Quand elle ne réalise pas des clips pour les autres, Julia Jacklin fait des tournées. Quand elle ne fait pas des tournées, Julia Jacklin écrit des chansons. Et quand après les avoir écrites, elle les enregistre.

Et cela donne Crushing, le successeur de Don’t Let the Kids Win paru en 2016 qui avait fait son petit effet. Enregistré aux The Grove Studios et produit par Burke Reid (Courtney Barnett, Liam Finn), Crushing déroule tout le talent pop de Jacklin. Jacklin porte peut être un pull coll roulé atroce sur la pochette mais elle sait écrire de vraies belles chansons pop. Et c’est tout ce qu’on lui demande.

Julia Jacklin – Comfort

Né pendant les deux ans de tournée que lui imposé le succès de Don’t Let the Kids Win et à la suite d’une rupture, Crushing évoque le corps, l’enfermement et l’altérité. Avec une légèreté pop indéniable, Julia Jacklin signe un disque profond et intelligent.

Julia Jacklin - Crushing

Crushing de Julia Jacklin est disponible chez Transgressive/PIAS.
Julia Jacklin sera en concert le 5 avril 2019 aux Etoiles (Paris).

Julia Jacklin - Crushing

Tracklist : Julia Jacklin - Crushing
  1. Body
  2. Head; Alone
  3. Pressure to Party
  4. Don’t Know How To Keep Loving Yo
  5. When The Family Flies In
  6. Convention
  7. Good Guy
  8. You Were Right
  9. Turn Me Down
  10. Comfort

Julia Jacklin – Crushing4.0
8/10
Pouet? Tsoin. Évidemment.
Partager cet article

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Cela pourrait vous intéresser

Julia Jacklin fait la course en tête

Julia Jacklin va faire une tournée anglaise à guichets fermés la semaine prochaine. Pour attendre son prochain concert parisien (aux Etoiles en avril 2019), il est fortement recommandé d’écouter les deux premiers extraits de Crushing, son prochain disque.

Plus dans Chroniques d'albums

The Mariners - The Tides of Time

The Mariners – The Tides Of Time

Appréciés par les Coral, The Mariners devraient être, si tout va bien, les nouveaux héros des fanatiques des La’s ou de Cast. Cerise sur le pudding, ces quatre gredins vouent un culte certain à John Power, l’homme qui a supporté Lee Mavers pendant des années et qui a enregistré de sacrées chansons avec Cast.
Giant Sand - Ramp

Giant Sand – Ramp

Certains ont pour loisir la pêche, d’autres la pétanque. Le patron de Fire Records préfère laisser les boules aux autres et se concentre sur les rééditions de ses disques préférés. Après avoir ressorti le catalogue de Television Personalities et celui de Bardo Pond et avant de s’attaquer aux beaux disques des Chills et des Lemonheads,…
Nadine Shah - Kitchen Sink

Nadine Shah – Kitchen Sink

Après avoir traité des problèmes géopolitiques mondiaux sur Holiday Destination, l’anglaise Nadine Shah change de braquet et décide de s’occuper d’elle et de la société anglaise. Sur ce quatrième et nouvel album, elle passe à la moulinette les défauts de la société anglaise et a écrit, inconsciemment, ses meilleures chansons.
Lane - Pictures of a Century

LANE – Pictures of a century

Le coup de poing musical de la semaine (ou du mois, voire de l’année) est signé LANE (pour Love and Noise Experiment). Avec dans ses rangs des anciens Thugs et des anciens DARIA, on savait que le niveau serait relevé. Il l’est tellement que les chansons de ce premier disque débordent dans notre salon et…

Manopolo – Billie

Premier EP pour le duo amiénois. Premier EP avec quatre morceaux qui allie la soul et le blues. Quatre morceaux écrits pendant le premier confinement. Quatre morceaux qui sont autant de rêves éveillés.
Built to Spill - Built to Spill plays the songs of Daniel Johnston

Built To Spill – Built To Spill Plays the Songs of Daniel Johnston

Doug Martsch a toujours été un immense fan de feu Daniel Johnston. Il reprenait, dès 1994, les chansons de ce dernier avec la première version de Built To Spill. En 2017, l’agent de Daniel Johnston proposa à Martsch que BTS soit son backing band. L’affaire fut conclue. En trois ans, beaucoup de choses se sont…

Jehnny Beth – To love is to live

Et entre les deux, la rage. Entre un S et le verbe aimer. La rage, en forme d’apostrophe impossible, quand les deux ne veulent pas se coller. S’aimer, pourtant. To love is to live, comme l’annonce Jehnny Beth. Vivre. Aimer. Vivre et puis aimer. S’aimer peut-être, s’aimer enfin, tant ses chansons prennent la forme d’un…