Vidéo : David Byrne – Once in a Lifetime

"Well, how do I get here ?" scande le jeune homme de 67 ans David Byrne pour deux titres sur le plateau du Saturday Night Live et nous n'avons toujours pas la réponse, ni lui, ni nous. Mais à quoi bon chercher du sens.

Fringant et toujours aussi passionnant, David Byrne ébouriffe de sa classe le célèbre show américain, explorateur sonore infatigable à la recherche du spectacle total déjà en germe à l’époque de Stop making sense avec les Talking Heads en 1984, il fait la part belles aux corps et à l’humain. « Nous ne faisons pas de musique — ça nous fait » affirme t-il. En tout cas, ce qui est sûr c’est que cela fait du bien de le retrouver toujours aussi pimpant et élégant même pieds nus ! On espère voir son American Utopia qui triomphe à Broadway dont Spike Lee prépare une adaptation cinématographique de retour en France et pourquoi pas aux Nuits de Fourvière à Lyon qu’il avait illuminées en juillet 2009,

https://www.youtube.com/watch?v=bkhQKV5o1-g

Discographie

https://www.youtube.com/watch?v=_uL53wBD3CA

Talking Heads – Once in a Lifetime (LIVE Los Angeles ’83)

Talking Heads – Once in a Lifetime

David Byrne On Broadway – American Utopia

Talking Heads - Remain in light

Lyonnais qui revendique sa mauvaise foi car comme le dit Baudelaire, "Pour être juste, la critique doit être partiale, passionnée, politique...", Davantage Grincheux que Prof si j'étais un des sept nains, j'aime avant tout la sincérité dans n''importe quel genre musical...
Vous avez aimé ? Partagez !

Cela pourrait vous intéresser

Laura Gibson - Empire Builder

La Grande Laura Gibson

Quatre ans ! Il aura fallu attendre quatre ans pour avoir le droit d’entendre la suite de La Grande. On vous rassure tout de suite : le résultat est à la hauteur des espérances.

Plus dans Son du jour

thewavepicturaces-flightfromdestruction3

Vidéo : The Wave Pictures – Flight From Destruction

Bain de jouvence. Même si The Wave Pictures a sorti régulièrement des albums dont deux en 2018, les retrouver c’est revenir en 2008 avec leur formidable Instant Coffee Baby, un temps où l’on croisait David Ivar, Stanley Brinks ou Coming Soon.