Catégories
Découvertes

Les rêveries pop d’Erevan Tusk

Erevan Tusk quitte son folk natal et l’électro de son dernier EP pour une pop aérienne de haute volée. Le nouveau disque de ce groupe redonne confiance en l’avenir. Les Wild Beasts sont morts, vive Erevan Tusk !

Comment s’est passé l’enregistrement de ce disque ? Combien de temps cela vous a pris ?

Pacôme et Jim : Ça s’est très bien passé. Ça a été long mais sans connotation négative. On a étalé ça sur pas mal de temps car on était dans aucune forme d’urgence pour l’enregistrement de ce disque. On savait juste qu’on voulait faire un album. On a fait ça en plusieurs étapes. On a pris le temps de faire les choses bien.

Erevan Tusk – Foreign Lines

Quelles différences faites-vous entre ce disque et votre précédent EP ?

Avec Foreign Lines on est revenu à quelque chose de beaucoup plus organique, quelques chose de très brut.
La grande différence se fait là par rapport à l’EP Growing qui est un EP plutôt « synthétique et métronomique » et comme on dit « dans l’ère du temps ». D’ailleurs les parties de basse et batterie sur Foreign Lines ont été enregistrées live…

Comment êtes-vous arrivés chez Microcultures ?

On avait envie de trouver une alternative au système classique label/groupe pour devenir indépendant, pour faire les choses à notre rythme et à notre manière. Comme je le disais plus tôt, on n’était pas vraiment pressé par le temps. Ayant « encore » une base de fans assez solide, on s’est dit pourquoi pas s’associer à Microcultures pour lancer une campagne participative.

Quelle est l’histoire de Dated Dates, le premier extrait de ce nouvel album ?

Le texte parle de bons souvenirs d’enfance que l’on garde précieusement en tête. Des images chaleureuses qui réconfortent pour les moments plus difficiles.

Le disque sort le 19 avril… On va vous voir sur scène ?

Oui c’est le but, défendre le disque en live. On bosse depuis peu avec une agence de booking donc y’a des dates qui vont se mettre en place gentiment.

Top 5 Erevan Tusk

  1. Votre chanson préférée de Talk Talk ?
  2. Du coup indéniablement It’s My life pour son côté incontournable, catchy, dansant… Et des titres tels que Ascension Day ou Happiness Is Easy pour leur côté bouleversant ! C’est difficile de répondre à cette question tant ils ont fait des tubes pop interplanétaires et à côté de ça des morceaux/albums (Laughing Stock – Spirit of Eden) de pop expérimentale et avant-gardiste d’une beauté rare.

  3. Le groupe qui met tout le monde d’accord chez Erevan Tusk ?
  4. Therapie Taxi… Haha non je rigole, The Beach Boys, Fugazi, Nick Cave.

  5. Le groupe qui met tout le monde en désaccord chez Erevan Tusk ?
  6. Hmmmm, bonne question. Les avis divergent sur Flavien Berger je crois…

  7. Votre bande originale de film préférée ?
  8. Celle qui joue en shuffle dans ton casque quand tu es dans le métro et que tout le monde autour de toi donne l’impression de vouloir mourir. Plus sérieusement la BO de Days of Heaven de Terrence Malick.

  9. Votre pochette de disque préférée ?
  10. Les disques monochromes (The Beatles, Weezer…)

Foreign Lines d’Erevan Tusk sera disponible le 19 avril 2019 chez Yellow Van // Accompagnement label Microcultures.

Erevan Tusk - Foreign Lines

Tracklist : Erevan Tusk - Foreign Lines
  1. Bones and rainbows
  2. Zoey
  3. Colorama
  4. We might survice
  5. Treble chest
  6. Foreign flags
  7. As a friend
  8. Salt swarms
  9. My seagull of wood
  10. Dated dates
  11. Ersaults
  12. Eerie black

Pouet? Tsoin. Évidemment.
Partager cet article

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Cela pourrait vous intéresser

Printemps de Bourges 2013

La pression monte à Bourges

Printemps de Bourges 2013 C’est le printemps, enfin un jour sur trois partout en France mais pas la semaine prochaine à Bourges.
Erevan Tusk - Cassidy

clip : Erevan Tusk – Cassidy

J’ai découvert Erevan Tusk par le biais d’une reprise, le Bad Shepherd de Garciaphone. Leur premier album, Fortify Your Innocence est sorti en avril dernier mixé par Antoine Gaillet (M83, Yeti Lane, Mademoiselle K), il présente une collection de pop songs au romantisme revendiqué, aux guitares lumineuses, aux mélodies étincelantes.

Plus dans Découvertes

Ela Minus

Maximus Ela Minus

Ela Minus est maousse costaud. Pas seulement parce qu’elle vient de Bogotá et a joué dès ses 12 ans et pendant 10 ans de la batterie pour Ratón Pérez, un groupe punk hardcore décolleur de tympan. Elle signe chez Domino un premier album addictif, Acts Of Rebellion, fruit de son expérience à la Berklee College…
OBI © Frank Loriou

La force d’OBI

Obi-Wan Kenobi affirme « l’œil ne voit que la surface des choses, ne t’y fie pas ». Alors il faut écouter OBI et suivre son odyssée jusqu’au collège Maurice-Scève délabré de la Croix Rousse à Lyon, métaphore ironique de nos sociétés sans valeurs.
Slight Of © Gracie Pendleton

Slight Of par petits bouts

On a découvert Slight Of avec Winter’s Maze et son clip poético -humaniste qui va à la rencontre des autres de son quartier, Brooklyn, ces Other people qu’on ne voit pas d’habitude. Il vient de sortir un album qui sent bon les 90′, sans Trump et virus.

Vote for Kiwi Jr. !

A cheval entre les Strokes et Pavement, les Canadiens de Kiwi Jr. font coup double avec leur nouveau single. En plus de nous faire remuer la tête comme au bon vieux temps, ces natifs de Toronto viennent de signer chez Sub Pop.
Mottron @Heart and Guts

L’intrusion de Mottron

Mottron n’est pas carré, il ne rentre pas dans les cases de la pop policée à la française. Il s’apprête à sortir son premier album, Giants le 30 octobre chez Pias Le Label.
Lomelda-Hannah © Tonje-Thilesen

Her name is Hannah !

Lomelda fait des merveilles de chansons. On avait beaucoup aimé M for Empathy l’an dernier, Hannah Read revient déjà avec Hannah, une collection de chansons bouleversantes.

Solaire Solaris Great Confusion

Accompagné par Elise Humbert au violoncelle, Yves Béraud à l’accordéon, Aurel Troesch aux guitares, Jérôme Spieldenner à la batterie, Foes Von Ameisedorf à la basse et Jacques Speyser aux chœurs, Stephan Nieser aka Solaris Great Confusion signe le disque le plus élégant de cette rentrée 2020.