Catégories
Concerts (live reports)

The Horrors et Factory Floor au Trabendo

Photos concert : The Horrors @ Trabendo, Paris| 30 novembre 2009
The Horrors

Pluie battante, bourrasques glaciales et buées humides sur les fenêtres du Métro. Comme si la météo avait décidée d’être d’équerre avec le concert de The Horrors en ce dernier jour du mois de novembre. Direction le Trabendo, cette salle qui côtoie le Zénith, mais qui m’a rien à voir ni à envier à cette grande caverne mal sonorisée. Ici un bar, des marches pour palier la différence entre les petits et les grands et une scène proche du public.

Factory Floor

Première partie déconcertante : ce trio londonien délivre un Beat interminable et continuel à vous percer le tympan. La guitare électrique est féminine, se joue à l’archet par salves et le son nous parvient après moult pédales qui disloquent le tout. Résultat : l’archet est en lambeau, la guitariste en transe.
Le batteur a lui décidé de suivre le tempo donné par la console d’effets détenue par le troisième de la bande. Une sorte de Battle Humain contre machine se déroule, le batteur s’acharne, on l’entend peu face aux beats intempestifs mais le spectacle ressemble plus à un combat désespéré. Les nerfs du batteur contre la froideur et l’efficacité électronique de la console. Au final 5 morceaux en une demi-heure, on aurait cru beaucoup plus.

The Horrors

Intro avec le premier morceau Mirror’s image de leur second album Primary colours. Le chanteur Faris Rotter s’échauffe les poignets sur le micro et coulisse douloureusement ses doigts le long du porte micro : sensuel et dévastateur. La faculté première des Horrors réside en effet à la capacité de monter une foule distraite en un état de violence incontrôlable. La fausse s’en donne à coeur joie dès les premiers morceaux comme sur « I can control myself » : pogos, transes, cris, doigts d’honneurs et signes de mains ressemblant plus à des salutation nazies qu’à des signes de reconnaissance pacifiques.

Second atout : le style. Le bassiste a beau se dandiner comme Heidi au milieu des Edelweiss, sa veste cintrée bleue marine et cette douce mèche blonde qui couvre sa joue ne laissent pas indifférente. Faut-il vous passer en revue la panoplie monochrome du reste de la bande : slim noir,tee-shirt serré et ceinture. Bref, le charme opère donc autant chez la gente féminine que masculine : deux points pour eux.

Le son a beau être assez sale ce soir, les classiques y passent de Sea Within The Sea à Primary Colours avec cette orgue et ces crissements de guitares si caractéristique de The Horrors. Sur Who can Say avec le poing en l’air et l’air mauvais le chanteur scande les paroles : « and when I told her her kisses where not like before, she cried ». Tout ce discours résonne sur les murs du Trabendo et maraboute la foule.

Les Horrors ne font pas qu’imiter le son Garage des années soixante. Ils ajoutent cette graine noire et dark avec tout la clique d’effets que leurs ainés comme les Sonics (en concert au Trabendo le 7 décembre) n’avaient pas, saupoudrant le tout d’un outil de propagande : Faris Rotter !

Date : 30 novembre 2009
Partager cet article

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Cela pourrait vous intéresser

Pas peur de The Horrors

Ils ont sorti leur album V et reviennent en force cette année, si The Horrors se sont quelque peu « popisés », ils ont su garder l’essence garage qui leur va si bien, surtout en live, pour un Trabendo enflammé.
Slow Riot

Slow Riot

Originaires de Limerick (Irlande), les Slow Riot ont impressionné leurs compatriotes avec leur EP Cathedral. Travailleurs, ces Irlandais reviennent avec un nouveau single, Trophy Wife.
The Horrors - Luminous

Les lumineux Horrors

The Horrors – Luminous Et un nouvel extrait du prochain disque des Horrors ! So Now You Know, titre dévoilé il y a quelques heures, montre un groupe moins sombre que sur ces deux précédents albums. Mais toujours de qualité.
Programmation Rock En Seine 2011

Programmation Rock En Seine 2011

Alors que la programmation était dévoilée au compte goutte jusqu’ici, voici enfin le programme complet, scène par scène et heure par heure de cette édition 2011 de Rock En Scène, toujours situé dans le cadre très agréable du Domaine National de Saint-Cloud. Ce seront les anglais d’Archive qui clôtureront le dimanche 28 août le festival…

Plus dans Concerts (live reports)

[35] Les Pale Fountains ou l’Eldorado Pop

Après avoir joué en février 1985 à Londres et avant de s’envoler pour le Japon, les Pale Fountains étaient de retour à Paris en cette veille de printemps 1985. L’Eldorado de 1985 fut la séance de rattrapage pour ceux qui avaient séché la piscine Deligny.
Shack - La Locomotive, 1990

[1990 – 2020] Sur les rails avec Shack

8, 9 et 10 novembre 1990. Paris. Les La’s, les Boo Radleys, Dr Phibes et les House Of Wax Equations débarquent à Paris le temps d’un week-end pour initier les Français aux plaisirs plus ou moins méconnus (mais surtout exquis) de Liverpool. Les frères Head, ex Pale Fountains sont évidemment de la partie. On connaissait…

Liam Gallagher à son Zénith

Liam Gallagher a donné hier soir au Zénith de Paris le dernier concert d’une tournée européenne qui a affiché complet tous les soirs. Et il a fait plus que le travail.

Motivant Morby

L’ex-Woods est venu jouer son répertoire à La Lune des Pirates, salle qui avait accueilli et vu triompher les flamboyants Woods en 2017. Jeu, set et match pour…
Vincent Delerm @ Théâtre des Pénitents, Montbrison, 04-02-2020

Vincent Delerm : La vie passe et il en fait partie

Hier soir Vincent Delerm chantait à Montbrison devant le public du festival Poly’Sons. Après le spectacle, je lui ai parlé des photos que j’avais faites, de cet article que j’allais écrire sur son spectacle. Quelle idée insensée ais-je eue là… Comment écrire sur la musique, comment mettre des mots sur des sons, sur d’autres mots ?…
Damien Saez @ Halle Tony Garnier, Lyon, 09-12-2019

Damien Saez, « Que l’éphémère devienne éternité »

Damien Saez venait hier au soir présenter à Lyon, Ni Dieu ni Maître, l’album qui clôture Le Manifeste, fresque sociale de quatre années de 2016 à 2019 présentée dans une « oeuvre numérique » sur son site internet « Culture contre culture ». 39 chansons, politiques et poétiques dans lesquelles se lit la France des attentats aux gilets jaunes,…