Emmanuel Tellier – La Disparition d’Everett Ruess – Voyage dans l’Amérique des ombres

Emmanuel Tellier - La Disparition d'Everett Ruess100
Louis 01/03/2019

« J’avais vingt ans. Je ne laisserai personne dire que c’est le plus bel âge de la vie. Tout menace de ruine un jeune homme: l’amour, les idées, la perte de sa famille, l’entrée parmi les grandes personnes » écrivait Paul Nizan en 1932 dans Aden Arabie. Deux ans plus tard, Everett Ruess, poète américain, allait lui donner raison en disparaissant à l’âge de 20 ans dans le désert de l’Utah.

Jusqu’en 2017, l’histoire et l’oeuvre d’Everett Ruess étaient le privilège de certains Américains et de rares Français. Grâce à Emmanuel Tellier, le destin tragique de ce jeune poète, considéré comme Rimbaud par ses contemporains, nous est désormais connu. Proche de Dorothea Lange, Everett Ruess regardait à la fois vers la ville et ses affres et vers les grands espaces encore vierges des démons apportés par sa propre civilisation. Comme plus d’un Américain, Everett Ruess était fasciné par les Indiens et buvait jusqu’à plus soif le désert de l’Utah. Ruess est parti plus d’une fois, à la rencontre des Navajos et des plateaux de l’Utah. Jusqu’à sa disparition en 1934 dans le sud de l’Utah lors de son ultime expédition. Emmanuel Tellier revêt les habits de Tintin et part sur les traces de cet Américain. La Disparition d’Everett Ruess offre plusieurs degrés de lecture.

On peut uniquement écouter le disque, qui est la la bande originale du film documentaire réalisé par Tellier. Sur ce disque, il donne raison à ceux qui croient que les plus forts sont ceux qui en mettent le moins. Accompagné par un clavier et épaulé par Cassandre Berger et Olivier Libaux (Nouvelle Vague), Emmanuel Tellier est aussi efficace qu’un Bill Callahan et aussi touchant qu’un Jason Molina.

Comment ne pas pleurer en écoutant How The Wild Calls To Me ? Comment résister à My Body You Will Never Find ? Et on pourrait se poser ces mêmes questions à chaque chanson. Enregistré par Rémi Berger, ce disque sonne comme aucun autre disque. Dans une récente interview, Emmanuel Tellier nous confiait : « en France, on a un peu la sale manie de ne jamais aller au bout des choses, on en garde toujours sous le coude, histoire de ne pas froisser l’auditeur – ou pire : les responsables de la maison de disques. » Ce disque répond à cette philosophie. Ecouter ce disque dans son salon c’est se surprendre à croire que Tellier fait ses gammes à côté de vous…

Emmanuel Tellier – Not Coming Home

On peut, en plus d’écouter ce disque aller voir le film dont il est la bande originale. Et là, un nouveau miracle se produit. Les êtres sonores que sont Stella, Waldo, Everett prennent vie sous yeux. Emmanuel Tellier adore la géographie. Le lire dans les années 90, c’était partir poursuivre Daho dans New York ou découvrir Dayton avec >Guided By Voices. L’écouter en 2019 (et le voir), c’est découvrir le Grand Ouest américain à l’époque charnière que sont les années 30. Le Far West n’est pas tout à fait terminé, l’American Way Of Life pas tout à fait commencée… Regarder Voyage dans l’Amérique des ombre, c’est donc découvrir cette Amérique de London, de Lange qui rend si nostalgique.


La Disparition d’Everett Ruess – Voyage dans l’Amérique des ombres (teaser)

Enfin, on peut aller voir Emmanuel Tellier en concert. Toujours accompagné de Berger et de Libaux, il vous livrera une version live somptueuse de ses nouvelles (meilleures) chansons.

Emmanuel Tellier - La Disparition d'Everett Ruess - Voyage dans l'Amérique des ombres
La Disparition d’Everett Ruess – Voyage dans l’Amérique des ombres d’Emmanuel Tellier sera disponible le 8 mars 2019 chez December Square/Differ-Ant.

Emmanuel Tellier sera en concert le 14 mars 2019 au Mona Bismarck American Center (Paris) dan le cadre du Festival Paris Music.

La pochette du disque est signée Pascal Blua.

Emmanuel Tellier - La Disparition d'Everett Ruess

Tracklist : Emmanuel Tellier - La Disparition d’Everett Ruess – Original Soundtrack to the film
  1. How The Wild Calls To Me
  2. My Body You Will Never Find
  3. Theme For Stella
  4. When You Sleep
  5. Not Coming Home
  6. When I Go I Will Leave No Trace (Suivi De Death Takes A Holiday)
  7. Blue Is The Valley
  8. Cathedral Of Tears
  9. Navajo Mountain
  10. De 531 North Ardmore Avenue
  11. More Letters (1934)
  12. Stella
  13. Alone With The Sky
  14. Walking Walking Walking
  15. The Thousand Year Long Road
  16. Theme For Christopher (Suivi De Houses And Mansions)
  17. Have You Seen Our Son (Piano Themes 1 And 2)
  18. Sundown
  19. Theme For Waldo
  20. On The Grand Circle Tour

Pouet? Tsoin. Évidemment.

Un avis, un commentaire ?

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


A lire dans “Chroniques d'albums

Ilgen-Nur - Power Nap

Ilgen-Nur – Power Nap

Originaire d’Hambourg, Ilgen-Nur a 21 ans et vient d’écrire 10 belles chansons qui devraient faire plaisir à tous nostalgiques des 90’s et les fervents défenseurs d’une idée du rock.

Liam Gallagher - Why Me Why Not

Liam Gallagher – Why Me ? Why Not

Après le succès (inattendu) de son premier disque solo (As You Were – 2017), Liam Gallagher remet le couvert, gonflé à bloc, avec Why Me ? Why Not.

Metronomy – Metronomy Forever

Joseph Mount a quitté Montmartre avec femme et enfants pour retourner s’installer en Angleterre, son pays natal, mais n’a pas changé de quête : écrire la chanson pop ultime.

L'épée -Diabolique

L’Épée – Diabolique

The Limiñanas font des disques formidables. Emmanuelle Seigner fait des disques formidables. Anton Newcombe fait des disques formidables. Diabolique de L’Épée est donc un disque formidable.

Blueboy – If Wishes Were Horses

Publié en 1992, If Wishes Were Horses des Blueboy était devenu un disque qui coûtait une blinde sur le marché de l’occasion. Il ressort aujourd’hui à un prix tout à fait abordable grâce au label australien A Colourful Storm.

The Slow Show - Lust and Learn

The Slow Show – Lust and Learn

Avec ce troisième album, les Mancuniens The Slow Show réalisent un joli coup voire un coup de maître. Lust and Learn est peut-être le meilleur disque de cette rentrée. Et ce n’était pas gagné…

LIFE - A Picture of Good Health

LIFE – A Picture Of Good Health

Passés inaperçus avec un premier album (Popular Music – 2017), LIFE remet le couvert cette année et devrait se faire une place au soleil avec leur nouveau bébé. A Picture Of Good Health gueule, braille et est tout sauf sage. Et on ne peut s’empêcher de l’aimer.

Ride - This Is Not A Safe Place

Ride – This Is Not A Safe Place

On reprend les mêmes et on recommence. Ride a décidé de refaire équipe avec Erol Alkan, le producteur de Weather Diaries (2017). On reprend les mêmes et surtout on recommence avec un très bon disque. This Is Not A Safe Place réussit là où son prédécesseur échouait et surtout nous fait diablement plaisir.

Clairo - Immunity

Clairo – Immunity

Âgée de 20 ans, Clairo s’apprête à sortir son premier album, Immunity. Et comme dans Koh-Lanta, elle devrait être intouchable avec ce totem de l’immunité.

Mark Mulcahy - The Gus

Mark Mulcahy – The Gus

Mark Mulcahy est de retour cet été avec The Gus son sixième album solo. Mulcahy quitte les paysages de l’Amérique des ombres qu’il côtoyait sur son précédent disque, The Possum in the Driveway et débarque dans une librairie pour écrire des chansons inspirées par George Saunders. Le résultat est flamboyant.

Silver Jews - Purple Mountains

Purple Mountains – Purple Mountains

Il y a des disques auxquels on ne croyait plus. Celui des Purple Mountains est de cette trempe. David Berman, qui avait tiré le rideau des Silver Jews en 2008 revient avec un nouveau nom, des nouveaux musiciens et toujours les mêmes états d’âme. Et c’est foutrement jouissif.

Nev Cottee - River's Edge

Nev Cottee – River’s Edge

Révélé au « grand public » et surtout à la critique en 2017 grâce à Broken Flowers, son deuxième album, Nev Cottee revient avec River’s Edge. Les dix chansons de ce nouvel album reprennent plus ou moins la même formule magique que son prédécesseur et nous envoie dans les confins de la discographie de Scott Walker.

Noel Gallagher's High Flying Birds - Black Star Dancing

Noel Gallagher’s High Flying Birds – Black Star Dancing EP

Dans la vie, il faut aimer autant son Papa que sa Maman. Dans la vie d’un fan d’Oasis, il en va de même avec les frères Gallagher : il faut aimer autant Liam que Noel. Depuis le divorce de 2009, les rôles ont été rapidement redéfinis : Liam sera le gardien du temple, quant à…

J.E. Sunde - J.E. Sunde

J.E. Sunde – J.E. Sunde

J.E. Sunde publie sur le label Vietnam un disque qui devrait faire pleurer de joie les fans de Sufjan Stevens et ravir les amoureux de Still Crazy After All These Years.

Ian Broudie – Tales Told

En 2004, Ian Broudie laisse The Lightning Seeds au repos et décide d’enregistrer un disque solo avec la jeune garde de Liverpool. L’idée fut évidemment géniale car Tales Told est son plus beau disque.

Primal Scream - Maximum RockNRoll

Primal Scream – Maximum Rock ‘n’ Roll – The Singles

Après avoir publié le passionnant Give Out But Don’t Give Up (The Original Memphis Recordings) en 2018, Primal Scream (ou plutôt Sony) sort un double best-of dénué de tout intérêt. Maximum Rock ‘n’ Roll – The Singles, maximale arnaque.

Sebadoh - Act Surprised

Sebadoh – Act Surprised

Fire Records (pour le continent européen) continue de faire rêver les amoureux des années 90 en publiant le neuvième disque des Sebadoh. Après les Lemonheads et The Chills, Lou Barlow et son groupe enchantent tout le monde avec un disque impeccable.

DYGL – Songs of Innocence & Experience

Les Japonais de DYGL nous avaient impressionné en 2017 avec un premier album très efficace, Say Goodbye to Memory Den et avait calmé la concurrence avec leur prestation scénique au TINALS 2018. Et en 2019 ? Ils décident de confirmer tout le bien que l’on pense d’eux avec Songs of Innocence & Experience, un deuxième…