Catégories
Chroniques d'albums

Emmanuel Tellier – La Disparition d’Everett Ruess – Voyage dans l’Amérique des ombres

100

« J’avais vingt ans. Je ne laisserai personne dire que c’est le plus bel âge de la vie. Tout menace de ruine un jeune homme: l’amour, les idées, la perte de sa famille, l’entrée parmi les grandes personnes » écrivait Paul Nizan en 1932 dans Aden Arabie. Deux ans plus tard, Everett Ruess, poète américain, allait lui donner raison en disparaissant à l’âge de 20 ans dans le désert de l’Utah.

Jusqu’en 2017, l’histoire et l’oeuvre d’Everett Ruess étaient le privilège de certains Américains et de rares Français. Grâce à Emmanuel Tellier, le destin tragique de ce jeune poète, considéré comme Rimbaud par ses contemporains, nous est désormais connu. Proche de Dorothea Lange, Everett Ruess regardait à la fois vers la ville et ses affres et vers les grands espaces encore vierges des démons apportés par sa propre civilisation. Comme plus d’un Américain, Everett Ruess était fasciné par les Indiens et buvait jusqu’à plus soif le désert de l’Utah. Ruess est parti plus d’une fois, à la rencontre des Navajos et des plateaux de l’Utah. Jusqu’à sa disparition en 1934 dans le sud de l’Utah lors de son ultime expédition. Emmanuel Tellier revêt les habits de Tintin et part sur les traces de cet Américain. La Disparition d’Everett Ruess offre plusieurs degrés de lecture.

On peut uniquement écouter le disque, qui est la la bande originale du film documentaire réalisé par Tellier. Sur ce disque, il donne raison à ceux qui croient que les plus forts sont ceux qui en mettent le moins. Accompagné par un clavier et épaulé par Cassandre Berger et Olivier Libaux (Nouvelle Vague), Emmanuel Tellier est aussi efficace qu’un Bill Callahan et aussi touchant qu’un Jason Molina.

Comment ne pas pleurer en écoutant How The Wild Calls To Me ? Comment résister à My Body You Will Never Find ? Et on pourrait se poser ces mêmes questions à chaque chanson. Enregistré par Rémi Berger, ce disque sonne comme aucun autre disque. Dans une récente interview, Emmanuel Tellier nous confiait : « en France, on a un peu la sale manie de ne jamais aller au bout des choses, on en garde toujours sous le coude, histoire de ne pas froisser l’auditeur – ou pire : les responsables de la maison de disques. » Ce disque répond à cette philosophie. Ecouter ce disque dans son salon c’est se surprendre à croire que Tellier fait ses gammes à côté de vous…

Emmanuel Tellier – Not Coming Home

On peut, en plus d’écouter ce disque aller voir le film dont il est la bande originale. Et là, un nouveau miracle se produit. Les êtres sonores que sont Stella, Waldo, Everett prennent vie sous yeux. Emmanuel Tellier adore la géographie. Le lire dans les années 90, c’était partir poursuivre Daho dans New York ou découvrir Dayton avec >Guided By Voices. L’écouter en 2019 (et le voir), c’est découvrir le Grand Ouest américain à l’époque charnière que sont les années 30. Le Far West n’est pas tout à fait terminé, l’American Way Of Life pas tout à fait commencée… Regarder Voyage dans l’Amérique des ombre, c’est donc découvrir cette Amérique de London, de Lange qui rend si nostalgique.

La Disparition d’Everett Ruess – Voyage dans l’Amérique des ombres (teaser)

Enfin, on peut aller voir Emmanuel Tellier en concert. Toujours accompagné de Berger et de Libaux, il vous livrera une version live somptueuse de ses nouvelles (meilleures) chansons.

Emmanuel Tellier - La Disparition d'Everett Ruess - Voyage dans l'Amérique des ombres


La Disparition d’Everett Ruess – Voyage dans l’Amérique des ombres d’Emmanuel Tellier sera disponible le 8 mars 2019 chez December Square/Differ-Ant.

Emmanuel Tellier sera en concert le 14 mars 2019 au Mona Bismarck American Center (Paris) dan le cadre du Festival Paris Music.

La pochette du disque est signée Pascal Blua.

Emmanuel Tellier - La Disparition d'Everett Ruess

Tracklist : Emmanuel Tellier - La Disparition d’Everett Ruess – Original Soundtrack to the film
  1. How The Wild Calls To Me
  2. My Body You Will Never Find
  3. Theme For Stella
  4. When You Sleep
  5. Not Coming Home
  6. When I Go I Will Leave No Trace (Suivi De Death Takes A Holiday)
  7. Blue Is The Valley
  8. Cathedral Of Tears
  9. Navajo Mountain
  10. De 531 North Ardmore Avenue
  11. More Letters (1934)
  12. Stella
  13. Alone With The Sky
  14. Walking Walking Walking
  15. The Thousand Year Long Road
  16. Theme For Christopher (Suivi De Houses And Mansions)
  17. Have You Seen Our Son (Piano Themes 1 And 2)
  18. Sundown
  19. Theme For Waldo
  20. On The Grand Circle Tour

Pouet? Tsoin. Évidemment.
Partager cet article

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Cela pourrait vous intéresser

Vibrer avec Mel Bowen !

Mel Bowen donne enfin une suite à son EP Everyday’s A Holiday ! L’ex Mercury 13 revient avec un nouvel EP qui devrait adoucir l’été et nous faire rêver de la Mersey.

Passionnant Johan Asherton

Et un nouveau beau disque de Johan Asherton ! L’ex-The Froggies, qui a eu le chic de ne jamais enregistrer un mauvais disque depuis ses débuts solo en 1988 avec God’s Clown, revient avec Passiontide, une collection de dix chansons sombres et élégantes.
December-Square

Back To December Square

Deux ans après sa création, la maison de musique December Square peut s’enorgueillir d’avoir fait un sans-faute. Possédant désormais un catalogue d’une dizaine d’artistes, DS a eu le chic de prendre des risques en publiant des disques que personne d’autre n’aurait publié. Car l’addition des chansons de Matthew Edwards et du piano d’Emmmanuel Tellier donnent…
The Apartments - No Song, No Spell, No Madrigal

Et Pascal Blua exposa

Pascal Blua exposera du 3 au 22 février dans le cadre du festival Hibernarock à Aurillac une sélection de ses travaux graphiques pour la musique.
Studio Electrophonique

Stupéfiant Studio Electrophonique

Auteur du premier ELP chez Violette Records, James Leesley (Studio Electrophonique) était de passage à Paris le temps de deux concerts. Compte-rendu à chaud.
Nesles © Thomas Salva

Nesles Île en mer

Nesles fait sa rentrée avec un clip et un festival. On ne s’ennuie jamais avec Nesles.
Studio Electrophonique

En studio avec Studio Electrophonique

Premier EP, premier coup de maître. Très discrètement, Studio Electrophonique vient de renouveler la recette du slowcore en y injectant bien astucieusement une philosophie pop anglaise.

Plus dans Chroniques d'albums

Ian Skelly – Drifters Skyline

Attention. Il va être question d’un super disque que vous ne pourrez écouter que sur votre chaîne hi-fi ou si vous un compte Apple Music.
Alain Johannes - Hum

Alain Johannes – Hum

Producteur et musicien qu’on retrouve aux cotés des Queens of the Stone Age, sur scène avec Them Crooked Vultures, ou en studio avec feu Chris Cornell, PJ Harvey Mark Lanegan, Alain Johannes a un CV qui en couche plus d’un. Et un nouvel album solo, le troisième, qui va accompagner nos journées du lever au…
The Jayhawks -XOXO

The Jayhawks – XOXO

Deux ans après l’impeccable Back Roads And Abandoned Motels, les Jayhawks ne lâchent pas l’affaire et reviennent avec le très bon XOXO.

Protomartyr – Ultimate Success Today

Josey Casey, le chanteur de Protomartyr pense qu’Ultimate Success Today est le meilleur disque du groupe. A l’écoute des onze chansons qui le composent, l’obligation est faite de lui donner raison. Plus forts que les Fontaines D.C., plus violents que les Idles, les Protormartyr sont les vrais méchants du circuit.
DMA'S - The Glow

DMA’S – The Glow

En 2015, les DMA’S sortaient de nulle part et faisaient revivre la brit pop. En 2020, les DMA’S sont installés au sommet du rock (australien) et commettent l’irréparable avec The Glow.
The Mariners - The Tides of Time

The Mariners – The Tides Of Time

Appréciés par les Coral, The Mariners devraient être, si tout va bien, les nouveaux héros des fanatiques des La’s ou de Cast. Cerise sur le pudding, ces quatre gredins vouent un culte certain à John Power, l’homme qui a supporté Lee Mavers pendant des années et qui a enregistré de sacrées chansons avec Cast.
Giant Sand - Ramp

Giant Sand – Ramp

Certains ont pour loisir la pêche, d’autres la pétanque. Le patron de Fire Records préfère laisser les boules aux autres et se concentre sur les rééditions de ses disques préférés. Après avoir ressorti le catalogue de Television Personalities et celui de Bardo Pond et avant de s’attaquer aux beaux disques des Chills et des Lemonheads,…