Les rêveries pop d’Erevan Tusk

Erevan-Tusk.
Louis 21/02/2019

Erevan Tusk quitte son folk natal et l’électro de son dernier EP pour une pop aérienne de haute volée. Le nouveau disque de ce groupe redonne confiance en l’avenir. Les Wild Beasts sont morts, vive Erevan Tusk !

Comment s’est passé l’enregistrement de ce disque ? Combien de temps cela vous a pris ?

Pacôme et Jim : Ça s’est très bien passé. Ça a été long mais sans connotation négative. On a étalé ça sur pas mal de temps car on était dans aucune forme d’urgence pour l’enregistrement de ce disque. On savait juste qu’on voulait faire un album. On a fait ça en plusieurs étapes. On a pris le temps de faire les choses bien.


Erevan Tusk – Foreign Lines

Quelles différences faites-vous entre ce disque et votre précédent EP ?

Avec Foreign Lines on est revenu à quelque chose de beaucoup plus organique, quelques chose de très brut.
La grande différence se fait là par rapport à l’EP Growing qui est un EP plutôt « synthétique et métronomique » et comme on dit « dans l’ère du temps ». D’ailleurs les parties de basse et batterie sur Foreign Lines ont été enregistrées live…

Comment êtes-vous arrivés chez Microcultures ?

On avait envie de trouver une alternative au système classique label/groupe pour devenir indépendant, pour faire les choses à notre rythme et à notre manière. Comme je le disais plus tôt, on n’était pas vraiment pressé par le temps. Ayant « encore » une base de fans assez solide, on s’est dit pourquoi pas s’associer à Microcultures pour lancer une campagne participative.

Quelle est l’histoire de Dated Dates, le premier extrait de ce nouvel album ?

Le texte parle de bons souvenirs d’enfance que l’on garde précieusement en tête. Des images chaleureuses qui réconfortent pour les moments plus difficiles.

Le disque sort le 19 avril… On va vous voir sur scène ?

Oui c’est le but, défendre le disque en live. On bosse depuis peu avec une agence de booking donc y’a des dates qui vont se mettre en place gentiment.

Top 5 Erevan Tusk

  1. Votre chanson préférée de Talk Talk ?
  2. Du coup indéniablement It’s My life pour son côté incontournable, catchy, dansant… Et des titres tels que Ascension Day ou Happiness Is Easy pour leur côté bouleversant ! C’est difficile de répondre à cette question tant ils ont fait des tubes pop interplanétaires et à côté de ça des morceaux/albums (Laughing Stock – Spirit of Eden) de pop expérimentale et avant-gardiste d’une beauté rare.

  3. Le groupe qui met tout le monde d’accord chez Erevan Tusk ?
  4. Therapie Taxi… Haha non je rigole, The Beach Boys, Fugazi, Nick Cave.

  5. Le groupe qui met tout le monde en désaccord chez Erevan Tusk ?
  6. Hmmmm, bonne question. Les avis divergent sur Flavien Berger je crois…

  7. Votre bande originale de film préférée ?
  8. Celle qui joue en shuffle dans ton casque quand tu es dans le métro et que tout le monde autour de toi donne l’impression de vouloir mourir. Plus sérieusement la BO de Days of Heaven de Terrence Malick.

  9. Votre pochette de disque préférée ?
  10. Les disques monochromes (The Beatles, Weezer…)

Foreign Lines d’Erevan Tusk sera disponible le 19 avril 2019 chez Yellow Van // Accompagnement label Microcultures.

Erevan Tusk - Foreign Lines

Tracklist : Erevan Tusk - Foreign Lines
  1. Bones and rainbows
  2. Zoey
  3. Colorama
  4. We might survice
  5. Treble chest
  6. Foreign flags
  7. As a friend
  8. Salt swarms
  9. My seagull of wood
  10. Dated dates
  11. Ersaults
  12. Eerie black

Pouet? Tsoin. Évidemment.

Un avis, un commentaire ?

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


A lire dans “Découvertes

Chuck The Handyman

Checke CHUCK the Handyman !

Mais pourquoi est-il si productif ? Car il est très doué. Après Dégage, après Amour Formica, Erwan Choquenet se lance en solo et publie un premier titre salvateur.

Pinky Pinky punchy punchy !

Papillons dans le coeur et oiseaux dans la tête avec le trio féminin caliornien Pinky Pinky !

Studio Electrophonique

En studio avec Studio Electrophonique

Premier EP, premier coup de maître. Très discrètement, Studio Electrophonique vient de renouveler la recette du slowcore en y injectant bien astucieusement une philosophie pop anglaise.

Corridor

Corridor sort du placard

Le label historique de Seattle se met enfin au français avec Corridor, un groupe de Montréal

Tropical Fuck Storm

Tempête de cerveau avec TFS

Oubliez Ayers Rock, Nick Cave ou les mignons Parcels ou autres Tame Impala. L’Australie qui a quelque chose à dire se nomme TFS pour Tropical Fuck Storm et leur nom ne ment pas sur la marchandise : une musique atrabilaire qui vous prend aux tripes par son désespoir lucide, son anti-hédonisme, son no future 3.0.

V’la Hval !

Revoilà Jenny Hval ! En 2016, vous êtes peut-être passé à côté de Blood Bitch, son sixième album solo qui a été formidablement accueilli par la presse et les gens de bon goût. Elle revient à la rentrée avec The Practice of Love, un album (faussement) pop.

La grande évasion des Raptor !

Il n’y a pas que Banksy et le trip hop à Bristol ! Les Raptor viennent de sortir leur premier disque, Escapism enregistré à l’ancienne aux studios Bink Bonk et produit par Mat Sampson (Turbowolf, Kasabian).

Carriers

Carriers devrait faire carrière

Pilier de la scène de Cincinnati, Curt Kiser a monté le projet Carriers et arrive avec un premier album qui s’annonce comme un coup de maître.

LIFE

LIFE (is good)

On n’avait pas entendu parler de la ville de Hull (Yorkshire) depuis… Les Housemartins ? Le groupe Life, qui accompagne Idles sur leur tournée, devrait replacer cette ville sur la carte du rock avec leur album A Picture Of Good Health.

La musique très adroite de Gauche

Il n’y a pas que Fugazi à Washington D.C. ! Il y aussi Gauche qui s’apprête un sortir un joli disque chez Merge Records.

La chevauchée pop de The Soft Cavalry

Rachel Goswell n’a aucun défaut. Il y avait d’abord Slowdive et sa réapparition (impeccable) sur scène et dans les bacs des disquaires. Il y avait aussi Mojave 3, merveilleux trait d’union entre les années 90 et les années 2000. Et il y avait Waves Are Universal, son disque solo de 2004. Désormais, il y aura…

Sacré Gerry Cinnamon !

Liam Gallagher a triomphé à Glastonbury sans Oasis et a été désigné comme le grand vainqueur de l’édition 2019 de ce festival. Mais il y a plus fort que lui, un Écossais de 33 ans qui a triomphé sur scène, seul avec sa guitare. Son nom ? Gerry Cinnamon.

Olivier Rocabois, le feu follet pop

Évadé d’ALL IF, Olivier Rocabois prend la tangente et grille tout le monde par la droite. Mais il a mis son clignotant… Monsieur Rocabois a de l’éducation. Et du talent.

Biche

[Rock En Seine 2019] To Biche or not to Biche ?

To Biche voyons ! A Rock En Seine, il y aura du très lourd avec The Cure. Mais il y aura aussi des jeunes pousses qui ne demandent qu’à fleurir. C’est le cas de Biche et son psychédélisme finement ciselé qui s’apprête à jouer le 23 août 2019. Enquête sur ces gens bien sous tous…

Studio Electrophonique

Électrisant Studio Electrophonique

Violette Records, le label qui a réussi l’exploit de faire entrer Michael Head (Shack/The Pale Fountains) dans les charts anglais, s’apprête à publier Elp, une nouvelle collection de disques. Et c’est un certain James Leesley qui ouvre le bal.

Parfaite Julia Shapiro

En retrait des Chastity Belt, Julia Shapiro se lance dans une carrière solo et arrive dans les bacs cette semaine avec Perfect Version.

Carton plein pour les Catenary Wires

Un groupe qui collectionne des vinyles d’Orange Juice et de Daniel Johnston ne peut pas être mauvais. Après avoir écouté Til The Morning des Catenary Wires, on vous le confirme : Un groupe qui collectionne des vinyles d’Orange Juice et de Daniel Johnston ne peut qu’être bon.

A ne pas rater dans Découvertes !