Emmanuel Tellier – La Disparition d’Everett Ruess – Voyage dans l’Amérique des ombres

Emmanuel Tellier - La Disparition d'Everett Ruess100
Louis - 01/03/2019

« J’avais vingt ans. Je ne laisserai personne dire que c’est le plus bel âge de la vie. Tout menace de ruine un jeune homme: l’amour, les idées, la perte de sa famille, l’entrée parmi les grandes personnes » écrivait Paul Nizan en 1932 dans Aden Arabie. Deux ans plus tard, Everett Ruess, poète américain, allait lui donner raison en disparaissant à l’âge de 20 ans dans le désert de l’Utah.

Jusqu’en 2017, l’histoire et l’oeuvre d’Everett Ruess étaient le privilège de certains Américains et de rares Français. Grâce à Emmanuel Tellier, le destin tragique de ce jeune poète, considéré comme Rimbaud par ses contemporains, nous est désormais connu. Proche de Dorothea Lange, Everett Ruess regardait à la fois vers la ville et ses affres et vers les grands espaces encore vierges des démons apportés par sa propre civilisation. Comme plus d’un Américain, Everett Ruess était fasciné par les Indiens et buvait jusqu’à plus soif le désert de l’Utah. Ruess est parti plus d’une fois, à la rencontre des Navajos et des plateaux de l’Utah. Jusqu’à sa disparition en 1934 dans le sud de l’Utah lors de son ultime expédition. Emmanuel Tellier revêt les habits de Tintin et part sur les traces de cet Américain. La Disparition d’Everett Ruess offre plusieurs degrés de lecture.

On peut uniquement écouter le disque, qui est la la bande originale du film documentaire réalisé par Tellier. Sur ce disque, il donne raison à ceux qui croient que les plus forts sont ceux qui en mettent le moins. Accompagné par un clavier et épaulé par Cassandre Berger et Olivier Libaux (Nouvelle Vague), Emmanuel Tellier est aussi efficace qu’un Bill Callahan et aussi touchant qu’un Jason Molina.

Comment ne pas pleurer en écoutant How The Wild Calls To Me ? Comment résister à My Body You Will Never Find ? Et on pourrait se poser ces mêmes questions à chaque chanson. Enregistré par Rémi Berger, ce disque sonne comme aucun autre disque. Dans une récente interview, Emmanuel Tellier nous confiait : « en France, on a un peu la sale manie de ne jamais aller au bout des choses, on en garde toujours sous le coude, histoire de ne pas froisser l’auditeur – ou pire : les responsables de la maison de disques. » Ce disque répond à cette philosophie. Ecouter ce disque dans son salon c’est se surprendre à croire que Tellier fait ses gammes à côté de vous…

Emmanuel Tellier – Not Coming Home

On peut, en plus d’écouter ce disque aller voir le film dont il est la bande originale. Et là, un nouveau miracle se produit. Les êtres sonores que sont Stella, Waldo, Everett prennent vie sous yeux. Emmanuel Tellier adore la géographie. Le lire dans les années 90, c’était partir poursuivre Daho dans New York ou découvrir Dayton avec >Guided By Voices. L’écouter en 2019 (et le voir), c’est découvrir le Grand Ouest américain à l’époque charnière que sont les années 30. Le Far West n’est pas tout à fait terminé, l’American Way Of Life pas tout à fait commencée… Regarder Voyage dans l’Amérique des ombre, c’est donc découvrir cette Amérique de London, de Lange qui rend si nostalgique.


La Disparition d’Everett Ruess – Voyage dans l’Amérique des ombres (teaser)

Enfin, on peut aller voir Emmanuel Tellier en concert. Toujours accompagné de Berger et de Libaux, il vous livrera une version live somptueuse de ses nouvelles (meilleures) chansons.

Emmanuel Tellier - La Disparition d'Everett Ruess - Voyage dans l'Amérique des ombres
La Disparition d’Everett Ruess – Voyage dans l’Amérique des ombres d’Emmanuel Tellier sera disponible le 8 mars 2019 chez December Square/Differ-Ant.

Emmanuel Tellier sera en concert le 14 mars 2019 au Mona Bismarck American Center (Paris) dan le cadre du Festival Paris Music.

La pochette du disque est signée Pascal Blua.

Emmanuel Tellier - La Disparition d'Everett Ruess

Tracklist : Emmanuel Tellier - La Disparition d’Everett Ruess – Original Soundtrack to the film
  1. How The Wild Calls To Me
  2. My Body You Will Never Find
  3. Theme For Stella
  4. When You Sleep
  5. Not Coming Home
  6. When I Go I Will Leave No Trace (Suivi De Death Takes A Holiday)
  7. Blue Is The Valley
  8. Cathedral Of Tears
  9. Navajo Mountain
  10. De 531 North Ardmore Avenue
  11. More Letters (1934)
  12. Stella
  13. Alone With The Sky
  14. Walking Walking Walking
  15. The Thousand Year Long Road
  16. Theme For Christopher (Suivi De Houses And Mansions)
  17. Have You Seen Our Son (Piano Themes 1 And 2)
  18. Sundown
  19. Theme For Waldo
  20. On The Grand Circle Tour

Pouet? Tsoin. Évidemment.

Un avis, un commentaire ?

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


A lire dans “Chroniques d'albums

East Village - Hotrod Hotel (2)

East Village – Hotrod Hotel

Michael Schulman, le patron de Slumberland Records (Tony Molina, Pete Astor, Veronica Falls pour ne citer qu’eux) se fait plaisir en rééditant Hotrod Hotel.

Bill Fay - Countless Branches

Bill Fay ‎– Countless Branches

Adulé par les membres de Wilco et de War On Drugs, vénéré par Jim O’Rourke et Ed Harcourt, Bill Fay est définitivement sorti de sa retraite à l’âge de 76 ans avec la sortie de Countless Branches.

Alma Forrer - L'année du loup

Alma Forrer – L’année du loup

« J’ai envie de toi » chante Alma Forrer dans N’être que l’hiver qui ouvre son premier album L’année du loup et à son écoute nous avons aussi terriblement envie d’elle, de ses chansons entre folk américain et variété française au sens le plus noble.

Field Music - Making A New World

Field Music – Making A New World

Si Oasis et Radiohead n’avaient pas existé…. Si les Foals et les Coral n’avaient pas existé… Les Field Music seraient sûrement le groupe anglais le plus influent et le plus médiatisé de ces quinze dernières années.

The Electric Soft Parade - Stages

The Electric Soft Parade – Stages

Retour inattendu (et inespéré) des frères White ! Les Electric Soft Parade ouvrent le bal des sorties de 2020 et mettent d’emblée la barre très haute.

Jim Sullivan - If The Evening Were Dawn

Jim Sullivan – If The Evening Were Dawn

Le label Light In The Attic Records fait oeuvre de salubrité publique en rééditant de fort belle manière les deux disques de feu Jim Sullivan et en publiant If The Evening Were Dawn, un disque qui 10 chansons acoustiques jamais sorties.

Les Wampas - Sauvre Le Monde

Les Wampas – Sauvre Le Monde

Bonne nouvelle ! Les Wampas ne font plus la gueule et sont toujours chauds, sales et humides. Avec ce treizième album, Didier Wampas signe un excellent cru.

Dead Horse One – The West Is The Best

Qu’est-ce qui est mieux que Without Love We Perish, le premier disque des Dead Horse One enregistré par Mark Gardener (Ride) ? Qu’est-ce qui est mieux que que Season Of Mist, le deuxième disque des Dead Horse One enregistré par John Loring (Fleeting Joys) ? Et bien c’est The West Is The Best des Dead…

the-replacements-dead-mans-pop

The Replacements – Dead Man’s Pop

Pour ceux qui n’ont pas les finances nécessaires pour s’offrir le coffret G Stands For Go-Betweens : Volume 2 – 1985 -1989 des Got-Betweens, une seule solution : acheter Dead Man’s Pop de The Replacements. La douloureuse est divisée par cinq (on passe grosso modo de 270 à 50 euros) et le bonheur est totalement…

Stephan Eicher - Homeless songs

Stephan Eicher – Homeless songs

Il y a des disques qui vous prennent par surprise, qui vous étreignent. D’artiste dont on n’attendait plus grand-chose. Ils touchent peut-être parce qu’il y a une connexion physique et mentale qui s’opère.

My Favorite Horses - Funkhauser

My Favorite Horses – Funkhauser

Revenus du bayou et des rives du Mississippi, My Favorite Horses pose ses valises en France et donne sa définition de la pop française.

Mikael Kiwanuka - Kiwanuka

Michael Kiwanuka – Kiwanuka

Découvert en 2012 avec Home Again (un disque brillant produit par le leader des The Bees), Michael Kiwanuka avait forcé la porte des charts avec Love & hate. Le revoici avec Kiwanuka, un disque qui tient du chef-d’oeuvre.

Josh Homme - Desert Session 11

Josh Homme – Desert Sessions Vol 11 & 12

En attendant un nouveau disque des Queens Of The Stone Age, Josh Homme a décidé de rempiler pour deux Desert Sessions qui, en plus d’être d’excellente facture, ont le chic de nous envoyer un shoot de nostalgie.

Bill Pritchard - Three Months

Bill Pritchard – Three Months, Three Weeks and Two Days

Il faut écouter une heure pour écouter l’impeccable réédition de Three Months, Three Weeks and Two Days de Bill Pritchard. Et il faut, comme pour Pacific Street ou Pop Satori, une vie pour s’en remettre.

Vincent Delerm - Panorama

Vincent Delerm – Panorama

Sur Panorama, l’auteur de Kensington Square ou des Amants Parallèles fait encore mieux que d’habitude et nous emporte avec son art de la photographie du quotidien.

Marie-Flore - Braquage

Marie-Flore – Braquage

Marie-Flore raconte. Et son Braquage est une histoire. Celle d’un court-circuit. D’une sortie de route. Sans trace de freinage. Ou alors si peu. Braquage, c’est l’histoire d’un tir dans le noir. D’un amour. C’était un jour, un peu d’espoir. Une histoire brutale. L’amour qui frappe et qui fait mal. Celui en qui, cette fois, on…

Mark Lanegan Band - Somebody's Knocking

Mark Lanegan Band – Somebody’s Knocking

Toc toc toc, revoilà l’ex Screaming-Trees Mark Lanegan. Composé en onze jours à Los Angeles (ville adoptive de l’artiste depuis 22 ans), Somebody’s Knocking a le mérite de remettre les pendules à l’heure et séduira les fans historiques tout comme les fantatiques de Depeche Mode.

Big Thief - Two Hands

Big Thief – Two Hands

Le robinet est ouvert… Il faut donc savoir en profiter. En quatre ans, les Big Thief ont publié quatre albums qui ont le chic d’être différents les uns des autres et de fascinants. Cinq albums si on compte le disque solo d’Adrianne Lenker, chanteuse et plume du groupe.

Chevalrex - Amiral Pop

Chevalrex – Amiral Pop

Avant de clôturer l’année 2019 de fort belle manière le temps d’un concert au 104, Chevalrex revient avec un EP, Amiral Pop et continue de flotter au dessus des flots.