On avait découvert Wednesday Campanella avec CHVRCHES, puis en compagnie de Moodoïd à Tokyo dans un clip mis en scène par Pablo Padovani lui même. On a hâte de voir sur la scène Mosquito du This Is Not A Love Song Festival le 1er juin 2019 le tsunami KOM_I qui vient de sortir un EP barré, Yakushima Treasure produit par Oorutaichi.

Wednesday Campanella fait les choses bien. Le groupe vous invite à entrer dans son univers naturaliste avec Re: SET, un documentaire en 7 parties fait à Yakushima, une île à l’extrême sud du Japon, classée au patrimoine mondial de l’Unesco. « Le premier épisode du documentaire se concentre sur l’origine de KOM_I et sur les moments forts de son enfance. Et ensuite la rencontre avec le vidéaste surdoué Sojiro Kamatani, mais aussi l’histoire de l’île de Yakushima qui a eu un grand impact sur son album. Dans le dernier épisode, vous pourrez enfin regarder le clip de la chanson. »

Wednesday Campanella – EP 1 Les origines de KOM_I | Re:SET

| Commentaire de KOM_I |

De la mort à la vie, qu’elle son entendons nous ?

De quelle genre d’odeur pouvons nous nous souvenir lorsque l’on disparaît ?

En étant protégée par deux extraterrestre que sont Oorutaichi et Kamatani, j’ai pu me battre avec Yakushima. Au début, je voulais simplement appeler la chanson YAKUSHIMA mais l’enfant de Oorutaichi est né lors de la création de la chanson et le mot “trésor” m’est venu à l’esprit alors je l’ai choisi comme nom pour cette chanson. Merci d’être né, merci de me laisser chanter avec le sentiment de célébration, merci de m’avoir fait ressentir la vie et la mort.

Wednesday Campanella – EP 2 L’inspiration | Re:SET

| Commentaire de Oorutaichi |

J’ai fait entendre ma voix dans la nature sauvage de Yakushima, j’ai enregistré les bruits de rivières, de mer, de vent et de beaucoup de pluie, puis j’ai ensuite essayé d’évoquer les histoires des gens que j’ai pu rencontrer pendant le voyage.

Comme je me suis laissé emporter par la nature de l’île, qui ne germe ni ne tombe, je me laisse parfois aller à mon imagination, aidée par les chansons et les émotions de KOM_I, même si je suis perdu.

Je suis heureux d’avoir pu développer de nouvelles relations avec les personnes, la nature et la musique.

| Commentaire de Sojiro Kamatani |

Et toi, t’as trouvé un beau trésor et t’es rentré, n’est-ce pas!

Wednesday Campanella – A Cat Called Yellow

Moodoïd & Wednesday Campanella – Langage

Wednesday Campanella & Moodoïd – Matryoshka

Wednesday Campanella & yahyel – Survive Tokyo

Wednesday Campanella – The Bamboo Princess

Wednesday Campanella - Galapagos

Wednesday Campanella - Yakushima Treasure

Lyonnais qui revendique sa mauvaise foi car comme le dit Baudelaire, "Pour être juste, la critique doit être partiale, passionnée, politique...", Davantage Grincheux que Prof si j'étais un des sept nains, j'aime avant tout la sincérité dans n''importe quel genre musical...
Partager cet article

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Cela pourrait vous intéresser

Big Thief - UFOF

|TINALS 2019| Big Thief – U.F.O.F.

Et de trois ! En moins de trois ans, les New-Yorkais de Big Thief ont réussi à publier trois albums foutrement passionnants qui redonnent confiance en l’Amérique et qui nous rappellent les heures glorieuses de Mazzy Star et de Grant Lee Buffalo.
Chai © Julien Kelly

|TINALS 2019| Vidéo : CHAI – Curly adventure

A première vue et et première écoute, on pourrait croire Chai, quatuor féminin japonais totalement innocent. Un groupe de pop sucrée inoffensive. Mais comme le thé noir du même nom, les titres de ces spice girls nippones sont plus corsées qu’il n’y parait.
DTSQ

|TINALS 2019| Vidéo : DTSQ – All My Friends Are Aliens

Ils viennent de signer chez Cold Fame Records et s’apprêtent à conquérir l’Europe en étant programmés aux Nuits Sonores à Lyon le 30 mai, au TINALS le 31 mai ou encore aux Eurockéennes le 5 juillet. Ils viennent de Seoul et sonnent parfois comme King Gizzard & The Lizard Wizard !
TINALS 2019

Ça c’est TINALS !

Qu’importe les ‘ronchondoillons’, le TINALS demeure le festival indé incontournable du début de l’été. Malgré le succès et les tentations que cela aurait pu entraîner, ce festival a conservé sa philosophie exprimée dans sa profession de foi : « une programmation dictée uniquement par les coups de cœur dans un cadre verdoyant. De la musique avant…
Fontaines DC - Dogrel

Fontaines D.C. – Dogrel

En 2018, les Fontaines D.C. étaient le secret le mieux gardé du rock. Ces dublinois avaient tout bon, que ce soit au niveau du son qu’au niveau de leur esthétique. En 2019, les Fontaines D.C. publient leur premier album et devraient être la grande révélation de cette année.

Plus dans Découvertes

Mark Pickerel et ses reprises

Le nom de Mark Pickerel ne vous dit rien ? C’est tout à fait normal. Vous trouvez les trois extraits de Rebel in the Rearview formidables ? C’est normal !

Tout est ok avec iAN Ottaway

Roadie des Black Rebel Motorcycle Club, proche de Mark Lanegan, iAN Ottaway a publié un disque ravageur aussi sombre que punk. Séance de rattrapage.

Beauté dans la nuit

La paternité change un homme assurément. Elle lui fait aussi écrire de beaux textes, simples, généreux, animistes.

Les chiens sont lâchés !

Mica Levi, mais vous êtes juive ?! Ça ne fait rien, on vous garde quand même. Parce que c’est foutrement jouissif à l’heure la France vaccinée par la connerie se demande s’il va y avoir de le neige à Noël ou si lLa Fistinière va rouvrir avec gestes barrières et protection et friction hydro-alcoolique.
Vincent Eckert

Amoureux de Vincent Eckert

Vincent Eckert n’est pas, comme il le chante, sur La mauvaise pente. Avec ces onze nouvelles chansons écrites et enregistrées juste avant le confinement de mars 2020, Eckert prend le chemin de la simplicité pour nous emmener dans son univers. On y croisera ses disques préférés, sa diction douce et des effluves de chanson française.
BRAZZIER © Jérôme Sevrette

BRAZZIER s’enflamme

Il parait que demain autour de 20h vont se dessiner nos lignes futures. Celles de BRAZZIER figurent sur un album mixé et masterisé par Sébastien Lorho (Marquis de Sade, Dominique A, Octave noire) qui vient de sortir chez Binaire Ordinaire.