Catégories
Chroniques d'albums

Duran Jones & The Indications – American Love Call

L’enregistrement du premier album de Duran Jones & The Indications avait coûté la bagatelle de 452.11 dollars !
Paru en 2016 chez Colemine Records (un label indépendant et chic de l’Ohio), ce disque avait réussi à imposer Duran Jones et ses amis sur la scène indie américain et à attirer l’attention des maisons de disques. Toujours hébergés chez Colemine mais bénéficiant désormais du support de Dead Oceans (Bill Fay, Marlon Williams), Duran Jones & The Indications sont de retour avec l’exceptionnel American Love Call.

La question fondamentale qui planait sur ce deuxième album était la suivante : Les Duran Jones & The Indications ont-ils perdu des plumes depuis leur déménagement de l’Indiana University (Bloomington – Indiana) ? La réponse est non. Et surtout il se pourrait que le plumage de ce groupe se soit bonifié avec le temps.

https://www.youtube.com/watch?v=SANEafqL5io

Sur American Love Call, le falsetto d’Aaron Frazer et le groove de Duran Jones font des merveilles. Enregistrées à Brooklyn, les chansons de ce groupe sont chacune un petit miracle. Rappelant évidemment Curtis Mayfield et la Motown, American Love Call rappelle que l’Amérique ne résume pas à des murs et à l’état d’urgence. L’Amérique, c’est aussi Duran Jones et sa Louisiane natale. L’Amérique c’est aussi le son génial des Indications qui nous donne envie de bouger dès les premières notes de chaque chanson. Ecouter la première chanson de cet album, c’est se condamner à écouter tout le disque et à prendre un maximum de plaisir à chaque nouvelle chanson.

Duran Jones & The Indications - American Love Call

Les 452.11 dollars du premier album sont peut-être les 452.11 dollars les mieux investis de l’histoire américaine. Ce qui est sûr, c’est que la quinzaine d’euros dépensés dans l’achat d’un exemplaire de ce disque sera votre meilleure dépense de 2019.

American Love Call des Duran Jones & The Indications sera disponible le 1er mars 2019 chez Dead Oceans/PIAS.

Duran Jones & The Indications - American Love Call

Tracklist : Duran Jones & The Indications - American Love Call
  1. Morning in America
  2. Don’t You Know
  3. Circles
  4. Court of Love
  5. Long Way Home
  6. Too Many Tears
  7. Walk Away
  8. What I Know About You
  9. Listen to Your Heart
  10. Sea Gets Hotter
  11. How Can I Be Sure
  12. True Love

Duran Jones & The Indications – American Love Call4.0
8/10
Pouet? Tsoin. Évidemment.
Partager cet article

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Cela pourrait vous intéresser

Motivant Morby

L’ex-Woods est venu jouer son répertoire à La Lune des Pirates, salle qui avait accueilli et vu triompher les flamboyants Woods en 2017. Jeu, set et match pour…
Destroyer - Have We Met

Destroyer – Have We Met

Il y a neuf ans, l’ex The New Pornographers Dan Bejar publiait Kaputt un disque somptueux qui avait le mérite d’unir les fans irréconciliables de New Order et de Prefab Sprout. Au lieu de capitaliser sur ce succès, Bejar nous a plongé dans une pop magnifique mais dépressive pendant deux albums. Have We Met sonne…
Bill Fay - Countless Branches

Bill Fay ‎– Countless Branches

Adulé par les membres de Wilco et de War On Drugs, vénéré par Jim O’Rourke et Ed Harcourt, Bill Fay est définitivement sorti de sa retraite à l’âge de 76 ans avec la sortie de Countless Branches.
Destroyer

Destroyer ne coule pas

Inspiré par Björk, Air et Massive Attack, Dan Bejar aka Destroyer sera de retour au mois de janvier 2020 avec un nouvel album.

Shame (on me)

En 2019, les Londoniens de Shame sont toujours vivants et c’est une sacrée bonne nouvelle. En 2018, ces cinq jeunes lads ont débarqué sans prévenir avec le très correct Songs of Praise. Très correct pour un premier album… Et puis il y avait leurs prestations live. Qui elles, étaient et sont toujours merveilleuses.
A Place to Bury Strangers

A Place to Bury Strangers dans la place

Comme les hommes en noir de San Francisco (comprendre les Black Rebel Motorcycle Club), les hommes en noir de New-York (comprendre les A Place Bury to Strangers) ont recruté une batteuse, Lia Simone Braswell et s’apprêtent à venir jouer en France.

Plus dans Chroniques d'albums

Ian Skelly – Drifters Skyline

Attention. Il va être question d’un super disque que vous ne pourrez écouter que sur votre chaîne hi-fi ou si vous un compte Apple Music.
Alain Johannes - Hum

Alain Johannes – Hum

Producteur et musicien qu’on retrouve aux cotés des Queens of the Stone Age, sur scène avec Them Crooked Vultures, ou en studio avec feu Chris Cornell, PJ Harvey Mark Lanegan, Alain Johannes a un CV qui en couche plus d’un. Et un nouvel album solo, le troisième, qui va accompagner nos journées du lever au…
The Jayhawks -XOXO

The Jayhawks – XOXO

Deux ans après l’impeccable Back Roads And Abandoned Motels, les Jayhawks ne lâchent pas l’affaire et reviennent avec le très bon XOXO.

Protomartyr – Ultimate Success Today

Josey Casey, le chanteur de Protomartyr pense qu’Ultimate Success Today est le meilleur disque du groupe. A l’écoute des onze chansons qui le composent, l’obligation est faite de lui donner raison. Plus forts que les Fontaines D.C., plus violents que les Idles, les Protormartyr sont les vrais méchants du circuit.
DMA'S - The Glow

DMA’S – The Glow

En 2015, les DMA’S sortaient de nulle part et faisaient revivre la brit pop. En 2020, les DMA’S sont installés au sommet du rock (australien) et commettent l’irréparable avec The Glow.
The Mariners - The Tides of Time

The Mariners – The Tides Of Time

Appréciés par les Coral, The Mariners devraient être, si tout va bien, les nouveaux héros des fanatiques des La’s ou de Cast. Cerise sur le pudding, ces quatre gredins vouent un culte certain à John Power, l’homme qui a supporté Lee Mavers pendant des années et qui a enregistré de sacrées chansons avec Cast.
Giant Sand - Ramp

Giant Sand – Ramp

Certains ont pour loisir la pêche, d’autres la pétanque. Le patron de Fire Records préfère laisser les boules aux autres et se concentre sur les rééditions de ses disques préférés. Après avoir ressorti le catalogue de Television Personalities et celui de Bardo Pond et avant de s’attaquer aux beaux disques des Chills et des Lemonheads,…