The Horrors et Factory Floor au Trabendo

The Horrors et Factory Floor au Trabendo
Abi - 01/12/2009
Photos concert : The Horrors @ Trabendo, Paris| 30 novembre 2009
The Horrors

Pluie battante, bourrasques glaciales et buées humides sur les fenêtres du Métro. Comme si la météo avait décidée d’être d’équerre avec le concert de The Horrors en ce dernier jour du mois de novembre. Direction le Trabendo, cette salle qui côtoie le Zénith, mais qui m’a rien à voir ni à envier à cette grande caverne mal sonorisée. Ici un bar, des marches pour palier la différence entre les petits et les grands et une scène proche du public.

Factory Floor

Première partie déconcertante : ce trio londonien délivre un Beat interminable et continuel à vous percer le tympan. La guitare électrique est féminine, se joue à l’archet par salves et le son nous parvient après moult pédales qui disloquent le tout. Résultat : l’archet est en lambeau, la guitariste en transe.
Le batteur a lui décidé de suivre le tempo donné par la console d’effets détenue par le troisième de la bande. Une sorte de Battle Humain contre machine se déroule, le batteur s’acharne, on l’entend peu face aux beats intempestifs mais le spectacle ressemble plus à un combat désespéré. Les nerfs du batteur contre la froideur et l’efficacité électronique de la console. Au final 5 morceaux en une demi-heure, on aurait cru beaucoup plus.

The Horrors

Intro avec le premier morceau Mirror’s image de leur second album Primary colours. Le chanteur Faris Rotter s’échauffe les poignets sur le micro et coulisse douloureusement ses doigts le long du porte micro : sensuel et dévastateur. La faculté première des Horrors réside en effet à la capacité de monter une foule distraite en un état de violence incontrôlable. La fausse s’en donne à coeur joie dès les premiers morceaux comme sur « I can control myself » : pogos, transes, cris, doigts d’honneurs et signes de mains ressemblant plus à des salutation nazies qu’à des signes de reconnaissance pacifiques.

Second atout : le style. Le bassiste a beau se dandiner comme Heidi au milieu des Edelweiss, sa veste cintrée bleue marine et cette douce mèche blonde qui couvre sa joue ne laissent pas indifférente. Faut-il vous passer en revue la panoplie monochrome du reste de la bande : slim noir,tee-shirt serré et ceinture. Bref, le charme opère donc autant chez la gente féminine que masculine : deux points pour eux.

Le son a beau être assez sale ce soir, les classiques y passent de Sea Within The Sea à Primary Colours avec cette orgue et ces crissements de guitares si caractéristique de The Horrors. Sur Who can Say avec le poing en l’air et l’air mauvais le chanteur scande les paroles : « and when I told her her kisses where not like before, she cried ». Tout ce discours résonne sur les murs du Trabendo et maraboute la foule.

Les Horrors ne font pas qu’imiter le son Garage des années soixante. Ils ajoutent cette graine noire et dark avec tout la clique d’effets que leurs ainés comme les Sonics (en concert au Trabendo le 7 décembre) n’avaient pas, saupoudrant le tout d’un outil de propagande : Faris Rotter !

Date : 30 novembre 2009

Un avis, un commentaire ?

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


A lire dans “Concerts (live reports)

Motivant Morby

L’ex-Woods est venu jouer son répertoire à La Lune des Pirates, salle qui avait accueilli et vu triompher les flamboyants Woods en 2017. Jeu, set et match pour…

Vincent Delerm @ Théâtre des Pénitents, Montbrison, 04-02-2020

Vincent Delerm : La vie passe et il en fait partie

Hier soir Vincent Delerm chantait à Montbrison devant le public du festival Poly’Sons. Après le spectacle, je lui ai parlé des photos que j’avais faites, de cet article que j’allais écrire sur son spectacle. Quelle idée insensée ais-je eue là… Comment écrire sur la musique, comment mettre des mots sur des sons, sur d’autres mots ?…

Damien Saez @ Halle Tony Garnier, Lyon, 09-12-2019

Damien Saez, « Que l’éphémère devienne éternité »

Damien Saez venait hier au soir présenter à Lyon, Ni Dieu ni Maître, l’album qui clôture Le Manifeste, fresque sociale de quatre années de 2016 à 2019 présentée dans une « oeuvre numérique » sur son site internet « Culture contre culture ». 39 chansons, politiques et poétiques dans lesquelles se lit la France des attentats aux gilets jaunes,…

Curtis Harding - 17 novembre 2019 - Lune des Pirates

Amiens-Atlanta avec Curtis Harding

Tout va bien à Atlanta. Les Black Crowes se reforment, les Black Lips sortent un nouveau disque et Curtis Harding est de passage à Amiens.

Bertrand Belin, Persona Bellissima

Bertrand Belin est venu défendre son dernier disque sur la scène de la Maison de La Culture d’Amiens. Carton plein !

Mark Lanegan @ 106 Rouen 05-11-2019

Night Flight to Rouen

Après ses escapades avec Duke Garwood, Mark Lanegan a eu la bonne idée de remettre en selle la formule Mark Lanegan Band pour publier le très bon Somebody’s Knocking il y a quelques semaines. Très bon n’est pas synonyme d’excellent. Mais quand on sait que le Lanegan Band a permis à Mark de sortir ses…

Primal Scream @ Pitchfork 2019, 01.11.2019 , Paris

[Pitchfork 2019] Le sacre du Scream

XTRMNTR fêtera ses vingt ans l’année prochaine. Primal Scream, l’album qui annonçait Screamadelica sans le savoir, fête ses trente ans cette année. Et hier soir, Bobby Gillepsie et son groupe ont fait la fête au Pitchfork Music Festival.

Studio Electrophonique

Stupéfiant Studio Electrophonique

Auteur du premier ELP chez Violette Records, James Leesley (Studio Electrophonique) était de passage à Paris le temps de deux concerts. Compte-rendu à chaud.

Sleaford Mods @ l'Épicerie Moderne, 04-10-2019

Sleaford Mods in a good mood !

Du Punk et rien que ça avec Sleaford Mods et DSM IV. L’Angleterre était à l’honneur hier soir, à l’Épicerie Moderne.

Eels © Fabrice Buffart

Photos : Eels @ Radiant-Bellevue, Caluire | 10.09.2019

La dernière fois que l’on avait vu Eels à Lyon, Mark Oliver Everett et sa bande de bardes barbus en survêt’ Adidas n’avaient pu jouer que 5 titres avant un orage cataclysmique au festival Woodstower en août 2013. Les plus anciens se souviennent de ce concert au Transbordeur d’avril 1997 avec son Beautiful Freak augural.…

Fais moi Marr Johnny !

Pendant que Morrissey continue de nous faire du mal avec ses déclarations, Johnny Marr trace sa voie et poursuit une carrière solo aussi efficace que « discrète ».

Lizzo @ Main Square Festival 2019

Jolie Lizzo

Quelque chose a donc changé. Soutenue désormais par une major (Atlantic) et portée par Missy Elliott le temps d’un single, Lizzo a fait une entrée fracassante dans les charts avec Cuz I Love You et sur scène. Produite par Ricky Reed (faiseur de tubes professionnel depuis 10 ans), la musique de Lizzo est un tourbillon…