Beau comme du Manopolo !

Beau comme du Manopolo !© Louis Teyssedou
Louis - 26/01/2020

Smoothie musical ! Voila les premiers mots qui sortent de la bouche de ceux qui écoutent Manopolo pour la première fois. Smoothie musical de luxe puis que ce duo n’utilise que des ingrédients de première qualité pour ses morceaux. Et surtout, à une époque où tout va plus vite que tout, Manopolo a décidé de prendre son temps et de délivrer ses sons au compte-gouttes. Et si nous devons attendre mille ans pour avoir de nouveau les mêmes sensations qu’avec Nouveau Voyage… Et bien nous attendrons. En écoutant Nouveau Voyage !

Première question somme toute assez basique… Comment vous-êtes vous rencontrés ?

Manoah : Nous étions tous les deux au B.B.C.L. Je ne sais pas si tu connais..

Du tout.

Paul : C’est le Big Band des Collèges et Lycées. Il a été fondé par Musique en Herbe, une association fondée par Willy RAZAFIMBELLO. C’est une école de musique du quartier Saint Leu. C’est grâce à eux que j’ai découvert le jazz et la musique de rue. J’étais au saxophone et Manoah chantait.
Manoah : Il n’y avait que des collégiens. On s’est rencontré à l’âge de 13 ou 14 ans. Mais il était au saxophone, je chantais…Par la suite Paul a fondé un groupe de jazz et m’a appelée pour que je vienne chanter. Et au final, on s’est retrouvé à faire des choses à deux.

Manopolo – Nouveau Voyage

Pourquoi ?

Paul : Je me rappelle lui avoir envoyé un message pendant les vacances. J’avais l’expérience de faire de la musique dans la rue, de faire du jazz. Mais je ne chantais pas. Je voulais donc une chanteuse. On s’est testé dans la rue. Place Gambetta.
Manoah : C’était assez naturel pour nous de sortir et de chanter ainsi. On était des amis qui faisaient de la musique simplement. C’est après que les choses ont pris un peu d’ampleur.

A partir de quand ? C’était une évidence que cela prenne de l’ampleur ?

Manoah : Tout est venu avec le temps.
Paul : On s’est apporté mutuellement des choses. Et on a fait des choses qu’on aurait pas osé faire avec quelqu’un d’autre.

Comme ?

Paul : J’ai osé lui montrer mes chansons. J’écrivais depuis un an mais je gardais les chansons pour moi. Et je n’osais pas rapper devant des gens. Je lui ai montré mes textes et on a avancé. Je me suis senti plus à l’aise. On partage un rêve à deux.

Vous vivez un rêve ?

Manoah : Le mot rêve n’est peut être pas bien adapté. Nous avions entrepris des études et on les a arrêtées. Faire quelque chose qui te plait te fait forcément vibrer.
Paul : J’étais dans une école de jazz mais le côté scolaire m’a refroidi.
Manoah : Moi j’ai tenté le graphisme et le théâtre. Mais je ne me voyais pas faire ça comme un métier. Etre à deux a facilité la prise de décision. En fait, ce n’est pas un rêve, c’est notre vie.

Vous travaillez beaucoup ?

Manoah : Oui !
Paul : On a notre home studio. On sort très peu… On vit même un peu hors du monde. On a commencé à jouer dans la rue en septembre 2018. En 2019, on a enchaîné les concerts dans les bars. On a joué des sons qui ne nous appartenaient pas. Là, on travaille notre son. Nous sommes à Paris mais nous ne vivons pas Paris. On reste dans notre studio. D’où notre vie de revenir à Amiens. Peu importe la ville…

Vous avez réussi à trouver votre esthétique si on écoute Nouveau Voyage… Pourquoi avoir fait le choix de chanter en anglais et en français ?

Manoah : Ce n’est pas un choix. C’était une évidence. Depuis que j’écoute de la musique, je suis assez obsédée non pas par les mots anglais mais par le flow de la langue anglaise. La ligne était tracée dans notre tête. Elle est apparue sur la chanson.

Vous avez plusieurs morceaux en stock. Pourquoi avoir choisi Nouveau Voyage en guise de premier morceau ?

Paul : On se cherche encore. Ce morceau n’est pas le reflet de notre identité. Nouveau Voyage est le premier morceau qui nous a donné une vraie satisfaction. On a eu un compte Soundcloud sur lequel on mettait des sons qui au final ne nous représentaient pas.Là, on veut sortir que des sons qui nous satisfassent. On a désormais un peu plus de matériel et de connaissances..

Comment se réalise votre processus créatif ? Vous prenez des conseils autour de vous ?

Manoah : L’avis des autres compte car sans eux nous ne sommes rien. Mais désormais, je me fixe une règle : le son ne sort que s’il me plait. Si cela me plait, c’est beaucoup.
Paul : On commence seulement à apprécier ce que l’on fait. Il nous a fallu plus d’un an pour arriver à ce niveau de satisfaction.

Combien de morceaux avez-vous en stock ?

Paul : On avait pas mal de morceaux… Mais nous sommes surtout en train de construire un nouveau set qui nous plaît totalement. On bosse pour le concert des Inouïs du Printemps de Bourges… On veut faire quelque chose qui nous plait.On commence à avoir 4 sons qui nous plaisent. On est sur une bonne base.
Manoah : On a mis du temps à démarrer. Mais désormais les choses nous appartiennent vraiment.
Paul : On aurait pu faire, pour les Inouïs, notre ancien set…

Mais vous avez fait table rase.

.
Manoah : C’est tout à fait ça. Manopolo, c’est comme une fleur, on se régénère.

Et à quoi ressemble une journée type de Manopolo à Paris ? Combien d’heures de travail vous faut-il par jour ? Cinq heures ?

Manoah : Plutôt entre sept et douze.

Vous êtes des oiseaux de nuit ?

Paul : Oui, on travaille surtout la nuit. Même si on se lève assez tôt.
Manoah : C’est parfois compliqué. On se pose beaucoup de questions sur nous. Il y a des jours où on doit sortir, où on doit voir autre chose. On va quitter Paris pour Amiens.
Paul : On a même hésité à s’installer à la campagne. On revient à Amiens pour y installer notre QG. On se sent chez nous. Ce qui n’est pas le cas à Paris. Cette ville ne nous correspond pas.

Top 10 Manopolo

  1. 01) L’artiste de 2019 que vous avez le plus écouté ?
  2. Paul : Kendrick Lamar
    Manoah : Erykah Badu

  3. 02) Le disque que vous attendez le plus en 2020 ?
  4. Paul : C’est difficile… On écoute très peu de musique depuis que nous en écrivons.
    Manoah : Les choses sont moins évidentes quand tu écris…
    Paul : J’ai beaucoup attendu le disque post-mortem de Mac Milller qui vient d’être publié.

  5. 03) Le producteur de vos rêves ?
  6. Manoah : J’aime beaucoup le travail de Le Motel. Il a travaillé avec Roméo Elvis. Je trouve qu’il s’est bien patché avec lui.
    Paul : Flying Lotus… J’aime bien tous les mecs qui gravitent autour de Kendrick Lamar. Ils ont une formation jazz. Mais c’est eux qui maîtrisent le hio hop actuel.

  7. 04) Votre bande originale de film préféférée ?
  8. Manoah : Celle du Château dans le ciel. C’est trop beau.
    Paul : En général les bandes originales de Miyazaki…

  9. 05) Votre pochette de disque préférée ?
  10. Manoah : New Amerykah d’Erykah Baduh. Je devais avoir treize ou quatorze ans quand je l’ai acheté. J’ai acheté uniquement ce disque pour sa pochette.
    Paul : Moi j’adore les pochettes de Miles Davis. Elles représentent souvent des peuples africains…

  11. 06) Le meilleur endroit sur terre pour faire un concert ?
  12. Manoah : Sur la Lune ! Reste à savoir si c’est possible sur le plan technique.
    Paul : Jouer pour un public qui a pas accès à la musique. Pour qui ce serait totalement neuf.

  13. 07) Le meilleur endroit sur terre pour voir un concert ?
  14. Manoah : Un beau théâtre. Ou l’Opéra Garnier. Les prix des billets sont chers… La salle est très belle.
    Paul : Les théâtres antiques « ouverts » comme celui de Vienne.

  15. 08) L’artiste mort avec qui vous auriez bien bu un verre ?
  16. Manoah : Billie Holiday.
    Paul : Peut-être Miles Davies.

  17. 09)Si vous pouviez créer un festival… Quels groupes inviteriez-vous ?
  18. Paul : Kendrick Lamar et Oxmo Puccino.
    Manoah : Il faudrait que ce soit très éclectique. Inviter Safia Nolin
    Paul : Et Maceo Parker !

  19. 10) Le groupe que personne ne vous soupçonne d’écouter ?
  20. Paul : Drake. Ou les Who… J’aime bien le rock anglais.
    Manoah : Certains rappeurs… PNL. J’aime bien leur son.

Suivez l’actualité des Manopolo sur leur page Facebook.
Les Manopolo seront en concert les :

  • 29 janvier 2020 dans le cadre des Auditions des Inouïs du Printemps de Bourges 2020 à La Lune des Pirates (Amiens).
  • 22 février 2020 à La Lune des Pirates (Amiens)
  • Pouet? Tsoin. Évidemment.

    Un avis, un commentaire ?

    Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


    A lire dans “Découvertes

    Le b.a.-ba d’Anna B Savage

    Les premiers morceaux d’Anna B Savage avaient séduit Father John Misty en 2015 à tel point que ce dernier l’avait embarquée sur sa tournée. Cette année, Anna B Savage ouvrira pour Destroyer sur sa tournée européenne et sortira un album chez City Slang. Tout va bien pour notre américaine préférée.

    Douce Pershanoush

    Avec son electro pop ensoleillée, Pershanoush est la cure de vitamine C de cet hiver qui n’en finit pas. Reprenant habilement Stupid Girl de Garbage et s’appropriant les codes de la pop, Pershanoush pourrait nous poursuivre toute l’année 2020 avec ses rêves musicaux.

    Le monde est beau, The World is Haunted

    Alors que nous sommes sans nouvelles de David Freel depuis l’ère Be My Weapon (Talitres), deux ex-Swell se rabibochent et viennent frapper à la porte avec The World is Haunted.

    Clou voit rouge

    Clou voit Rouge et nous on ne voit que Clou.

    Lonely Walk (of fame)

    Attention, ça va faire mal. Les girondins de Lonely Walk sont dans les starting-blocks pour sortir leur troisième album à la fin du mois. Évoluant à la confluence de Magazine et de Bauhaus, les Lonely Walk ne prêchent pas dans le désert et sonnent la messe post-punk comme personne.

    Se préparer aux Lathums

    Ils sont originaires de Wigan, une ville coincée entre Manchester et Liverpool, et devraient être la révélation anglaise de 2020. Enquête sur un conte de fées comme seule l’Angleterre du Nord peut en pondre.

    Les beaux jours de Night Shop

    Hébergé sur le label de Kevin Morby (Mare Recordings), Justin Sullivan aka Night Shop écrit des petites merveilles et arrive en France pour une tournée plus que conséquente !

    Jolis Mush

    Ils ont des chapeaux ronds, vive les bretons, ils aiment le post punk, vive les Mush !

    Salutaires Salt

    Dans la vie, il faut toujours faire confiance aux autocollants. On doit la découverte de Salt à l’autocollant qui est collé sur l’emballage plastique de The Loneliness Of Clouds de Salt. On peut y lire : Ken Stringfellow (The Posies, R.E.M., Big Star). Que ce soit à Bellingham avec Jon Auer ou en solo, Stringfellow…

    MAITA vous présente ses meilleurs voeux

    Nouvelle égérie du label Kill Rock Stars (‪Elliott Smith, ‪Sleater-Kinney, ‪The Decemberists), MAITA pourrait animer de bien belle manière l’année 2020.

    Soyez branché, écoutez les Ringards

    Ils sont fans d’Oasis et des Libertines, ils viennent d’être mis en avant par la marque Fred Perry et ont trouvé le meilleur nom pour un groupe de rock. Arrêtez votre activité et écoutez les Ringards.

    L’invitation de Pastel Coast

    Les dernières bonnes nouvelles de Boulogne-sur-Mer concernant la pop remonte à… 1991. Cette année-là, Olivier Libaux sortait avec Jérôme Rousseaux le premier disque des Objets. Vingt-huit ans plus tard, Quentin Isidore et les Pastel Coast remettent les compteurs à l’heure dans les Hauts de France avec le très réussi Hovercraft.

    The Pistachio Kid (is alright)

    Help, I need somebody, Help, not just anybody, Help, you know I need someone, help chantaient les Beatles en 1965. En 2019, on chantonne doucement « Elp, I need my new elp ! » grâce à Violette Records.

    Salvateurs Strawberry Seas !

    Les Strawberry Seas ont la classe. Ils ont les bonnes influences, le bon son et le bon look. Et surtout de bonnes chansons.

    Fanel

    Fascinante Fanel

    Après deux Eps The Mirror (2014) et You and I (2016), Fanel passe par la case album. Mélangeant toujours habilement la pop anglo-saxonnne et des influences nippones, Fanel redonne le sourire avec ses mélodies.

    Furies

    Des Furies en Trans !

    L’édition 2019 des Bars En Trans devrait défriser sévèrement. Pourquoi ? Une seule raison à ce remontage de bretelles en règle : la présence de Furies en ville le 7 décembre 2019 au Mondo Bizarro, haut-lieu du punk et du métal rennais. SK* a pris un fer à friser en guise de micro et est…

    © Juliette Henrioud

    [EXCLU] Vidéo : Dream Parade – Fools to the World

    Encore une belle pépite venant du Westeros musical avec les valaisans de Dream Parade et leur nouvelle toile, pardon titre, Fools to the World extrait de leur premier album, Sisyphus qui sort le 31 janvier 2020 sur l’excellent label Le Pop Club Records.

    Working Men's Club

    Au boulot les Working Men’s Club !

    Ils sont aussi énervés que les Idles et regardent du côté de l’électro des caves de Londres. Ils s’appellent les Working Men’s CLub et sont la nouvelle égérie du très chic label londonien Heavenly Recordings (Mark Lanegan, Unloved, Saint Etienne).

    This Is Not Your Animal

    Un groupe qui cite Hüsker Dü en interview ne peut pas être un mauvais groupe. C’est le cas de Not Your Animal qui vient de sortir Not Rock And Roll… Comme un gosse de deux ans, ce groupe est dans sa période du non. Mais on lui dit un grand oui quand on écoute Cannibale…

    [BBmix 2019] Faites une cure de Carla dal Forno

    Carla dal Forno, musicienne australienne installée à Berlin, avait publié en 2017 You Know What It’s Like, un premier disque hautement recommandable. Désormais établie à Londres, elle revient avec Look Up Sharp, un album qui va réchauffer le cœur glacé des fans de The Cure.

    A ne pas rater dans Découvertes !