis sont des…
O

Histoire d’O

Nouvelle signature du label Vietnam, O publie son premier album solo en ce début d’année. Derrière O se cache Olivier Marguerit, membre de Syd Matters et fine gachette du paysage musical français. Un disque de Mina Tindle ? Il le produit. Le disque sensationnel de Stéphane Milochevitch alias Thousand ? Il tient la basse dessus.
Pharaon de Winter

Pharaon, Pyramide Pop

Pharaon de Winter vient de réussir l’improbable alliance du rigorisme de Donald Fagen et de la fausse légèreté des chansons d’Alain Souchon. Son disque vogue à travers les flots et une route balisée par des influences clairement assumées.
Pharaon de Winter - Pharaon de Winter

Pharaon de Winter, le fils de l’aurore

Nouvelle signature du label Vietnam (qui a déjà eu l’heureuse idée de signer H-Burns), Pharaon de Winter risque de rendre plus joyeux l’automne et l’hiver 2015. Récupérant le nom d’un peintre qui peignait à cheval, Maxime Chamoux fait dans le saut d’obstacles pop. Ayant oublié de mettre bombe sur la tête, ce cavalier se fiche…

Plus dans Interviews

Klon

L’ascension de Klon

Klon. Ce n’est ni con, ni Klug ou le nom d’une nouvelle planète. Quoique. Ces Magnificent Seven déboulent dans notre galaxie musicale avec un premier titre Noise, qui va faire du bruit. Il est accompagné d’une somptueuse animation réalisée par le gang lui même qui met en scène une ville-automate monstrueuse qui produit les clones…
Maë Defays

5 questions à … Maë Defays

SK* a demandé à une centaine (et plus) d’artistes appréciés par les membres de l’équipe de répondre à cinq questions très simples avec leurs morceaux du moment, nouveaux ou anciens. Voilà le tour de Maë Defays, autrice d’une caresse musicale avec son EP Whispering dont est extrait notre exclu d’hier, La vie entière. On découvre…
Bananagun

5 questions à … Bananagun

SK* a demandé à une centaine (et plus) d’artistes appréciés par les membres de l’équipe de répondre à cinq questions très simples avec leurs morceaux du moment, nouveaux ou anciens. Voilà le tour des foutraques australiens de Bananagun. Oubliez The Go-Betweens, The Saints, Nick Cave ou Silverchair, ce quintette psyché et percussif adepte de l’afrobeat…

Passionnant Johan Asherton

Et un nouveau beau disque de Johan Asherton ! L’ex-The Froggies, qui a eu le chic de ne jamais enregistrer un mauvais disque depuis ses débuts solo en 1988 avec God’s Clown, revient avec Passiontide, une collection de dix chansons sombres et élégantes.
Codeine

[1990-2020] Dix cachets de Codeine

On écrit toujours, à tort, que les Afghan Whigs étaient le seul groupe de chez Sub Pop à ne pas être originaire de Seattle. Greg Dulli, le chaud lapin de Cincinnati (Ohio) avait signé sur le célèbre label de Seattle pour sortir Up In It en 1990 après avoir sorti Big Top Halloween en 1988…
December-Square

Back To December Square

Deux ans après sa création, la maison de musique December Square peut s’enorgueillir d’avoir fait un sans-faute. Possédant désormais un catalogue d’une dizaine d’artistes, DS a eu le chic de prendre des risques en publiant des disques que personne d’autre n’aurait publié. Car l’addition des chansons de Matthew Edwards et du piano d’Emmmanuel Tellier donnent…
BEBLY © Nicolas Demare

5 questions à … BEBLY

SK* a demandé à une centaine (et plus) d’artistes appréciés par les membres de l’équipe de répondre à cinq questions très simples avec leurs morceaux du moment, nouveaux ou anciens. Voilà le tour de BEBLY qui longe les murs et déboule dans nos vies avec un nouvel EP, ULDO. Et cela fait du bien d’entendre…