Catégories
Chroniques d'albums

Richard Swift – The Hex

Richard Swift est mort le 3 juillet dernier. Hier, le 20 septembre, Secretly Canadian a publié Sept20, la dernière chanson du disque que Swift avait quasiment fini d’enregistrer. The Hex, c’est son nom est aujourd’hui en ligne et sera disponible à la vente le 7 décembre.

Richard Swift est mort il y a quelques mois et a rejoint Jason Molina, l’autre génie disparu trop tôt de Secretly Canadian. Son label a décidé de publier son dernier disque. The Hex était censé mettre fin à une période de silence de 8 ans. Car Swift était doué pour mettre en lumière les autres (The Shins, Laetitia Sadier et Hamilton Leithauser) ou produire Damien Jurado et avait mis plus ou moins entre parenthèses sa carrière solo. Carrière solo qui compte six albums de grande qualité.
The Hex rassemble des chansons écrites au fil des ans dans lesquelles Swift règle ses comptes avec sa vie. Et nous on ne souhaite qu’une chose : régler le label pour écouter The Hex jusqu’à plus soif. On retrouve sur ce disque les deux visages du Californien : d’un côté son penchant baroque, de l’autre son goût pour le foutraque et le bizarre. Swift aimait nous perdre dans les méandres de ses chansons protéiformes qui cachaient des surprises à chaque écoute. Et il se pourrait bien que Selfishmat ou Babylon soient du même tonneau que celles de Dressed Up For The Letdown.
En attendant la version physique, voici la version digitale :

Richard Swift - The Hex

The Hex de Richard Swift sera disponible le 7 décembre 2018 par Secretly Canadian.

Richard Swift - The Hex

Tracklist : Richard Swift - The Hex
  1. The Hex
  2. Broken Finger Blues
  3. Selfishmath
  4. Dirty Jim
  5. Babylon
  6. Wendy
  7. Sister Song
  8. Nancy
  9. HZLWD
  10. Kensington!
  11. Sept20

Richard Swift – The Hex5.0
10/10
Pouet? Tsoin. Évidemment.
Partager cet article

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Cela pourrait vous intéresser

Whitney - Candid

Whitney – Candid

Julien Ehrlich et Max Kakacek de Whitney nous avaient séduit en 2016 avec l’impeccable Light Upon The Lake et nous avaient passablement ennuyé avec Forever Turned Around en 2019. Pour son troisième album, ce duo américain ne prend aucun risque avec un disque composé uniquement de reprises. Et on s’ennuie encore.
Jason Molina - Eight Gates

Jason Molina – Eight Gates

Secretly Canadian publie à titre posthume les ultimes enregistrements de Jason Molina. Les chansons d’Eight Gates ont été enregistrées en 2013, quelques mois avant la mort de son auteur. Sur ces neuf pistes, Molina oublie les guitares de Magnolia Electric et se projette dans les nuits sombres de The Lioness.
Jason Molina © Steve Gullick

Le testament à l’anglaise de Jason Molina

Tragiquement disparu à l’âge de 39 ans en 2013, Jason Molina (Songs: Ohia et Magnolia Electric Co) a laisse derrière lui quelques secrets dont ce disque, Eight Gates, enregistré à Londres entre 2007 et 2008 que Secretly Canadian publiera cet été.

Tout va bien avec Every Bad !

Tout va bien donc avec Porridge Radio qui nous claque un uppercut avec ce nouveau disque, le tristement bien nommé Every Bad.
Stella Donnelly - Beware

Stella Donnelly – Beware of the Dogs

Est-ce que Stella Donnelly allait nous décevoir ? L’australienne, révélée par l’EP Trush Metal en 2017 passe par la case album et se doit de confirmer tout le bien que l’on pense d’elle.

Donnelly donne le la

Stella Donnelly nous avait ébloui avec Trush Metal en 2018. Elle devrait poursuivre sur la même lancée avec son premier album, Beware of the Dogs.
Jason Molina © Steve Gullick

[1999 – 2019] Come Back To Songs: Ohia

Prélude des sombres et sensibles The Lioness (récemment réédité) et Ghost Tropic, Axxess & Ace est le disque trop souvent oublié de Jason Molina. Avant d’enrichir son propos avec Magnolia Electric Co., Molina se soigne en chantant. Sur Axxess & Ace, il est question de manière brutale d’amour. Enregistrées par Michael Krassner (Califone, Simon Joyner,…

Plus dans Chroniques d'albums

idles-ultra-mono

Idles – Ultra Mono

Plus finaud que Brutalism et Joy As An Act Of Resistance, Ultra Mono devrait (enfin) consacrer les Idles et leur permettre d’étendre un peu plus leur empire qui n’a de cesse de s’étendre depuis leurs débuts.
Bob Mould - Blue Hearts

Bob Mould – Blue Hearts

2020 est une année terrible. Elle aura même réussi à (re)mettre Bob Mould en colère. Le résultat s’appelle Blue Hearts et fait écho à Zen Arcade, le grand disque d’Hüsker Dü.

Thurston Moore – By The Fire

Enregistré à Londres avec Debbie Googe de My Bloody Valentine, Steve Shelley de feu Sonic Youth, Jon Leidecker aka ‘Wobbly’ de Negativland, James Sedwards et Jem Doulton, By The Fire rappelle à qui l’aurait oublié que Thurston Moore reste le patron quand il s’agit de faire mumuse avec des pédales de distorsion et de tresser…
Doves - The Universal Want

Doves – The Universal Want

Après des escapades en solitaire fort peu concluantes, les Doves ont décidé de refaire de la musique ensemble. Et le constat est le même qu’en 2000 quand Lost Souls est arrivé dans les bacs des disquaires anglais : ce groupe est le plus doué de sa génération.
The Apartments - In and out out the light

The Apartments – In and Out of the Light

In and Out of the Light est donc le nom du nouvel album des The Apartments. L’oxymore guette la phrase d’ouverture de cette chronique… Chaque chanson des Apartments est un coût pour son auteur, l’australien Peter Milton Walsh qui ne sait pas tricher et qui écrit des chansons en clair-obscur qui illuminent nos journées.