Vincent Delerm : La vie passe et il en fait partie

Vincent Delerm @ Théâtre des Pénitents, Montbrison, 04-02-2020
Hier soir Vincent Delerm chantait à Montbrison devant le public du festival Poly’Sons. Après le spectacle, je lui ai parlé des photos que j’avais faites, de cet article que j’allais écrire sur son spectacle. Quelle idée insensée ais-je eue là... Comment écrire sur la musique, comment mettre des mots sur des sons, sur d’autres mots ? Comment les faire vivre à d’autres, ceux qui n’y étaient pas ?

Pour écrire sur le concert d’hier, il aurait fallu pouvoir transcrire, entre les lignes décrivant cette introduction de concert parlée et ses petits carnets, les mêmes que ceux dans lesquels il écrivait ses scénographies imaginaires, les heures passées, adolescente, à visionner et revisionner encore et encore, la VHS sur laquelle l’image saute avec le temps, la prestation de Vincent chantant Tes Parents, aux Victoires de la Musique.

Je ne sais pas si c’est tout le monde

Bien sûr, il faudrait pouvoir parler des images immobiles de son film Je ne sais pas si c’est tout le monde, ces travelling magnifiques d’usines désaffectées ou de lycées oubliés, de Jean Rochefort, cavalier seul s’en allant vers le noir, de Souchon surtout, un casque démodé sur les oreilles et écoutant Vincent parler des chansons de fin de disque, ces chansons oubliées par les radios mais qu’on se fait siennes, comme Vincent a fait sienne On s’cache des choses, tout comme j’écoute en boucle Les Jambes de Steffi Graff. Il faudrait enfin parler des mots si justes et si beaux posés sur cette Vie Varda qu’il chante dans son dernier album, Panorama.

Discographie

Une vie sans compétition

Devant ce visage féminin projeté en arrière plan de la scène et avec lequel il dialogue, pouvoir raconter les heures à arpenter le carré Saint Séverin la tête en l’air, cherchant l’appartement, celui où, face à Modigliani et sous Karin Redinger, elle a dit bien sûr que si. Rue St Vivien chercher le numéro 23 et rêver à Jean-Marc Barr sur la place Clichy. Se souvenir de ces autres promenades, des années plus tard, boulevard Voltaire, les yeux au ciel pour chercher une autre fenêtre, une fille qui penche, la robe et les tennis blanches.

Il aurait fallu pouvoir raconter le concert à Voiron avec Audrey, celui durant lequel l’agent de sécurité m’avait confisqué mon appareil photo. Il faudrait avouer que circulait sous le manteau de la dizaine de mafiosi que nous étions, des enregistrements pirates des concerts, ceux où on parlait de plaintes contre Ravensburger et de salades de maïs, ceux aussi pendant lesquels Hervé Bourdon faisait déjà le son et Dominique Breilhan parfois coupait la ventilation.

Nous avons tant de choses en commun

Il faudrait aussi pouvoir s’attabler au Dalou et décrire ces heures inoubliables, où planqués en haut de l’amphi pendant le cours de préparation aux oraux des concours de la fonction publique, nous chantions tout bas en duo la Vipère du Gabon ou Quatrième de couverture avec Fred. Remercier Vincent surtout, d’avoir dé-ringardisé le statut de premier de la classe, fils de prof, habillé par sa mère chez Cyrillus et inapte au barre parallèles.

Il faudrait enfin pouvoir, en attendant la fée de l’histoire d’Albin, avouer à la tombée du jour, ne connaître ni Deauville ni le cinéma de Claude Lelouch mais par cœur le monologue de Trintignant extrait du film Un homme et une Femme de « C’est beau quand même d’envoyer un télégramme comme ça » à « oui je vais chez elle ».

2020_02_04_vincent_delerm
2020_02_04_vincent_delerm
2020_02_04_vincent_delerm
2020_02_04_vincent_delerm
2020_02_04_vincent_delerm
2020_02_04_vincent_delerm
2020_02_04_vincent_delerm
2020_02_04_vincent_delerm
2020_02_04_vincent_delerm
2020_02_04_vincent_delerm

Pour parler du concert de ce soir, il aurait fallu pouvoir dire que la vie écrit des chansons sans qu’on sache et que celles de Vincent en font partie. Il faudrait être là plus tard, écouter parler au loin Amandine, Damien, Youri, Laurent et les autres, et se sentir bien.

Ce soir, Vincent a tellement parlé de nous.

Date : 4 février 2020
Vincent Delerm en concert.
DateLieuTickets
03
Nov
2022

THEATRE SEBASTOPOL

Lille (FR)
TICKETS
04
Nov
2022

BOZAR

Bruxelles (Belgium)
TICKETS
22
Nov
2022

La Halle aux Grains

Toulouse (FR)
TICKETS
23
Nov
2022

Théâtre Fémina

Bordeaux (FR)
TICKETS
24
Nov
2022

Arsenal

Metz (FR)
TICKETS
01
Déc
2022

L'EMC2 - SAINT GREGOIRE

Saint-grégoire (FR)
TICKETS
02
Déc
2022

Le 106

Rouen (FR)
TICKETS
06
Déc
2022

Bourse du Travail

Lyon (FR)
TICKETS

Dates de concerts fournies par Bandsintown

Cela pourrait vous intéresser

Vincent Delerm - Panorama

Vincent Delerm – Panorama

Sur Panorama, l’auteur de Kensington Square ou des Amants Parallèles fait encore mieux que d’habitude et nous emporte avec son art de la photographie du quotidien.

Plus dans Concerts (live reports)

Bandabardò & Cisco a Ripatransone

Festa a Ripa !

Bardot chantait nue au soleil, Bandabardò invite Cisco sur son dernier album, Non fa paura à rester nu et manifester. Date : vendredi 12 août
Florent Marchet

Le monde de Florent Marchet

Florent Marchet pour soi, quasi. C’était aux Abattoirs de Bourgoin-Jallieu dans un nouveau format intime où l’on a pu voyager en solitaire, de Courchevel à Levallois, de Paris à Nice en passant par Montréal.
Star Feminine Band à l'Opéra Underground

Star Feminine Band au firmament

Dans le cadre de leur carte blanche à l’Opéra Underground à Lyon, La Féline et Bertrand Belin invitaient le Star Feminine Band pour leur deuxième concert en France avant leur passage à Bobigny (Canal 93) le 30 novembre et au Transmusicales de Rennes les 3 et 4 décembre prochains.
Waed Bouhassoun et Moslem Rahal @ Opéra National de Lyon, 14-11-2021

Quelle nuit à l’Opéra (de Lyon) !

De la couleur avant toute chose. C’est amusant pour une carte blanche. Bertrand Belin et La Féline ont invité The Colorist Orchestra avec Howe Gelb puis la joueuse de oud syrienne Waed Bouhassoun, en duo avec le virtuose du ney Moslem Rahal.