Catégories
Interviews

La forêt retrouvée de Pharaon de Winter

© Kamila K. Stanley

Il est (enfin) de retour dans les bacs. Qui est-ce il ? Maxime Chamoux aka Pharaon de Winter qui avait enchanté notre année 2015 avec un premier album. Depuis ? Beaucoup de choses non musicales dirons-nous. Et ce retour, chez Vietnam (Chevalrex, O) avec un disque aux contours singuliers.

Le dernier disque de Pharaon de Winter date de… 2016. Comment expliques-tu cet intervalle de 5 ans ? Pourquoi avoir pris tout ce temps ?

Maxime Chamoux : Alors tout d’abord, nous n’avons pas rien fait musicalement, puisque nous avons sorti un EP piano solo en 2018, mais il est vrai que pas grand monde ne l’a entendu… Ensuite, j’ai la chance d’avoir d’autres cordes que la musique à mon arc dans la vie de tous les jours : j’écris des séries avec Sylvain Gouverneur, et la conception, l’écriture, la réalisation et la production de 18h30 pour Arte m’a pris pour ainsi dire toute mon année 2019. Ensuite, de l’automne 2019 à l’été 2020, j’ai été à fond sur l’enquête sur XDDL que j’ai co-signée pour Society. Nous avons enregistré l’album dans “les trous” de tout ça, en mars 2020, une semaine avant le premier confinement. Une fois les prises de bases effectuées, il nous a fallu attendre l’été 2020 pour pouvoir remettre les pieds en studio.
L’autre raison à cette lenteur est le fait que ça me prend de plus en plus de temps d’écrire des chansons que je juge recevables. C’est de plus en plus difficile de trouver des mélodies, des suites d’accords, des phrases qui ne lassent pas au bout de deux jours.

Où a été enregistré ce disque ? A la mer comme le précédent ? Qui joue dessus ?

Le précédent n’avait pas été enregistré à la mer, techniquement. Il a été “conçu” sur la Côte-d’Azur, à raison de quelques résidences là-bas avec le groupe. Mais il a été enregistré à… Villetaneuse, aux Studios Midilive, un cadre très agréable mais qui sent beaucoup moins l’iode quand même.
Cet album, pour le coup, a vraiment été enregistré à la mer, à quinze mètres de la mer, même, au Studio Coxhinell de Saint-Aygulf à côté de Fréjus. C’est un studio très agréable et abordable que je recommande vraiment. Le paradoxe, c’est que nous avons enregistré cet album dans ces conditions méditerranéennes et ensoleillées alors que j’avais en tête un album beaucoup plus sombre et agressif que le premier. Là où le premier album était “bleu” et “maritime”, celui-là devait être “brun” et “forestier”. D’où son titre final.

La pochette est très étrange… Quelle est l’histoire du portrait qui figure dessus ?

Pharaon de Winter - France Forêts
L’homme dont le portrait est esquissé s’appelle Jean-Pierre Treiber. En 2004, il a tué la Géraldine Giraud (la fille de Roland Giraud) et sa compagne Katia Lherbier. Il se trouve que cette histoire sordide s’est passée dans un hameau de l’Yonne, à quelques kilomètres de là où ma famille est originaire. Une histoire sordide de plus pour un département qui en compte pas mal depuis la fin des années 80. Pour des raisons que je laisse les lecteurs découvrir, Jean-Pierre Treiber a été surnommé “l’homme des bois”. Bien qu’il caractérisait Treiber en particulier, j’ai l’impression que ce surnom aurait pu s’appliquer à énormément de meurtriers, français en tout cas – au sens propre comme au figuré. Dans des affaires de ce type, la forêt est partout : au début, à la fin, présente réellement ou sous forme symbolique. Chaque forêt contient une histoire de terreur potentielle, si cette histoire n’existe pas déjà. Dans le même temps, c’est là que les hommes viennent pour se ressourcer. C’est comme si ce repos sous-entendait forcément un sous-entendu menaçant et inversement, comme si l’horreur – quand elle y a lieu – était aussi le lieu d’un apaisement. Enfin peut-être que ce n’est pas très clair, peut-être que c’est un peu cryptique mais c’est l’effet que me font les forêts en général, et c’est la raison pour laquelle j’ai appelé l’album “France Forêts”.
Tout ça pour dire que cette esquisse de Treiber est réalisée par mon ami le peintre David Simonetta, qui avait déjà fait des artworks pour nous. Pendant le premier confinement, il était dans une période où il essayait de peindre des choses très vite, d’une traite, sur son carnet de brouillon. On parlait de ma future pochette et il m’a demandé des sujets d’esquisse. Presque pour “plaisanter”, je lui ai parlé de Treiber. Une heure plus tard, il m’envoyait trois esquisses magnifiques, très différentes les unes des autres. J’ai gardé la deuxième, je crois, telle quelle, sous sa forme d’esquisse sur cahier de brouillon.

Le premier extrait de ce nouveau disque, L’habitacle, évoque le destin de Jean-Claude Romand. Comment passe t-on d’un fait divers à … une chanson ? On avait le livre, le film.. On a désormais la chanson.

Comme pour Treiber avec la pochette, je ne voulais pas donner l’impression d’admirer ou d’être fasciné par ces types. Leurs destins me fascinent, pas eux. C’était la même chose pour l’enquête sur Dupont de Ligonnès dans Society : tout l’enjeu était de dire quelque chose de juste, précis et exhaustif sans jamais glorifier l’homme et ses actes. XDDL était un minable, un type qui se pensait plus intelligent qu’il n’était vraiment et qui, à ce titre, s’arrogeait le droit de manipuler ses proches, de leur mentir, et plus encore. XDDL, Treiber et Romand ont trois personnalités extrêmement différentes les une des autres mais ils ont commun le fait d’avoir traversé des expériences-limites (l’assassinat, la disparition) tout en étant fondamentalement des individus fondamentalement médiocres, un peu minables. Pour L’Habitacle, j’ai essayé de me pencher sur ce qui me faisait le plus froid dans le dos, dans cette histoire : ces journées (ces années) entières qu’il passait assis dans sa voiture à ne rien faire, à scruter le vide et la supercherie de sa vie. Je me suis demandé ce qui pouvait lui passer par la tête à ce moment-là, sans délivrer ni message ni jugement, sans chercher à psychologiser quoi que ce soit, en tâchant vraiment de me demander à quoi on pense quand on est assis là comme ça sur une aire d’autoroute pendant que votre famille vous croit au travail depuis des années. Je voulais aussi parler du fait que, possiblement, il a pu avoir des moments, si ce n’est de joie, en tout cas de bref répit, par le biais de la musique. Des chansons qu’il aurait aimées, qu’il aurait pu entendre sur l’autoradio et qui l’auraient extrait momentanément à son enfer.

Musicalement je savais dès le début que je voulais une rythmique krautrock, justement pour illustrer le côté lénifiant et répétitif de ces journées vides sur l’autoroute. J’avais ce mouvement de balancier au piano et ce thème un peu “musique baroque” dont l’emphase (qui correspond pour moi au précipice qui devait parfois s’ouvrir sous les pieds de cet homme) est contrariée par l’aspect très froid de la pulsation derrière.

Pharaon de Winter – L’Habitacle

Comment est né ce nouvel album ? Quelles différences peux-tu entrevoir entre ce nouvel album et le précédent ?

Il est né d’une double envie de rupture. Rupture par rapport au premier album, surtout dans son enregistrement. Là où en 2015 nous avions tout enregistré séparément (éléments de batterie séparés, main gauche et main droite séparées au piano), je voulais en 2020 enregistrer live. Sur scène, nous avons une énergie et une tension que je voulais pouvoir entendre sur l’album. Et rupture par rapport à la production française actuelle : je n’en pouvais plus des disques de pop doudou, tout ronds tout chauds, des albums cocoonings pour que des “grands enfants” puissent vivre dans leur bulle, et qui sonnent comme des filtres Insta. J’avais envie d’angles, de choses un peu plus abruptes tout en continuant à proposer quelque chose de sophistiqué – et pour ça, Deerhunter, Cate Le Bon et la musique brésilienne du début des années 70 ont été de grosses influences. Et puis surtout, je voulais qu’on entende les instruments et mes musiciens. Mes formidables musiciens.

France Forêts de Pharaon de Winter sera disponible le 22 octobre 2021 chez Vietnam / Because.

Pouet? Tsoin. Évidemment.
Vous avez aimé ? Partagez :

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

2009 - 2021 : 31 M de vues sur note chaine YouTube !

Merci aux artistes et labels qui nous ont fait confiance !

Avec : Mariama, Sayem, St Augustine, Ornette, The Dodoz, Dominique A, Lisa Hannigan, Nadeah, Hocus Pocus, BabX, Absynth Minded, Diane Birch, 3 Minutes Sur Mer, Applause, Jon And Jen, Anita Drake, Mademoiselle K, Richard Walters, Brune, Chew Lips, Emily Loizeau, Julia Stone, Sarah Blasko, Marie-Flore, MLCD (My Little Cheap Dictaphone), Hey Hey My My, AaRON, Foreign Beggars, Skip The Use, Hyphen Hyphen, Curry And Coco, Lilly Wood And The Prick, Rivkah, Kid Bombardos, You, Sharleen Spiteri , Thos Henley, Élodie Frégé, Caro Emerald, Viva And The Diva, Sly Johnson, Belleruche, Skip The Use, Ben Mazue, The Dø, Twin Twin, Marie-Pierre Arthur, Chris Garneau, Angus And Julia Stone

↪ Toutes les SK Sessions

↪ Abonnez-vous à notre chaine YouTube!

Cela pourrait vous intéresser

Pharaon de Winter, l’appel de la forêt

Révélé en 2015 avec un premier disque fortement addictif, Pharaon de Winter (aka Maxime Chamoux) est de retour avec France Forêts et surtout une première chanson, L’Habitacle.

Les faits d’hiver musicaux de Pharaon de Winter

Le 9 mars 2018 est le jour de sortie des belles plumes françaises. Dominique A, Chevalrex, Thousand et Pharaon de Winter se sont tous donnés rendez-vous pour nous donner de leurs nouvelles. Maxime Chamoux, alias Pharaon de Winter nous avait retourné avec son premier disque en 2015. Il revient, accompagné d’Angy Laperdrix avec un EP,…
Pharaon de Winter - Ton Coeur

Pharaon de Winter, L’Attrape-cœurs estival

Cette année nous partirons en vacances avec la traditionnelle serviette de plage, le tube de crème solaire ET un EP gorgé de tubes. En effet, le nouvel Ep de Pharaon de Winter en est gorgé et sera l’accessoire ultime pour passer de bonnes vacances (et une bonne rentrée des classes). SK* vous propose en avant-première…
Franck Annese © Louis Teyssedou

Good Morning Vietnam !

En 2012, Franck Annese a lancé le label Vietnam pour publier un disque de H-Burns. En 2016, alors que l’industrie musicale peine à se remettre de son entrée dans l’ère numérique, le label Vietnam tient toujours debout et se porte bien. Il est passé d’une signature à huit et compte bien ne pas s’arrêter là.…
Field Music - Commontime

Field Music – Commontime

Notre histoire d’amour avec Peter et David Brewis a commencé dès leurs débuts en 2005. Le premier disque des Field Music fut une belle surprise pop, le suivant (Tones of Town en 2007) fit encore plus fort et fut une véritable idylle. En plus d’être des surdoués de la pop, les frères Brewis sont des…
O

Histoire d’O

Nouvelle signature du label Vietnam, O publie son premier album solo en ce début d’année. Derrière O se cache Olivier Marguerit, membre de Syd Matters et fine gachette du paysage musical français. Un disque de Mina Tindle ? Il le produit. Le disque sensationnel de Stéphane Milochevitch alias Thousand ? Il tient la basse dessus.

Plus dans Interviews

5 questions à … Jane’s Death

SK* a demandé à une centaine (et plus) d’artistes appréciés par les membres de l’équipe de répondre à cinq questions très simples avec leurs morceaux du moment, nouveaux ou anciens. Voilà le tour de Jane’s Death qui sort un album autour de la photo du Saint-Genois Marc Riboud, La Jeune fille à la fleur prise…
Starphonics1

5 questions à … The Starphonics

SK* a demandé à une centaine (et plus) d’artistes appréciés par les membres de l’équipe de répondre à cinq questions très simples avec leurs morceaux du moment, nouveaux ou anciens. Voilà le tour de The Starphonics qui s’apprête à sortir leur premier album, Wild Wild Lover le 11 juin chez Wita Records parfait pour les…
Lecomte de Brégeot

[FAIR 2021] 5 questions à … Lecomte de Brégeot

SK* a demandé à une centaine (et plus) d’artistes appréciés par les membres de l’équipe de répondre à cinq questions très simples avec leurs morceaux du moment, nouveaux ou anciens. Voilà le tour de Lecomte de Brégeot, lauréat du FAIR 2021 que vous avez peut être découvert avec Paris 1985 et la publicité pour Yves…

Quand Jim McCulloch chante ce qu’il veut

Le label Violette Records a vraiment plus d’un tour dans son sac. Après avoir casé Michael Head en haut des charts (les fans des Pale Fountains et les directeurs artistiques de Shack ne s’en sont d’ailleurs toujours pas remis), après avoir fait jouer Studio Electrophonique à L’Olympia, le label franco-britannique s’apprête à sortir When I…
VAPA © Jean-Marie Jagu (1)

5 questions à … VAPA

SK* a demandé à une centaine (et plus) d’artistes appréciés par les membres de l’équipe de répondre à cinq questions très simples avec leurs morceaux du moment, nouveaux ou anciens. Voilà le tour de VAPA, petit poisson électro qui sort un premier extrait, Deep avec la voix de Vincent Jouffroy alias I Am Stramgram, mis…

Dominique A (à lire)

«Tous ceux qui ont acheté le premier album du Velvet Underground ont ensuite formé un groupe» a déclaré Brian Eno. On pourrait lui rétorquer que tout ceux qui ont écouté France Inter le soir de la première diffusion de La Fossette se sont mis à écouter du rock fait par un Français. Un an après…
Carole Pelé - Premier EP.7

5 questions à … Carole Pelé

SK* a demandé à une centaine (et plus) d’artistes appréciés par les membres de l’équipe de répondre à cinq questions très simples avec leurs morceaux du moment, nouveaux ou anciens. Voilà le tour de Carole Pelé qui gravit la montagne et nous émeut avec le flow flamboyant de son Premier EP disponible ce jour. On…