Catégories
Interviews

5 questions à … Ko Ko Mo

©JM JAGU

SK* a demandé à une centaine (et plus) d’artistes appréciés par les membres de l’équipe de répondre à cinq questions très simples avec leurs morceaux commentés du moment, nouveaux ou anciens. Voilà le tour de Ko Ko Mo qui avec Lemon Twins sorti cette année voit la vie en jaune. A deux ils font plus de barouf que les chœurs de l’armée rouge. Ils répondent à nos cinq questions et nous commentent leur playlist du moment.

Ko Ko Mo en cinq questions

Votre souvenir de concert ?

Un concert assez fort en émotions, celui de notre premier grand voyage ensemble en 2016, pour le XChange Festival à Chennai en Inde. Un concert qui nous a vraiment marqués à tous niveaux. Musicalement, humainement, il était juste fou ce live… Nous n’avons plus jamais joué de la même manière après ce voyage.

Votre rencontre en tournée ?

Il y en a tellement… Mais la première qui nous vient à l’esprit, qui a été une rencontre assez puissante, des gens accueillants, généreux, adorables, tout simplement des amours… Le genre de lieu où tu n’as pas envie de partir et d’y rester une petite semaine. C’était au Mas Ê Fée à Mercurol.

Votre anecdote dans le van ?

Nous rions déjà à cette question ! Pour en citer qu’une, c’est le jour où dans une station-service bondée de monde en file d’attente pour se servir du gazole, un Sarthois vient nous taper la discute et nous dis : « Alors les 44, vous êtes Nantais ? » Nous répondons : « Oui » et il nous dit : « Ah oui !!!! Ceux qui ne savent pas s’ils sont Bretons ou Vendéens !!! » Voilà… ça nous a fait notre trajet de retour et on adore.

Ko Ko Mo – White House Blues

Cyril Odorama, réalisateur du clip explique : « J’ai choisi de partir sur cette idée de braquage de banque et de course poursuite avec la police à la première écoute de « White House Blues ». Sa dynamique et ce mélange blues rock électro projetaient l’image d’un clip avec une certaine pulse, une sensation de vitesse. Pour le côté rétro du morceau et pour son texte orienté vers les états-unis et son dirigeant, je suis allé piocher dans l’univers des films policiers américains fin des sixties, début des seventies (Bullit, Inspecteur Harry…) avec des plit-screens façon Mannix, des plans de caméra typiques de l’esprit de ces films ainsi que des effets sonores pour accentuer la sensation cinématographique. On ne pourra pas échapper à la référence aux Blues Brothers. Pour le côté moderne du morceau, j’ai voulu l’esthétique assez lisse d’une image de synthèse, sans trop de détails et j’ai surtout gardé les codes couleurs minimalistes et engagés de l’album de Ko Ko Mo. »

Votre nouveau clip en quelques mots ?

Nous avions une grosse envie de changement sur ce clip, nous avons donc collaboré avec un autre réalisateur pour White House Blues. Un super travail de Cyril et une belle rencontre artistique. Un clip frais, d’actualité, drôle et sans message politique particulier.

Votre prochain rêve ?

Que nos parents soient immortels et de jouer à guichet fermé dans les Arènes de Nîmes par exemple !

Ko Ko Mo – Self Love Age

En écoute avec Ko Ko Mo :

K20 (batteur)

  1. BjörkBachelorette
    Ma vie : une artiste hors du commun que j’écoute toujours avec le même enthousiasme depuis ses débuts.
  2. Thom YorkeAnalyse
    The Eraser, le premier album de Thom Yorke a été mon disque de chevet pendant de nombreuses années. Une grosse référence pour moi !


  3. RadioheadKnives Out
    Radiohead !!! Gros fan depuis l’album Amnesiac. Quoi dire de plus que « Le Talent » !
  4. King CrimsonThe Court of the Crimson King
    Tout simplement le groupe qui m’a vraiment donné l’envie de faire de la musique et surtout de la batterie, avec Bill Bruford à la batterie et de gros souvenirs d’écoute de cet album hyper fort à la maison avec mon Papa.
  5. ArchiveAgain
    La meilleure track de 16 minutes au monde selon moi. Un groupe qui me prend aux tripes à chaque fois et depuis longtemps aussi.
  6. Warren (chanteur et guitariste)

  7. Rory GallagherTattoo’d Lady (Live 1974)
    Ma référence irlandaise ultime. Mon mentor de sagesse et de passion. De la connaissance sans frontière, du son électrique et acoustique à l’état brut. Son énergie frénétique qui ne s’arrête jamais.
  8. John Lee HookerBoom Boom
    Premier trauma à 6 ans en voyant The Blues Brothers. Ce film est l’histoire de ma vie et de la première rencontre avec James Brown, Ray Charles et tous les zicos de la Stax records ! Et puis cette scène du vieux quartier de Maxwell Street de la fin 70s : cette ambiance que véhicule le film me hante toujours avec joie.
  9. Led ZeppelinWe’re Gonna Groove (Live 1970)
    Un des meilleurs concerts de Led Zep ! Au Royal Albert Hall à Londres en 1970. Ils sont tout frais… et cette intro de concert me donne toujours les frissons !
  10. Neil YoungDon’t Let it bring you down (Live 1971)
    L’artiste que j’ai le plus écouté depuis deux ans, je pense : une identité forte et une source d’inspiration inépuisable !
  11. The BeatlesEleanor Rigby
    J’ai hésité à mettre autre chose que du rétro dans cette playlist et puis en fait, je me suis rendu compte que je ne pouvais pas ne pas mettre au moins un Beatles… désolé !

Ko Ko Mo sera en concert le 28 mai à Paris (Point Ephémère) pour sa release party avec Catfish.. Plus d’informations sur la page facebook de Ko Ko Mo/strong>

Ko Ko Mo - Lemon Twins

Lyonnais qui revendique sa mauvaise foi car comme le dit Baudelaire, "Pour être juste, la critique doit être partiale, passionnée, politique...", Davantage Grincheux que Prof si j'étais un des sept nains, j'aime avant tout la sincérité dans n''importe quel genre musical...
Partager cet article
1 réponse sur « 5 questions à … Ko Ko Mo »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Plus dans Interviews

Klon

L’ascension de Klon

Klon. Ce n’est ni con, ni Klug ou le nom d’une nouvelle planète. Quoique. Ces Magnificent Seven déboulent dans notre galaxie musicale avec un premier titre Noise, qui va faire du bruit. Il est accompagné d’une somptueuse animation réalisée par le gang lui même qui met en scène une ville-automate monstrueuse qui produit les clones…
Maë Defays

5 questions à … Maë Defays

SK* a demandé à une centaine (et plus) d’artistes appréciés par les membres de l’équipe de répondre à cinq questions très simples avec leurs morceaux du moment, nouveaux ou anciens. Voilà le tour de Maë Defays, autrice d’une caresse musicale avec son EP Whispering dont est extrait notre exclu d’hier, La vie entière. On découvre…
Bananagun

5 questions à … Bananagun

SK* a demandé à une centaine (et plus) d’artistes appréciés par les membres de l’équipe de répondre à cinq questions très simples avec leurs morceaux du moment, nouveaux ou anciens. Voilà le tour des foutraques australiens de Bananagun. Oubliez The Go-Betweens, The Saints, Nick Cave ou Silverchair, ce quintette psyché et percussif adepte de l’afrobeat…

Passionnant Johan Asherton

Et un nouveau beau disque de Johan Asherton ! L’ex-The Froggies, qui a eu le chic de ne jamais enregistrer un mauvais disque depuis ses débuts solo en 1988 avec God’s Clown, revient avec Passiontide, une collection de dix chansons sombres et élégantes.
Codeine

[1990-2020] Dix cachets de Codeine

On écrit toujours, à tort, que les Afghan Whigs étaient le seul groupe de chez Sub Pop à ne pas être originaire de Seattle. Greg Dulli, le chaud lapin de Cincinnati (Ohio) avait signé sur le célèbre label de Seattle pour sortir Up In It en 1990 après avoir sorti Big Top Halloween en 1988…
December-Square

Back To December Square

Deux ans après sa création, la maison de musique December Square peut s’enorgueillir d’avoir fait un sans-faute. Possédant désormais un catalogue d’une dizaine d’artistes, DS a eu le chic de prendre des risques en publiant des disques que personne d’autre n’aurait publié. Car l’addition des chansons de Matthew Edwards et du piano d’Emmmanuel Tellier donnent…
BEBLY © Nicolas Demare

5 questions à … BEBLY

SK* a demandé à une centaine (et plus) d’artistes appréciés par les membres de l’équipe de répondre à cinq questions très simples avec leurs morceaux du moment, nouveaux ou anciens. Voilà le tour de BEBLY qui longe les murs et déboule dans nos vies avec un nouvel EP, ULDO. Et cela fait du bien d’entendre…