Catégories
Chroniques d'albums

OHTIS – Curve Of Earth

Sam Swinson, Adam Pressley et Nate Hahn viennent de publier un disque qui devrait faire des ravages chez les amoureux de la musique de Bill Callahan et rendre amoureux tous ceux qui écoutent Bonnie Prince Billy le dimanche matin.

Less is More. Avec Curve Of Earth, les OHTIS font beaucoup avec très peu. Curve Of Earth est un disque court (8 morceaux pour une durée totale de 30 minutes) qui concentre énormément de matière. Sam Swinson a eu une vie totalement pourrie mais a réussi à en tirer de belles choses. Ancien toxicomane, Swinson a fait deux cures de désintoxication et a réussi à redevenir clean. Première belle chose.
Les chansons de ce disque sont directement inspirées de ces moments de vie. « Les chansons sont nées spontanément » explique Sam. « C’est comme ça que j’aime travailler. Les chansons étaient là depuis tellement longtemps, elles n’étaient pas censées sortir, mais elles avaient l’air de suivre le cours de ma vie depuis le début. Toutes ces chansons étaient faites pour se compléter parfaitement sur un même album. »

Ohtis – Runnin

De l’Illinois (état dont est originaire le groupe) à la Géorgie (état où Swinson a fait ses cures), on suit OHTIS avec ses chansons magnétiques. On pense un peu à… A rien. On se laisse mener par le bout du nez comme un gamin dans une confiserie. Huit chansons, huit belles choses. Ce qui fait neuf au total. En plus d’écrire des mélodies imparables, Swinson s’avère être un parolier excellent. Dixième belle chose ! Impeccablement enregistré par Greg Peterson à Nashville, Curve Of Earth est la divine surprise de ce printemps 2019.

OHTIS - Curve Of Earth

Curve Of Earth est d’OHTIS est disponible chez Full Time Hobby/PIAS.

Ohtis - Curve of Earth

Tracklist : OHTIS - Curve Of Earth
  1. Pervert Blood
  2. Runnin
  3. Little Sister
  4. Rehab
  5. Black Blood
  6. Diggin
  7. Junkie Heaven
  8. Serenity Prayer

OHTIS – Curve Of Earth4.5
9/10
Pouet? Tsoin. Évidemment.
Partager cet article

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Cela pourrait vous intéresser

Baron.e - Danser dans le noir

Vidéo : Baron.e – Danser dans le noir

Baron.e que l’on avait découvert avec Un verre d’ego était aux Inouis du Printemps de Bourges hier. Danser dans le noir est un nouvel extrait de leur EP, Jeunesse Dorée.
Eels © Fabrice Buffart

The Eels are alright ?

Eels annonce la sortie de son nouvel album, Earth to Dora le 30 octobre avec un nouveau titre, Are We Alright Again.
eels

Upside down !

Encre une petite ritournelle dont mister E a le secret pour vous boulversifier le cœur et l’âme. Who You Say You Are
Aidan Knight – Veni Vidi Vici

Vidéo : Aidan Knight – Veni Vidi Vici

Aidan Knight revient, paladin domptant ses doutes et sa dépression, conquérant de « l’inexorable solitude, de la mort, de l’amour » avec Veni Vidi Vici, extrait de son quatrième album à paraître le 28 août chez Full Time Hobby.
Dana Gavanski © Marija Strajnic

Le tribut de Dana

Canadienne aux origines serbes, Dana Gavanski parle au vent et reprend Tim Hardin. Hier étant parti, elle revient déjà après son premier album cette année avec un nouvel EP de reprises, Wind Songs chez Full Time Hobby.
rodolphe-burger-bleu-bac

Vidéo : Rodolphe Burger – Bleu Bac

Avec Bleu Bac, qui ouvre Environs sorti en juin chez Dernière Bande & Pias, Rodolphe Burger nous fait « défaillir au ralenti » avec son bestiaire poétique et onirique.

Plus dans Chroniques d'albums

Thurston Moore – By The Fire

Enregistré à Londres avec Debbie Googe de My Bloody Valentine, Steve Shelley de feu Sonic Youth, Jon Leidecker aka ‘Wobbly’ de Negativland, James Sedwards et Jem Doulton, By The Fire rappelle à qui l’aurait oublié que Thurston Moore reste le patron quand il s’agit de faire mumuse avec des pédales de distorsion et de tresser…
Doves - The Universal Want

Doves – The Universal Want

Après des escapades en solitaire fort peu concluantes, les Doves ont décidé de refaire de la musique ensemble. Et le constat est le même qu’en 2000 quand Lost Souls est arrivé dans les bacs des disquaires anglais : ce groupe est le plus doué de sa génération.
The Apartments - In and out out the light

The Apartments – In and Out of the Light

In and Out of the Light est donc le nom du nouvel album des The Apartments. L’oxymore guette la phrase d’ouverture de cette chronique… Chaque chanson des Apartments est un coût pour son auteur, l’australien Peter Milton Walsh qui ne sait pas tricher et qui écrit des chansons en clair-obscur qui illuminent nos journées.
Whitney - Candid

Whitney – Candid

Julien Ehrlich et Max Kakacek de Whitney nous avaient séduit en 2016 avec l’impeccable Light Upon The Lake et nous avaient passablement ennuyé avec Forever Turned Around en 2019. Pour son troisième album, ce duo américain ne prend aucun risque avec un disque composé uniquement de reprises. Et on s’ennuie encore.

Fontaines D.C. – A Hero’s Death

Aussi utile qu’un masque porté sous le nez, le nouveau disque des Dublinois n’est pas la réussite tant attendue. Ni une grande déception. Pire : il ne se passe strictement rien quand on écoute A Hero’s Death qui porte au final bien son nom.