The Sea and Cake – Any Day

Depuis 1994, Sam Prekop, John McEntire et Archer Prewitt pourraient être les gens les plus ennuyeux du monde. Mais c'est l'inverse qui s'est produit. The Sea and Cake est un groupe d'intellos qui fait de la musique pour des intellos mais qui a en réalité la capacité évidente d'être aimé par n'importe qui.

Que c’est beau. Et quelle modestie… C’est le constat implacable qui nous éclate à la gueule quand on écoute ce disque. Avec leurs C.V. respectifs, les membres des The Sea and Cake pourraient rouler des mécaniques et enregistrer des titres expérimentaux qui séduiraient n’importe quel étudiant en architecture. Au lieu de ça, le groupe de Chicago produit une musique à la simplicité déconcertante et à l’efficacité redoutable. Ce onzième album est court (à peine 38 minutes) mais se réécoute à l’infini. Il est comparable à Man-Made du Teenage Fanclub (que John McEntire avait d’ailleurs produit) : on écoute ce disque un peu par hasard pour au final n’écouter plus que ça pendant des mois.

The Sea and Cake - Any Day

Anyday de The Sea and Cake est disponible via Thrill Jockey.

The Sea and Cake - Anyday

Tracklist : The Sea and Cake - Anyday
  1. Cover the Mountain
  2. I Should Care
  3. Any Day
  4. Occurs
  5. Starling
  6. Paper Window
  7. Day Moon
  8. Into Rain
  9. Circle
  10. These Falling Arms

The Sea and Cake – Any Day
10/10
Pouet? Tsoin. Évidemment.

Plus dans Chroniques d'albums

Apparitionduvisagedebelalugosisurunetranchedesalami

Comelade : ô lâches, soyez fous !

Et si le disque de 2022 était un disque instrumental et barré dont Pascal Comelade a le secret, ironiquement intitulé Le non-sens du rythme ?
Stephaneicher-odeartworkbysylviefleuryphotobyannikwetter

Stephan Eicher – Ode

Il n’y a pas d’ami comme Stephan Eicher. A chaque disque il nous offre une balade dans son dédale sentimental, ses étranges paysages, ses constructions impossibles.
Bastien Devilles - Remonter le courant

Bastien Devilles – Remonter le courant

On connaissait Daredevil, voilà Bastien Devilles que l’on peut écouter les yeux fermés d’autant plus que les mots sont de Brigitte Giraud, futur prix Goncourt avec Vivre vite.