uuCfSQ-tgKM

Agoria s’associe à la voix enivrante de Phoebe Killdeer sur cet Embrace, véritable Valse sans Bachir, et c’est du Beau travail !

Jessy Moussallem, jeune réalisatrice libanaise met en images ce titre avec une violente douceur. Elle raconte qu’elle a perdu un « oncle de 22 ans deux jours avant Noël 1983 alors qu’il se battait pour une milice au Liban pendant la guerre civile ». Laissez tomber l’égo, la masculinité à outrance dans ces jeux guerriers contemporains, oublieux des sacrifices terribles des anciens un lendemain de 11 novembre même si âpreté rime souvent avec beauté. Et l’on se souvient des mots d’Henri Barbusse dans Le Feu, Journal d’une escouade (1916), « ce serait un crime de montrer les beaux côtés de la guerre, même s’il y en avait ! »