Catégories
Interviews

Rolling, Rolling Blackouts Coastal Fever !

© Warwick Baker

Ils ont tout pour nous plaire ceux-là… Signés chez Sub Pop, ce quintet de Melbourne a sorti un EP, French Press de fort bonne facture l’an passé. Les revoilà cette fois-ci avec un album qui rappelle, selon le très sérieux The Guardian, les The Go-Betweens et les groupes du label néo-zélandais Flying Nun. Et on ne peut pas lui donner tort.

Les Rolling Blackouts Coastal Fever ont résolu le problème lié à l’écriture de leurs morceaux. En effet, trois des cinq membres du groupe se chargent d’écrire leurs potentiels hits. Les chansons de Tom Russo, de Joe White et de Fran Keaney sont dans le sillage de celles des Replacements et des Go-Betweens et sont une grande bouffée d’air pur.

Quel est votre état d’esprit quelques jours avant la sortie de votre premier album ?

Fran Keaney : On se tient prêt.

Pourquoi avoir appelé ce disque Hope Downs ?

Hope Downs est une immense mine de minerai de fer à ciel ouvert au milieu de l’Australie. C’est un nom approprié pour une prospérité fondée sur le chapardage de la terre qui se trouve sous vos pieds. Mais la raison pour laquelle nous avons utilisé ce nom est plus métaphorique : beaucoup de chansons évoquent le fait de faire un grand saut dans l’inconnu.

Combien de temps vous a pris l’enregistrement ? Ce fut un enregistrement facile ?

L’enregistrement n’a pas été trop difficile. Nous sommes allés dans une belle maison à la campagne en Nouvelle-Galles du Sud dans la ville d’où est originaire notre batteur. Nous y sommes restés 2 semaines et nous y avons enregistré la majeure partie du disque. Nous avons enregistré les chansons en live et nous avons rajouté quelques overdubs de guitare. Nous avons rajouté des voix et des guitares à Melbourne. Nous y avons aussi enregistré The Hammer, la dernière chanson du disque.

Rolling Blackouts Coastal Fever – The Hammer

Quelle est l’histoire de Talking Straight ?

Joe White a écrit les paroles de cette chanson et il la chante. C’est une chanson d’amour qui évoque lux laure avec des réminiscences existentielles. Quant à la mélodie – Joe White avait un refrain et un couplet. Nous avons proposé un nouveau couplet en tant que groupe et nous l’avons travaillé ensemble.

Rolling Blackout Coastal Fever – Talking Straight

Pitchfork dit de vous que tu chantes avec la grâce colérique de Paul Westerberg ?

Ce n’est pas volontaire. Mais je suppose que cela doit être vrai.

TOP 10

Ton disque préféré de 2017 ?

Fake News de Great Outdoors.

2) Melbourne ou Sydney ?

Melbourne.

3) The Apartments ou The Go-Betweens ?

The Go-Betweens.

4) Le meilleur endroit dans le monde pour faire un concert?

Theatre Royale, Castlemaine.

5) Le meilleur endroit dans le monde pour voir un concert ?

The Tote Hotel.

6) Ton artiste français préféré ?

Jacques Brel.

7) Ta bande originale de film préférée ?

Piero PiccioniCamille 2000.

8) Ton plaisir coupable en musique ?

Balearic.

9) CD ou Vinyle ?

Vinyle.

10) Ton festival préféré ?

Golden Plains.

Rolling Blackoust Coastal Fever
- Hope Downs

Hope Downs des Rolling Blackouts Coastal Fever sera disponible le 15 juin 2018 chez Sub Pop Records/PIAS.
Rolling Blackouts Coastal Fever sont annoncés au festival Pitchfork 2018 (Paris).
olling BlackOut C.F. - Hope Downs

Tracklist : Rolling Blackouts Coastal Fever - Hope Downs
  1. An Air Conditioned Man
  2. Talking Straight
  3. Mainland
  4. Time in Common
  5. Sister's Jeans
  6. Bellarine
  7. Cappuccino City
  8. Exclusive Grave
  9. How Long?
  10. The Hammer

English text

What’s your state of mind before the release of your first album ?

Readiness.

What’s the reason behind the name of your new album ?

Hope Downs is an enormous open cut iron ore mine in the middle of Australia. It is a fitting name for a prosperity predicated on pilfering the earth beneath you. But the reason we have used it is more metaphoric. A lot of the songs deal with the theme of standing at the edge of the great unknown.

How easy was the recording process ? How did long it take you ?

The recording process was not too painful. We went away to a nice house in the country side in New South Wales, to the town where our drummer is from. We were there for 2 weeks and recorded the bulk of the songs up there. We recorded the songs live and did some guitar overdubs. We did some more vocals and guitars back in Melbourne, as well as the last song on the album, The Hammer.

What’s the story of Talking Straight ?

Joe White wrote the lyrics to this song and sings it. It’s a love/lust song with existential rumblings.

As for the tune – Joe White had a chorus and a verse. We came up with a new verse as a band and worked on the arrangement together.

5) Pitchfork said that Keaney sings with the ragged grace of Paul Westerberg. Do you agree with that ?

Not intentional- but I guess if you can hear it then it’s in there.

TOP 10

1) Your favorite record of 2017 ?

Great OutdoorsFake News

2) Melbourne or Sydney ?

Melbourne.

3) The Apartments or The Go-Betweens ?

The Go Betweens.

4) The best place to watch a gig ?

Theatre Royale, Castlemaine.

5) The best place to play a gig ?

The Tote Hotel.

6) Your favorite french artist ?

Jacques Brel.

7) Your favorite soundtrack ?

Piero PucciniCamille 2000

8) Your musical guilty pleasure ?

Balearic.

9) CD or Vinyle ?

Vinyl.

10) Your favorite music festival ?

Golden Plains.

Pouet? Tsoin. Évidemment.
Partager cet article

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Cela pourrait vous intéresser

RBCF Sideways To NewI Italy

Rolling Blackouts C.F. – Sideways To New Italy

Les choses vont vite avec les Rolling Blackouts Coastal Fever qu’il convient d’appeler désormais les Rolling Blackouts C.F.. En deux ans, ce groupe australien a déjà publié un album, deux EP’s et une flopée de singles. Les revoilà avec Sideways To New Italy, un disque de dix chansons qui met à l’honneur l’héritage de R.E.M.…
Rolling Blackouts Coastal Fever - She's There

Vidéo : Rolling Blackouts Coastal Fever – She’s There

Avoir la fièvre pour celle que l’on désire est encore plus difficile si l’on est « coincé sur le bord » ou confiné solitaire. Elle est là mais on ne peut l’atteindre alors il ne reste qu’à dire son nom pour la faire apparaître.
PITCHFORK_2018

Le Pitchfork 2018 fait fort !

Ah…Novembre. L’heure d’hiver. Les matins où il fait encore nuit quand on part travailler et déjà noir quand on en revient. La Toussaint. Le froid qui s’installe. Les écharpes et les manteaux. Le gel sur la voiture le matin. Le repli dans l’entre soi de 4 murs et d’un radiateur. Alors pour lutter contre la…
TINALS 2017 © Fabrice Buffart

Convivial TINALS 2018 !

SK* a déjà évoqué la phénoménale programmation du TINALS 2018 qui aura lieu du 1er au 3 juins 2018 à laquelle se sont rajoutés The queen of Bounce, Big Freedia et les cataclysmiques Idles pour clore le festival.
Rolling Blackouts Coastal Fever

Rolling Blackouts Coastal Fever

Avec les Rolling Blackouts Coastal Fever, le mythique label Sub Pop tient peut-être son renouveau. En effet, le label de Seattle nous ennuie depuis quelques mois. Il signe à tour de bras des groupes sans lendemain. En résumé, Sub Pop n’était excitant que grâce à ses rééditions de Tad et des Shins. Les australiens de…

Plus dans Interviews

Karine Daviet

Karine Daviet en toute indépendance

Karine Daviet est lyonnaise et vient de sortir un premier EP, L’indépendance, recueil de six titres en français à la fois doux et âpres avec des arrangements soignés mêlant guitare acoustique, théorbe, clavecin, viole de gambe, flûtes à bec et sons électroniques. Assez logique quand on écoute sa playlist commentée ci-dessous après un questionnaire façon…
Moli © Celeste Call

5 questions à … Moli

SK* a demandé à une centaine (et plus) d’artistes appréciés par les membres de l’équipe de répondre à cinq questions très simples avec leurs morceaux du moment, nouveaux ou anciens. Voilà le tour de Moli , jeune belge de 21 ans qui pourrait suivre la trace de Mademoiselle Van Laeken. Installée à Berlin où elle…
Klon

L’ascension de Klon

Klon. Ce n’est ni con, ni Klug ou le nom d’une nouvelle planète. Quoique. Ces Magnificent Seven déboulent dans notre galaxie musicale avec un premier titre Noise, qui va faire du bruit. Il est accompagné d’une somptueuse animation réalisée par le gang lui même qui met en scène une ville-automate monstrueuse qui produit les clones…
Maë Defays

5 questions à … Maë Defays

SK* a demandé à une centaine (et plus) d’artistes appréciés par les membres de l’équipe de répondre à cinq questions très simples avec leurs morceaux du moment, nouveaux ou anciens. Voilà le tour de Maë Defays, autrice d’une caresse musicale avec son EP Whispering dont est extrait notre exclu d’hier, La vie entière. On découvre…
Bananagun

5 questions à … Bananagun

SK* a demandé à une centaine (et plus) d’artistes appréciés par les membres de l’équipe de répondre à cinq questions très simples avec leurs morceaux du moment, nouveaux ou anciens. Voilà le tour des foutraques australiens de Bananagun. Oubliez The Go-Betweens, The Saints, Nick Cave ou Silverchair, ce quintette psyché et percussif adepte de l’afrobeat…

Passionnant Johan Asherton

Et un nouveau beau disque de Johan Asherton ! L’ex-The Froggies, qui a eu le chic de ne jamais enregistrer un mauvais disque depuis ses débuts solo en 1988 avec God’s Clown, revient avec Passiontide, une collection de dix chansons sombres et élégantes.
Codeine

[1990-2020] Dix cachets de Codeine

On écrit toujours, à tort, que les Afghan Whigs étaient le seul groupe de chez Sub Pop à ne pas être originaire de Seattle. Greg Dulli, le chaud lapin de Cincinnati (Ohio) avait signé sur le célèbre label de Seattle pour sortir Up In It en 1990 après avoir sorti Big Top Halloween en 1988…